Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 Epuisée | Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Epuisée | Libre   Dim 11 Sep 2016, 21:31



    Tatsu était débordée de travail.

    Avant que l'épidémie ne se déclare dans l'île, elle avait presque touché au but de presque trois ans de recherches. Durant son temps libre, elle avait étudié un échantillon de plantes qui lui permettrait de mettre un terme à sa recherche de remède pour la maladie d'Ether. Elle essayait de combiner les éléments aux vertus dynamisantes, qui amélioraient l'attention et l'énergie, afin de compenser les somnolences violentes dont il souffrait. Elle y était presque, vraiment, ce n'était plus qu'une question d'équilibrage, mais cela prendrait encore du temps. Elle ne voulait pas lui donner quelque chose de moyennement efficace, se devait être parfait. Et c'était là qu'Everbloom était entré en scène, nécessitant toute son attention. Elle avait mit les remèdes dans un endroit très sûr, loin de la vue de qui que ce soit, même de Valka. Peu lui importait que d'autres loups en aient besoin, de toutes façons, ces plantes-là s'avéreraient peu efficaces contre ce dont ils souffraient. C'était pour Ether. Personne d'autre. Entre les consultations et les recherches de plantes dans la nature devenue sauvage, Tatsu devait trouver le temps de fabriquer les remèdes et cataplasmes dont les souffrants avaient besoin. Leemoncello avait décidé de répartir les rôles. Pour le moment, Tatsu ne se rendait plus à l'extérieur pour chercher ce dont elle avait besoin. Elle restait là, et s'occupait de mélanger tout ce qui lui passait sous la patte pour apaiser les maux des siens.

    Elle était réellement épuisée. Et très loin d'être sereine. Ce qui s'était passé à la Mine tournait en boucle dans sa tête. Elle prenait rarement de pauses, pour ne pas dire jamais, mais parfois, face à ses actes routiniers et répétitifs, elle laissait son esprit divaguer, et partait loin ... Très loin, dans les terres libres, en traque, chassant sa proie, trouvant ses traces, flairant son odeur. Et puis, finalement, après des jours, des semaines, elle la trouvait, mais ne la rattrapait pas tout de suite. Elle laissait des traces évidentes, ne se cachait pas totalement, faisait monter la pression ... Et puis, au moment le moins attendu, elle frappait. Le combat durait longtemps. L'agonie, encore plus. Jamais elle ne la laissait mourir. A chaque fois qu'elle partait, semblant la laisser enfin succomber, elle revenait avec des remèdes, la soignait, lui laissait quelques temps de répit. Et recommençait. Elle la faisait mourir, deux, dix, quinze, cent fois.

    Un grand sourire étira ses lèvres. Elle battit des cils, revenant à la réalité, et poussa un profond soupir. Il y avait de quoi faire en anti-douleurs. De même pour ce qui était d'apaiser la toux. Elle ne savait pas trop quoi faire pour la salivation pour le moment, mais elle avait une idée de quel végétal pourrait lui être utile. Elle fit une liste dans sa tête et se dressa sur ses pattes pour s'étirer. Elle avait besoin d'air frais, et de boire. Priant pour trouver une flaque d'eau pure dans les montagnes, elle sortit du Creux et se dirigea vers les hauteurs, prenant soin d'éviter la moindre touffe d'herbe sur son passage. L'ascension ne lui prit pas trop de temps, car elle se servait de ses ailes de lumière pour bondir d'une roche à l'autre. C'était moins fatiguant, et ça lui permettait de se réveiller, de détendre son corps engourdi, et de profiter un peu de cette journée qui était plutôt belle, ensoleillée et fraîche. Elle marqua un temps d'arrêt sur un plateau dégagé inondé de soleil. La tentation de s'allonger contre la pierre tiède fut forte. Elle ne résista pas longtemps. Elle s'installa, étira voluptueusement ses quatre pattes et ferma les yeux en poussant un énorme soupir. Épuisée, épuisée, épuisée. Il fallait qu'elle y retourne. Il fallait qu'elle se repose. Il fallait qu'elle se désaltère. Elle rouvrit les yeux et les leva vers le ciel. Parfois, elle avait l'impression qu'elle ne pouvait faire tout ce qu'on attendait d'elle sans pouvoir se dédoubler. Voilà qui aurait été un pouvoir utile, contrairement à ce qu'on lui avait offert ...

    A cette pensée, les Errants s'agitèrent, et la louve se crispa, craignant de les avoir irrités, et qu'ils ne le lui fassent payer. Il ne se passa rien, sinon les habituels murmures, et occasionnels hurlements. C'était plutôt calme, ces derniers temps, sauf quand Paprika et Leemoncello passaient à proximité. Tatsu ne leur avait toujours pas pardonnés leurs méfaits respectifs, à savoir épargner une ennemie, et déserter la meute. Ils n'avaient tué personne, alors Tatsu savait que les Errants ne provoqueraient pas d'affrontement, mais cela ne les empêchaient pas d'être très virulents, ce qui ne faisait qu'attiser sa propre colère. Pour leur bien, et le sien, elle préférait les croiser le moins possible, ce qui n'était pas évident lorsqu'on était Conseillère de l'un d'entre eux. Elle poussa un nouveau soupir, déglutit, et roula sur le côté pour prendre appui sur ses pattes avant. Elle jeta un coup d'oeil en contrebas et fronça les sourcils. La plaine avait disparut. En levant un peu le regard, elle s'aperçut que la forêt qui la bordait n'était plus là non plus. Elle regarda un peu plus haut, et le ciel n'était plus bleu, et le soleil était parti, et le vent était tombé. Autour d'elle, tout était blanc, intégralement blanc, mais il ne neigeait pas. Une terreur pure s'empara d'elle. Instinctivement, elle baissa les yeux sur son Glowstick. Celui-ci irradiait de toute sa puissance. Les Errants lui passaient un message.

    Deux formes indistinctes se dessinèrent devant ses yeux. Deux formes pâles, lumineuses, deux silhouettes de loup. Tatsu se reconnu sans mal, et un frisson lui parcourut l'échine. L'autre lui semblait très familière, mais en même temps très commune, et elle fut incapable de l'identifier. Les deux fantômes se tournèrent vers elle, et bondir dans sa direction avant qu'elle n'ait pu faire quoique ce fut. Un hurlement terrible lui vrilla les tympans de l'intérieur, puis ce fut le noir total. Peu de temps après, Tatsu se vit, en chair, en os et en couleurs, sur une terre recouverte d'un joli manteau de neige. Petit à petit, le champ de vision s'élargissait et reculait. Elle constata que son expression était totalement vide, comme si tout ce qui avait pu la caractériser s'était envolé, comme si on avait aspiré son énergie vitale, comme si, d'une quelconque manière, elle était morte, mais tenait encore debout. Elle vit ensuite une patte, et une épaule. Le corps qui s'étendait vers la gauche. Du sang, qui teintait la poudreuse, et s'étendait de plus en plus. Une fourrure marron - Paprika ? Oh non, non, pas Paprika - affreusement mutilée, recouverte de sang. Des cheveux collés contre un crâne ouvert. Puis une tornade de lumière s'extirpa du Glowstick de Tatsu, et l'horreur habituelle se produisit. Peu de temps après, il ne resta du cadavre que des ossements, qui dessinaient encore plutôt bien le corps d'un loup. Habituellement, il ne restait rien.

    Il y eut un nouveau hurlement.
    Il n'appartenait ni à sa victime, ni aux âmes. Il venait de loin, de très, très loin, et était porteur de toutes les fibres composant le désespoir le plus pur. Il était si vibrant et si chargé de douleur que Tatsu en eut mal dans tout son corps. Elle voulut échapper à la vision, mais c'était impossible. Obligée de faire face à ce cri atroce, la louve crut que son cœur allait s'arrêter lorsqu'elle reconnut la voix. C'était la sienne. C'était elle qui souffrait tant. Pourquoi ? Était-elle la victime ? Mais pourquoi était-elle en face d'elle-même ? Les Errants projetaient-ils de la tuer ?

    Dans un sursaut, Tatsu revînt dans le monde réel.
    La lande et la forêt avaient réapparu, la pierre était toujours chaude sous elle, le ciel et le soleil étaient revenus à leur juste place. Tremblante et en sueur, elle ne parvînt pas à se relever tout de suite. Son cœur battait si vite qu'elle faillit tourner de l’œil. Elle attendit quelques instants, puis réussit à se remettre d'aplomb sur ses pattes. Fixant la plaine en contrebas à la recherche de réponses qu'elle ne trouva pas, elle finit par reculer, puis pivota sur elle même pour grimper encore plus haut dans la Cordillère à la recherche d'un peu d'eau. Elle était assoiffée, désormais, et elle voulait agir, se concentrer sur quelque chose, pour oublier ce qu'elle venait de voir. Elle grimpa pendant une bonne demie-heure avant de trouver son bonheur, et lapa l'eau très froide avec délectation, jusqu'à ce que la petite flaque ne soit intégralement vide. Elle se pourlécha les babines et leva les yeux au ciel, priant pour qu'il pleuve bientôt. Elle resta ensuite immobile, là où elle se trouvait, sur une corniche de pierre abritée par des roches un peu plus haut au-dessus de sa tête, dans un étroit couloir où sinuait une brise fraîche. Non, elle ne pouvait ni ne devait oublier. Les Errants avaient une cible. Mais sa réaction dans sa vision prouvait bien que cette fois, il s'agissait de quelqu'un qu'elle connaissait. Ses pattes se remirent à trembler. Elle avait tout de suite pensé à Paprika. Et pourquoi pas Leemoncello ? Pourquoi les Errants voulaient-ils la supprimer elle, et pas lui ? Si elle se trompait, de qui pourrait-il s'agir ? Un mal de crâne la prit, et elle secoua la tête. D'une démarche incertaine, elle redescendit de la corniche, déployant ses ailes pour se stabiliser. Finalement, avisant le large plateau qui servait de point de rassemblement aux Séides, elle bondit en avant, embrassant le vide, et apppuya de toutes ses forces sur ses ailes pour planer. La démarche était extrêmement périlleuse, mais les vents lui parurent exceptionnellement cléments, puisqu'elle atterrit avec douceur sur ses quatre pattes. Ses ailes se désintégrèrent, et elle se tourna vers le Creux avec un soupir, avant de rentrer s'y terrer, la queue trainant dans la poussière.

    Elle ne pouvait pas perdre plus de temps, il fallait qu'elle continue, la meute avait besoin de ses talents. Mais elle devait aussi s'occuper d'Ether. Et elle devait trouver la clé de ses visions. Après tout, ce n'était pas la première fois qu'elle voyait cette scène. Seulement, la première fois, elle ne s'était pas vue elle-même. Il fallait aussi qu'elle dorme, et qu'elle se nourrisse, comme tout le monde, mais elle n'en avait pas le luxe. Un épais désespoir s'écrasa contre son cœur, et elle se sentit défaillir. En serrant les mâchoires, et en retenant sa respiration, elle se remit au travail, mélangeant les mixtures et les plantes les unes aux autres.

    Épuisée. Elle était épuisée.

Revenir en haut Aller en bas
Yggdrasiu
». Drogué
». Drogué
avatar

Féminin » Nombre de messages : 2767
» Age : 25
» PUF : Yggdrasiu
» Date d'inscription : 04/08/2009
» Personnages : Manji
Femelle
10 ans et demi (15/10/15)
Brethen
Célibataire

Lightseagreen

Ruse
Femelle
7 ans et demi (14/04/16)
Solitaire
Célibataire

Darkolivegreen

Revma
Femelle
1 an et demi (9/05/17)
Brethen
Célibataire

Thistle

» Feuille de perso'
» Points: 331

MessageSujet: Re: Epuisée | Libre   Jeu 17 Nov 2016, 13:30

Je peux répondre ou c'est trop ancien ? =)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Epuisée | Libre   Jeu 17 Nov 2016, 16:37

[Fais-toi plaize !]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Epuisée | Libre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Epuisée | Libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Accueil
 :: → Archives RP
-
Sauter vers: