Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 [HALLOWEEN] Delduwath - Lagertha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aishi
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 298
» Age : 20
» Date d'inscription : 14/05/2017
» Personnages :
    Morrow
Célibataire | Lesbienne | Alpha Lazulis | 4 ans (née le 27/01/17)

    Korra
Célibataire | Hétéro | Etelkrus
| 1 an (née le 20/07/17)


    Thalion
Célibataire | ??? | Etelkrus
| Louveteau (née le 30/10/17)


Delduwath (l'Ombre) Démon PNJ, adulte

» Feuille de perso'
» Points: 221

MessageSujet: [HALLOWEEN] Delduwath - Lagertha   Dim 08 Oct 2017, 23:17


Bloody Moon


C'était la pleine lune cette nuit là lorsque Delduwath était de sortie, mais pas n'importe laquelle. C'était une lune rouge. C'était une nuit parfaite pour s'amuser un peu. Il avança à petit trot jusqu'à la lisière d'une forêt sombre, où mêmes les rayons sanglants de la lune ne pouvaient transpercer les feuillages tant ils étaient épais. Son massif pelage d’ébène se fondait à la perfection dans ce décors obscure et lugubre. Il était l'Ombre, et seul son oeil satanique d'un rouge vif perçait la noirceur de la nuit, comme un laser.
Il arriva près d'un arbre mort aux racines découvertes et se mit à creuser à son pied, faisant tinter les chaines lourdes qui l'entouraient. Il attrapa quelques baies rares et referma le trou de rapides coups de pattes. Il croqua dans les baies qui éclatèrent entre ses redoutables mâchoires en un jus violacé, dégoulinant sur les extrémités de ses babines et colorant ses crocs d'un magenta vif. Son encas avalé, il reprit son petit trot vers la clairière, ressortant de la forêt. A chaque pas qu'il faisait, la sensation dans son corps augmentait. Plus il avançait, moins il sentait la terre sous ses pattes, ni le vent sur son pelage. Un sourire farouche se dessina sur son visage ténébreux, tant cela l'excitait.
Arrivé dans la clairière, il sentit l'odeur délicieuse d'un canidé, et même plus précisément d'une femelle tant son parfum était fruité par les chaleurs qu'elle dégageait. Il se tapit dans les hautes herbes et avança à l’extrémité Nord pour les surprendre dans leur avancée.

« ... des lapins et d'autres rongeurs, tu verras. Demain, je te montrerai un lieu idéal et...

Son sourire en coin de babine monta jusqu'à son unique oeil, découvrant de plus belle son énorme canine. Son corps débordait d'énergie et ses épaules remuaient déjà tant il avait envie de bondir.

— Maman regarde ! Un papillon luminescent ! »

La voix enfantine résonna aux oreilles de l'Ombre comme une douce caresse qui lui monta la salive aux babines. Son regard scintillait tandis que ses mâchoires s'entrouvrirent dans une expression d'émerveillement.
Il se leva brusquement et d'une voix parfaitement calme lança avec une grimace malsaine :

— Bouh.

Il souriait à en découvrir tous ses crocs, admirant ses nouveaux jouets. Le petit, terrifié, se rua dans les pattes de sa mère et tomba, perdant l'équilibre. La louve aux reflets cuivrés par la lune découvrit rapidement les crocs dans un grognement ridiculement offensif. Il ria.

— Comme c'est mignon.. Je ne vous ai pas fait peur au moins ?

Sa voix sarcastique descendait dans les rauques. C'était sa voix naturelle, lorsqu'il était calme — ou presque —.

« — Qui êtes-vous ? ...

... Éloignez vous de nous, sale monstre...
LUCIUS, DERRIÈRE MOI ! ... »


Ses paroles étaient veines. Il se rua droit sur la louve et l'éjecta sur le côté d'un violent coup de pattes, lui fracassant les mâchoires de son poing américain. Les craquements des crocs cassés se sentirent comme des vibrations dans les bagues de l'Ombre qui riait sauvagement, amusé.
Le petit était roulé en boule sur le sol, le museau entre les pattes pour se cacher, le corps sanglotant à le rendre flou.

— Cela fait bien longtemps que je n'ai pas croisé de femelle, et.. quel parfum que tu m'fais renifler là ... Dans ses paroles, il inhala l'air d'une longue traite, gonflant ses poumons à bloc, puis il recracha ce parfum exaltant tout en ouvrant grand la gueule, un rictus vicieux ridant l’extrémité de ses babines. Elle posa un regard inquiet sur son fils qui claquait des dents à côté du mâle ténébreux puis se releva pour lui faire face de nouveaux, la mâchoire inférieure dés-emboitée. Son rire s'intensifia avec moquerie et flatterie, car il adorait ça.

— Viens.. Viens.. L'invita-t-il d'une voix fourbe et perverse.

Son fils était là, et il fallait qu'elle fasse quelque chose, au péril de sa vie elle le défendrait, car il était tout ce qu'il lui restait. Elle vivait seule et il était son trésor, alors elle ne le laissera pas aux pattes d'un monstre pareil ! Lui qui est si adorable.. Son visage attristé se tordit en une grimace d'horreur, de colère et de frustration et elle poussa un cri à s'en déchirer les entrailles. Elle serra ses crocs — ce qu'il en restait d'intacte — en un grincement strident, assimilable au bruit désagréable des griffes sur un mur lisse, et bondit sur l'inconnu.

Il se laissa attaquer sans broncher et sans riposter. Elle entaillait sa chair dans un torrent de coups de mâchoires vifs, tirant dessus, arrachant de grosses touffes de poils à certains endroits, lacérant son corps de ses griffes. Il ne bougeait pas, ne réagissait pas, il demeurait inébranlable. Les baies étaient vraiment très utiles. Très rares, il les avait emporté d'autres terres méconnues de Punk Wolf. Elle agissait dans son corps comme un anti-douleur remarquablement efficace. Il ne ressentait plus rien, même si on lui arrachait un membre, il n'en ressentirait même pas un chatouillement. Ces effets duraient plusieurs heures, le temps que son organisme les digèrent complètement.

Elle se fatigua vite et lorsqu'elle fut à bout de souffle, elle s'arrêta sur un morceau de chair qu'elle maintenait entre ses crocs, poussant de ses pattes avec faiblesse sur le corps pour l'arracher.

Il se braqua et leva son corps du sol, s'appuyant sur ses puissantes pattes arrières, soulevant la louve en même temps. Sa prise lâcha et elle tomba au sol sur les os, trop faible pour se rattraper correctement. De sa gorge émana un rire abominable qui hoquetait, montait et descendait, sautait d'une note à l'autre, un rire à donner le mal de mer, qui menaçait de se muer en un cri d'épouvante.
La mère le fixait d'un regard horrifié, les yeux exorbités, les pattes écartés, son corps se mettant lui aussi à trembler. Elle risquait de s'écrouler sur le sol d'un instant à l'autre tant ses pattes vibraient.

Le rire s'arrêta, mais un rictus glacé demeurait figé sur ses babines teintées de violet.

— C'est tout ce que tu donnes ma belle ? Tu mords la ou tu m'fais une toilette ?

Pourtant, il était bien amoché et saignait à diverses endroits, découvrant de grosses plaies charcutées. Aussitôt, il s'élança d'un bond sur elle et lui balaya les pattes. Lorsqu'elle fut au sol, il se plaça derrière et au dessus d'elle, entourant son corps de ses pattes. Il planta ses crocs dans sa nuque et la maintint ainsi couchée au sol. Bien qu'elle tentait de se relever, il exerçait une force monstrueuse sur son col, serrant ses mâchoires sur sa chaire. Elle se débattait, affolée, quand elle sentit quelque chose de chaud lui tâter l'arrière train. Elle s'affola mais étant à bout de force, et la douleur lui tiraillant toute la nuque, elle ne put rien faire. Il se coucha à moitié sur elle et parvint à pénétrer son gros sexe dans son derrière. Il ne savait pas par quelle ouverture il était passé, mais en tout cas, s'était passé, et il se mit en mouvement. Il allait et venait avec brutalité, tirant sur sa nuque dans ses mouvements accélérés, sa bave dégoulinante se mêlant au sang chaud le long de ses babines, coulant sur le pelage humide de la femelle qui hurlait.
Tout ça devant les yeux écarquillés du petit qui, sous les effroyables cris de sa mère, avait fini par lever les yeux. Les oreilles contre son crâne, il demeura figé sur place, épouvanté par cette horrible scène, des perles roulant sur son visage. Sa mère aussi pleurait. De tristesse, d'horreur, de douleur physique et morale, tandis que les claquements du mâle lui brûlait l'arrière-train à lui en déchirer les tissus génitaux. Après quelques minutes, lorsqu'il parvint à l'extase et que tout se calma, la louve était inerte. Sans qu'il le sache, il l'avait égorgé sous la frénésie du plaisir final. Une marre de sang s’étendait autour d'elle et baignait les pattes de l'Ombre. Il se libéra d'elle et souffla un petit instant, reprenant une bouffée d'air avec un sourire de satisfaction.
Puis il reporta son attention sur le petit qui n'avait toujours pas bougé. Ses yeux ne clignaient plus et fixait le regard perdu de sa mère, les larmes encore chaudes sur sa gueule ensanglantée. Il semblait inhabité. L'ombre s'approcha, mais à sa grande surprise, le petit reprit ses esprits et détala aussi vite que ses pattes lui permettaient. Il trébuchait, s'égratignant, mais se relevait aussi rapidement qu'il était tombé et courait aussi vite qu'un lièvre. Mais il n'y voyait rien, et il faisait trop de bruit alors il était facilement repérable. Il se cacha donc.

— Luciuuuus... où est-tu.. ? Je ne vais pas te faire de mal voyons..

Un temps passa, et le coeur du petit battait à en sortir de sa cage thoracique. Puis la voix du mâle revint jusqu'à ses oreilles, plus loin que tout à l'heure..

— Tu veux jouer à cache-cache c'est ça ? Mhmmm... C'est un jeu amusant. Et ça me plait.. Mais dans ce cas, permet moi de rajouter quelques règles...

La voix le contournait par l'Est, mais restait toujours aussi éloignée, comme si il perdait sa trace.

— .. Si je ne te trouve pas, tu es libre de filer. Mais si je te trouve...

Il laissa sa phrase en suspens.
La respiration de Lucius était de plus en plus forte.

— TU ES A MOI. Hurla-t-il devant lui en sortant de l'obscurité d'un bond vif. Il claqua le petit sur le sol d'un geste de la patte, écrasant son ventre pour éviter qu'il ne se relève. Ouvrant en grand ses mâchoires, il le saisit par la taille et le souleva du sol.


Dernière édition par Aishi le Dim 15 Oct 2017, 12:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Crystaless
». Timid'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 215
» Age : 25
» PUF : MitsubaShinsen
» Date d'inscription : 17/05/2017
» Personnages : Un RP ?
Ma tribu !


Lagherta
Célibataire | 3 ans(27.5.17)
Etelkrus | Garde
#DarkTurquoise]


Alwine
Célibataire | 3.5 ans (15.4.17)
Etelkrus | Guérisseuse
#DarkOrange


Lénael
Célibataire | 2-5 ans(4.6.17)
Lazulis | Coursier
#LightSeaGreen



» Feuille de perso'
» Points: 0

MessageSujet: Re: [HALLOWEEN] Delduwath - Lagertha   Lun 09 Oct 2017, 18:59

La pleine brillait cette nuit-là. Elle brillait d’une angoissante lueur rougeoyante. Une jeune louve dormait dans sa tanière. Malheureusement, son sommeil n’était loin d’être paisible. Pour tout avouer, il était plutôt agité. Tant et si bien que la respiration de la jeune louve était rapide, saccadée et irrégulière. Son lit de paille était trempé de sueur, tout comme sa belle fourrure brune. Soudain, elle se réveilla en sursaut et son hurlement strident de pure terreur résonna dans la nuit lugubre.



Je m’éveille en sursaut, totalement paniquée, encore dans les limbes de mon terrifiant cauchemar. Ma tête tourne, mon souffle est totalement anarchique et je ne sais pas dans quel endroit je me trouve. Je cherche mon souffle, ainsi qu’à retrouver mes esprits. Après quelques secondes, je parviens enfin à retrouver mes esprits, à me situer dans l’espace et dans le temps. J’avoue avoir de la peine en réalisant qu’Ezhekiel n’est pas là, ni son odeur rassurante... Puis, je me rappelle enfin que je me trouve dans ma propre tanière, seule. Convaincue que je ne retrouverai pas le sommeil pour cette nuit, pas après cet horrible rêve. La pleine lune avait toujours un effet relativement néfaste sur moi, mais la lune rouge me rappelait bien trop de souvenir. Lors de la dernière lune rouge, ma vie avait failli se terminer de façon tragique.



FLASH BACK

La lune rouge et pleine inondait le ciel d’une lugubre lueur rouge sang. Une petite louvette courrait à en perdre haleine. Elle courrait pour tenter de sauver pauvre courte vie. Elle était effrayée et arrivait à bout de force. Mais elle entendait les pas lourds de son poursuivant qui se rapprochait d’elle. Elle tenta d’accélérer encore d’avantage mais ses pauvres petites pattes endolories étaient trop courtes et faibles encore pour parvenir à tenir le rythme et une cadence si effrénée. L’une de ses petites pattes épuisées se prit dans une racine et elle fit un rouler-bouler de plusieurs mètres. En un instant, son poursuivant fut sur elle. La jeune louvette n’eut même pas le temps de crier que la gueule du grand loup se refermait sur ses flancs. Les griffes de sa patte avant lacérèrent le flanc de la jeune louve. Puis, l’étau de sa gueule se resserra, elle fut soulevée de terre et secouée dans tous les sens de manière violente. La douleur était insupportable, le sang coulait abondamment de ce pauvre petit corps fragile. Puis, elle fut jetée au loin et son petit corps claqua contre un arbre puis retomba mollement au sol, immobile. Le loup enragé jeta un regard au petit corps immobile et sanguinolent de partout, attendit quelques instants en la fixant, puis, il cracha sur elle et tourna les talons pour ne plus revenir.

FIN DU FLASH BACK




Cette nuit-là, j’avais failli mourir. Si Ezhekiel ne m’avais pas trouvé, mon petit cœur aurait cessé de battre après avoir perdu tant de sang. Mais sans vraiment comprendre ce phénomène, à chaque pleine lune, c’est cauchemar et souvenirs qui se mêlent à mon sommeil. Et apparemment, lors de nouvelles pleines lunes rouges, c’était encore pire. C’est dans ce genre de moment que la présence rassurante et chaleureuse(parfois) de papa me manque depuis que j’ai ma propre tanière. Mais Je marche maintenant depuis un moment, ma fourrure à quelque peu sécher, mais elle est toujours poisseuse et collante. Et ma fourrure n’est pas vraiment la seule à ne pas s’être remise de mon rêve d’agonie. Le moindre bruit de branche, hurlement d’animal, me faisait sursauter et me retourner sur moi-même. Le souvenir de mon père biologique me poursuivant pour ma mise à mort me hantait, bien plus que ce que je le croyais finalement… La jungle était teintée d’une sombre lueur rouge et lugubre donné par la lune. Et soudain, des cris arrivèrent à mes oreilles, des cris de terreurs, des cris d’agonies, des appels à l’aide désespérés. Ces cris réveillent une nouvelle fois mes souvenirs d’antan de cette nuit affreuse que j’avais vécu. Mes membres tremblaient, la peur s’empara de mon corps, immobilisant mes muscles et mes membres et les images défilèrent devant mes yeux… Cela dura un moment, puis, un cri plus fort que les autres me réveilla. Si Ezhekiel n’avait pas été là cette nuit-là, s’il ne m’avait pas trouvée, je serais morte cette nuit… S’il y avait une chance pour que mon intervention puisse sauver la vie de quelqu’un, alors je devais y aller ! Je me fis violence pour foncer vers l’origine des cris plutôt que de courir dans la direction opposée, comme mon instinct et ma peur me le guidaient. Mes foulées s’allongent, mon souffle s’accélère, les battements de mon cœur sont affolés. Je file dans le vent, ignorant les branches qui me fouettent le visage et soudain, le temps s’arrête. Je débouche dans une clairière et la scène qui se dévoile alors à mes yeux me glace le sang, littéralement. Une louve est à l’agonie, écroulée sous le poids d’un mâle énorme qui commet un acte innommable contre elle. Il prend du plaisir à la faire souffrir, et quand enfin vint son plaisir ultime, sans même s’en rendre contre, la tête de la jeune femelle s’arracha. Au ralentit, je vois les muscles et les chairs du coup de la pauvre louve se tendre, puis s’étiolé, et enfin totalement se rompre. Le sang gicle, et il me semble entendre le cri d’agonie de la louve perdurer dans mes oreilles. Le craquement de sa nuque qui lâche enfin prise me glace le sang. Ensuite, je portais mon regard sur le mâle ignoble. La pauvre louve ne s’était pas laissé faire sans rien dire. Elle s’était battue, bravement même, au vu des plaies présentes en abondance sur le corps du gros mâle et il me semblait qu’il avait perdu une quantité de sang non négligeable par ses plaies. Certaines étaient vraiment profondes. Mais il ne semblait rien sentir…



Le gros mâle se retourne et semble chercher quelque chose. Puis, il appelle un certain petit Lucius et mon sang se glace lorsque je comprends que la louve n’était pas seule. Elle avait un petit, qui devait être caché quelque part et avait assisté à ce spectacle macabre. Mon dieu ! Le gros mâle lui proposa donc une partie de cache-cache et c’est à ce moment que je bondis, sans rien contrôler. Mon instinct avait pris le dessus et même si avant, il me criait de fuir, là, la vie d’un bébé dépendait de mon intervention et je refusais de rester là sans rien faire, à regarder un massacre comme celui qui avait été le mien il y a 2ans à présent ! Malheureusement, je me trouvais à l’autre bout de la clairière et même si l’adrénaline me donnait l’impression d’avoir des ailes, je ne put arriver à temps. Le monstre trouva le petit et l’envoya voler d’un coup de patte. Puis, il se jeta sur lui et l’attrapa dans sa gueule. J’avais l’avantage de l’effet de surprise et j’espérais qu’il n’était pas trop tard. Poussant de toute la force de mes pattes, je me jetais sur le le gros mâle, par le flanc. Le choc fut violent, tant pour moi que pour lui, même s’il ne semblait pas sentir la douleur. Sous le coup, il fut tout de même bousculé et la surprise lui fit lâcher la contenance de sa gueule. Je n’hésitais pas une seule seconde, je ne faisais pas le poids contre un monstre pareil, même si j’avais envie de le réduire en charpie. Mais s’il ne sentait pas la douleur, cela voulait également dire qu’il n’avait probablement pas conscience des plaies béantes qui saignaient abondamment. Si elle tenait assez longtemps, pour que la perte de sang soit suffisante, il perdrait rapidement une dose importante d’énergie, jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus. Alors sans m’arrêter, j’orientait ma course dans la direction du petit, qui était en l’air, éjecté de la gueule de ce monstre par le choc. Malheureusement pas le temps de dans la douceur, je l’attrapais au vol, le plus doucement possible, malgré tout, j’entendis un craquement sinistre dans ma gueule. Le petit hurla de douleur, au moins, il était en vie. J’atterrit avec agilité sur le sol et sans attendre, je détalais avec la précieuse petite chose dans ma gueule. J’empruntais le chemin qui m’avait conduite ici. A beaucoup d’endroits, j’avais eu du mal à passer, donc lui, aurait bien du mal, puisqu’il faisait deux fois ma taille. Il se blesserait encore d’avantage et perdrait encore plus rapidement le liquide précieux dont on ne pouvait se passer. J’entendais son souffle rauque, pas très loin derrière moi et l’espace d’un instant, la panique d’il y a deux ans m’envahi. Mais le petit gémit dans ma gueule et me réveilla. Mon courage reprit le dessus et je continuais de courir à pleine allure avec le précieux paquet dans ma gueule. Je pris tout de même le temps de me faufiler dans des endroits où j’étais absolument certaine qu’il ne pourrait pas passer. Pas sans forcer et se blesser. Il fallait que je fasse durer la poursuite, à l’heure actuelle, je savais que je n’avais aucune chance au corps à corps avec ce monstre. Alors j’usais de mon cerveau, car apparemment, il n’en avait pas… J’usais également de ma petite taille, net avantage dans cette jungle luxuriante. Mais je ne savais pas combien de temps mes pattes et mes muscles pourraient encore tenir ce rythme effréné…


Dernière édition par Lagherta le Dim 22 Oct 2017, 10:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aishi
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 298
» Age : 20
» Date d'inscription : 14/05/2017
» Personnages :
    Morrow
Célibataire | Lesbienne | Alpha Lazulis | 4 ans (née le 27/01/17)

    Korra
Célibataire | Hétéro | Etelkrus
| 1 an (née le 20/07/17)


    Thalion
Célibataire | ??? | Etelkrus
| Louveteau (née le 30/10/17)


Delduwath (l'Ombre) Démon PNJ, adulte

» Feuille de perso'
» Points: 221

MessageSujet: Re: [HALLOWEEN] Delduwath - Lagertha   Dim 15 Oct 2017, 12:15


Bloody Moon


Un rire à peine audible et grave résonna dans sa gorge. Sa bave dégoulinait sur le pelage du petit et venait se glisser jusqu'à son museau. Le loupiot se débattait entre ses grands crocs acérés mais l'imposant mâle serra ses mâchoires pour le calmer, craquant la chair comme s'il mordait dans un morceau de lapin. Il couina et se tordit le corps de douleur, de chaudes larmes coulant encore le long de ses babines. Ses yeux étaient devenus rouges tant il avait pleuré et de gros cernes noires apparaissaient comme des poches en dessous de ses grands yeux ronds.
D'un coup, quelque chose lui rentra brutalement dedans et il tomba à la renverse sous la choc et lâcha le petit en pleine volée.
Il se releva aussi rapidement qu'il le pouvait, faisant saillir ses gros muscles, et aperçu une femelle attraper le petit et s'enfuir à grandes foulées. Il serra les crocs, énervé de son idiotie. Claquant les mâchoires par fureur, il se lança dans de grands bonds à sa pourchasse. Plus rapide que lui, elle parvenait à prendre de l'avance car elle esquivait facilement les obstacle dans l'obscurité de la nuit. L'Ombre lui, se les prenait en pleine gueule : Des ronces qui lui arrachait des morceaux de peaux, des branches qui lui fouettaient le corps à lui en faire des bleues, des orties et bien d'autres choses qui l'auraient ralenti en temps normal. Sauf que les baies faisaient encore effet et il ne ressentait toujours rien. Cela le poussait même à braver les plus gros dangers sans se soucier de sa vie. Sa peau arrachée restait accrochée à certains endroits, tombant à la renverse sur son flancs et sur ses pattes. Certains de ses tendons étaient à découvert au niveau de sa patte arrière gauche, et on y voyait presque l'os tant la peau avait été déchiquetée. Grâce à son passage dans un gros buisson de ronces, il put reprendre de l'avance sur la femelle et parvint à la rattraper.

HAHA ! Cria-t-il en déboulant de son côté droit, lui barrant le passage d'une glissade sur le sol.

Il se jeta crocs déployés sur ses pattes et en choppa une, l'arrière-gauche. Il serra si fort qu'il sentit les muscles se fendre et les tendons craquer, jusqu'à la matière solide de l'os. Il se releva, levant la patte avec lui de façon à bloquer la louve au sol. Il la traîna sur plusieurs mètres par pur plaisir, sadique qu'il est. Ses mâchoires jouaient avec le reste des tendons et de la chair dans des vas et viens, taillant ce qu'il restait de sa patte. Puis avec de l'élan, il tourna sur lui-même en rond et fit tourner la louve si vite qu'elle ne touchait plus le sol. Lorsqu'elle lâcha enfin le petit sous l'effet de vitesse, il l'envoya s'écraser contre un arbre et, secouant sa tête pour tout remettre droit, il se rua sur le petit encore à terre et le prit entre ses crocs. Cette fois-ci, il ne le laisserai pas tomber. Mais le petit était déjà mort, car le choc avait été trop violent sur sa tête et son corps était désarticulé.

C'est vraiment dommage ça.. au lieu de le sauver, tu viens de le tuer. Avec qui je vais m'amuser moi maintenant ?

Il ponctua sa phrase d'un regard en coin, baissant légèrement le museau en biais avec un grand rictus carnassier, ses crocs luisant d'un rouge écarlate.
Revenir en haut Aller en bas
Crystaless
». Timid'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 215
» Age : 25
» PUF : MitsubaShinsen
» Date d'inscription : 17/05/2017
» Personnages : Un RP ?
Ma tribu !


Lagherta
Célibataire | 3 ans(27.5.17)
Etelkrus | Garde
#DarkTurquoise]


Alwine
Célibataire | 3.5 ans (15.4.17)
Etelkrus | Guérisseuse
#DarkOrange


Lénael
Célibataire | 2-5 ans(4.6.17)
Lazulis | Coursier
#LightSeaGreen



» Feuille de perso'
» Points: 0

MessageSujet: Re: [HALLOWEEN] Delduwath - Lagertha   Jeu 19 Oct 2017, 17:37

Je courais à en perdre haleine, mon souffle était anarchique et désordonné et je peinais de plus en plus à respirer correctement, la petite boule de poils dans ma gueule m'empêchait de respirer correctement. Je continuais de serpenter entre les branches et les ronces qui jonchaient la jungle. J’entendais le souffle rauque de la bête qui me poursuivais. Je tentais d’accélérer encore mais mes pattes ne parvenaient pas à augmenter encore d’avantage le rythme. Il y a trop longtemps que je courrais comme une dératée. D’abord pour venir, puis pour attaquer la bête et enfin, depuis que j’avais le petit. J’avais l’impression de courir depuis des heures. Et le souffle rauque qui me suivait, accompagné des pas lourds de la bête, ainsi que les bruits de fouet que produisait les branchages qui s’accrochait à lui et se relâchait après son passage m’effrayaient, me rappelait tellement de mauvais souvenirs… Ce genre de chose, je l’avais déjà vécu et j’avais l’impression de les revivre. Mais ma volonté était plus forte cette fois, et moi-même également. Je refusais de me faire avoir comme à l’époque. Ne pouvait accélérer d’avantage, je serpentais et sinuait encore plus dans les branchages.

Puis soudain, je remarquais que je n’entendais plus le souffle rauque et les pas lourds qui me poursuivaient… Je commençais à angoissé, de plus en plus en me demandant où il pouvait être. Malgré tout, je refusais de m’arrêter, ne sait-on jamais, peut-être que je l’avais semé à force… Puis, soudain, il était sur ma gauche et je le vis se jeter contre moi. Je tentais d’esquiver, mais le sursaut de frayeur m’avait déjà trop déséquilibrée pour que je puisse l’éviter complément. Et c’est avec un hurlement d’horreur mélangée à la douleur que je sentis ses crocs se refermer sur ma patte arrière gauche. Il serra les mâchoires et je sentis mes muscles lâcher, puis les tentons et ma patte était à présent presque inutilisable. Mon hurlement me fit lâcher mon précieux butin, bien malgré moi. La bête se releva brusquement, ma patte toujours dans sa gueule et m’emporta donc avec lui, au dernier moment, je rattrapais le petit dans ma gueule, le plus délicatement possible. La bête se mit à mastiquer ma patte, comme s’il rongeait un os. La douleur me fit hurler à nouveau, mais je ne lâchais pas prise et me forçais davantage encore à ne pas serrer les mâchoires pour contenir ma douleur. Puis, la Bête me traîna avec lui sur plusieurs mètres, toujours par la patte, que je commençais à ne plus sentir, tellement il était en train de la bousiller. En retrouverais-je un jour l’usage ? Et le pauvre petit, qu’allait-il devenir si je ne pouvais plus lutter contre ce monstre pour le protéger ? Le monstre s’arrêta et la douleur de ma patte se raviva. En avait-il marre ? Je n’eut pas longtemps à me poser la question, car le monstre se mit à tourner sur lui-même, d’une telle puissance que la force centrifuge me fit décoller du sol. Il me fit tourner un moment, et sous le coup de la force centrifuge et de la douleur, je sentais le petit glisser de ma gueule. Puis, il glissa complétement de sa gueule. Et il gicla violemment contre un arbre. J’entendis le petit s’écraser contre l’arbre avec un bruit mat, puis un craquement sinistre se fit entendre. La tristesse m’envahit. J’avais échoué… Je n’avais pas pu sauver cette pauvre petit boule de poil qui avait déjà perdu sa mère sous ses yeux… Dès que le petit ne fut plus dans ma gueule, le monstre me lâcha et m’envoya voler dans la nature. Je m’écrasais à mon tour contre un arbre. Un craquement et une douleur intense au thorax m’indiqua que je venais de me casser une côte. La bête se jeta immédiatement sur le petit et le prit dans sa gueule.

    - " C'est vraiment dommage ça… Au lieu de le sauver, tu viens de le tuer. Avec qui je vais m'amuser moi maintenant ? "


La rage m’aveugla, comment pouvait-il parler ainsi de loups qu’il venait de tuer ! Je me relevais, tant bien que mal. Je sentis des os craqués en moi et la douleurs fut insupportable, mais je continuais de lutter. Bientôt, je fus sur mes pattes et prête à me battre. L’adrénaline déferla dans mes veines et bientôt, une grosse partie de la douleur disparut. Sans attendre, je me jetais sur lui. Il était déjà bien amoché, les plaies que lui avait infligés la louve s’étaient agrandies à cause des ronces et branchage qu’il avait pris dans la course poursuite, sans faire attention. Il saignait encore plus qu’avant, mais ne semblait toujours pas ressentir ni la douleur, ni la fatigue. Je n’attendis pas plus longtemps à réfléchir et me jetais sur lui. Ma patte arrière gauche craqua et m’arracha une grimace et je décidais donc de ne plus m’en servir. J’attaquais, sans relâche. Attrapant tout ce qui passait entre mes crocs et arrachant ensuite. Puis, atterrissant sur le sol, pour mieux repartir à l’attaque. Ainsi, je parvins à lui attraper l’oreille que j’arrachais sans trop de mal, le sang gicla. Puis, atterrissant à nouveau sur le sol, je marchais sur un bout de bois. Je ne réfléchissais pas, c’est ma rage qui réfléchissait et agissait pour le moment. J’attrapais le bout de bois dans ma gueule et m’élançais à nouveau direction du monstre. En plein élan, je tournais la tête et le bâton se planta tout droit dans son œil, au moins jusqu’à sa moitié. J’attaquais une nouvelle fois et cette fois, au dernier moment, je raclais le sol et lui attrapait une patte. Ma mâchoire se ferma et j’utilisais mon élan pour la tordre en plus. Encore un coup dans à l’avant de cette patte et un craquement se fit entendre, elle était brisée et l’articulation était tournée dans le mauvais sens. S’il n’avait toujours pas mal, au moins, sa patte était désormais inutilisable. Le sol en dessous de lui était couvert de sang, majoritairement le sien et un peu du mien. L’adrénaline commençait à baisser, et la douleur revenait, petit à petit, mais je refusais de laisser vivre cette ordure ! Soit c’est lui qui mourrait, soit ce serait moi en essayant de le tuer… Mais il n’y avait pas d’autre issue possible à cette journée !

    - " Espèce de monstre, jamais je ne te laisserais repartir vivant après ce que tu leur as fait ! "



Dernière édition par Lagherta le Ven 20 Oct 2017, 09:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aishi
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 298
» Age : 20
» Date d'inscription : 14/05/2017
» Personnages :
    Morrow
Célibataire | Lesbienne | Alpha Lazulis | 4 ans (née le 27/01/17)

    Korra
Célibataire | Hétéro | Etelkrus
| 1 an (née le 20/07/17)


    Thalion
Célibataire | ??? | Etelkrus
| Louveteau (née le 30/10/17)


Delduwath (l'Ombre) Démon PNJ, adulte

» Feuille de perso'
» Points: 221

MessageSujet: Re: [HALLOWEEN] Delduwath - Lagertha   Jeu 19 Oct 2017, 21:10


Bloody Moon


D'un grand coup de langue, il nettoya ses babines du sang mêlé des différents canidés qu'il avait broyé et cracha celui-ci d'un puissant jet sur la gueule de la louve en furie. Malgré l'état alarmant de son corps, elle se jeta sur lui et déchaîna sa colère, lui taillant l'oreille, en arrachant des bouts dans un bruit assourdissant.
Pathétique.. Mais c'est encore plus amusant quand elles ne se laissent pas faire.

Il se cabra à multiples reprises pour la faire tomber, lui écrasant parfois les pattes. Il voulut tomber avec elle et l'écrabouiller de tout son poids, mais bien plus rapide que lui, elle esquiva, alors il tomba sur le dos d'un bruit lourd et quelque chose cassa, faisant vibrer tout son squelette. Sans surprise.
Il se releva sans difficulté, n'éprouvant toujours aucune douleur, mais il était trop lent et elle lui enfonça un grand bois dans l'oeil valide qui lui restait. Il recula sous le choc, secouant sa gueule de gauche à droite dans des mouvements brutaux, tel un taureau endiablé, repoussant la femelle sous ses coups violents et désordonnés. D'un geste des pattes, il arracha le bois de son oeil dans un bruit de flatuosité et un trou béant se dévoila., quelques nerfs optiques ressortant, certains se brisant comme des élastiques lorsqu'il éloigna l'énorme bâton. Il n'y voyait plus que du noir, mais l'odeur de son sang lui monta jusqu'au cerveau. Il serra les crocs si fort que l'un d'eux se brisa et siffla dans l'air pour atterrir plus loin. Écartant les pattes, il tentait de se fier à son ouïe mais un horrible sifflement suite à sa récente blessure le déconcentrait. L'aura était tout ce qu'il lui restait de valide dans ses sens, alors il s'en servit pour sentir l'odeur de la femelle. Une odeur de peur et de chien mouillé.
Il voulut l'attaquer mais trop tard, elle était déjà sur sa patte et la tordait dans un sens qu'il n'aurait jamais cru réalisable. Il sentit comme un chatouillement lui stimuler les tendons et un flot de rire grinçant émana de sa gorge, un rire hideux à vous glacer le sang. Peu à peu, les sensations lui revinrent et les premiers picotements arrivèrent. Il grimaça dans une expression glauque, formant de nombreuses rides partout sur son visage qui n'en était plus un. Il ne ressemblait plus à rien : sa peau se détachait de son corps griffé, écorché, balafré, ensanglanté, son pelage d'ébène était arraché à de nombreux endroits pour y laisser apparaître des croutes immondes, l'une de ses pattes était désarticulée, les autres totalement amochées, son visage recouvert de sang ressemblait à un trou noir engouffrant avec un monstrueux sourire pétrifiant à vous en donner des frissons en pleins milieu.

Un monstre ? Tu dramatises mon chat, je ne fais que jouer.

Il avança vers la source de la voix à peine audible qu'il avait pu percevoir à travers les sifflements, traînant l'arrière de son corps au sol suite à sa patte désarticulée, faisant ressortir son imposante musculature. La douleur était revenue, mais il continuait d'avancer et claquait des crocs avec fureur. Sa respiration était plus forte, son souffle plus court, et entre chaque inspiration, il laissait échapper de brefs petits rires angoissants comme un fou allié, tirant la langue. Ses veines se mirent à grossir, ressortant de sa peau suite à l'excès de douleur qui lui montait à la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Crystaless
». Timid'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 215
» Age : 25
» PUF : MitsubaShinsen
» Date d'inscription : 17/05/2017
» Personnages : Un RP ?
Ma tribu !


Lagherta
Célibataire | 3 ans(27.5.17)
Etelkrus | Garde
#DarkTurquoise]


Alwine
Célibataire | 3.5 ans (15.4.17)
Etelkrus | Guérisseuse
#DarkOrange


Lénael
Célibataire | 2-5 ans(4.6.17)
Lazulis | Coursier
#LightSeaGreen



» Feuille de perso'
» Points: 0

MessageSujet: Re: [HALLOWEEN] Delduwath - Lagertha   Ven 20 Oct 2017, 11:38



Le monstre se lécha les babines pour nettoyer le sang qu’il avait partout sur le gueule. Le sang de ses victimes. Puis il me le cracha dessus, comme si je n’étais rien à ses yeux. Rien d’autre qu’un déchet. Ma fureur n’en fut qu’augmentée. Je me jetais sur lui, à plusieurs reprises, sanas jamais cesser mes attaques. Je lui arrachais des bouts de peau, de chair et même un bout d’oreille. Puis, je lui brisais une patte, même s’il ne ressentait pas la douleur, elle était désormais absolument inutilisable, puisqu’elle était tordue, brisée et en miette. Mais j’avoue que la douleur l’aurait encore plus immobilisé, et cela m’aurait arrangé, mais tant pis… Plusieurs fois, lors de mes attaques, il tenta de me faire chuter. Mais plus rapide que lui, jamais il ne put me tomber dessus comme il le souhaitait. Même un fois, il tomba à la renverse, sur le dos, j’eu tout juste le temps de l’esquiver avant qu’il ne me tombe dessus. Il chuta violemment sur le dos et même s’il se releva sans mal, le sinistre craquement n’était pas passé inaperçu. Il devait sans doute s’être cassé une côte ou deux… Alors que je le laissai avec un bâton planté profondément dans son œil, j’attendis qu’il l’enlève et je ne fus pas déçue. Il l’enleva d’un geste rageur et le sang gicla. Une petite victoire de plus, il était désormais aveugle, puisque son second œil montrait clairement qu’il était foutu, et depuis bien longtemps. Il semblait moins bien entendre également, il ne tournait pas aussi vite la tête dans la direction dans laquelle je faisais du bruit. Certes, je n’avais pas encore gagné la guerre, mais j’avais tout de même gagné un certain nombre de bataille. Il était blessé de partout, une patte en charpie, aveugle, presque sourd et bientôt, tout le sang qu’il avait perdu se ferait ressentir, j’en étais certaine.

J’avoue ne pas être en grande forme, j’avais également une patte en charpie, mais pour le reste, je me portais plutôt bien, hormis la fatigue musculaire et émotionnelle dont je souffrais après une pareille nuit… Après que j’aie parlé, il s’avança vers moi, doucement. Son souffle rauque, anarchique. Il claquait férocement des dents à chaque pas, pour montrer son impatience, son souffle était entrecoupé d’un rire sinistre juste après les claquements de mâchoires. La peur revenait s’insufflé en moi, mais je la chassais bien vite. Je refusais de le laisser gagner. Je me devais de l’achever, pour venger cette pauvre louve et son pauvre petit qui n’avaient rien demandés. Il ressemblait à un fou, il aurait fallu que ce monstre soit en cage, ou tué. Et je comptais bien en finir avec lui, histoire qu’il ne puisse plus jamais faire de mal à quelqu’un. Sans faire le moindre bruit, je m’éloignais de sa trajectoire. J’allais me placer là où il se trouvait avant de bouger. Dès que j’arrivais, mes pattes s’enfoncèrent dans quelque chose de visqueux et je baissais les yeux et la truffe vers cette matière. Son sang, en quantité très importante, beaucoup trop importante pour qu’il tienne encore debout… Une idée me vint à l’esprit. Il n’avait plus que son odorat et était actuellement en train de suivre mon odeur… En faisant le moins de bruit possible, je me roulais dans son sang. Ce fut la chose la plus dégoûtante que j’eus à faire de toute ma vie et je retins mes haut le cœur. Faire ce que j’étais en train de faire, me donnait une irrépressible et irrésistible envie de vomir. Mais je tins bon et me couvrit du sang de mon ennemi, il ne penserait jamais à rechercher sa propre odeur, il était pas assez malin, et actuellement, il n’était plus que folie. Sans attendre de voir si ma théorie était correcte, je passais à l’action et fonçait droit sur lui de toute ma puissance possible. Bien sur ma patte mutilée me ralentissait grandement, mais je refusais de le laisser s’en sortir. Au dernier moment, je raclais le sol et infligeais le même châtiment qu’à la première. Me servant de mon élan pour passer sans m’arrêter, j’attrapais sa patte au passage et tant que je n’entendis pas un craquement, je refusais de lâcher. Dès que j’entendis celui-ci, je lâchais, et terminais ma glissade un peu plus loin, hors d’atteinte. Il avait à présent deux pattes hors d’usage. Je fonçais à nouveau sur lui et le percutait de toutes mes forces pour le faire tomber. Une fois à terre, il ne pourrait plus se relever. La fin approchait ! Il ne méritait pas que je l’achève. Il méritait de mourir en une longue et interminable agonie. Je m’approchais de lui, veillant à me trouver toujours hors d’atteinte de sa gueule. Et sans attendre, je plongeais sur lui, ma gueule se referma sur sa truffe que j’arrachais et mastiquais. Puis je le regardais se noyer dans son propre sang, pendant qu’il continuait à se vider ce celui-ci. Cette fois, c’était finis. Soit il mourrait d’hémorragie, soit il mourrait par noyade en respirant son propre sang par sa truffe dévastée.

Je m’autorisais enfin à me lâcher, à me laisser aller et cette horreur que j’avais sous les yeux, ce que j’avais vu ce soir, et commis également. Son sang partout sur moi. Les images de cette pauvre louve mutilée et humiliée devant son propre fils. Ce pauvre petit qui avait assisté à ce triste spectacle, qui avait eu l’espoir d’être sauvé, pour ensuite tout de même mourir… Je laissais sortir mes haut le cœur et renvoyait tout ce que mon estomac comportait, et même plus encore. Souillé par tout son sang, mes entrailles ne seraient pas superflues et je n’en avais plus rien à faire… Alors je ne pris même pas la peine de m’écarter de lui, et vomit tout mon saoul sur lui. Mes larmes se mirent à couler et je les laissais, parce que c’était fini. J’avais gagné, mais je n’étais pas certaine que ce que j’avais gagné me rendait vraiment fière de moi. Qu’allait penser la meute de ce carnage que je venais de faire. Qu’allait penser Ezhekiel ? Me détesterait-il d’avoir été capable de faire tant de mal sous le coup de colère. D’avoir perdu ainsi le contrôle de moi-même ? Que m’arriverait-il ? La clairière était couverte de sang, l’herbe n’était même plus verte, mais rouge, presque entièrement. Comme si on était dans la Rougelande, alors que ce n’était absolument pas le cas. Epuisée, effrayée, en larme et à bout de force, je m’effondrais près du corps mutilé, agonisant et bientôt mort.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Aishi
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 298
» Age : 20
» Date d'inscription : 14/05/2017
» Personnages :
    Morrow
Célibataire | Lesbienne | Alpha Lazulis | 4 ans (née le 27/01/17)

    Korra
Célibataire | Hétéro | Etelkrus
| 1 an (née le 20/07/17)


    Thalion
Célibataire | ??? | Etelkrus
| Louveteau (née le 30/10/17)


Delduwath (l'Ombre) Démon PNJ, adulte

» Feuille de perso'
» Points: 221

MessageSujet: Re: [HALLOWEEN] Delduwath - Lagertha   Mar 24 Oct 2017, 12:27


Bloody Moon


La persévérance. C'est grâce à elle que l'on atteint son but, son objectif. Non. Là ce n'était pas grâce à elle qu'il avançait, c'était seulement de la folie.
L'absence de douleur lui avait procurée un changement radical de comportement face au danger, il n'avait plus peur et c'est ce qui le menait en réalité à la mort car il n'avait plus aucun réflex. Il était devenue une simple machine à tuer, et il était programmé pour tout détruire sur son passage.
Il ne sentait plus que l'odeur de son propre sang autour de lui, une odeur forte de charogne qui attirait les insectes et les volatiles. Parfois même, ils venaient sur ses plaies et s'incrustaient dedans, piquaient et arrachaient de la viande. Il ne sentait plus son corps tant la douleur était puissante suite à l'évacuation des baies, et l'autre femelle en profitait pour lui asséner de violents coups.
Ses plaintes hurlaient dans la nuit, résonnant comme le rugissement d'un ours enragé, il crachait du sang par tous les orifices.
Son rire se mua en gargouillis et sifflements asthmatiques, mais l'Ombre avançait toujours. Le corps entier désarticulé, il refusait encore de mourir. Il se traîna à plat ventre, un sourire figé sur les babines, ricanant encore comme si le monde entier n'était qu'une plaisanterie obscène dont lui seul appréciait l'humour.
Comme s'il n'était pas encore assez défiguré, elle lui broya le museau de multiples coups de mâchoires et bien qu'il tentait de se défendre gueule ouverte, c'était en vain. Il ne pouvait maintenant plus bouger, ses muscles ne répondaient plus à son commandement.
Alors il resta à terre, crachant du sang, creusant la terre de ses pattes valides, s'éclaboussant de sang lorsqu'il tapait dessus.

Nous nous reverrons.. en enfer. Cracha-t-il d'une voix entrecoupée par des gargouillis et des rires sibilants.

Puis les sifflements s'arrêtèrent. Il laissa sa gueule frotter la terre, s'enfonçant dans la profondeur de son sang. De sa langue encore mouvante, il lécha son sang pendant de longues minutes, et il s'immobilisa après un dernier hoquet, la gueule ouverte en un large rictus.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [HALLOWEEN] Delduwath - Lagertha   

Revenir en haut Aller en bas
 
[HALLOWEEN] Delduwath - Lagertha
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Let's go for Halloween ! [tous invités à participer !]
» Halloween event !!!
» L'event d'halloween sur FR
» UN AMI D'UN SOIR (conte pour Halloween)
» Automne, Halloween, sécheresse.. ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Terres Etelkru
 :: → Dents de Roc
-
Sauter vers: