Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 Hunger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hax
». Illustre
». Illustre
avatar

Masculin » Nombre de messages : 8096
» Age : 24
» PUF : Hax-Makina
» Date d'inscription : 04/08/2009
» Personnages :
    ☩ LÉGION
    23/08/16
    Solitaire
    8 ans
    Étranger.

    black


» Feuille de perso'
» Points: 1069
» PP:
» PPNOMPHYMENPO
Perso 1
Perso 2
Perso 3
Perso 4
Perso 5
Perso 6
Perso 7

MessageSujet: Hunger   Dim 07 Mai 2017, 12:42



    L'Abîme. Rien de plus, rien de moins.
    Cela faisait désormais plus de quatre ans qu'il arpentait ces terres — il lui semblait parfois avoir perdu le compte tant les journées s'enchainaient dans la plus triste monotonie, mais l'horloge qui égrenait les jours en lui, elle, ne perdait jamais le fil. Quatre ans qu'il avait quitté le Dédale et son clan, quatre ans qu'il s'était lancé à la recherche de Justice, quatre ans qu'il le traquait sans relâche.
    Quatre ans qu'il pistait en vain.
    Pas faute d'essayer pourtant : ce territoire, à force de l'arpenter de long en large, il le connaissait par coeur. Il en connaissait chaque fragrance, chaque aspérité. Il aurait pu le parcourir les yeux fermés sans faillir. Sans trébucher sur la moindre branche. Chaque vague trace du passage de Justice, désormais bien altérée par le temps voire totalement effacée tant elle était vieille, il la connaissait aussi. Il l'avait reniflée encore et encore, cherchant le lien qui lui manquait. Il pouvait retracer ses allées et venues sur une durée de plusieurs mois, avec une exactitude presque terrifiante. Il en avait presque l'impression de connaître sa proie, peut-être mieux qu'il ne se connaissait lui-même. Il en prévoyait même ses comportements.
    Le seul problème est que tout cela s'ancrait dans une boucle vieille de plusieurs années, une boucle littéralement sans fin puisqu'elle finissait un beau jour par se stopper net, et à partir de là, c'était comme si Justice n'existait plus.
    Mort ? Détruit par un prédateur ? Tombé dans un piège ? Un simple accident, après tous ces mois à fuir, ces mois à survivre, à effacer ses traces ?
    Impossible.
    Impossible également d'en être sûr.

    Il avait l'impression de devenir fou.

    Pour le coup, au moins, son manque d'esprit était un atout indéniable. Toute personne saine aurait sombré dans la démence depuis longtemps. Lui, qui était dans le fond bien plus Machine qu'il n'était Loup, pouvait continuer de se lever chaque matin bien avant l'aube pour revenir encore et encore sur les mêmes vieilles traces. Explorer des pistes pour la énième fois. Rentrer bredouille, encore. A ce moment là, le crépuscule était déjà loin.
    Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait rien trouvé de nouveau.
    Lui qui n'avait jusqu'à il y a peu jamais envisagé l'échec comme une possibilité, commençait à se dire qu'il ne rentrerait probablement jamais chez lui. Cela faisait si longtemps.
    Un autre avait dû prendre sa place.
    Perspective qui à elle seule suffisait à faire se contracter les muscles de son abdomen dans une sensation des plus désagréables qu'il ne pouvait s'expliquer.
    Dans un monde plus juste, un monde où il aurait pu bénéficier d'une famille aimante et de gens pour l'entourer, on lui aurait expliqué que ce qu'il ressentait, c'était la peur.
    Mais puisque ce monde-là, il n'y goûterait jamais, il se contentait d'avancer dans l'inconnu, en essayant de ne pas trop y penser.

    A l'heure actuelle, Légion se tenait à l'entrée de la Mine. Cette Mine, il l'avait déjà explorée il y a bien longtemps — elle lui rappelait son chez-lui –, et il n'y avait pas trouvé trace de Justice. Il l'avait vite rayée de sa liste de lieux à visiter de manière régulière et n'y avait pas mis les pattes depuis plus d'un an. Et à vrai dire il ne s'y serait probablement pas aventuré ce jour s'il n'en avait émané cette étrange aura sombre. Impossible de dire quoi, mais il en était sûr : quelque chose se dégageait de ce lieu.
    Il supposait que son subconscient, si atrophié soit-il, devait capter quelque chose.
    En désespoir de cause, il avait décidé d'aller voir. Peut-être y aurait-il du nouveau.
    Cela faisait si longtemps qu'il ne s'était rien passé.

    Ainsi donc Légion pénétra-t-il dans la caverne, s'enfonçant dans les entrailles de la terre sans véritable appréhension, puisque les entrailles de la terre, il ne connaissait que trop bien. Et pour cause, il en était le fruit.
    Scrutant avec attention les alentours malgré une apparence décontractée, il se laissa happer par l'obscurité ambiante. Elle ne l'effrayait pas.
    Après tout, la peur lui était inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
http://hax-makina.deviantart.com/
Rengar
».New'
avatar

Masculin » Nombre de messages : 42
» Age : 51
» Date d'inscription : 10/10/2015

MessageSujet: Re: Hunger   Dim 07 Mai 2017, 16:18



    Quelques instants auparavant, des Troupiers l'avaient averti de la présence d'un loup particulièrement étrange à l'intérieur de leurs frontières.

    Son aspect complètement différent de celui des loups qu'ils avaient eu l'habitude de croiser avaient éveillé un sens de prudence et d'alerte en eux, qui les avaient poussé à rebrousser chemin au lieu d'arrêter l'inconnu. A la place, ils étaient revenus vers leur chef, qui avait choisit de rappeler les patrouilles et de laisser l'énergumène approcher sans qu'aucun Precursor ne se mette en travers de sa route. A l'intérieur de la mine, le meneur de la meute attendait qu'il ne se montre, ou que l'une de ses sentinelles ne le rejoigne pour lui apprendre que le loup avait finalement rebroussé chemin. Son odeur très particulière lui picota les narines peu de temps après être descendu dans la caverne. Malgré les effluves familiers des territoires alentours, il percevait chez lui quelque chose d'étranger, d'exotique, quelque chose qui suscitait en lui la curiosité et l'intérêt. Jusqu'à sa différence avec les autres allait-elle ? C'était une question intéressante pour lui.

    Le cliquetis des griffes contre la pierre lui apprit qu'il n'était plus très loin. Il ne l'avait pas encore remarqué, ombre parmi les ombres, mais le regard du mâle brun était désormais ancré sur lui. Quel animal étonnant ... Physiquement, il n'avait absolument rien à voir avec les Séides, les Brethens, ou même les Solitaires. Son profil, son museau étaient radicalement différents. Ses pattes et ses griffes également. Son physique hurlait l'aisance au combat et son regard intégralement noir suintait d'une expression sur laquelle Rengar ne parvînt pas à mettre de mot. En silence, et sans paraître offensif, il s'extirpa de sa cachette pour lui faire face. Une légère trouée dans le plafond laissait passer un très ténu filet de lumière qui fit luire son regard bleu glace. Autour de lui, de nombreux Troupiers et Porteguerres étaient cachés dans les méandres de la caverne, prêts à intervenir si le besoin s'en présentait. Après tout, ils ne savaient pas à qui ils avaient affaire.

    Rengar se redressa de toute sa hauteur, puis alla jusqu'à s'étirer, avant de s'asseoir sur le sol de grès. Un très léger sourire étirait ses lèvres. Ses yeux étaient à moitié fermés et le bout de sa queue se balançait lentement, à un rythme irrégulier. Il ressemblait à un félin contemplant un spectacle plaisant. Un très faible ricanement s'échappa de sa poitrine, retenu et étouffé par ses lèvres hermétiquement fermées. Puis sa voix lourde comme le tonnerre roula dans le silence de la caverne, créant un écho qui usa de quelques secondes avant de disparaître.

    - Salutations, étranger. Que me vaux l'honneur de ta visite ?

    Rengar restait prudent.
    Il ignorait tout de ce mâle, et ne savait pas s'il disposait d'un quelconque pouvoir, quoique l'absence de Glowstick autour de son cou suggérait qu'il en était sûrement exempt. Il était toutefois attiré par la force qui se dégageait de cet être, et était disposé à mener une discussion qui mènerait à ajouter cette force à son arsenal. Mais rien n'était joué.

    Alors, il jouait la prudence, quelque chose qui ne lui allait pas forcément, mais qu'il se devait d'utiliser lorsque le jeu en valait la chandelle.

Revenir en haut Aller en bas
Hax
». Illustre
». Illustre
avatar

Masculin » Nombre de messages : 8096
» Age : 24
» PUF : Hax-Makina
» Date d'inscription : 04/08/2009
» Personnages :
    ☩ LÉGION
    23/08/16
    Solitaire
    8 ans
    Étranger.

    black


» Feuille de perso'
» Points: 1069
» PP:
» PPNOMPHYMENPO
Perso 1
Perso 2
Perso 3
Perso 4
Perso 5
Perso 6
Perso 7

MessageSujet: Re: Hunger   Dim 07 Mai 2017, 19:38

    Et à mesure qu'il progressait, de nouvelles odeurs s'étaient mêlées à celle de la pierre humide.

    A première vue, il n'avait pas cru à des loups. Ca y ressemblait, mais c'était légèrement différent. Pas comme ça pouvait l'être pour un renard ou un coyote, qui étaient des espèces radicalement différentes, mais pas non plus comme ça pouvait l'être pour lui — son odeur était après tout un peu différente de celle des locaux, et ce n'était pas uniquement dû à l'odeur de poil légèrement roussi qui semblait coller à la peau des membres de toute sa meute. Il y avait une variante, mais une variante sur laquelle il ne pouvait mettre de mots.
    Intrigué, il avait poursuivi sa route, redoublant de méfiance alors qu'il se sentait toucher au but.

    Et puis enfin, dans ce qui semblait être une cavité plus large que les autres, il se retrouva confronté à l'un d'entre eux. Un loup dont l'odeur étaient bien plus similaire à celle qu'il connaissait que celles des mignons qui fourmillaient derrière lui. Il eut le sentiment d'être face à un individu placé haut dans la hiérarchie. Il émanait de lui comme une aura charismatique, quelque chose qui semblait intimer le respect, comme cela pouvait se ressentir lorsqu'il était en présence de Démos.
    Légion aurait pu prétendre à cette aura, lui aussi. Dans un autre monde peut-être. Dans cette existence-ci, la seule chose qui conduisait les autres à baisser les yeux en sa présence, ce n'était pas le respect, mais la terreur qu'il inspirait chez ses pairs.
    Les nombreuses balafres de l'autre ainsi que sa solide musculature suggéraient un combattant aguerri. Il n'avait as l'air tout jeune, mais semblait avoir encore de l'énergie à revendre. Fait notable, il ne possédait pas l'un de ces glowsticks dont bénéficiaient les gens du coin. Aucun d'entre eux n'en avait.

    — Salutations, étranger. Que me vaut l'honneur de ta visite ?

    Désormais immobile, à quelques mètres du mâle, Légion observait les alentours. Ainsi vivait-il ici, en compagnie de ces étranges créatures ? Il n'y avait pourtant pas de trace de leur existence il y avait de cela quelques mois. Leur arrivée devait être récente, mais ils semblaient pourtant déjà bien installés et sûrs de leur fait.
    Sans avoir directement croisé d'autres personnes, il avait senti une légère tension dans l'air ces derniers temps chez ceux qu'il avait pu observer de loin. Cela avait-il un lien avec ce clan venu d'on ne savait où ?

    — Qui êtes-vous ? demanda-t-il le plus sobrement possible, toujours aussi doué pour répondre aux questions des autres.
Revenir en haut Aller en bas
http://hax-makina.deviantart.com/
Rengar
».New'
avatar

Masculin » Nombre de messages : 42
» Age : 51
» Date d'inscription : 10/10/2015

MessageSujet: Re: Hunger   Lun 08 Mai 2017, 13:02



    L'individu n'était pas hostile.

    Toutefois, Rengar ne baissait pas sa garde pour autant. Il lui laissa le temps de répondre, et fut assez surpris de le voir détourner le regard pour observer ce qui se trouvait autour de lui. Il n'avait pas l'air inquiet ou mal à l'aise, juste curieux, et plein d'interrogations. Silencieux, et étonnamment patient, le grand mâle brun patientait en remuant lentement sa queue tordue. Pendant ce temps, il détaillait toujours celui qui se trouvait devant lui, sentant également monter en lui une curiosité de plus en plus grande en constatant qu'il n'avait absolument rien à voir avec tous les loups qu'il lui avait été donné de croiser, ici, dans cet archipel, tout au long de sa vie. Il reposa son regard entièrement noir sur lui, et lui demanda qui il était. Rengar plissa les yeux et orienta légèrement les oreilles vers l'arrière.

    - Tu n'es pas ici depuis très longtemps, je suppose. Et tu n'étais pas non plus à l'Eclat Saule. Autrement, tu ne poserais pas cette question.

    C'était comme s'il réfléchissait à voix haute. Il n'avait pas le souvenir de l'avoir vu près du vieil arbre lorsque lui et sa meute avaient fait leur fracassant retour. Mais il y avait tellement de loups présents ce jour-là, il aurait pu passer à côté. Il se racla la gorge et se redressa légèrement pour s'expliquer à nouveau. Se répéter, encore et encore, sur qui ils étaient et ce qu'ils étaient venus faire commençait sérieusement à le rendre complètement dingue. Mais c'était, comme bien d'autres choses, un mal nécessaire.

    - Je suis Rengar, chef des Precursor. Permets-moi de t'expliquer qui nous sommes, car mon petit doigt me dit que tu n'en as aucune idée. Il y a des années de cela, nous nous sommes rassemblés après avoir été rejetés par la meute Séide, qui à cette époque était la seule et unique meute de l'archipel. La raison à cela était que nous avions des souvenirs, à ce moment-là flous et diffus, d'un passé dissimulé par le dieu des dieux, Cronos.

    A force de la répéter, il lui semblait que son histoire perdait en impact. Il se leva, et décrivit un cercle très lent autour de son interlocuteur, le regard fixé sur lui.

    - Ce monstre a réduit à néant l'ancienne civilisation de cette terre, sous prétexte qu'elle ne le satisfaisait plus. Ceux qu'il n'a pas massacré, il les a réduit à l'état de marionnette, supprimant leurs souvenirs et en en implantant de nouveaux, factices. Ce qui me diffère des autres Séides, c'est que j'ai gardé des bribes de ces mémoires. Pourquoi ? Je l'ignore. Mais je n'étais pas le seul. C'est de là que sont nés les Precursor originels.

    Un ricanement sans joie lui secoua les épaules.

    - Bannis parce qu'ils étaient les seuls âmes légitimes dans un rassemblement d'imposteurs qui n'en avaient même pas conscience.

    Il s'arrêta à nouveau face à lui, les sourcils froncés.

    - Nous avons frappé les Séides un grand coup par le passé. Mais ils étaient trop obstinés pour entendre raison. Nous leur avons donc fait la guerre, probablement l'une des plus violentes qu'ils aient connu, si ce n'est la plus violente. Puis nous sommes partis, car il ne restait plus grand chose de notre meute. Après de trop nombreuses lunes à se cantonner à nouveaux aux ombres, et à regarnir nos rangs, nous sommes revenus pour reprendre ce qui nous appartient de droit. Ni plus ... Ni moins.

    Là-dessus, il s'assit. Il ne lui proposa pas d'emblée de les rejoindre, car il voulait d'abord savoir quel effet ces révélations auraient sur lui. S'il n'était pas d'ici, il n'avait probablement que faire de ces histoires de divinités auxquelles il n'avait de toute évidence pas prêté la moindre allégeance, puisqu'il n'avait pas de Glowstick. Rengar attendit donc, de nouveau silencieux, fourmillant lui aussi de questions qu'il garda pour l'instant de côté.

Revenir en haut Aller en bas
Hax
». Illustre
». Illustre
avatar

Masculin » Nombre de messages : 8096
» Age : 24
» PUF : Hax-Makina
» Date d'inscription : 04/08/2009
» Personnages :
    ☩ LÉGION
    23/08/16
    Solitaire
    8 ans
    Étranger.

    black


» Feuille de perso'
» Points: 1069
» PP:
» PPNOMPHYMENPO
Perso 1
Perso 2
Perso 3
Perso 4
Perso 5
Perso 6
Perso 7

MessageSujet: Re: Hunger   Lun 08 Mai 2017, 16:14

    A mesure que l'autre se dévoilait un peu plus, tournant lentement autour de lui comme un prédateur cherchant une faille, le sentiment que cette meute était au final très similaire à la sienne s'installait en Légion.
    La seule différence notable qu'il décelait était que son propre clan agissait au nom de quelque chose qui les dépassait de loin — pas vraiment un Dieu, mais ça s'en approchait – et que celui-ci en combattait une autre. Du reste, les cas étaient étonnamment proches.
    Ce loup-là, très probablement leur dirigeant, se targuait d'avoir accès à un savoir qui était interdit aux autres : il voyait dans un passé qui leur était interdit. Démos, lui, pressentait l'avenir.
    Ils ne vivaient que pour la conquête, l'agrandissement perpétuel d'un territoire au nom de leur Grande Cause, et peu importait si cela devait se faire dans le sang. Il avait lui-même décimé des familles entières pour des motifs qu'il ne comprenait même pas.
    Et par-dessus tout, ils étaient intimement convaincus d'avoir raison, et semblait-il fermés à toute possibilité de compromis.

    Légion décelait dans l'attitude de ce mâle cette étincelle crépitante qu'était la Passion. Cette ébullition d'émotions déchirantes dont il était à jamais privé, et qu'il n'avait tout au plus que pu effleurer le soir où il avait détruit Dimitri et les siens, voilà bon nombre d'années déjà. Une passion sanglante et morbide, certes, mais il n'était pas rare de tomber dans l'excès lorsqu'on traitait avec ce genre de sentiments.
    Qu'est-ce qui pouvait bien la motiver ?
    Un désir de justice ? Etait-ce donc la justice que d'écraser ceux qui refusaient de se ranger de votre côté ?
    Avait-il perdu des êtres chers dans cette remise à zéro divine qu'il avait mentionné plus tôt ?
    La jalousie, peut-être ? Celle de voir ces individus préservés du souvenir d'une civilisation anéantie ? Jouissant désormais des terres qui étaient autrefois siennes ?
    Oh, certes, il avait dès son plus jeune âge été conditionné pour ne pas se poser de question. Il le savait et l'acceptait pleinement. Cela ne l'avait pourtant pas empêché de s'interroger maintes et maintes fois sur les raisons qui poussaient les siens à agir de la sorte, tout comme sur les causes qui avaient pu le pousser, lui, à être tel qu'il était. Il ne les avait cependant jamais formulées à voix haute. Les questions, il les avait gardées pour lui, car il était soldat, non philosophe. Il était resté à sa place.
    Mais à présent la situation était toute autre. Voilà qu'il se retrouvait face au fantôme de sa propre histoire et qu'il pouvait parler librement puisque cela n'aurait pas la moindre incidence sur son propre statut. Puisque cela ne concernait tout simplement pas sa meute. Mais une autre, très similaire. Pour une fois, il pouvait se permettre de questionner la personne en face de lui sans sortir du cadre qui était sien.

    — Ne pouvez-vous pas cohabiter ?

    Pas de jugement dans son intonation, seule la curiosité. C'était la question qui l'avait toujours taraudé. Qu'est-ce qui rendait une cause plus importante qu'une autre ? Qu'est-ce qui rendait certains individus purs, et d'autres non ? Qu'est-ce qui poussait les loups à s'entretuer systématiquement, quand bien même ils auraient pu tout simplement s'ignorer ?
    D'où provenait-elle, cette haine destructrice ?
    Pourquoi la Guerre, pourquoi toujours la Guerre ?
Revenir en haut Aller en bas
http://hax-makina.deviantart.com/
Rengar
».New'
avatar

Masculin » Nombre de messages : 42
» Age : 51
» Date d'inscription : 10/10/2015

MessageSujet: Re: Hunger   Lun 08 Mai 2017, 19:02



    Il ne s'était pas attendu à ça.

    Pris au dépourvu par la question en guise de réponse, Rengar changea de regard sur l'individu, son manque de patience s'exprimant à nouveau et prenant le pas sur l'image de meneur stoïque qu'il essayait en vain de se donner. Sa queue s'immobilisa et un soupir contrit s'échappa de sa poitrine contractée. Il baissa légèrement le menton. Ce loup était intelligent, il en avait la conviction. S'il s'interrogeait ainsi, c'était parce qu'il voulait comprendre la situation et ne pas sauter directement aux conclusions. Au fond de son coeur perfide, le grand mâle brun savait qu'il n'aurait aucun intérêt à s'emporter contre lui, bien au contraire. C'est pourquoi il prit quelques secondes avant de lui répondre. Il se racla la gorge une nouvelle fois et orienta les oreilles vers l'arrière, le front plissé par de curieuses rides.

    - Pour l'instant, c'est ce qui est prévu. Mais nous sommes cantonnés à ce seul et unique territoire : de vieilles mines abandonnées. Pas de point d'eau propre, pas suffisamment de proies pour nourrir tout un groupe. Nous avons prévu de prendre possession de territoires supposément libres ... Sauf qu'une fois qu'ils seront à nous, plus personne à part nous ne pourra y chasser. Et je suis pas né de la dernière pluie : je sais que ça va causer du grabuge.

    Il fronça les sourcils et retroussa les babines dans un accès de fureur.

    - Si les autres meutes ou les Solitaires nous mettent des bâtons dans les roues, si les territoires que nous choisissons finissent par leur manquer, pour je ne sais quelle raison, alors il y aura affrontement. C'est inévitable. Et si nous ne leur forcerons pas la main en ce sens, on doit s'y préparer. Les Séides, en particulier, sont avides et n'en ont jamais assez. S'ils jouissent déjà d'excellents territoires de chasse, ils n'hésiteront pas à essayer de nous reprendre ceux que nous auront conquis, parce que les souris seront plus grosses et que les biches seront mieux nourries. Il y aura toujours un prétexte pour venir nous chercher.


    Il redressa les oreilles sur son crâne et afficha un sourire sec. Il se passa un coup de langue sur les lèvres et son regard se mit à étinceler.

    - Mon peuple s'est battu depuis toujours pour survivre. Nous sommes fuselés par l'art de la guerre et de la survie. Nous ne craignons pas la guerre. Il est dans l'avantage des autres de l'éviter, car si elle devait survenir, nous en sortirions vainqueurs.

    L'assurance du loup frôlait l'excès de confiance. Un inconnu comme lui devait le juger sacrément hautain, trouver qu'il se surestimait beaucoup trop, surtout qu'il semblait lui aussi taillé pour la bagarre. Rengar connaissait bien les mentalités d'ici. La seule éventualité à sa défaite serait l'union pure et parfaite de chacun des groupes de l'archipel. Et cela n'arriverait jamais. Pas à cause des Solitaires, pas à cause des Brethens : mais à cause des Séides. Ils étaient trop fiers, trop supérieurs, complètement incapable de gérer une alliance sans chercher à tout prix à en prendre les rênes et à se positionner comme meneurs universels.

    Exactement comme Cronos.

    - Au-delà d'une bataille sans suspens, nous préférons une conversion progressive des Séides vers notre cause. Nous voulons les sortir de leur léthargie, leur ouvrir les yeux, leur redonner l'héritage qu'on leur a dérobé. Nous voulons que les Precursor deviennent Punk Wolf.

    L'impatience d'assouvir sa vengeance sur le dieu des dieux en réduisant son héritage à néant le démangeait. Mais le processus prenait du temps. Beaucoup de temps. Il brûlait de partager enfin les détails de son plan avec quelqu'un d'autre que ses lieutenants ou ses guerriers, mais pour le moment, il n'avait pas encore pu accorder suffisamment sa confiance pour cela. Mieux que de massacrer les Séides, les convertir un à un à sa meute serait une bien meilleure victoire sur le dieu meurtrier. Siphonner les Brethens également, et embaucher un maximum de Solitaires, même en tant que mercenaires, pour que les Precursors deviennent l'ultime meute de Punk Wolf. Il prit une grande inspiration pour calmer les battements rythmés de son cœur.

    Tout cela finirait par venir en son heure, il en était confiant.

Revenir en haut Aller en bas
 
Hunger
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hunger Games - La nouvelle ère - RPG
» CHAPITRE1. les 76th hunger games, la moisson
» RP 1 Hunger Games (P.v Jasper, Eolia et Elyin)
» Hunger games
» Demande de partenariat : Hunger Games RPG [Acceptée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Accueil
 :: → Archives RP
-
Sauter vers: