Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 [HALLOWEEN] Delduwath - Lagertha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aishi
». Timid'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 160
» Age : 20
» Date d'inscription : 14/05/2017
» Personnages :
    Morrow
Célibataire | Lesbienne | Alpha Lazulis | 4 ans (née le 27/01/17)

    Korra
Célibataire | Hétéro | Etelkrus
| 1 an (née le 20/07/17)


Delduwath (l'Ombre) Démon PNJ, adulte

» Feuille de perso'
» Points: 55

MessageSujet: [HALLOWEEN] Delduwath - Lagertha   Dim 08 Oct 2017, 23:17


Bloody Moon


C'était la pleine lune cette nuit là lorsque Delduwath était de sortie, mais pas n'importe laquelle. C'était une lune rouge. C'était une nuit parfaite pour s'amuser un peu. Il avança à petit trot jusqu'à la lisière d'une forêt sombre, où mêmes les rayons sanglants de la lune ne pouvaient transpercer les feuillages tant ils étaient épais. Son massif pelage d’ébène se fondait à la perfection dans ce décors obscure et lugubre. Il était l'Ombre, et seul son oeil satanique d'un rouge vif perçait la noirceur de la nuit, comme un laser.
Il arriva près d'un arbre mort aux racines découvertes et se mit à creuser à son pied, faisant tinter les chaines lourdes qui l'entouraient. Il attrapa quelques baies rares et referma le trou de rapides coups de pattes. Il croqua dans les baies qui éclatèrent entre ses redoutables mâchoires en un jus violacé, dégoulinant sur les extrémités de ses babines et colorant ses crocs d'un magenta vif. Son encas avalé, il reprit son petit trot vers la clairière, ressortant de la forêt. A chaque pas qu'il faisait, la sensation dans son corps augmentait. Plus il avançait, moins il sentait la terre sous ses pattes, ni le vent sur son pelage. Un sourire farouche se dessina sur son visage ténébreux, tant cela l'excitait.
Arrivé dans la clairière, il sentit l'odeur délicieuse d'un canidé, et même plus précisément d'une femelle tant son parfum était fruité par les chaleurs qu'elle dégageait. Il se tapit dans les hautes herbes et avança à l’extrémité Nord pour les surprendre dans leur avancée.

« ... des lapins et d'autres rongeurs, tu verras. Demain, je te montrerai un lieu idéal et...

Son sourire en coin de babine monta jusqu'à son unique oeil, découvrant de plus belle son énorme canine. Son corps débordait d'énergie et ses épaules remuaient déjà tant il avait envie de bondir.

— Maman regarde ! Un papillon luminescent ! »

La voix enfantine résonna aux oreilles de l'Ombre comme une douce caresse qui lui monta la salive aux babines. Son regard scintillait tandis que ses mâchoires s'entrouvrirent dans une expression d'émerveillement.
Il se leva brusquement et d'une voix parfaitement calme lança avec une grimace malsaine :

— Bouh.

Il souriait à en découvrir tous ses crocs, admirant ses nouveaux jouets. Le petit, terrifié, se rua dans les pattes de sa mère et tomba, perdant l'équilibre. La louve aux reflets cuivrés par la lune découvrit rapidement les crocs dans un grognement ridiculement offensif. Il ria.

— Comme c'est mignon.. Je ne vous ai pas fait peur au moins ?

Sa voix sarcastique descendait dans les rauques. C'était sa voix naturelle, lorsqu'il était calme — ou presque —.

« — Qui êtes-vous ? ...

... Éloignez vous de nous, sale monstre...
LUCIUS, DERRIÈRE MOI ! ... »


Ses paroles étaient veines. Il se rua droit sur la louve et l'éjecta sur le côté d'un violent coup de pattes, lui fracassant les mâchoires de son poing américain. Les craquements des crocs cassés se sentirent comme des vibrations dans les bagues de l'Ombre qui riait sauvagement, amusé.
Le petit était roulé en boule sur le sol, le museau entre les pattes pour se cacher, le corps sanglotant à le rendre flou.

— Cela fait bien longtemps que je n'ai pas croisé de femelle, et.. quel parfum que tu m'fais renifler là ... Dans ses paroles, il inhala l'air d'une longue traite, gonflant ses poumons à bloc, puis il recracha ce parfum exaltant tout en ouvrant grand la gueule, un rictus vicieux ridant l’extrémité de ses babines. Elle posa un regard inquiet sur son fils qui claquait des dents à côté du mâle ténébreux puis se releva pour lui faire face de nouveaux, la mâchoire inférieure dés-emboitée. Son rire s'intensifia avec moquerie et flatterie, car il adorait ça.

— Viens.. Viens.. L'invita-t-il d'une voix fourbe et perverse.

Son fils était là, et il fallait qu'elle fasse quelque chose, au péril de sa vie elle le défendrait, car il était tout ce qu'il lui restait. Elle vivait seule et il était son trésor, alors elle ne le laissera pas aux pattes d'un monstre pareil ! Lui qui est si adorable.. Son visage attristé se tordit en une grimace d'horreur, de colère et de frustration et elle poussa un cri à s'en déchirer les entrailles. Elle serra ses crocs — ce qu'il en restait d'intacte — en un grincement strident, assimilable au bruit désagréable des griffes sur un mur lisse, et bondit sur l'inconnu.

Il se laissa attaquer sans broncher et sans riposter. Elle entaillait sa chair dans un torrent de coups de mâchoires vifs, tirant dessus, arrachant de grosses touffes de poils à certains endroits, lacérant son corps de ses griffes. Il ne bougeait pas, ne réagissait pas, il demeurait inébranlable. Les baies étaient vraiment très utiles. Très rares, il les avait emporté d'autres terres méconnues de Punk Wolf. Elle agissait dans son corps comme un anti-douleur remarquablement efficace. Il ne ressentait plus rien, même si on lui arrachait un membre, il n'en ressentirait même pas un chatouillement. Ces effets duraient plusieurs heures, le temps que son organisme les digèrent complètement.

Elle se fatigua vite et lorsqu'elle fut à bout de souffle, elle s'arrêta sur un morceau de chair qu'elle maintenait entre ses crocs, poussant de ses pattes avec faiblesse sur le corps pour l'arracher.

Il se braqua et leva son corps du sol, s'appuyant sur ses puissantes pattes arrières, soulevant la louve en même temps. Sa prise lâcha et elle tomba au sol sur les os, trop faible pour se rattraper correctement. De sa gorge émana un rire abominable qui hoquetait, montait et descendait, sautait d'une note à l'autre, un rire à donner le mal de mer, qui menaçait de se muer en un cri d'épouvante.
La mère le fixait d'un regard horrifié, les yeux exorbités, les pattes écartés, son corps se mettant lui aussi à trembler. Elle risquait de s'écrouler sur le sol d'un instant à l'autre tant ses pattes vibraient.

Le rire s'arrêta, mais un rictus glacé demeurait figé sur ses babines teintées de violet.

— C'est tout ce que tu donnes ma belle ? Tu mords la ou tu m'fais une toilette ?

Pourtant, il était bien amoché et saignait à diverses endroits, découvrant de grosses plaies charcutées. Aussitôt, il s'élança d'un bond sur elle et lui balaya les pattes. Lorsqu'elle fut au sol, il se plaça derrière et au dessus d'elle, entourant son corps de ses pattes. Il planta ses crocs dans sa nuque et la maintint ainsi couchée au sol. Bien qu'elle tentait de se relever, il exerçait une force monstrueuse sur son col, serrant ses mâchoires sur sa chaire. Elle se débattait, affolée, quand elle sentit quelque chose de chaud lui tâter l'arrière train. Elle s'affola mais étant à bout de force, et la douleur lui tiraillant toute la nuque, elle ne put rien faire. Il se coucha à moitié sur elle et parvint à pénétrer son gros sexe dans son derrière. Il ne savait pas par quelle ouverture il était passé, mais en tout cas, s'était passé, et il se mit en mouvement. Il allait et venait avec brutalité, tirant sur sa nuque dans ses mouvements accélérés, sa bave dégoulinante se mêlant au sang chaud le long de ses babines, coulant sur le pelage humide de la femelle qui hurlait.
Tout ça devant les yeux écarquillés du petit qui, sous les effroyables cris de sa mère, avait fini par lever les yeux. Les oreilles contre son crâne, il demeura figé sur place, épouvanté par cette horrible scène, des perles roulant sur son visage. Sa mère aussi pleurait. De tristesse, d'horreur, de douleur physique et morale, tandis que les claquements du mâle lui brûlait l'arrière-train à lui en déchirer les tissus génitaux. Après quelques minutes, lorsqu'il parvint à l'extase et que tout se calma, la louve était inerte. Sans qu'il le sache, il l'avait égorgé sous la frénésie du plaisir final. Une marre de sang s’étendait autour d'elle et baignait les pattes de l'Ombre. Il se libéra d'elle et souffla un petit instant, reprenant une bouffée d'air avec un sourire de satisfaction.
Puis il reporta son attention sur le petit qui n'avait toujours pas bougé. Ses yeux ne clignaient plus et fixait le regard perdu de sa mère, les larmes encore chaudes sur sa gueule ensanglantée. Il semblait inhabité. L'ombre s'approcha, mais à sa grande surprise, le petit reprit ses esprits et détala aussi vite que ses pattes lui permettaient. Il trébuchait, s'égratignant, mais se relevait aussi rapidement qu'il était tombé et courait aussi vite qu'un lièvre. Mais il n'y voyait rien, et il faisait trop de bruit alors il était facilement repérable. Il se cacha donc.

— Luciuuuus... où est-tu.. ? Je ne vais pas te faire de mal voyons..

Un temps passa, et le coeur du petit battait à en sortir de sa cage thoracique. Puis la voix du mâle revint jusqu'à ses oreilles, plus loin que tout à l'heure..

— Tu veux jouer à cache-cache c'est ça ? Mhmmm... C'est un jeu amusant. Et ça me plait.. Mais dans ce cas, permet moi de rajouter quelques règles...

La voix le contournait par l'Est, mais restait toujours aussi éloignée, comme si il perdait sa trace.

— .. Si je ne te trouve pas, tu es libre de filer. Mais si je te trouve...

Il laissa sa phrase en suspens.
La respiration de Lucius était de plus en plus forte.

— TU ES A MOI. Hurla-t-il devant lui en sortant de l'obscurité d'un bond vif. Il claqua le petit sur le sol d'un geste de la patte, écrasant son ventre pour éviter qu'il ne se relève. Ouvrant en grand ses mâchoires, il le saisit par la taille et le souleva du sol.


Dernière édition par Aishi le Dim 15 Oct 2017, 12:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lagherta
». Timid'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 131
» Age : 25
» PUF : MitsubaShinsen
» Date d'inscription : 17/05/2017
» Personnages :

Lagherta
Célibataire | 2.5 ans(27.5.17)
Etelkrus : jeune louve
#DarkTurquoise


Zollmiro
Célibataire | 4 ans(15.2.17)
Solitaire
#BlackOrchid


Alwine
Célibataire | 3 ans (15.4.17)
Etelkrus : Guérisseuse
#DarkOrange


Lénael
Célibataire | 2 ans(4.6.17)
Lazulis | Coursier
#LightSeaGreen

» Feuille de perso'
» Points: 0

MessageSujet: Re: [HALLOWEEN] Delduwath - Lagertha   Lun 09 Oct 2017, 18:59

La pleine brillait cette nuit-là. Elle brillait d’une angoissante lueur rougeoyante. Une jeune louve dormait dans sa tanière. Malheureusement, son sommeil n’était loin d’être paisible. Pour tout avouer, il était plutôt agité. Tant et si bien que la respiration de la jeune louve était rapide, saccadée et irrégulière. Son lit de paille était trempé de sueur, tout comme sa belle fourrure brune. Soudain, elle se réveilla en sursaut et son hurlement strident de pure terreur résonna dans la nuit lugubre.

 

Je m’éveille en sursaut, totalement paniquée, encore dans les limbes de mon terrifiant cauchemar. Ma tête tourne, mon souffle est totalement anarchique et je ne sais pas dans quel endroit je me trouve. Je cherche mon souffle, ainsi qu’à retrouver mes esprits. Après quelques secondes, je parviens enfin à retrouver mes esprits, à me situer dans l’espace et dans le temps. J’avoue avoir de la peine en réalisant qu’Ezhekiel n’est pas là, ni son odeur rassurante... Puis, je me rappelle enfin que je me trouve dans ma propre tanière, seule. Convaincue que je ne retrouverais pas le sommeil pour cette nuit, pas après cet horrible rêve. La pleine lune avait toujours un effet relativement néfaste sur moi, mais la lune rouge me rappelait bien trop de souvenir. Lors de la dernière lune rouge, ma vie avait failli se terminer de façon tragique.  

 

FLASH BACK

La lune rouge et pleine inondait le ciel d’une lugubre lueur rouge sang. Une petite louvette courrait à en perdre haleine. Elle courrait pour tenter de sauver pauvre courte vie. Elle était effrayée et arrivait à bout de force. Mais elle entendait les pas lourds de son poursuivant qui se rapprochait d’elle. Elle tenta d’accélérer encore d’avantage mais ses pauvres petites pattes endolories étaient trop courtes et faibles encore pour parvenir à tenir le rythme et une cadence si effrénée. L’une de ses petites pattes épuisées se prit dans une racine et elle fit un rouler-bouler de plusieurs mètres. En un instant, son poursuivant fut sur elle. La jeune louvette n’eut même pas le temps de crier que la gueule du grand loup se refermait sur ses flancs. Les griffes de sa patte avant lacérèrent le flanc de la jeune louve. Puis, l’étau de sa gueule se resserra, elle fut soulevée de terre et secouée dans tous les sens de manière violente. La douleur était insupportable, le sang coulait abondamment de ce pauvre petit corps fragile. Puis, elle fut jetée au loin et son petit corps claqua contre un arbre puis retomba mollement au sol, immobile. Le loup enragé jeta un regard au petit corps immobile et sanguinolent de partout, attendit quelques instants en la fixant, puis, il cracha sur elle et tourna les talons pour ne plus revenir.

FIN DU FLASH BACK


 

Cette nuit-là, j’avais failli mourir. Si Ezhekiel ne m’avais pas trouvé, mon petit cœur aurait cessé de battre après avoir perdu tant de sang. Mais sans vraiment comprendre ce phénomène, à chaque pleine lune, c’est cauchemar et souvenirs qui se mêlent à mon sommeil. Et apparemment, lors de nouvelles pleines lunes rouges, c’était encore pire. C’est dans ce genre de moment que la présence rassurante et chaleureuse(parfois) de papa me manque depuis que j’ai ma propre tanière. Mais Je marche maintenant depuis un moment, ma fourrure à quelque peu sécher, mais elle est toujours poisseuse et collante. Et ma fourrure n’est pas vraiment la seule à ne pas s’être remise de mon rêve d’agonie. Le moindre bruit de branche, hurlement d’animal, me faisait sursauter et me retourner sur moi-même. Le souvenir de mon père biologique me poursuivant pour ma mise à mort me hantait, bien plus que ce que je le croyais finalement… La jungle était teintée d’une sombre lueur rouge et lugubre donné par la lune. Et soudain, des cris arrivèrent à mes oreilles, des cris de terreurs, des cris d’agonies, des appels à l’aide désespérés. Ces cris réveillent une nouvelle fois mes souvenirs d’antan de cette nuit affreuse que j’avais vécu. Mes membres tremblaient, la peur s’empara de mon corps, immobilisant mes muscles et mes membres et les images défilèrent devant mes yeux… Cela dura un moment, puis, un cri plus fort que les autres me réveilla. Si Ezhekiel n’avait pas été là cette nuit-là, s’il ne m’avait pas trouvée, je serais morte cette nuit… S’il y avait une chance pour que mon intervention puisse sauver la vie de quelqu’un, alors je devais y aller ! Je me fis violence pour foncer vers l’origine des cris plutôt que de courir dans la direction opposée, comme mon instinct et ma peur me le guidaient. Mes foulées s’allongent, mon souffle s’accélère, les battements de mon cœur sont affolés. Je file dans le vent, ignorant les branches qui me fouettent le visage et soudain, le temps s’arrête. Je débouche dans une clairière et la scène qui se dévoile alors à mes yeux me glace le sang, littéralement. Une louve est à l’agonie, écroulée sous le poids d’un mâle énorme qui commet un acte innommable contre elle. Il prend du plaisir à la faire souffrir, et quand enfin vint son plaisir ultime, sans même s’en rendre contre, la tête de la jeune femelle s’arracha. Au ralentit, je vois les muscles et les chairs du coup de la pauvre louve se tendre, puis s’étiolé, et enfin totalement se rompre. Le sang gicle, et il me semble entendre le cri d’agonie de la louve perdurer dans mes oreilles. Le craquement de sa nuque qui lâche enfin prise me glace le sang. Ensuite, je portais mon regard sur le mâle ignoble. La pauvre louve ne s’était pas laissé faire sans rien dire. Elle s’était battue, bravement même, au vu des plaies présentes en abondance sur le corps du gros mâle et il me semblait qu’il avait perdu une quantité de sang non négligeable par ses plaies. Certaines étaient vraiment profondes. Mais il ne semblait rien sentir…

 

Le gros mâle se retourne et semble chercher quelque chose. Puis, il appelle un certain petit Lucius et mon sang se glace lorsque je comprends que la louve n’était pas seule. Elle avait un petit, qui devait être caché quelque part et avait assisté à ce spectacle macabre. Mon dieu ! Le gros mâle lui proposa donc une partie de cache-cache et c’est à ce moment que je bondis, sans rien contrôler. Mon instinct avait prit le dessus et même si avant, il me criait de fuir, là, la vie d’un bébé dépendait de mon intervention et je refusais de rester là sans rien faire, à regarder un massacre comme celui qui avait été le mien il y a 2ans à présent ! Malheureusement, je me trouvais à l’autre bout de la clairière et même si l’adrénaline me donnait l’impression d’avoir des ailes, je ne pu arriver à temps. Le monstre trouva le petit et l’envoya voler d’un coup de patte. Puis, il se jeta sur lui et l’attrapa dans sa gueule. J’avais l’avantage de l’effet de surprise et j’espérais qu’il n’était pas trop tard. Poussant de toute la force de mes pattes, je me jetais sur le le gros mâle, par le flanc. Le choc fut violent, tant pour moi que pour lui, même s’il ne semblait pas sentir la douleur. Sous le coup, il fut tout de même bousculé et la surprise lui fit lâcher la contenance de sa gueule. Je n’hésitais pas une seule seconde, je ne faisais pas le poids contre un monstre pareil, même si j’avais envie de le réduire en charpie. Mais s’il ne sentait pas la douleur, cela voulait également dire qu’il n’avait probablement pas conscience des plaies béantes qui saignaient abondamment. Si elle tenait assez longtemps, pour que la perte de sang soit suffisante, il perdrait rapidement une dose importante d’énergie, jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus.  Alors sans m’arrêter, j’orientait ma course dans la direction du petit, qui était en l’air, éjecté de la gueule de ce monstre par le choc. Malheureusement pas le temps de dans la douceur, je l’attrapais au vol, le plus doucement possible, malgré tout, j’entendis un craquement sinistre dans ma gueule. Le petit hurla de douleur, au moins, il était en vie. J’atterrit avec agilité sur le sol et sans attendre, je détalais avec la précieuse petite chose dans ma gueule. J’empruntais le chemin qui m’avait conduite ici. A beaucoup d’endroits, j’avais eu du mal à passer, donc lui, aurait bien du mal, puisqu’il faisait deux fois ma taille. Il se blesserait encore d’avantage et perdrait encore plus rapidement le liquide précieux dont on ne pouvait se passer. J’entendais son souffle rauque pas très loin derrière moi et l’espace d’un instant, la panique d’il y a deux ans m’envahi. Mais le petit gémit dans ma gueule et me réveilla. Mon courage reprit le dessus et je continuais de courir à pleine allure avec le précieux paquet dans ma gueule. Je pris tout de même le temps de me faufiler dans des endroits où j’étais absolument certaine qu’il ne pourrait pas passer. Pas sans forcer et se blesser. Il fallait que je fasse durer la poursuite, à l’heure actuelle, je savais que je n’avais aucune chance au corps à corps avec ce monstre. Alors j’usais de mon cerveau, car apparemment, il n’en avait pas… J’usais également de ma petite taille, net avantage dans cette jungle luxuriante. Mais je ne savais pas combien de temps mes pattes et mes muscles pourraient encore tenir ce rythme effréné….
Revenir en haut Aller en bas
Aishi
». Timid'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 160
» Age : 20
» Date d'inscription : 14/05/2017
» Personnages :
    Morrow
Célibataire | Lesbienne | Alpha Lazulis | 4 ans (née le 27/01/17)

    Korra
Célibataire | Hétéro | Etelkrus
| 1 an (née le 20/07/17)


Delduwath (l'Ombre) Démon PNJ, adulte

» Feuille de perso'
» Points: 55

MessageSujet: Re: [HALLOWEEN] Delduwath - Lagertha   Dim 15 Oct 2017, 12:15


Bloody Moon


Un rire à peine audible et grave résonna dans sa gorge. Sa bave dégoulinait sur le pelage du petit et venait se glisser jusqu'à son museau. Le loupiot se débattait entre ses grands crocs acérés mais l'imposant mâle serra ses mâchoires pour le calmer, craquant la chair comme s'il mordait dans un morceau de lapin. Il couina et se tordit le corps de douleur, de chaudes larmes coulant encore le long de ses babines. Ses yeux étaient devenus rouges tant il avait pleuré et de gros cernes noires apparaissaient comme des poches en dessous de ses grands yeux ronds.
D'un coup, quelque chose lui rentra brutalement dedans et il tomba à la renverse sous la choc et lâcha le petit en pleine volée.
Il se releva aussi rapidement qu'il le pouvait, faisant saillir ses gros muscles, et aperçu une femelle attraper le petit et s'enfuir à grandes foulées. Il serra les crocs, énervé de son idiotie. Claquant les mâchoires par fureur, il se lança dans de grands bonds à sa pourchasse. Plus rapide que lui, elle parvenait à prendre de l'avance car elle esquivait facilement les obstacle dans l'obscurité de la nuit. L'Ombre lui, se les prenait en pleine gueule : Des ronces qui lui arrachait des morceaux de peaux, des branches qui lui fouettaient le corps à lui en faire des bleues, des orties et bien d'autres choses qui l'auraient ralenti en temps normal. Sauf que les baies faisaient encore effet et il ne ressentait toujours rien. Cela le poussait même à braver les plus gros dangers sans se soucier de sa vie. Sa peau arrachée restait accrochée à certains endroits, tombant à la renverse sur son flancs et sur ses pattes. Certains de ses tendons étaient à découvert au niveau de sa patte arrière gauche, et on y voyait presque l'os tant la peau avait été déchiquetée. Grâce à son passage dans un gros buisson de ronces, il put reprendre de l'avance sur la femelle et parvint à la rattraper.

HAHA ! Cria-t-il en déboulant de son côté droit, lui barrant le passage d'une glissade sur le sol.

Il se jeta crocs déployés sur ses pattes et en choppa une, l'arrière-gauche. Il serra si fort qu'il sentit les muscles se fendre et les tendons craquer, jusqu'à la matière solide de l'os. Il se releva, levant la patte avec lui de façon à bloquer la louve au sol. Il la traîna sur plusieurs mètres par pur plaisir, sadique qu'il est. Ses mâchoires jouaient avec le reste des tendons et de la chair dans des vas et viens, taillant ce qu'il restait de sa patte. Puis avec de l'élan, il tourna sur lui-même en rond et fit tourner la louve si vite qu'elle ne touchait plus le sol. Lorsqu'elle lâcha enfin le petit sous l'effet de vitesse, il l'envoya s'écraser contre un arbre et, secouant sa tête pour tout remettre droit, il se rua sur le petit encore à terre et le prit entre ses crocs. Cette fois-ci, il ne le laisserai pas tomber. Mais le petit était déjà mort, car le choc avait été trop violent sur sa tête et son corps était désarticulé.

C'est vraiment dommage ça.. au lieu de le sauver, tu viens de le tuer. Avec qui je vais m'amuser moi maintenant ?

Il ponctua sa phrase d'un regard en coin, baissant légèrement le museau en biais avec un grand rictus carnassier, ses crocs luisant d'un rouge écarlate.
Revenir en haut Aller en bas
 
[HALLOWEEN] Delduwath - Lagertha
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Let's go for Halloween ! [tous invités à participer !]
» Halloween event !!!
» L'event d'halloween sur FR
» UN AMI D'UN SOIR (conte pour Halloween)
» Automne, Halloween, sécheresse.. ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Terres Etelkru
 :: → Dents de Roc
-
Sauter vers: