Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 [Archives] † Rencontre au coeur du doute † [Ezhekiel - Elaine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
O-Shana
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 313
» Age : 22
» PUF : O-Shana, LittleNouss
» Date d'inscription : 23/01/2017
» Personnages :
E
ZHEKIEL
Ethelkrus [J] - Alpha
5 ans (21/09/17)

#ccffff


M
AYURI
Nakhus - Adepte
2 ans (15/10/17)

#cc3366


N
EPHTHYS
Ethelkrus - Louveteau
2 an (19/11/17)

#9933cc

» Feuille de perso'
» Points: 690

MessageSujet: [Archives] † Rencontre au coeur du doute † [Ezhekiel - Elaine]   Ven 20 Oct 2017, 01:34

Rendez-vous au cœur du doute



Cette journée-ci s’était déroulée sur le même format que les précédentes. Autrement dit, j’avais passé une nuit atroce, entremêlement de cauchemars et de réveils en sursaut. Il en était ainsi depuis ma nomination, et je sentais doucement mais surement la fatigue laisser des stigmates permanents sur ma carcasse éreintée. A la suite de ce début de matinée fort peu engageant, il m’avait fallu supporter bon nombre de rencontres, de requêtes mais aussi de discussions aussi futiles qu’inutiles. Mes nerfs n’étaient plus à vif, à l’heure actuelle ils suintaient d’un désespoir aussi noir et envahissant que le goudron fraichement coulé. J’étais enlisé dans cette spirale d’échanges et de fréquentations qui ne m’étaient pas familiers. Pire que ça plus le temps passait et plus je me demandais si j’allais réellement parvenir à m’acclimater à cette position.

J’étais parvenu à m’échapper avant de dire et de commettre quelques actes qui nuiraient à l’image que je tentais d’imposer aux membres de ma meute. Toutes ces âmes avaient besoin de voir en leurs alphas des figures de stabilité, de force et de fiabilité. Je me refusais donc à céder à mes envies d’envoyer paître tous ceux qui venaient me baratiner sur un sujet sans importance. Cependant, il était vrai que les choses avaient tendance à rentrer dans l’ordre et, petit à petit, la masse de travail diminuait. Peut-être était-ce cela le problème au fond ? La retombée de tout ce qui m’était arrivé depuis la fin du dernier évènement.

Jamais je ne l’avouerai, mais finalement cette potiche de femelle avait la feuille longue, et réalisait plus de choses que je ne l’aurai pensé dans un premier temps. Plus encore, elle n’avait pas encore fuit en courant malgré la charge sur ses épaules, et il faut l’avouer, malgré mon comportement. Je n’étais pas tendre avec ce joli cœur, mais je m’attendais à chaque instant à ce qu’elle lâche l’affaire et disparaisse. Elles le faisaient toutes, alors pourquoi celle-ci serait-elle différente ?
Et pourtant les mois passaient et elle tenait fièrement son statut, se chargeant au moins autant que moi du sale travail. On peut dire qu’elle m’avait surprise cette jeunette à la tête dure. Un sourire en coin mourut à l’instant même où je le repérai. Je m’ébrouais nerveusement, un peu perdu dans cet amas visqueux de pensées disparates et perturbantes.

Le calme qui avait envahi les falaises littorale scindait en deux mon ressenti. J’étais reconnaissant de pouvoir me retrouver enfin seul avec ma propre personne, Ezhekiel le loup, le soldat, le Gabelou. Mon ancien moi, complet et accompli. Et non pas cet Ezhekiel alpha nouveau-né qui apprenait tout juste les balbutiements de cette nouvelle vie. Mais dans le même temps ce silence, entrecoupé du seul bruit des vagues en contrebas qui venaient s’écraser délicatement sur la plage, tenait en éveil cette partie de mon esprit torturé qui ne cessait de chercher comment m’acclimater pour me convertir en meneur modèle.
Ne supportant plus de ressasser en boucle ces questions sans réponses satisfaisantes, je me mis à prendre la direction escarpée des plages en contrebas. Mes muscles me tiraillent, j’ai perdu en condition physique. Il faut que je retrouve le sommeil ou je vais finir par m’effondrer. Si les muscles sont encore là, je sens l’ensemble de mon corps peiner à leur donner l’impulsion nécessaire pour surpasser tous les obstacles de ma route. Je parvins néanmoins par arriver en bas de ce sentier de marches sinueux et scabreux et une rafale de vent poussa le sable à venir me fouetter. Pénitence divine de mon mauvais comportement, j’imagine que c’est mérité. Je n’en tins pas rigueur et laisse mes pattes s’enfoncer dans cette surface chauffée par le soleil de la journée. A cet instant, le ciel laisse tomber sa teinte uniforme d’un bleu clair pour se voir parsemé de tâches rosées et orangées. La fin de journée ne va pas tarder à tenir son heure de gloire, lorsque le bleu aura abandonnée face à la coalition des ombres. Le spectacle de mère nature devrait être prodigieux, comme à son habitude. Il m’était parfois incompréhensible de me dire que des choses aussi magiques et belles pouvaient exister de concert avec des évènements qui ont écorché tant d’âmes des meutes, existantes ou disparues.

Mes foulées tranquilles m’avaient amené à avancer jusqu’aux chevilles dans cette eau limpide. Ce lieu était idyllique si l’ont omettait les caprices du vent qui rappelaient la nature fougueuse et indomptable de cet environnement. C’est ainsi que je restais immobile et le regard posé sur l’horizon, tentant de faire le vide dans ma tête malmenée par mes propres démons. Serai-je seulement un jour à la hauteur ?


Code © Adrenalean sur Four Seasons






Dernière édition par O-Shana le Sam 11 Nov 2017, 09:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oysteria
» Modo'
» Modo'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 469
» Age : 20
» Date d'inscription : 04/02/2017
» Personnages :

WINNIFRED

8 ans (04/02)
??? | ???


ÉLAINE
3 ans (13/05)
Etelkru | Alpha


ARLESTON
6 ans (27/01)
Lazuli | Combattant


AGRAVAIN
8 ans (30/01)
Etelkru | Guerrier


» Feuille de perso'
» Points: 465

MessageSujet: Re: [Archives] † Rencontre au coeur du doute † [Ezhekiel - Elaine]   Sam 21 Oct 2017, 23:44


    Élaine

    Les couleurs orangées des arbres se confondaient un peu plus chaque matin avec le ciel de l'aube, seuls les troncs étaient encore visibles, imbattables, ils se dressaient contre toute saison, ne donnant qu'un peu de leur force à leurs branches respectives, tandis que les feuilles, elles, misérables s'échouaient sur le sol l'une après l'autre. Élaine observait d'un œil absent l'arbre qui surplombe la cour intérieure, il doit être le milieu de la journée quand elle se décide à bouger, enfin. Chaque jour se ressemble plus ou moins, les choses rentrent dans l'ordre naturel des choses, la meute commence à avoir des repères, des habitudes et Élaine se félicite, elle et Ezhekiel, de réussir à mener la barre, la gueule haute et fière, malgré leurs démons respectifs qui leurs murmurent sans cesse d'abandonner ce combat perdu d'avance. La jeune brune secoue la tête, puis s'échappe, tôt le matin, pour aller chasser, imaginant un des petits louveteaux de la meute se lever le ventre vide, sa mère n'aurait qu'à piocher la pièce de viande et l'offrit à ses petites gueules affamées. Elle voulait se rendre utile, elle voulait penser à tout, ne rien oublier, et à force de trop penser, elle attrapait une migraine presque quotidienne. Elle trottinait, le cœur battant à un rythme régulier mais faible, comme s'il était encore endormi. Elle baille, dévoilant ses crocs jaunâtres et en bonne santé. Les parties de chasse sont simples, à présent, alors elle répète le schéma régulier. Elle s'installe dans une plaine, se couche et attend. Après quelques instants, elle ignore s'ils sont longs ou courts ces instants, mais dès qu'elle se relève, des vingtaines de bestioles se tiennent autour d'elle en rond, les yeux hypnotisés, vissés sur Élaine. Elle songe pendant quelques secondes que c'est sûrement ce que ressente les proies quand elles sont chassées, et pendant un moment, elle devient la proie de ces bestioles, elle s'imagine que chaque écureuil à la queue fournie de poils roux, chaque lapin au pompon blanc, chaque pivert au bec acéré veulent tous la dévorer, elle. Mais pas aujourd'hui, non, et Élaine, un sourire arrogant sur les babines, secoue la tête de droite à gauche. C'est tellement facile. Elle remercie Dairo de lui avoir conféré ce don, et s'élance alors dans un course modérée. Elle n'a pas besoin de courir, ils ne bougeront pas avant que l'un des leurs soient croqués. Elle s'approche avec une lenteur exagérée, presque théâtrale, d'un lièvre au pelage boisé, elle réprime un rire :

    "Permettez."

    Elle attrape lentement le lagomorphe par le cou et plante sans retenue ses crocs dans sa chaire, transperçant sa peau, les poils venant chatouiller sa langue et ses gencives. D'un coup, les autres s'enfuient, elle a rompu le cercle, ils n'ont plus rien à faire ici. Elle revient, gaiement, le lièvre est bien en chair et sûrement âgé. Alors elle rentre à leur Squat d'un pas sautillant, dépose la bête près d'une roche, à l'abri du soleil. D'ailleurs, il est presque couché. Elle se redresse et cherche du regard son compagnon de meute, ce gros bêta d'Ezhekiel. En pensant à lui, un sourire se dessine. Il la fait rire, il l'étonne également. Il n'a pas fui devant ses nouvelles responsabilités, il tient, à ses côtés, le dos droit, et le regard au loin, et il est toujours à l'écoute et ne manque pas de ressource. Mis à part sa misogynie, elle rayait de plus en plus de défauts de la liste qu'elle s'était mentalement rédigé. Il est peut-être flemmard, mais il sait se bouger quand il le faut. Il a l'air d'être un imbécile, mais son esprit semble tourner en rond, il se révèle même intelligent. Alors elle trottine, sans vraiment savoir où aller. Puis une idée chemine dans son esprit : elle aime voir l'aube en haut des collines surplombant la cour, elle aime également voir le soleil se coucher sur les Falaises, elle aime imaginer que l'astre brûlant s'enfonce peu à peu dans l'eau. Alors elle s'y rend, tranquillement, elle croise quelques uns des leurs, elle leur adresse un salut de la tête amical, ils font des rondes, de temps à autre, pour vérifier que tout va bien sur leurs terres. Quand elle arrive, un assaut de vent la fait reculer quelque peu, et son museau se contracte au contact du sel marin dont l'air est chargé. Elle fixe le ciel, mais les bourrasques de vent l'obligent à plisser les yeux. Elle sera plus en sécurité en bas, protégée de ce vent agressif par les falaises réconfortantes. Elle gravit avec agilité le petit chemin escarpé, évite soigneusement une pierre coupante comme une épine de porc-épique et elle aperçoit au loin une silhouette. Elle sourit. Cette silhouette n'est autre que celle d'Ezhekiel, son écharpe flotte au vent paresseusement, il a les pattes avant dans l'eau. Elle s'avance, d'un pas feutré, et arrive derrière lui en toussotant. Elle ne veut pas l'effrayer, elle a déjà surpris Geb en lui sautant dessus sur ces mêmes plages quelques lunes auparavant. Elle s'installe à ses côtés, à une distance raisonnablement polie, et enfonce une à une ses pattes dans le sable bordé d'eau. Elle lève la tête et observe l'horizon. Elle hésite à s'asseoir mais si elle s'assoit, elle aura les fesses dans l'eau, et c'est une désagréable sensation alors elle reste ainsi, le regard perdu dans le vide. Pendant un instant, un silence s'installe, mais ce silence n'est pas désagréable. Elle a appris que le silence n'était pas toujours négatif, et le silence qu'elle partage avec Ezhekiel est l'un des silences les plus doux. Il n'y a aucune gêne, aucune haine. Ils n'ont rien à se dire, et ils ne s'insupportent pas. En tout cas, de son côté. Elle ferme les yeux, et hume doucement l'air marin. L'air est si pur par-ici, si authentique.

    "Bonsoir, Gros Bêta. Tu avais envie de te baigner ?"

    Elle sourit et le regarde, sa tête tournée. Elle aime le taquiner, elle a pris l'habitude de le taquiner depuis quelques lunes, et elle adore ça. Elle lui assène un léger coup de hanches sur les siennes pour le remuer un peu, il semble perdu dans ses pensées, et son regard est obscurci, l'habituelle étincelle pétillante de son arrogance parait bâillonnée.

    "Tout va bien ?"

    C'est une question qu'elle ne pose que très rarement, car elle imagine qu'il partage parfois le même état d'esprit qu'elle, ils sont tous deux perdus et en pleine détresse devant ces nouveaux rôles tombés du ciel. Pour une fois, elle lui pose la question, car elle sent que quelque chose ne va, et elle a soudainement très peur qu'il défaille, peur qu'il abandonne tout.
Revenir en haut Aller en bas
O-Shana
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 313
» Age : 22
» PUF : O-Shana, LittleNouss
» Date d'inscription : 23/01/2017
» Personnages :
E
ZHEKIEL
Ethelkrus [J] - Alpha
5 ans (21/09/17)

#ccffff


M
AYURI
Nakhus - Adepte
2 ans (15/10/17)

#cc3366


N
EPHTHYS
Ethelkrus - Louveteau
2 an (19/11/17)

#9933cc

» Feuille de perso'
» Points: 690

MessageSujet: Re: [Archives] † Rencontre au coeur du doute † [Ezhekiel - Elaine]   Lun 23 Oct 2017, 21:58

Rendez-vous au cœur du doute



Je la sens arriver, délicatement sur le sol meuble de la plage. J’ai beau être perdu dans mes pensées profondes, je n’en ai pas pour autant perdu mes anciens réflexes de conceptualisation du monde qui m’entoure. Et malgré ma connaissance de sa présence, je ne bouge pas. Telle une statue de sang et de chaire, je ne quitte pas mon point d’horizon et la laisse s’approcher. Son odeur m’est devenue familière, elle ne me dérange plus qu’en certaines périodes bien connues des femelles. Je ne saurai expliquer les raisons qui m’ont peu à peu poussé à l’accepter à mes côtés. Non, en vrai affirmer cela n’est que mensonge, je sais très bien pourquoi à l’heure actuelle j’attendais sagement que cette louve vienne se poser près de moi. Mais ce sujet n’était pas à l’ordre du jour, et je décidais de ne pas m’attarder sur la question de l’apparition des femelles dans ma vie, et des changements psychologiques qu’elles avaient enclenchées elle et Lagherta.

Je l’écoute distraitement, sa voix me rappelant que nous observions le même paysage. Devrai-je reconnaître que peu à peu ma situation de solitaire avait dû céder du terrain et qu’à l’heure actuelle je n’étais plus seul sur ce chemin sinueux ? Pourquoi voulais-je toujours gérer mes soucis personnels sans jamais me reposer sur quiconque ? Ah Mum, as-tu l’occasion de voir ce que ta disparition a entrainé chez ton fils ? Par moment j’aimerai te revoir uniquement pour te grogner dessus, mais alors, je deviendrai tel ce géniteur qui nous a malmené n’est-ce pas ? Il fallait que j’ouvre les yeux, que j’abaisse les défenses de la tour que je m’étais construit pierre par pierre, pour enfin apprendre à dire le fond de mes pensées intimes. Il ne m’est pas possible d’être certain de parvenir à ce stade de communication un jour, mais peut-être était-il temps que je tente de faire des efforts. Le silence s’étend, patient et réconfortant, seulement perturbé par le va et vient de la mer sur nos pattes. C’est à ce moment-là qu’elle décide de rompre ma complainte intérieure de sa délicate voix. A-t-elle conscience de la douceur contenue derrière la vigueur de son ton ? Et comme une punition de cette réflexion, un coup de hanche vint me faire osciller.

Et en lieu de réponse à sa dernière interrogation, je décidais de lâcher la bride à ce petit louveteau qui n’avait pas connu la liberté de s’égailler avec les autres. C’était également le meilleur moyen que j’avais d’esquiver cette question à laquelle je n’étais pas sûr de pouvoir répondre sans m’écrouler. Je me laissais alors choir en faisant attention à bien l’éclabousser. Je me mis à glapir, allongé sur le flanc dans l’écume blanche.

« Ma hanche, raaaah qu’est-ce que tu m’as fait vile femelle ?! »

Prenons un ton dramatique d’acteur hors pair, je me mis à onduler tel un vers pour me rapprocher d’elle, puis sans un soupçon d’hésitation je lançais mes pattes dans les siennes et m’arrangeais pour la faire basculer sur le dos. Puis sans attendre plus longtemps, je me couchais en travers de son corps, de manière à mettre ma hanche près de sa gueule. Un sourire taquin et fier en coin de gueule, je lançais alors :

« Fais une léchouille magique, je ne vais pas m’en remettre sinon. »

Une injonction, lancée d’une voix presque froide et surtout bougon. Serai-je assez bon acteur pour me persuader moi-même que j’allais bien ? Nous allions bien voir, pour le moment le petit bout qui avait toujours voulu exister un jour en moi allait tenir la barque pour cacher mon trouble profond. Dans le même temps, je me rendais compte que m’amuser de la sorte revenait à m’ouvrir un peu à Elaine. C’était … Etrange comme sensation, et pourtant une microscopique flammèche d’espoir était bien là, au fond de ma caboche, priant pour qu’elle ne me blesse pas comme ma mère l’avait fait avant. Dans le même temps, j’étais fort curieux de voir comment joli cœur allait bien pouvoir réagir en me voyant me comporter de la sorte. Habituée à la distance et au froid qui me caractérisait tant, rares étaient ceux qui pouvaient se vanter de m’avoir vu avec ce genre d’attitude. J’aimais de plus en plus la surprendre et la perturber, c’était un jeu fort sympathique.

Et je restais là, l’écrasant surement un poil dans cette position. Allait-elle avoir la force de me pousser ? Ou allait-elle trouver d’autres stratagèmes ? Ou bien allais-je tout simplement finir par me pousser ? Pour l’instant, nos chaleurs entremêlées dans cette eau fraîche, je sentis mes idées noires être peu à peu refoulées.


Code © Adrenalean sur Four Seasons


Revenir en haut Aller en bas
Oysteria
» Modo'
» Modo'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 469
» Age : 20
» Date d'inscription : 04/02/2017
» Personnages :

WINNIFRED

8 ans (04/02)
??? | ???


ÉLAINE
3 ans (13/05)
Etelkru | Alpha


ARLESTON
6 ans (27/01)
Lazuli | Combattant


AGRAVAIN
8 ans (30/01)
Etelkru | Guerrier


» Feuille de perso'
» Points: 465

MessageSujet: Re: [Archives] † Rencontre au coeur du doute † [Ezhekiel - Elaine]   Mar 24 Oct 2017, 17:08


    Élaine

    La douceur de l'onde pure et salée entre ses poils donnait une étrange sensation de bien-être à Élaine, le soleil se couchait, s'enfonçant peu à peu dans l'océan. Ezhekiel restait silencieux et amorphe, elle baissa les yeux, consciente qu'il ne se livrera peut-être jamais à elle. Après tout, elle ne pouvait pas lui en vouloir, il avait sûrement ses raisons, ses blessures profondes guéries ou non, elle n'était apparue dans sa vie il n'y a que quelques lunes, elle n'était pas en position d'exiger quoique ce soit de lui, encore moins qu'il se sente en confiance. Tout à coup, il tomba à la renverse en un jappement de douleur juste après son coup de hanche, et Élaine, les yeux écarquillés, craignait qu'il ne fasse une attaque, elle sursauta et tourna la tête si vite qu'elle n'eut pas le temps de voir que ses pattes cherchaient les siennes et sans un mot, elle tomba elle aussi sur le flanc, son chignon défait, les mèches noires libres ondulant dans l'eau, comme libérées. Son cœur battait la chamade, elle avait eu si peur et quand elle tourna les yeux vers Ezhekiel, elle ne put s'empêcher de froncer les sourcils devant son rire enfantin. Mais cette expression lui passa si vite qu'un sourire vint se peindre sur ses babines, il se hissa sur elle, enfonçant un peu plus son corps dans le sable meuble humide et un rire clair sortait de sa gueule. Il jouait si bien la comédie, malgré sa piètre prestation de comédien douloureux et souffrant, Élaine accorda qu'il méritait une médaille pour feindre aussi bien la comédie. D'une voix malheureuse et tremblante, il réclamait une léchouille magique. D'un coup, c'était comme si le Gros Bêta misogyne et aigri avait disparu pour laisser la place à un Ezhekiel plus insolent, plus rieur. Élaine se prêta au jeu, se retrouvant propulsée en enfance. La hanche d'Ezhekiel collée à sa truffe, elle riait si fort que des larmes se mêlaient à l'eau saline. Reprenant peu à peu son souffle, elle haleta pour prononcer quelques mots :

    "Tu es une chochotte, gros bêta !"

    Et dans un geste tendre, elle posa une délicate léchouille sur sa hanche, pour le guérir de ses maux infâmes qu'elle venait de lui causer. Elle s'extirpa de sous-lui et roula sur le côté. Elle se releva, ses longs cheveux encadrant son visage, elle s'ébroua et souriait toujours.

    "Regarde dans quel état tu m'as mis."

    Son regard pétillait de malice, elle sauta sur Ezhekiel et avec douceur et maladresse, elle le força à s'allonger totalement dans l'eau, puis elle observa son visage, et elle rit encore une fois.

    "Attends, je crois que tu as mal là, je vais te guérir."

    A peine le temps de dire quoique ce soit, elle l'asséna de léchouilles saliveuses sur le visage, un goût salé mêlé à quelques poils bruns s'agglutinaient sur sa langue. C'était comme si soudain, toutes les barrières entre eux avaient été brisées. Ils se retrouvaient à jouer comme louveteaux, et Élaine en éprouvait une sorte d'excitation semblable à celle qu'elle ressentait quand elle jouait avec Athelstan et, parfois, Anastasia. Elle arrêta de couvrir la face d'Ezhekiel de bave et un fou rire la prit à nouveau, elle manqua plusieurs fois de tomber, et elle finit par rouler sur le côté, éclaboussant Ezhekiel. Le museau à moitié dans l'eau, son regard cloué sur Ezhekiel, elle se tenait prête à redoubler d'attention pour une nouvelle attaque saliveuse.
Revenir en haut Aller en bas
O-Shana
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 313
» Age : 22
» PUF : O-Shana, LittleNouss
» Date d'inscription : 23/01/2017
» Personnages :
E
ZHEKIEL
Ethelkrus [J] - Alpha
5 ans (21/09/17)

#ccffff


M
AYURI
Nakhus - Adepte
2 ans (15/10/17)

#cc3366


N
EPHTHYS
Ethelkrus - Louveteau
2 an (19/11/17)

#9933cc

» Feuille de perso'
» Points: 690

MessageSujet: Re: [Archives] † Rencontre au coeur du doute † [Ezhekiel - Elaine]   Mar 24 Oct 2017, 19:15

Rendez-vous au cœur du doute



Si je ne savais comment elle allait réagir, son rire cristallin et innocent noua mes tripes et me laissa muet. Je crois que c’était la première fois que je l’entendais produire de tels sons en ma présence, et j’étais aussi interpellé que surpris que cette femelle soit capable de laisser une telle légèreté s’exprimer dans notre situation. C’était rassurant quelque part, de voir que sa joie de vivre persistait à briller dans ce torrent de merdes dans lequel nous nous étions retrouvés un peu par hasard. Mes yeux accrochèrent ce regard si clair et transperçant. Je restais étalé sur elle, silencieux, l’observant rire à s’en faire craquer les poumons. J’avais envie d’apprécier cet instant, de le faire mien, et pourtant dans un coin de ma tête une petite voix continuait de me souffler que ce n’était qu’une illusion.

Mais joli cœur fit taire d’un coup de langue cette dernière. Envolé, mes inquiétudes, le choc était tel que je n’étais pas sûr qu’elle ait véritablement accédé à ma demande. Elle s’était… Soumise ? Elle la fière, la têtue qui s’obstinait jour après jour à me tenir tête pour donner son avis sans jamais flancher. Elle avait accepté de m’obéir, bien que ça ne soit que sur le ton de la plaisanterie, l’attention me fit louper un battement. Je restais donc là comme un végétal inutile, ancré dans le sable et la mer à l’observer se débattre pour récupérer sa liberté. J’appréciais le spectacle, tel mes congénères de bas étages qui reluquaient la gente féminine. Je ne l’avais jamais vu ainsi, ses poils dégoulinants, sa chevelure libre débarrassée de l’emprise du chignon. Merde je crois bien que je la trouvais sexy. Mettons ça sur mon esprit embrumé d’accord ? Ça arrive de temps en temps que mon côté imperturbable soit attaqué. Et puis on devait être en période de chaleurs non ? Non ? Mais si soyez pas vache, Kiro laisse-moi invoquer cette excuse pour expliquer la réaction de mes instincts primaires s’il te plait !

Et alors même que je tentais de calmer mes envies qui pour la première fois, venaient empiéter sur un des axes de ma vie, elle me sauta dessus. Si j’eus le temps de la voir, je n’en restais pas moins totalement stupidement statique, n’en revenant pas de son audace. Je ne sais pas ce qu’elle vit au juste sur ma figure, mais cela eu le don de la faire rire et de de m’attaquer à coup de … Léchouilles ?! Oh par les Dieux par pitié dites-moi que ce n’était pas la réalité n’est-ce pas ? Je n’avais pas l’habitude de tant de proximité et de contact. J’étais à la fois mal à l’aise et autre chose de plutôt malsain commençait à émerger dans mes pensées… Selon certains un bon coup de reins et ça les calme, enfin il paraitrait moi je dis ça je ne dis rien.
Je la laissais faire un instant, tentant de reprendre contenance, mais dans le même temps, son hilarité commençait à me gagner. Je tentais de gronder, mais ce ne fut qu’un gloussement rauque qui sorti de ma gorge. Je profitais du moment de répit qu’elle m’accorda en se posant à mes côtés pour user de mon pouvoir. Mes yeux rivés aux siens, je me fondis dans mon ombre. Spectacle perturbant et limite inquiétant la première fois que l’on me voyait disparaitre ainsi pour ne laisser d’une tâche goudronneuse. Je passais sous elle et réapparu dans son dos. Sans une once de scrupule ou d’hésitation je me jetais à nouveau sur elle, collant nos torses trempés. Nos museaux proches, un sourire victorieux apparu sur mon visage fatigué.

« Alors joli cœur, on tente de guérir mon mal mais on est incapable de me battre ? A quoi peut bien servir une guérisseuse si faible ? »

Je sentais mon souffle être entrecoupé, haletant presque face à tant d’émotions et d’exercice alors que mon corps n’était pas en état de suivre. La micro utilisation de mon pouvoir avait d’ailleurs accentué ma fatigue, mais je décidé de ne pas la laisser noircir le tableau de ma victoire sur ma femelle. Attendez, avais-je réellement dit « ma » ?! Ça commençait à sentir le roussi là non ? Et merde.




Code © Adrenalean sur Four Seasons

Revenir en haut Aller en bas
Oysteria
» Modo'
» Modo'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 469
» Age : 20
» Date d'inscription : 04/02/2017
» Personnages :

WINNIFRED

8 ans (04/02)
??? | ???


ÉLAINE
3 ans (13/05)
Etelkru | Alpha


ARLESTON
6 ans (27/01)
Lazuli | Combattant


AGRAVAIN
8 ans (30/01)
Etelkru | Guerrier


» Feuille de perso'
» Points: 465

MessageSujet: Re: [Archives] † Rencontre au coeur du doute † [Ezhekiel - Elaine]   Mer 25 Oct 2017, 12:41


    Élaine

    Le bruit de l'eau qui allait et venait se mêlait au rire cristallin d'Élaine. Quand elle reprit son souffle, Ezhekiel disparut, enfin, il rétrécit ou alors il fondit, Élaine était incapable de dire ce qu'il venait de se passer mais au sol, il ne restait qu'une tache noire sur le sable. Elle bondit, les yeux écarquillés, et la peur saisit son cœur qui se met à palpiter à une vitesse hallucinante. Elle se mit autour de la tache sombre et elle réprima un cri de terreur quand la flaque d'eau noire se déplaça avec lenteur, et d'un coup, elle sentit le poids de son congénère sur elle. Il venait de lui sauter dessus, et elle se laissa choir mollement, paniquée. Elle tourna la tête, affolée, et son corps se détendit quand elle vit son air arrogant affiché sur sa truffe. Elle recommença à rire, et elle fronça les sourcils, feignant l'outrage.

    "Pardon ? Je ne suis pas guérisseuse, moi monsieur, je suis une guerrière, une vraie, une sanguinaire !"

    Elle retroussa ses babines, découvrant ses crocs puissants et jaunâtres, et un grognement sortit de sa gorge, elle jouait la comédie. Elle perdit sa crédibilité et un large sourire reprit sa place sur son visage. Elle tenta de se dégager de son étreinte mais au plus elle se débattait, au plus elle haletait, son souffle entrecoupé de grondements. L'eau s'infiltrait dans ses poils, et elle voyait le ciel s'obscurcir. Et pendant un instant, elle songea que sa place était ici, près de lui, au bord de cette plage. Elle sourit, et elle réussit à se dégager de sous-lui. Elle s'ébroua, secoua son pelage beige hérité de sa mère, et ses longs cheveux noirs s'entremêlaient. Elle planta son regard malicieux dans celui miel d'Ezhekiel et dans un élan de folie, elle s'élança à grandes foulées pour s'enfoncer dans l'eau. Une fois le niveau de l'onde saline à son cou, elle appela Ezhekiel, un sourire coquin sur les babines.

    "Allez viens, poule mouillée, elle est bonne."

    Elle gardait son sourire arrogant, adorant l'embêter. Après tout, il se débridait pendant quelques moments, il devenait sympathique, foufou et surtout bourré d'humour. Et puis, au plus elle l'observait, au plus elle s'accordait de se dire qu'il était plutôt pas mal, et pour la première fois depuis leur rencontre, sa misogynie s'effaça au profit d'une nouvelle qualité : il était drôle, et joueur. Elle lapa l'eau et fit une grimace, l'eau était si salée qu'elle avait l'impression d'avoir léché du sable. Elle sentait de minuscules poissons s'agglutinaient autour de ses pattes, la tête haute, les pattes bien ancrées dans le sable, elle attendait, sa queue flottant à la surface tel un crocodile de poils beiges et blancs. Elle revint vers le bord, l'eau au niveau de ses épaules, et d'un geste adroit et expert, elle ramena ses cheveux en un chignon flou, mais elle n'avait rien pour les attacher alors elle les laissa libres. Personne ne l'avait vu ainsi à part sa famille et Nout pendant quelques secondes. Une fois défaits, ses cheveux avaient la longueur de ceux de Winnifred, et la couleur ébène de Méléagant. Elle s'agitait, prête à bondir, désirant plus que tout jouer, se chamailler, elle s'approcha encore plus du bord et bondit hors de l'eau tel un dauphin poilu, prenant bien soin d'éclabousser le mâle noir rayé d'orange. La nuit tombait de plus en plus vite, et le vent se leva quelque part plus loin, une légère brise soufflait sur la plage. Est-ce qu'il allait finir par la rejoindre dans l'eau ? Elle espérait que oui, même si leurs pelages deviendront poisseux après cette baignade. Et puis, cela pourrait être une excuse pour aller se baigner dans une source d'eau claire.
Revenir en haut Aller en bas
O-Shana
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 313
» Age : 22
» PUF : O-Shana, LittleNouss
» Date d'inscription : 23/01/2017
» Personnages :
E
ZHEKIEL
Ethelkrus [J] - Alpha
5 ans (21/09/17)

#ccffff


M
AYURI
Nakhus - Adepte
2 ans (15/10/17)

#cc3366


N
EPHTHYS
Ethelkrus - Louveteau
2 an (19/11/17)

#9933cc

» Feuille de perso'
» Points: 690

MessageSujet: Re: [Archives] † Rencontre au coeur du doute † [Ezhekiel - Elaine]   Mar 31 Oct 2017, 00:24

Rendez-vous au cœur du doute



Je fus tenté un instant de croire à la volonté qu’elle tentait d’insérer dans le terme « sanguinaire » mais même elle ne parvint pas à le penser assez fort pour conserver un air sérieux. Je la maintenais encore un instant, profitant de son innocence pour l’utiliser comme baume à mon esprit embrumé. Je n’eus qu’à relâcher imperceptiblement la pression pour qu’elle se faufile telle une véritable anguille surexcitée. Elle me rappelait les petits de la meute à cet instant précis, la naïveté que le monde alentour n’existe pas était le privilège des jeunes louveteaux. Et c’était tellement agréable de se prêter à ce jeu pour une fois, oublier nos responsabilités, nos problèmes, nos peurs ou encore oublier l’état dans lequel j’étais. Tout relâcher, elle me vendait la seule promesse que je souhaitais qu’on me soumette aujourd’hui. Etait-là le fameux sixième sens du sexe opposé ? Je ne saurai le dire, simplement je sentais mes babines s’étirer sur un sourire en la regardant se mettre à batifoler dans l’eau aussi limpide que salée.

Je tiquais et sentis mon oreille s’agiter en entendant cet ignoble sobriquet de volatile m’affubler. Ah c’était donc comme ça que nous allions nous la jouer. Très bien. Je patientais, la regardant se fatiguer à s’agiter au large puis revenir vers moi. Elle eut même le privilège de m’éclabousser avant que je ne daigne m’activer une nouvelle fois. Bon sang mais comptait-elle en redemander encore et encore jusqu’à épuisement total ? Plus je l’observais, et plus je notais des qualités physiques chez elle. Malgré son aspect svelte, certains muscles saillaient par endroit, preuve de sa forme. Je savais qu’elle avait pris un jeune sous son aile et qu’elle l’entrainait. Je n’avais pu m’empêcher de ricaner intérieurement et de grogner à cette nouvelle. Laisser une femelle faire l’éducation de nos mâles n’était peut-être pas très malin. Mais en observant sa chevelure de jais contrastant sur son corps bien proportionné et prêt à bondir à tout instant, je devais reconnaître que je m’étais peut-être trompé. De toute manière il me fallait admettre à contre cœur qu’en l’état actuel des choses elle était plus énergique que moi. Humpf. Je pris mon élan et me propulsais dans l’eau retombant de manière à faire de plus d’éclaboussure possible.

« La poule mouillée pourrait avoir des dents joli cœur, il faut se méfier de ces bêtes-là. »

Je me mis à nager vers l’horizon rapidement. Madame voulait montrer qu’elle savait patauger, j’allais lui montrer ce que c’était que de nag… Mon sourire s’envola. Bordel la honte que je sentais pointer non loin. Kiro par les Dieux laisse-moi vivre cet instant avec un minimum de classe et de fierté… Mais je sentais ma demande silencieuse ne recevoir aucune réponse. Tout doucement, tel un serpent qui s’insinue en délicatesse dans ma peau, elle prit peu à peu forme. Une crampe. Un coup d’œil derrière moi m’appris que j’avais bien joué au con car le rivage s’était éloigné plus vite que je ne l’aurai pensé. Deux possibilités s’offraient alors à ma petite personne : mourir noyé comme le plus grand roi Etelkrus que le monde aura connu, mort dignement au combat. OU je demandais à la femelle non loin de moi de venir m’aider et pouvais dire adieu à mon égo malmené. Quel choix draconien devais-je faire, tout ça parce que j’avais décidé de ne pas écouter les plaintes répétées de mon corps exténué. L’air con.

Je fouettais l’eau énergiquement comme je le pouvais pour me maintenir en surface, ma patte arrière ayant décidé de faire une sieste douloureuse. Dans un premier temps je fis mon possible pour retourner sur la plage, mais mon avancée minime me confirma que je devais faire un effort de plus.

« Elaine ! »

Je n’arrivais pas à demander plus, c’était trop pour mon esprit horrifié de m’abaisser à demander l’aide du sexe faible. Et pourtant une pointe de détresse s’était échappée de ma voix en même temps que je prononçais son prénom pour la première fois. Je me fatiguais, et vite. J’étais stupide, même dans une situation comme celle-ci je n’étais pas parvenu à lui demander de l’aide. Enfin il y avait tout de même du progrès, je l’avais appelé, à elle de comprendre ce à quoi ce ton de chaton perdu (qui m’avait agacé soit dit en passant) pouvait bien renvoyer. La honte si je m’en sortais, enfin au moins ressentirai-je quelque chose si elle parvenait à me trainer sur le sable. Je commençais à avoir envie d’arrêter de luter, mes idées noires revenant en force face à ce moment de faiblesse ultime. Me battre était-elle vraiment la bonne solution au final ? Mes yeux d’or accrochèrent ceux si clairs de la louve.


Code © Adrenalean sur Four Seasons


Revenir en haut Aller en bas
Oysteria
» Modo'
» Modo'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 469
» Age : 20
» Date d'inscription : 04/02/2017
» Personnages :

WINNIFRED

8 ans (04/02)
??? | ???


ÉLAINE
3 ans (13/05)
Etelkru | Alpha


ARLESTON
6 ans (27/01)
Lazuli | Combattant


AGRAVAIN
8 ans (30/01)
Etelkru | Guerrier


» Feuille de perso'
» Points: 465

MessageSujet: Re: [Archives] † Rencontre au coeur du doute † [Ezhekiel - Elaine]   Mar 31 Oct 2017, 23:57


    Élaine

    L'eau claire était froide, et Élaine sentait le sel s'agglutiner entre ses poils, et pourtant, elle se ficha éperdument de sentir le poisson en sortant de l'onde, elle se ficha d'avoir le poil gras et couvert de minuscules points blancs. Quand elle vit la silhouette d'Ezhekiel s'enfoncer dans l'eau, elle s'approcha de lui, battant des pattes sous l'eau avec énergie. Parfois, elle avalait la tasse quand elle perdait patte, mais elle réussissait à retrouver un sol, qui lui permettait de ne pas se noyer. Elle vit alors une chose qui l'inquiéta, le regard d'Ezhekiel s'agrandit d'angoisse, et elle prit peur qu'il soit croqué par une créature sous-marine. Elle était loin de lui, et marcha avec lenteur sur le sable meuble et terriblement instable, et pendant un instant, elle ne vit que l'arrière de son crâne. Ils étaient loin du bord, et l'instinct de la brune lui dictait de se rapprocher de la terre. Elle, ni lui, n'étaient des animaux aquatiques. Elle se mit en quête de se rapprocher du bord mais un courant l'empêchait de marcher à une vitesse raisonnable. Elle perdit patte une fois et avala une tasse amère. Elle riait, répétant sans cesse à voix basse qu'elle était stupide d'avoir voulu se baigner. Les oreilles dressées vers l'arrière, la gueule haute et la langue sortie pour haleter, elle se figea quand elle entendit la voix de son compère, et le ton qu'il avait employé ne présageait rien de bon. Elle se retourna de façon à le voir et vit qu'il paniquait, il semblait perdre son équilibre, et elle eut le sentiment qu'il s'enfonçait de plus en plus dans l'eau. Sans vraiment trop réfléchir, elle comprit qu'il était fatigué de nager, ou peut-être terrifié. Après tout, les chats ne sont pas les seuls à avoir peur de l'eau. Elle s'approcha d'Ezhekiel avec une lenteur beaucoup trop importante à ses yeux, alors oubliant tout, elle plongea la tête sous l'eau et battit des pattes avec une force ahurissante. Ses yeux lui piquaient, le sel s'introduisant dans le coin de ses orbites, ces dernières souffraient et ordonnaient aux paupières de se refermer. Elle allait beaucoup plus vite sous l'eau, et pendant sa courte course, un souvenir la frappa. Elle se revit près d'un lac, où elle avait rencontré Fawn, endormi près de la surface lisse. Elle s'était endormie près de lui, et s'était fait réveillée de la pire des manières, un cygne l'avait attaqué si violemment qu'elle était tombée inconsciente, et elle avait failli se noyer. Fawn lui avait sauvé la vie.

    Elle fronça les sourcils et força ses yeux à rester ouverts, elle atteint Ezhekiel mais elle vit qu'il buvait une trop grande quantité d'eau. Elle l'attrapa par la peau du cou, remerciant l'eau de l'aider à le porter, et se remit à nager si vite et si fort qu'elle s'épuisait, la sueur se mêlant à l'eau saline. Elle n'avait jamais nagé ainsi, et elle se promit de ne jamais recommencer. Après un instant qui lui parut interminable, elle toucha un sol avec ses pattes et elle se hissa dessus, tirant Ezhekiel derrière elle, mais à présent, elle l'attrapa de façon à ce que sa gueule soit sur son épaulière dorée, elle avançait -ou plutôt reculait- en marche arrière et le sol se déroba sous ses pattes. Elle se retrouva bec dans l'eau et avala la tasse. Et pis encore, elle perdit Ezhekiel. Elle se redressa vite et rattrapa Ezhekiel, essayant de capter son regard ambré, mais la précipitation l'en empêchait. Elle toussait, difficilement puisque la peau du cou d'Ezhekiel comblait sa gueule entière, et une fois le niveau de l'eau arrivé à la moitié de ses pattes, elle se sentit soulagée de retrouver un sol dur et praticable. Ses cheveux défaits, emmêlés recouvraient son visage et l'empêchaient de bien voir, le sang lui battait aux tempes, au bord de l'épuisement, elle traîna son partenaire sur le sable, loin de la mer, et elle s'allongea en face de lui, à bout de souffle. Elle le regarda, inquiète, et vérifia qu'il respirait. Il avait les yeux clos, et elle ignorait s'il respirait, elle colla son oreille contre son poitrail et sentit que son cœur battait, faiblement, lentement, mais il battait. Elle posa ses pattes avant sur son poitrail et appuya doucement, par petits à-coups réguliers tout en murmurant :

    "Je t'interdis de me faire ça, gros Bêta, je t'interdis de me faire ça, putain, respire, putain, fais chier, Ezhekiel, respire, merde."

    Pour la première fois de sa vie, elle ne retint pas son langage et elle savait que sa mère aurait fait un arrêt cardiaque en entendant autant de grossièreté sortir de la gueule si pure d'Élaine. Sa voix, entrecoupée d'halètements saccadés, semblait sur le point de se briser, elle s'arrêta et colla son oreille sur sa gueule, cette fois-ci, attendant un simple souffle.
Revenir en haut Aller en bas
O-Shana
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 313
» Age : 22
» PUF : O-Shana, LittleNouss
» Date d'inscription : 23/01/2017
» Personnages :
E
ZHEKIEL
Ethelkrus [J] - Alpha
5 ans (21/09/17)

#ccffff


M
AYURI
Nakhus - Adepte
2 ans (15/10/17)

#cc3366


N
EPHTHYS
Ethelkrus - Louveteau
2 an (19/11/17)

#9933cc

» Feuille de perso'
» Points: 690

MessageSujet: Re: [Archives] † Rencontre au coeur du doute † [Ezhekiel - Elaine]   Lun 06 Nov 2017, 17:59

Rendez-vous au cœur du doute



J'allais mourir. Je le sentais aussi surement que le froid commençait à anesthésier le sang qui tentait d'inculquer un rythme suffisant pour me maintenir à la surface. Il est impressionnant de se rendre compte à quel point le cerveau est un muscle exceptionnellement performant lorsque l'on se retrouve dans des situations critiques. Alors même que quelques heures auparavant je me permettais le luxe de déprimer sur ma vie, à cet instant précis tout ce qui m'apparaissait était le fait que j'avais été un véritable crétin fini. Mes pensées s'accrochaient à tout, à rien, et à une multitudes de choses que je pensais oubliées et perdues à jamais. La peur me tenaillait, me poussait à me battre face à cette force de la nature qui avait décidé d'engager une danse mortelle avec mon corps fatigué.

Les yeux rivés sur ma compagne de route, je ne pouvais ignorer les tâches qui fleurissaient devant mes yeux, le flou qui apparaissait au rythme des gouttes qui se projetaient lorsque je frappais l'eau devant moi. La peur refluait suivant le mouvement des vagues. C'était mauvais, une petite voix me chuchotant que c'était la fin de la lutte et le début de l'acceptation. Je clignais des yeux quelques secondes de plus, et le confort de ce geste m'incita à recommencer quelques instants après. Je ne voyais Elaine s'approchait en vitesse que par intermittence, mais elle serait trop lente. C'était une femelle après tout n'est-ce pas ? Je ricanais intérieurement, sachant pertinemment qu'elle était bien plus que ça : c'était un esprit puissant probablement plus que le mien dernièrement. Mon ego ne fit pas acte de présence, il s'était déjà abandonné dans les bras de Mère Nature, s'endormant en douceur. Je ne sus si je devais sourire de cette situation ou en pleurer, au final je restais stoïque et me laissais entraîner dans cette danse les yeux fermés. Trop tard Joli Cœur, désolé. Puis le noir s’abattit sur moi.

La sensation était étrange, comme si je me retrouvais dans un entre-deux perdu entre diverses dimensions. J'étais là sans être là, je m'entendais penser en étant totalement coupé du monde qui m'entourait. Probablement n'étais-je pas encore tout à fait passé à trépas. Le silence de mort qui flottait autour de moi me traçait cependant le chemin vers ma destinée. Finalement j'aurai bien foiré mon boulot et ma vie, laissant derrière moi toute une meute récemment mise en route dans les pattes d'une unique femelle. Cela avait malgré tout eu le mérite de m'ouvrir les yeux, les mâles aussi pouvaient s'avérer être faible face à certaines situations. Si je l'avais pu j'en aurai ri à me provoquer une extinction de voix : il avait fallu attendre le moment de mon passage vers les Enfers pour que je retire mes œillères. Ah ma chère maman, je ne t'ai pas épargné toi et tes congénères, mais au final le seul à blâmer était ce salopard de géniteur n'est-ce pas ? J'ai conscience qu'il est trop tard, mais j'aurai aimé te voir pour te demander pardon de toutes ces années de critiques de ta personne. Mais comprends-moi, le désespoir et la douleur de ta perte était trop pour un louveteau malmené mère. La haine et le rejet avaient été mes seuls exutoires.

J'étais si las de tant de choses, mais en premier lieu résidait ma grande stupidité. Celle là même que je devrai supporter pour ces années d'errance tandis que mon corps moisirait au gré des saisons et des vers. Frustration. Un dernier élan de colère et de volonté apparu dans la noirceur environnante, mais plus rien ne pouvait me faire accéder à la rédemption dans cet endroit dénué de vie. Et pourtant. Peut-être était-ce les Dieux qui m'offraient une ultime chance de me rattraper, ou bien Mère Nature qui avait simplement voulu que j'ai une prise de conscience. Ou peut-être était-ce sa volonté à elle de me ramener. Je ne sais pas et ne saurai probablement jamais la raison qui fit que sa voix résonna autour de moi. Mais le fait est, que le murmure de l'alpha retentit comme une douce promesse de dernière chance. Je ne sais pas ce qu'elle trafiquait, mais en faisant attention, je me rendis compte que je commençais à sentir une pression quelque part sur mon corps. La flamme de combativité s'alluma en moi tel un brasier né des cendres de celui que j'étais et que je venais d'abandonner. Une fougue et une volonté, qui me poussait à luter pour revenir, à mordre à pleine dents le fil de cette voix qui me ramènerait chez moi, dans cette meute qui comptait sur moi et pour moi.

Je le sentis alors, ce soubresaut qui claqua tel un élastique et ramena mon esprit à sa place : dans mon corps. Mes paupières s'ouvrirent d'un coup brusque, mon corps tressautant en vomissant le liquide salé de mes poumons. La brûlure était ignoble, la bile se mélangeant au tout tel le supplice final de ma bêtise. Je sentais mes yeux couler sans que je ne puisse en interrompre le flot. J'étais couché là sur le flanc, recrachant les gorgées d'eau de mer que j'avais avalées en quantité. Quel beau spectacle offrais-je là aux Dieux et à Elaine dis donc. Mais cela n'avait plus d'importance, car malgré cette situation peu flatteuse, je pensais et je ressentais tout. J'étais en vie. Aussi improbable que cela puisse être. La masse qui constituait mon corps hurlait sa détresse et sa douleur à mes nerfs, m'envoyant bon nombre de choc dès que mes spasmes me secouaient mes entrailles. Et c'était si bon de percevoir les signaux de cette carcasse poisseuse.

Au bout de quelques minutes mes soubresauts se calmèrent, ne laissant qu'un loup épuisé et haletant sur la plage. La pénombre du début de la nuit cachait partiellement le pittoresque de tout ça, mais aucun des deux acteurs présents ne risqueraient d'oublier ce qu'il venait de se passer. Je tentais de lever la tête vers la jeune louve à mes côtés mais l'effort m'arracha un gémissement et je laissai retomber ma boîte crânienne mollement dans le confort du sol meuble. J'ouvrais la gueule pour lui parler, pour voir si c'était réel et si j'étais véritablement sorti vivant de cette situation. Mais ma gorge était en feu, brûlée par les rejets. Aussi, ce fut d'une voix rauque et presque inaudible que j'arrivais à baragouiner quelques mots.

"Je... Merci Joli Coeur..."

Je ne parvins pas à en dire plus. Mais dans ma tête, tout était clair pourtant. Merci d'être venue lorsque je t'ai appelé. Merci d'avoir fait tout ton possible pour me sortir de l'eau. Merci de m'avoir supporté jour après jour. Merci d'être ma femelle.
La fatigue, tel un serpent, s'enroula autour de moi. Je commençais à avoir du mal à garder les yeux ouvert, et l'envie de dormir ici même sous la lumière de la lune et des étoiles était alléchante. Je savais que je n'aurai pas la force de rentrer ce soir, et de toute manière je ne voulais pas me montrer dans un état aussi lamentable aux miens. Mais pour le moment je luttais. Pour la simple et bonne raison que je voulais fixer ces pupilles si claires et si étincelantes encore un instant. Bordel, elle m'avait sauvé.



Code © Adrenalean sur Four Seasons

Revenir en haut Aller en bas
Oysteria
» Modo'
» Modo'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 469
» Age : 20
» Date d'inscription : 04/02/2017
» Personnages :

WINNIFRED

8 ans (04/02)
??? | ???


ÉLAINE
3 ans (13/05)
Etelkru | Alpha


ARLESTON
6 ans (27/01)
Lazuli | Combattant


AGRAVAIN
8 ans (30/01)
Etelkru | Guerrier


» Feuille de perso'
» Points: 465

MessageSujet: Re: [Archives] † Rencontre au coeur du doute † [Ezhekiel - Elaine]   Ven 10 Nov 2017, 23:24


    Élaine

    L'eau était devenue aussi noire que le ciel nocturne, une brise glaciale se levait, quelque part plus loin, apportant une fraîcheur caractéristique de l'automne. Élaine resta tout contre Ezhekiel, inquiète, guettant le moindre signe de vie. Le temps semblait infiniment plus long, et elle avait la certitude que le soleil allait se lever bientôt, éclairant le corps sans vie d'Ezhekiel. Elle baissa les yeux, grelottant de froid, son pelage moite et poisseux lui collait à la peau, ses longs cheveux noirs défaits encadraient son visage d'un air anarchique. D'un coup, la silhouette noire de son compagnon de route sursauta, et elle se décala dans un saut de lièvre pour s'éloigner de lui, quelque peu gênée de leur proximité. Elle avait veillé les quelques instants où il paraissait inconscient tout contre lui, ne voulant pas que son corps se refroidisse. Elle essaya de bredouiller une excuse mais sa voix chevrotante fut recouverte par un bruit déchirant. Il vomissait, sûrement l'eau qu'il avait avalé, elle se détourna, bien qu'elle n'était pas gênée, mais elle désirait lui offrir l'intimité dont il avait besoin. Elle le savait fier, et elle-même n'aurait pas apprécié être observée par des yeux curieux si elle était dans cette situation. Alors que sa quinte de toux se calma, il essaya de se redresser mais la fatigue le cloua sur le sable froid. Il bredouilla quelque chose et Élaine dressa ses oreilles sur son crâne, ses yeux s'étaient inconsciemment bordés de larmes. C'était nerveux, vous dirait-elle. Mais au fond d'elle-même, elle avait eu terriblement peur de le perdre, ils étaient liés, par les Dieux, par ce rôle d'Alpha, ils étaient tous deux enrôlés dans cette galère, et malgré le poids des menottes imaginaires qui liaient leurs pattes au début, elle s'était habituée à son caractère de gros bêta, elle appréciait l'embêter, elle aimait l'entendre râler.

    Elle resta en suspend un instant, hésitant fortement entre l'envie de le laisser là et celle de plonger son museau dans son cou et de rester à son chevet pour la nuit. Elle baissa la tête, un sourire rassuré sur la gueule, laissant ses larmes s'échapper le long de son museau pour atterrir mollement sur le sable. Il ne verrait sûrement rien, il pensera peut-être que c'était les deux dernières gouttes de l'océan qui étaient sur son pelage. Elle s'approcha de lui, et s'allongea contre lui, sa cuisse touchant la sienne, son flanc contre le sien. Elle posa sa tête sur ses pattes, de façon à ne pas gêner Ezhekiel, et resta ainsi, essayant de partager le peu de chaleur qui l'habitait avec lui. Il avait failli se noyer, il devait être au bout de ses forces, son corps, à peine remis, devait peiner à réchauffer l'ensemble de ses muscles. Elle aurait aimé rentrer à leur camp, la Chevaleresse au chignon noir l'aurait déposé dans sa tanière personnelle, sur le tas de feuilles et de poils sur lequel elle dormait, et elle aurait veillé à ce qu'il ne manque de rien. Elle soupira, soudainement épuisée. L'adrénaline retombait, et la fatigue accusait à son tour. Les paupières d'Élaine avaient du se durcir, car elle avait l'impression qu'elles étaient lourdes comme deux pierres. Bien. Ils passeront la nuit ici, et repartiront dès l'aube. Elle n'aimait pas l'idée de laisser le Castel seul sans eux la nuit, mais elle songea à tous leurs guerriers qui étaient présents pour défendre la bâtisse. Elle frissonna et dans un geste tendre et rassurant, elle posa sa queue sur celle d'Ezhekiel, un rapprochement chaste. Elle s'attendait à l'entendre râler, ou encore feindre le dégoût. Elle sourit, le sommeil la gagnant peu à peu, la douce lueur orange se mêlant à celle jaune d'Ezhekiel berçaient les deux compères dans une lumière mystique, la lune veillant sur les deux corps épuisés. Dans un chuchotement, elle souffla :

    "Tu m'as fait peur, Gros Bêta, ne me fais plus jamais ça."

    Et le sourire collé aux babines, elle sentait son corps se réchauffer, le sang brûlant circulait dans ses veines, et elle se promit d'aller se rincer le poil demain. Mais qu'importait, pour le moment, elle se rendit compte alors qu'elle venait de se faire un ami, un vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Archives] † Rencontre au coeur du doute † [Ezhekiel - Elaine]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Archives] † Rencontre au coeur du doute † [Ezhekiel - Elaine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Archives partie 86 Express : Le coeur a ses raisons
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES
» L' EAU et le COEUR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Accueil
 :: → Archives RP
-
Sauter vers: