Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 Moonlight. | Morokei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hiwell
».Obsessionnel'
».Obsessionnel'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 3137
» Age : 20
» PUF : Messy ; Hiwell
» Date d'inscription : 24/07/2010
» Personnages :
AZURA - Lazuli
11 ans (18/08)

AURÉLION - Nakhu
10 ans (22/08)


» Feuille de perso'
» Points: 415

MessageSujet: Moonlight. | Morokei   Jeu 13 Oct 2016, 14:22

    En cet instant, fut parcouru notre jeune mâle par un frisson remontant jusqu’à l’échine.

    Son pelage bleuté clair ainsi que sa longue et fournie crinière blanche voletaient dans le vent. Il faisait clair, pour une nuit d’hiver.

    En effet, la lune, plus grosse qu’il ne l’avait jamais vue, était pleine et bien lumineuse, accompagnée de ses petites compagnes les étoiles qui semblaient briller de mille feux. Leur reflet brillait dans l’indigo des yeux d’Aurélion, qui scrutait cette nuit de gel. Il faisait froid, mais le loup ne semblait pas être gêné pour autant. À vrai dire, il se dirigeait même vers l’endroit qui était pour sûr l’endroit le plus froid des terres Punk Wolfiennes. Mais bon, on allait bien pardonner notre jeune et nouveau Brethen, il n’avait encore pas trop eu l’occasion de faire le tour complet de cette immense cité, s’il pouvait appeler cela comme ça. Ses pattes franchisèrent une surface plus dure, plus froide. Jusqu’à maintenant, il n’avait pas encore fait trop attention au paysage. Mais, lorsqu’il releva la tête, il fut légèrement surpris. En effet, il avait décidé, comme à son habitude, de marcher en solitaire pour découvrir un peu là où il était atterri depuis son départ. Valla lui manquait, ainsi que sa mère mais, il ne préférait pas y penser et voulait plutôt se concentrer sur son objectif qu’il s’était fixé en arrivant.

    Ainsi, il se retrouva au beau milieu… D’une banquise. Glacée. Froid et glace régnaient ici, et le vent était prince. Malgré cela, il appréciait cet endroit. Il avait l’impression que c’était tout simplement le reflet de son âme. Ou peut-être pas autant, mais du moins de sa personnalité ou son humeur du moment. Tout était glace. Et tout était vide. Sous ses pattes, se reflétait parfaitement la lune et ses étoiles, et, par la même occasion, le reflet du jeune mâle. Il soupira, avant de lever la tête vers la lune. Il ne put s’empêcher de penser aux comptes de sa famille. Comme quoi ils seraient des descendants de la Lune elle-même. Valla y croyait fortement. Quant à notre jeune loup, il ne savait pas trop. Il préférait laisser mûrir la question et voir par la suite. Il avait bien le temps de se poser des questions… Pour l’instant, il avait juste envie d’être seul. Ou pas, d’ailleurs. Il aurait aimé en savoir un peu plus sur les étranges coutumes de ce peuple. Sur les dieux qu’ils vénéraient également. On lui avait toujours apprit à vénérer la lune mais, on le lui avait jamais parlé de ces fameux dieux colorés ainsi que leurs fontaines respectives. Mais, à tout bien y penser, il se rappela qu’Emma avait parlé d’un bijou que portait Elena. Cependant, il ne se rappela pas sa couleur, ou même si sa mère le lui avait précisé.
    Mais bon, qu’importe.

    Pour le moment, il était là, assis sur la surface transparente et glacée, la tête en direction de la toison éclairée de la douce nuit de pleine lune hivernale.
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr
» Admin'
» Admin'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 4770
» Age : 22
» PUF : Nala
» Date d'inscription : 24/05/2010
» Personnages : ~
Morokei
8 ans (21/09)
Nakhus - Adepte
Violet

Roy
7 ans (23/08)
Lazulis - Herboriste
Vert

Méléagant
8 ans (29/09)
Etelkrus - Guerrier
Rouge

Karigan
3 ans (11/08)
Etelkrus - Garde
Futur orange

Athelstan
2 an (14/09)
Etelkrus - Garde
Futur rouge


» Feuille de perso'
» Points: 1300

MessageSujet: Re: Moonlight. | Morokei   Jeu 13 Oct 2016, 19:54

    Elle avait voulu prendre l'air, et le moins que l'on pouvait dire était que les endroits où prendre l'air n'était pas une activité dangereuse se réduisaient de jour en jour. A un point assez alarmant d'ailleurs, même si de nouvelles expéditions avaient été lancées pour tenter de trouver un point faible à cette immensité végétale. Ce n'était pas exactement sa mission à elle de participer à ces quêtes. En tant qu'Archiviste, elle devait faire la recherche nécessaire afin d'en apprendre le plus possible sur ces maudites plantes, puisque la connaissance pouvait leur apprendre comment les contenir, les vaincre, éviter de tomber malade ou même enrayer la maladie qui sévissait déjà. Mais avant de pouvoir faire tout cela, elle devait terminer son apprentissage. Elle travaillait dure à cette tâche sous la tutelle de son mentor Aristote, et progressait un peu plus chaque jour. Un brin de fatigue se lisait sur son minois lorsqu'elle veillait tardivement, comme elle avait fait ce soir-là. mais étrangement, elle savait que si elle tentait de dormir, elle n'y parviendrait pas. Et elle avait absolument besoin de respirer un autre air que celui, lourd, qui flottait dans le camp, autour de la Mine, et partout à proximité des plantes et de leur infection. Alors elle avait décidé qu'à défaut de trouver quelque-chose de bien, elle prendrait le moindre mal et se rendrait à un endroit où elle pourrait avaler une grande bolée d'air frai.

    Elle n'avait pas exactement prévu combien cet air serait en réalité glacé. Elle savait que son père était particulièrement sensible au froid, mais elle n'avait jamais tiqué que cela pouvait être quelque-chose de génétiquement transmissible, et ne savait même pas de qui il le tenait lui d'ailleurs. Ou même s'il le tenait de quelqu'un. Tout le monde avait ses faiblesses, et cela faisait partie de celles du grand anthracite. Mais alors qu'elle approchait par des chemins sinueux de la Grève Gelée, évitant les terres contaminées, à mesure que l'air se refroidissait autour d'elle, elle comprit que peu-être elle avait elle-aussi hérité de cette faiblesse. Tout d'abord, elle accueilli cet air froid et sifflant comme une bénédiction. Les premières inspirations lui semblaient chasser toutes les impuretés de ses poumons, vivifiantes et agréables. Puis alors qu'elle parvenait à hauteur de la Banquise, un frisson la secoua, plus brutalement qu'elle ne l'attendait, alors que le froid venait mordiller sa peau sous son pelage fin. Elle avait remarqué qu'avec le mauvais temps qui venait, beaucoup de loups avaient déjà vu leur fourrure commencer à s'épaissir. Mais pas la sienne. Ce retard venait de lui être soudainement jeté au museau.

    Elle réprima un claquement de dents et se mit à longer la mer en trottinant à une allure plus soutenue. La chaleur de ses muscles en action la réconforta un peu et elle avança dans ce fragile équilibre de température. L'image était loin d'être laide. Elle avait encore la silhouette gracile des jeunes louves à peine sorties de l'adolescence, et semblait floter sur la glace ses cheveux épais formant une comète blanche derrière elle, un nuage de vapeur opaline s'échappant de sa truffe à chacune de ses expirations. Le silence, loin des bruissements des plantes, était savoureux. L'absence de toute odeur végétale aussi. Elle sentait ses pattes s'engourdir sous le froid, mais n'en avait cure. Libre des intenses réflexions que lui demandait son apprentissage, son cerveau se laissait aller à des pensées libres et éphémères, qui se déroulaient au rythme de ses foulées élastiques. Depuis qu'elle avait reçu son glowstick, de nouvelles pensées l'occupaient, des pensées qu'elle ne maîtrisait pas et qui faisaient varier ses humeurs sans qu'elle-même ne le décide. Elle se souvint d'un agacement soudain, d'une frustration qu'elle avait ressentie lorsqu'Aristote lui avait fat déchiffrer des parchemins d'un langage différent, qui parlait de cristaux. Elle avait compris aussitôt cette écriture étrange, à la grande surprise de son mentor. Parfois, elle éprouvait à l'intention des autres un sentiment qui précédait même le premier moment où ils tournaient les yeux vers elle. Des impressions de déjà-vu se multipliaient chaque jour. Elle avait l'impression qu'une part d'elle-même avait compris ce qui lui arrivait, mais que l'autre, celle dont elle avait l'entier contrôle, ne le comprenait pas encore. C'était une situation des plus étranges à vivre.

    La vision d'une silhouette un peu plus loin la tira de ses pensées. Sa truffe engourdie par l'air froid n'identifia pas s'il s'agissait d'un Séide, d'un Brethen ou d'un solitaire - ou même juste d'une illusion que sa sorte de second-moi aurait inventée. Après tout, pourquoi pas ? Non, non, il semblait bien réel. Elle ralentit à son approche, hésitant à continuer vers lui. Mais le crissement de ses griffes et sa silhouette se détachant nettement sur la blanche surface de la glace n'avaient pas du échapper à l'inconnu. Elle s'arrêta à quelque distance, fichant son regard sur lui. Il semblait jeune, et le fait qu'il se trouve ici seul semblait prouver qu'il avait justement envie d'être seul. Elle ne s'approcha pas plus, ne voulant pas forcer le contact avec lui. Il l'avait forcément vue
    S'il ne venait pas, elle repartirait et le laisserait à ses nocturnes pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Hiwell
».Obsessionnel'
».Obsessionnel'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 3137
» Age : 20
» PUF : Messy ; Hiwell
» Date d'inscription : 24/07/2010
» Personnages :
AZURA - Lazuli
11 ans (18/08)

AURÉLION - Nakhu
10 ans (22/08)


» Feuille de perso'
» Points: 415

MessageSujet: Re: Moonlight. | Morokei   Mer 02 Nov 2016, 10:55


    Tandis que le jeune loup était en pleine fascination envers cette magnifique pleine lune, une étrange sensation de présence derrière son dos lui fit frémir le poil. Il avait l'impression d'être... Observé ? Ses soupçons furent bien vite confirmés, avant même qu'il eut identifié une quelconque odeur, par un crissement de griffes contre la surface gelée. Il tourna la tête en direction d'une femelle brune, dénotant parfaitement au froid décor hivernal qui l'entourait comme un halo lumineux. Leurs regards se croisèrent, et Aurélion ne put s'empêcher de remarquer la douceur dans les yeux de la jeune femelle. Elle était à une distance bien respectable, presque loin. Elle semblait hésitante, comme une intruse. Pourtant, ils se trouvèrent tous deux en terres libres, mais il sentit dans l'atmosphère cette petite gène entre les deux individus. Comme une certaine peur de déranger. Sa crinière blanche s'affola dans la légère brise glaciale, amenant à lui l'odeur de Séide. Cela lui fit automatiquement plisser des yeux, réflexe d'adversité naturelle. Mais, d'un coup, illuminé par les doux et clairs rayons de lunes, il se détendit légèrement. Ce n'était que deux loups sur une terre blanche, après tout. Il l'observa, longuement, sans trop d'expression. Puis, pris de curiosité envers cette très belle louve, il l'invita à s'approcher d'un geste de tête silencieux. On aurait même pu voir un léger, très léger sourire sur ses babines, comme pour la mettre en confiance.

    Elle avait l'air de geler. Peut-être était-il dangereux pour une femelle aussi frêle de se promener en des lieux si glacials en cet hiver venant. Mais cela ne l'avait pas empêchée d'être venue par ici. Pourquoi ? Cela l'intrigua, et il attendit la réaction de cette belle inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr
» Admin'
» Admin'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 4770
» Age : 22
» PUF : Nala
» Date d'inscription : 24/05/2010
» Personnages : ~
Morokei
8 ans (21/09)
Nakhus - Adepte
Violet

Roy
7 ans (23/08)
Lazulis - Herboriste
Vert

Méléagant
8 ans (29/09)
Etelkrus - Guerrier
Rouge

Karigan
3 ans (11/08)
Etelkrus - Garde
Futur orange

Athelstan
2 an (14/09)
Etelkrus - Garde
Futur rouge


» Feuille de perso'
» Points: 1300

MessageSujet: Re: Moonlight. | Morokei   Ven 11 Nov 2016, 12:28

    Il y eut un moment de suspend, quelques instants durant lesquels les deux loups se jaugèrent dans un silence complet, une immobilité parfaite, en chiens de faïence. Puis l'inconnu brisa soudain la glace et, d'un signe de tête explicite,l'invita à s'approcher. Voilà qui était inattendu. D'ordinaire, les loups avaient plutôt tendance à approcher directement, lui semblait-il. Mais cela était peut-être une sorte d'a-priori de sa part, puisqu'elle même avait attendu en-dehors de la proximité du mâle que celui-ci lui donne son accord. Désormais, les rôles étaient inversés, et c'était à elle de décider si elle répondrait ou non à son invitation. Il y avait entre eux une sorte de respect mutuel exacerbé, qui se mélangeait une un sentiment qu'elle n'arrivait pas à définir. L'attitude du loup l'avait soudain tirée de la commune ronde des rencontres qu'elle avait fait depuis sa naissance. Elle ne savait dire exactement ce qu'elle éprouvait face à cela. Elle eut une brève hésitation. Un nouveau frisson la secoua, signe qu'il n'allait pas falloir qu'elle reste immobile trop longtemps sous peine d'attraper quelque-chose de méchant. Alors elle brisa elle aussi son image statufiée et s'approcha d'un pas mesuré, le regard fiché dans celui du loup. La neige crissait doucement sous ses coussinets, seul bruit audible à l'exception des sifflements du vent.

    Elle ralentit puis s'arrêta en arrivant à sa hauteur. Il était resté assis, un air avenant sur le museau. Comme un vieil ami qui l'attendrait. Alors que cette pensée passait furtivement sous son crâne, elle eut de nouveau une sensation de déjà vu, qui la prit violemment. Une avalanche d'émotions passa dans son regard, alors que celui que lui lançait le mâle ravivait soudain en elle une tristesse incommensurable dont elle ignorait totalement l'origine. Sa gorge se serra, alors que la vision de ce loup souriant dans ce paysage de neige la bouleversait soudain. Une lueur effarée se mêla à tout cela dans son regard, puis soudain tout se calma. Elle se rendit compte qu'elle avait retenu sa respiration et s'efforça d'expirer le plus naturellement possible. Combien de temps s'était-il écoulé ? Quelques secondes ? Quelques minutes ? Elle n'en avait aucune idée. Et même si le choc était parti, l'impression de connaître ce loup restait imprimée en filigrane dans son esprit. Il lui rappelait quelqu'un. Quelqu'un qu'elle n'avait jamais rencontrée de son vivant en tout cas. Ses longs cheveux fouettèrent son cou et ses épaules lorsqu'un courant d'air froid et vorace les mordit, mais elle n'y prêta pas attention. Elle ne parvenait pas à détacher son regard des traits de cet inconnu. Finalement, elle se fit violence, cilla, et remporta cette bataille pour baisser le regard vers le sol enneigé.

    Cette fois-ci, elle avait une véritable raison d'être gênée, son comportement n'ayant sans doute aucun sens pour celui qui se trouvait face à elle. Le silence s'étira dans le froid, sans qu'elle n'ose prononcer le moindre mot.
Revenir en haut Aller en bas
Hiwell
».Obsessionnel'
».Obsessionnel'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 3137
» Age : 20
» PUF : Messy ; Hiwell
» Date d'inscription : 24/07/2010
» Personnages :
AZURA - Lazuli
11 ans (18/08)

AURÉLION - Nakhu
10 ans (22/08)


» Feuille de perso'
» Points: 415

MessageSujet: Re: Moonlight. | Morokei   Dim 20 Nov 2016, 21:20

    Après une brève hésitation, la jeune louve s’était enfin décidée à s’approcher. Dans le silence de la nuit, on pouvait entendre une douce mélodie mêlant le souffle de la bise, et les dénotants crissements de griffes contre la glace, mêlés de coups de fouets des poils et cheveux des deux loups. Il l’observa attentivement, elle avait une certaine grâce dans sa manière d’avancer vers lui, et il fut noyé dans son regard au fur et à mesure qu’elle s’approchait, ce qui le déstabilisa étrangement. Elle arriva enfin à sa hauteur, et il accueillit l’inconnue à ses côtés, immobile. Les deux canidés se regardèrent, se jaugèrent. Aurélion fut bien plus perturbé par la jeune Séide qu’il n’y s’y attendait.

    Etonnement, une légère tension s’installa, mais la raison resta inconnue à notre jeune prince. Elle le regardait, comme perdue dans le vide de ses yeux, comme si elle le connaissait depuis longtemps. Comme si les deux loups devaient se rencontrer en cet instant de pleine lune hivernale. Comme une évidence, une logique que la vie leur avait imposé.
    Toutes ces conclusions semblaient impertinentes et complètement folles, ce qui fit légèrement secouer la tête de notre loup bleuté. Il s’aperçu également que la femelle venait à peine de reprendre son souffle. D’un air qui se voulait rassurant, il posa son regard sur la jeune inconnue qui l’avait rejoint, et lui offrit un de ses rares sourires, mais celle-ci s’était résignée à baisser la tête, comme gênée. Il cligna des yeux, se demandant réellement à quoi elle pensait, et ce qui l’avait fait fixer son regard dans le sien ; avant de reporter son attention sur la lune. Comme une conversation silencieuse, explicite. Comme si les regards et les mimiques remplaçaient parfaitement les mots, en cette douce rencontre entre deux clans opposés et, pourtant, il ne sentit plus aucune tension cette fois-ci. La lune était très près, lumineuse et magnifique, entourant les deux silhouettes d’un discret halo blanc fondu. Il ne sentit guère chaleur de la part du corps frêle de la femelle, ce qui l’inquiétait un peu.

    Ainsi, il détacha enfin son regard de son idole-mère la lune qui semblait l’apaiser, pour à nouveau regarder cette louve. Elle avait gagné sa curiosité, et il guetta le moindre tremblement de froid. Du regard, il chercha à capter son attention, pour cette interrogation silencieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr
» Admin'
» Admin'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 4770
» Age : 22
» PUF : Nala
» Date d'inscription : 24/05/2010
» Personnages : ~
Morokei
8 ans (21/09)
Nakhus - Adepte
Violet

Roy
7 ans (23/08)
Lazulis - Herboriste
Vert

Méléagant
8 ans (29/09)
Etelkrus - Guerrier
Rouge

Karigan
3 ans (11/08)
Etelkrus - Garde
Futur orange

Athelstan
2 an (14/09)
Etelkrus - Garde
Futur rouge


» Feuille de perso'
» Points: 1300

MessageSujet: Re: Moonlight. | Morokei   Mar 22 Nov 2016, 13:28

    Le mâle ne brisa pas le silence et, étrangement, elle lui en fut reconnaissante. Le vent emportait doucement les dernières onces de ce chagrin qui s'était soudain abattu sur elle, comme s'il désirait effacer discrètement les traces de cette disharmonie dans la mélodie de leur rencontre. Elle les craignait, ces fausses notes qui se faisaient de plus en plus fréquentes, cette impression qu'elle avait d'avoir déjà vécu. Le museau à moitié masqué entre ses mèches blanches, le regard fiché dans la neige qui s'accumulait doucement le long de ses pattes, décrochée du sol par les courants d'air, elle laissa les secondes s'écoulées, uniquement rythmées par les sifflements du vent. Un bruissement presque imperceptible lui indiqua que le loup bougeait, plusieurs fois. Elle finit par lentement relever la tête vers lui, et leurs regards s'accrochèrent de nouveau, avec moins de franchise et d'avantage de timidité. Le regard clair de la femelle ne s'enfuit pas cette fois-ci. Pas tout de suite. Bien que la première et violente impression se soit estompée, elle ne parvenait pas à effacer celle de familiarité qu'elle ressentait en le voyant. Elle avait en même temps l'impression de parfaitement connaître ses traits, tout en sachant ne les avoir jamais vus. La situation était profondément perturbante. Elle ne savait que dire, que faire. Peut-être n'y avait-il rien à dire. Le silence, tendu quelques secondes auparavant, lui était presque devenu confortable. Il y avait dans les yeux de cet inconnu quelque-chose auquel elle s'accrochait, au milieu de ce froid qui violentait son corps et de ces visions qui violentaient son esprit.

    Un tremblement l'agita, sans qu'elle ne puisse l'en empêcher. Elle n'avait plus l'impression de ressentir le froid, même si l'engourdissement qui s'emparait de ses muscles trahissait ce qu'elle ne comprenait pas. Car Morokei ignorait ce qu'était la souffrance, la douleur. Il y avait des malices presque cyniques dans la manière dont se manifestait le lourd héritage qu'elle portait dans ses veines. Elle avait appris avec les lunes que son corps la brûlait de l'intérieur lorsqu'elle éprouvait une grande frayeur, ou de la colère. Mais mis à part lors de ces manifestations de la malédiction, elle n'avait jamais vraiment eu mal. Elle se blessait sans souffrir, ce qui semblait à la fois une bénédiction et un lourd fardeau. Elle ne comprit pas que la sensation de froid s'était changée en une douleur invisible, qui secouait son corps en silence. Le regard noyé dans celui de l'inconnu, elle se tenait immobile, le souffle en lambeaux de brume. A cet instant précis, la fascination qu'elle éprouvait à son égard dépassait toutes les considérations de clan qu'elle pouvait avoir. De toute manière avec Everbloom les frontières étaient devenues floues, les clans alliés et les solitaires des aides plus que des êtres à chasser. Alors au fond, qu'importait l'origine de celui qui lui faisait face ?

    Cet être mystérieux au regard qui avait longuement oscillé entre elle et l'astre lunaire qui les auréolait d'argent. Trouvait-il une beauté particulière à cette blanche dame qui surplombait la terres depuis les cieux ? Elle avait cru apercevoir comme une once de fascination dans son regard. mais peut-être n'était-ce que pure invention de son esprit.
    Peut-être tout ce qui se passait à cet instant n'était q'une songe, une création éphémère.
Revenir en haut Aller en bas
Hiwell
».Obsessionnel'
».Obsessionnel'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 3137
» Age : 20
» PUF : Messy ; Hiwell
» Date d'inscription : 24/07/2010
» Personnages :
AZURA - Lazuli
11 ans (18/08)

AURÉLION - Nakhu
10 ans (22/08)


» Feuille de perso'
» Points: 415

MessageSujet: Re: Moonlight. | Morokei   Jeu 01 Déc 2016, 14:47

    À nouveau, leurs regards s’accrochèrent de nouveau. Le petit jeu silencieux des deux inconnus durait depuis maintenant un petit moment et cela n’en fut pas pour déplaire à ceux-ci. Leur rencontre était particulière, marquante, une danse de la nuit entre les ombres et lumières, entre la bise et la glace. Il ne put décrocher son regard piqué de curiosité de la demoiselle à ses côtés, qui, manifestement, commençait à apprécier dans ce magnifique silence. Il la contempla un instant, sans remarquer une légère surbrillance de la lune qui l’éblouit légèrement, ni celle de son glowstick violet semblable à ses yeux. Il fut pris d’une certaine fascination pour cette Séide qui semblait avoir été perturbée par notre jeune mâle lunaire.

    Il aurait pu la détailler encore longtemps ainsi, appréciant chaque instant comme s’il s’agissait d’un flocon de neige tombant sur le sol, qui pouvait fondre d’une seconde à l’autre à son contact. Les cheveux blancs de la louve lui barrait le regard, et notre prince ne put s’empêcher de le lui dégager à l’aide du museau, avec une douceur remarquable.

    Brrr.

    Il en fut presque électrocuté tant le contact avec la louve avait été glacial.
    Elle était littéralement gelée, et, pourtant, elle n’exprima ni par son corps, ni par son expression, la sensation de froid qui devrait la paralyser. Ses yeux s’écarquillèrent à cette sensation, légèrement inquiet pour sa nouvelle amie dont il ne connaissait toujours pas le nom. La mystérieuse princesse des glaces semblait si fragile que…
    Ses pensées furent prises de cour, car en un instant, en un éclair, une sphère éblouissante entoura les deux êtres d’un violet vif. Aurélion fut propulsé en arrière et il eut même l’impression que ses pattes se décollèrent légèrement du sol. Sa tête n’était plus capable de penser mais la seule chose qu’il remarqua – car il ne voyait plus la louve avec cette lueur violette – c’était cette pleine lune blanche et immense qui semblait percer le ciel pour se rapprocher de lui.

    Enfin, ta nature te révèle.

    Cette voix, qu’il avait déjà remarquée à de nombreuses reprises et qui l’avait fait douter sur ses capacités mentales de nombreuses fois, résonna dans sa tête à lui en percer les tympans.

    Enfin, je présume…

    Il hurla silencieusement, intérieurement, tandis qu’il sentit qu’il restait en suspension dans les airs, devant la lune bien ronde. Son dos le déchira un instant, tandis que des longues et puissantes ailes se dévoilèrent, ressemblant à celles que l’on imagine des dragons. Ses pattes grossirent en s’allongèrent, tout comme le reste de son corps. Ses poils laissèrent place à des écailles, et sa queue s’allongea et s’affina pour ressembler davantage à une queue de dragon. Au bout, un diamant poussa. Ses yeux furent légèrement plus clairs et lumineux, et, une fois transformé, la lumière se stoppa d’un coup sec.

    Il resta en l’air quelques secondes, battant des ailes, abasourdi par ce qui venait de se passer. Puis son regard revint à la louve qu’il avait laissée là, et il secoua la tête. Il atterrit violemment et maladroitement au sol, peu habitué à cette forme et ne comprenant toujours pas ce qui lui arrivait.
    Au sol, il recouvra la louve de ses ailes d’un geste protecteur, avant d’ouvrir la gueule pour la première fois depuis leur rencontre pour dire d’une voix rauque :

    « Est-ce que tout va bien ? »

    Au moins, peut-être sera-t-il capable de la réchauffer de ses ailes écailleuses…
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr
» Admin'
» Admin'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 4770
» Age : 22
» PUF : Nala
» Date d'inscription : 24/05/2010
» Personnages : ~
Morokei
8 ans (21/09)
Nakhus - Adepte
Violet

Roy
7 ans (23/08)
Lazulis - Herboriste
Vert

Méléagant
8 ans (29/09)
Etelkrus - Guerrier
Rouge

Karigan
3 ans (11/08)
Etelkrus - Garde
Futur orange

Athelstan
2 an (14/09)
Etelkrus - Garde
Futur rouge


» Feuille de perso'
» Points: 1300

MessageSujet: Re: Moonlight. | Morokei   Dim 04 Déc 2016, 15:29

    Et ce qui suivit fit dangereusement pencher la balance en valeur du songe plutôt que de la réalité.
    C'était étrange, cette impression que la scène qu'elle vivait n'était qu'à demi-réelle, une patte dans ce qui était vrai et l'autre qui plongeait dans une dimension bien plus fantaisiste. Elle se sentait presque détachée du monde, en cet instant précis où le silence se faisait berceuse, où chacun de leurs gestes, chacun de leur regard voulait bien plus dire que n'importe quel long discours. Elle vit l'autre loup approcher avec lenteur le museau de son visage, mais n'eut aucun mouvement de recul. Elle ne se sentait pas effrayée, comme elle aurait peut-être dû l'être en présence d'un inconnu et dans une telle situation de faiblesse. Elle sentait à peine l'engourdissement léger qui s'emparait de son corps, le regard accroché aux prunelles froides de son congénère. Une myriade de sentiments l'envahissaient, contradictoires et complémentaires, dansant dans une sorte de confusion qui rendait complètement impossible une description de ce qu'elle ressentait vraiment. Sans doute le froid figeait-il une partie de ses pensées. Ou bien rêvait-elle, en suivant cette logique absurde qui guident vos pas dans les songes. Le mâle, d'un geste qui lui sembla empli de douceur, écarta de son visage les mèches rebelles qui dansaient dans son champ de vision depuis qu'elle s'était arrêtée près de lui. Son contact était brûlant, agréable, fugace caresse de son museau contre le sien. Elle vit une lueur d'étonnement s'allumer dans le regard du loup, sans chercher à comprendre pourquoi. Il ne l'effrayait pas, elle avait en lui une confiance venue de nulle part et qui lui semblait totale, immuable, derrière le voile de tristesse qu'il lui inspirait. Dans le vent froid et les flocons de neiges qui commençaient à tomber, légers et discrets, le temps s'arrêta un instant où elle plongea dans les yeux de l'autre loup, alors que son esprit secouait ces souvenirs qu'elle n'avait pas. Des souvenirs de joie, de bonheur. Et d'une fin tragique, brutale.

    Au même instant, quelque-chose se passa. Il y devant elle une explosion de lumière et une onde de choc qui la propulsa en arrière sans prévenir. Elle retrouva soudainement toute sa lucidité et redevint un instant la sérieuse élève archiviste qui avait quitté la bibliothèque avec la tête plein de pensées et de questions non élucidées. Le froid du sol lui vrilla le museau et se réveilla dans ses muscles lorsqu'elle roula au sol. Dans un effort, elle se redressa aussitôt, secouant la tête par réflexe.
    Elle eut alors la vision la plus étrange qui soit.

    Devant elle n'étai plus guère de loup. La silhouette canine de l'inconnu s'était métamorphosée en quelque-chose de plus grand, au corps souple et recouvert d'écailles. Ses pattes étaient désormais hérissées de larges serres et sa tête effilée, tout comme sa queue allongée et qui se balançait dans l'air derrière lui. Abasourdi, Morokei en perdit tous ses mots et ne put faire autre chose que de l'observer, les yeux arrondis, se poser au sol. Etait-elle véritablement entrain de rêver alors ? Mais les tremblements discrets qui agitaient son corps semblaient montrer le contraire. On n'avait pas si froid dans les songes, son imagination n'était pas capable de lui faire subir une si mordante bise. Mais alors ? La créature devant elle n'avait rien de ce qu'elle avait pu rencontrer dans la réalité ou dans les manuscrits épais auxquels elle vouait ses journées. Il lui semblait une apparition lunaire, qu'elle avait eu la chance de croiser sur le chemin de la destinée. Lorsqu'il parla, sa voix était grave et roulante. Elle leva les yeux vers son regard, et y reconnut presque sans surprise l'éclat de celui du loup qui était présent quelques instants auparavant. Elle mit un temps à répondre. Enfin, le son clair de sa voix brisa ce silence dans lequel elle était plongée depuis son arrivée.

    "Oui." Finit-elle par souffler, sans pouvoir détacher son regard de la silhouette bien plus haute de son interlocuteur.

    Quelques battements de coeur s'écoulèrent, et elle murmura :

    "Êtes-vous un songe ?"

    Que pouvait-il être d'autre ?
Revenir en haut Aller en bas
Hiwell
».Obsessionnel'
».Obsessionnel'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 3137
» Age : 20
» PUF : Messy ; Hiwell
» Date d'inscription : 24/07/2010
» Personnages :
AZURA - Lazuli
11 ans (18/08)

AURÉLION - Nakhu
10 ans (22/08)


» Feuille de perso'
» Points: 415

MessageSujet: Re: Moonlight. | Morokei   Mer 14 Déc 2016, 10:37

    Le silence perçant retomba entre eux un moment. Comme si le temps était en suspens, comme si tout autour d’eux s’était arrêté. Il ne comprenait pas vraiment ce qu’il venait d’arriver, ni ce qu’il se passait dans sa tête actuellement. Un souffle gelé sortit de la gueule du dragon, un soupir, une fumée glacée. Il avait mal au dos et à plusieurs parties de son corps, comme si on lui avait planté des aiguilles… Ou des pierres acérées tout le long de sa colonne vertébrale et de sa queue reptilienne, ainsi qu’à certains endroits de ses pattes, ses griffes, ses coussinets. En regardant ses pattes, il remarqua que ce n’était pas des griffes. Elles étaient brillantes, presque transparentes. Et très acérées, selon les traces laissées sur le sol à son atterrissage – la glace semblait brisée par endroits, notamment sous ses pattes. Ses griffes étaient faites de diamants. En secouant sa queue, il aperçut également une rangée d’autres diamants plantée tout le long, et un plus gros au bout de sa queue. Il avait l’impression qu’ils continuaient de sortir de son corps tant il souffrait de partout. Mais, malgré l’incompréhension et la douleur, il ne put s’empêcher de s’inquiéter pour la femelle Séide qu’il protégeait toujours avec son aile. Il la regarda longuement, inquiet et peu rassuré – ce qui était rare chez Aurélion, d’habitude très sûr de lui – et attendait patiemment une quelconque réponse de sa part.

    « Oui. »


    Il finit par reprendre sa respiration. Ainsi, il se rendit compte qu’il l’avait retenue jusque-là… Pour une raison qui lui échappait encore.

    Sa gorge lui brûlait.

    « Êtes-vous un songe ? »

    Sa voix était si claire, si douce. Il n’arrivait plus à parler.
    Il se contenta de la regarder, complètement hébété. Il ne savait que répondre. Était-il un songe ? Il ne le savait plus lui-même. Mais il se rappela vivement, et même violemment l’épisode avec Thyara, lorsqu’elle avait failli tomber de plusieurs mètres, et qu’il l’avait rattrapée de justesse… En volant. Ou plutôt planant.
    Très étrange. Vraiment étrange.

    Cette fois, c’était sa tête qui lui faisait mal. Cependant, il tenta de le cacher et se rappela la sensation de froid lorsqu’il avait effleurée le museau de la louve sous son aile. Il secoua la tête en guise de réponse, non très convaincu de ce qu’il tentait de répondre.

    « …Ne sentez-vous pas le froid ? »

    Sous ses pattes, un crissement désagréable se fit entendre. Pourtant, il n’avait pas bougé les pattes. Mais la glace semblait dangereusement continuer de se fissurer.

    Il se figea, son regard plongé dans celui de le dame du glacier des songes.
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr
» Admin'
» Admin'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 4770
» Age : 22
» PUF : Nala
» Date d'inscription : 24/05/2010
» Personnages : ~
Morokei
8 ans (21/09)
Nakhus - Adepte
Violet

Roy
7 ans (23/08)
Lazulis - Herboriste
Vert

Méléagant
8 ans (29/09)
Etelkrus - Guerrier
Rouge

Karigan
3 ans (11/08)
Etelkrus - Garde
Futur orange

Athelstan
2 an (14/09)
Etelkrus - Garde
Futur rouge


» Feuille de perso'
» Points: 1300

MessageSujet: Re: Moonlight. | Morokei   Jeu 05 Jan 2017, 19:08

    Il ne lui répondit pas, pas tout de suite.
    Il avait tendu l'une des grandes ailes poussées sur ses omoplates au-dessus d'elle, comme pour la protéger. Mais de quoi ? Elle ne sentait aucune menace dans cette scène aux saveurs oniriques. Le paysage immaculé et la lumière de la lune sublimaient l'apparence mystique de l'être qui se trouvait devant elle, faisant luire ses écailles et jetant des éclats aux couleurs pures le long des joyaux qui le hérissaient. Elle crut lire de l'inquiétude dans ses grands yeux violacés. Il parla de nouveau, et sa voix semblait faire vibrer l'air autour d'eux dans un roulement grave et grondant. Sa question était étrange. Le froid ? Effectivement, la partie de l'esprit de la louve qui n'était pas perdue dans cet étrange songe remarqua alors seulement que la sensation de froid avait disparu. Comme c'était étrange. S'était-elle endormie sur la glace ? Non, non, impossible pour elle de trouver une once de sommeil par ici, il y faisait bien, bien trop froid justement. Elle cilla à plusieurs reprises, sans répondre, le regard perdu dans le vague. Elle sentait des vibrations légères faire osciller la glace sous ses pattes, et un craquement soudain acheva de la ramener à la réalité.

    Par réflexe, elle recula une patte en sentant une ligne se creuser dans le sol, sous ses coussinets, et un frisson la secoua alors. Le froid était soudain revenu avec ce mouvement, cela n'avait pas de sens. Elle rabattit les oreilles. Ces craquements avaient soudain brisé cette impression de calme et de silence, faisant monté un soupçon de crainte dans son esprit. Elle releva les yeux vers la créature qui se tenait devant elle, masquant la lueur de la lune et projetant son ombre jusque sur le pelage caramel de a louve. Puis elle répondit enfin :

    "Je... Je ne sais pas. Pas exactement."

    Sa voix était plus basse, plus murmurée qu'elle n'aurait sans doute dû l'être. Son regard s'accrocha de nouveau aux motifs craquelés qui se dessinaient sous les pattes massives de son interlocuteur, et elle ajouta :

    "Mieux vaut que vous ne restiez pas là."

    Il n'y avait aucune méchanceté ou autorité dans son ton, et il paraissait évident qu'il comprendrait ce qu'elle voulait dire. Elle se demanda s'il allait battre de ses immenses ailes et s'en aller, disparaître comme le fin ces rêves dont on se souviens à peine au matin et qui coulent entre vos pattes comme de l'eau qui s'échappe. Son esprit ignorait comment cela pouvait être réel, mais également comment il pouvait ne pas l'être.
Revenir en haut Aller en bas
Hiwell
».Obsessionnel'
».Obsessionnel'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 3137
» Age : 20
» PUF : Messy ; Hiwell
» Date d'inscription : 24/07/2010
» Personnages :
AZURA - Lazuli
11 ans (18/08)

AURÉLION - Nakhu
10 ans (22/08)


» Feuille de perso'
» Points: 415

MessageSujet: Re: Moonlight. | Morokei   Jeu 05 Jan 2017, 21:30

    Le silence somptueux qui régnait en ces instants précédents était brisé par la glace. Comme une piqure de rappel, les craquèlements de la glace fit reculer la belle, et ramener les deux êtres à la réalité. Les deux acteurs du songe glacial, qui semblaient être en une si belle harmonie sous cette magnifique lune étincelante, avaient comme été séparé par une espèce de vitre invisible suivant les fissures dans la glace sous leurs pattes. Le murmure de l’inconnue l’intercepta et n’était pas sûr d’avoir bien entendu ce qu’elle avait dit. Le regard du mâle s’était perdu dans le vague quand les paroles de la femelle résonnèrent à nouveau dans ses oreilles.

    « Mieux vaut que vous ne restiez pas là. »

    Son regard se reporta sur elle, et la fixa un instant. Lentement, il replia ses ailes écailleuses en prenant conscience de chacun de ses nouveau muscles. Il ne l’avait pas quitté des yeux, lorsqu’il lui dit alors :

    « Aurélion. C’est mon nom. »

    Sur ces derniers mots il se retourna vers la lune, et marcha un instant vers elle, perdu. Il laissa l’inconnue à quelques mètres derrière lui, juste un instant, pour prendre conscience des choses… Et se rendre compte qu’il ne se trouvait pas dans un songe. Il n’avait pas envie que la louve rentre seule, il avait peur que la fragile glace se brise sous elle et qu’elle soit engloutie par sa faute. Il n’avait pas contrôlé son atterrissage. En fait, il n’avait rien contrôlé du tout. Et cela l’agaçait au plus haut point, surtout qu’il ne comprenait toujours pas ce qu’il lui était arrivé. Et s’il l’avait noyée sous la glace en atterrissant plus fort ? Il fixait la lune, immobile. Puis, il se retourna, commença à battre des ailes. Puis il prit son envol. Il vola si haut que la femelle ne devait plus le voir de là où elle était, puis, il piqua, droit vers elle, pour l’attraper de ses quatre pattes au passage, et s’envola de nouveau.

    Au dessus des arbres, la louve contre lui, le vent frappait son visage, mais il ne sentit rien. Sa crinière blanche était plaquée en arrière, et il se dirigeait droit vers le territoire séide. Une fois à la frontière, il déposa la louve doucement, sans pour autant mettre une patte au sol, et regagna les airs en direction des terres Brethen.

    Oui, notre mâle avait confiance en son odorat.
    Cela serait bien dommage s’il s’était trompé de territoire, mais il était convaincu qu’il avait senti l’odeur Séide.

    Il ne pensait plus durant tout son trajet. Lorsqu’il gagna la terre ferme, il se transforma à nouveau en loup. Il était si épuisé qu’il s’endormit à l’atterrissage, et ne s’était même pas rendu compte qu’il était redevenu loup. Deux pupilles bleues avait guetté son atterrissage, complètement ahurie de la situation. Ainsi, Azura s’occupa de le faire récupérer, en tant que Lanterne, consciente qu’il était complètement exténué, et sachant aussi que ce n’était pas très habituel non plus.
Revenir en haut Aller en bas
 
Moonlight. | Morokei
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Forum : moonlight city
» Moonlight Sonata
» Edition Panini
» Wolf Element et les Tops Sites
» {The White Bird and the Moonlight} {OK}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Accueil
 :: → Archives RP
-
Sauter vers: