Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

  → Le chant du lièvre | ARLESTON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aarod
». Timid'


Féminin » Nombre de messages : 239
» Age : 147
» PUF : Arod/WWR
» Date d'inscription : 30/07/2014
» Personnages :

    Rayane ♀
    [00/10/17] #003366
    Âme Farouche

    Lazulis - Coursier - Rose
    3 ans - Célibataire ♥
    GRAVITE POWA


» Feuille de perso'
» Points: 0

MessageSujet: → Le chant du lièvre | ARLESTON   Mer 01 Nov 2017, 12:19


Le chant du lièvre.
Rayane | Arleston


Un souffle, une brise.
L'odeur alléchante de la mort venant, spectatrice, timide, puis bondissante et déferlante. Le bois craque, les feuilles danses mais aussi le vent souffle et murmure. Les buissons frétillent et regardent apeurés, les babines tremblent et la bave coule sur le sol martelé ... Les nuages de poussière se font tempête au sol et les végétaux piétinés cris silencieux dans leurs lentes agonies. Deux ombres défilent à toutes vitesses et défient à eux seuls la course du soleil. La course pour la survie. Il était temps. Elle était plus vorace, plus souple dans sa vitesse. Ray fondit sur le lièvre qui tentait tant bien que mal de jouer à la tortue pour sauver sa petite carcasse tremblante. D'autres yeux se tapissaient au fond de leurs terriers, aveugles de la détresse de leur camarade, brillants de ne pas êtres encore à sa place et ainsi heureux et humides de ne pas avoirs été eux aussi poursuivis. Ils se taisaient ces yeux, aussi silencieux que le trépas lui-même qui venait de s'abattre. Pas assez rapide mon gars... Les crocs s'abattirent, affamées par la chair tendre encore chaude et fumante dans sa gueule béante, se délectant du sang qui la nourrirait au dépends de la vie qu'elle venait de prendre. La silhouette lupine se redressa et reprit sa marche de prédateur satisfait, récupérant au passage son souffle et calmant ses palpitations cardiaques. Ça avait un goût d'aventure. Heurtant et bousculant une énième fois la flore qui s'étendaient dangereuses dans son sommeil de plomb Ray redressa sa petite stature, baladant son repas qu'elle tenait fermement dans sa gueule, laissant jouer la tête qui se débattait encore par des soubresauts nerveux contre son cou et sentant couler la cascade de globule rouge sur son foulard aussi sombre que le trépas. Dieu que j'ai faim. Le vent la poussa dans ses retranchements. Elle ne se délecterait pas de ce lièvre encore fumant ici. Elle préférait se dégagée quelque peu de ce fouillis végétal. Il ne fessait pas bon vivre ici. Les insectes étaient devenus chasseurs, les plantes étaient parfois capricieuses et étonnantes; mortel endroit. La louve ne souhaitait pas finir elle aussi en tant que dîner.
Ray zigzagua entre les crevassent qui jonchaient le sol, semblables à des plaies béantes. Elle était las de marcher et son estomac criait famine, dans divers gargouillis bestiales qui hurlait des " nourris-moi ! " A tout-vas ... Malgré sa petite taille elle aussi avait besoin de se sustenter autant que ses autres congénères. L'odeur et sa course l'avait affamée. Elle déposa la carcasse au sol, puis s'affala dans un nuage de poussière dans une grâce qui était la sienne ... Autrement dit aucune. Sa tignasse semblable à la couleur des nénuphars qui recouvraient les amas d'eau grouillant de vie comme un manteau, virevoltaient à tous vas et recouvraient parfois ses grands yeux aux reflets carmins. Ça l'agaçait grandement. Mais peu importe, elle n'avait plus besoin de ses yeux à présent pour pouvoir manger. Ils avaient fait leurs boulot, c'était maintenant à son estomac qu'elle devait obéir. Sans plus de pensées et ne s'occupant plus du vent gênant Ray enfonça son museau dans le corps encore tiède de son repas se régalant même des plus petits os, ça craquait et elle s'en délectait ! La crevasse à côté de laquelle elle s'était jonchée afin de se repaître lui lançait des coups d’œil inquiétant, l'air de dire qu'elle aussi possède des crocs béants qui se sustenterais bien d'elle, le gargouillis de l'eau qui déferlait en bas était aussi semblable aux cris de famine d'un estomac ... La lupine à la robe aux reflets de nuit en rigola presque, le danger la fessait vibrer et elle craignait moins les gorges affamées de la terre que les créatures tapis dans cet étrange lieu encore rongée par le sacrilège d'une ancienne et terrible maladie.
Mais le vent lui fit part d'une nouvelle odeur et une nouvelle ombre se joignit à celle de l'invitée des lieux, se profilant à l'horizon telle une bonne ou une mauvaise augure. C'était le fumé d'un membre de sa horde. Ray redressa sa tête aux babines ensanglantées et son échine s'ébouriffa quelque peu; juste au cas-où. Essayant ainsi de la rendre à peine quelque peu plus imposante. Son sombre museau encore garnis de sang lui donnait un air de bambin mal léché. Elle observa l'intrus du coin de l’œil avant de rétorquer de son franc-parler :

- Si tu comptais t'invité à la fête c'est un peu tard l'ami ...

D'un regard plissé et taquin elle se pourlécha les babines d'un air espiègle.

- Seuls quelques maigres os subsistent et j'en dévorerais bien la moelle qui y subsiste !

Voilà qu'elle se mettait à faire des rimes.
Revenir en haut Aller en bas
Oysteria
» Modo'
» Modo'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 447
» Age : 20
» Date d'inscription : 04/02/2017
» Personnages :

WINNIFRED

8 ans (04/02)
??? | ???


ÉLAINE
3 ans (13/05)
Etelkru | Alpha


ARLESTON
6 ans (27/01)
Lazuli | Combattant


AGRAVAIN
8 ans (30/01)
Etelkru | Guerrier


» Feuille de perso'
» Points: 415

MessageSujet: Re: → Le chant du lièvre | ARLESTON   Mer 01 Nov 2017, 19:20


    Arleston

    Se mouvant tel un prédateur discret, Arleston marchait d'un pas lent, observant les alentours. Son imposante stature l'empêchait d'être agile et souple, mais il s'était proposé pour faire une ronde, en profitant pour s'aérer l'esprit. Il se sentait étrangement bien, à sa place parmi les Lazulis, auprès de sa sœur. Il arriva à la Passe Ventue et son épais pelage ébouriffa sous une violente bourrasque de vent. Il courba l'échine, et plaqua ses oreilles contre son crâne, entre ses mèches rouges. Le vent n'était qu'une broutille contre lui, et même une tornade n'arriverait pas à le faire reculer d'un centimètre. Il sourit à cette pensée fantasque, et descendit dans le ravin, connu pour être giboyeux à souhait. La verdure redoublait de jour en jour, de longues lianes gisaient paresseusement sur le sol, enroulées autour des épais troncs d'arbres. Il s'arrêta un instant et se redressa, il huma l'air et une fragrance alléchante lui parvint aux narines. Une biche était passée par là, il y a quelques instants. Il baissa la tête et colla sa truffe au sol, cherchant une piste. Si elle n'était pas loin, il s'offrirait avec plaisir une petite partie de chasse afin de dégourdir ses muscles endoloris. Non pas par l'entraînement, mais par la paresse, à force de dormir sur une pierre dure et froide, dans des positions défiant la gravité et la souplesse d'un loup lambda. Son estomac grognait, et il se mit à marcher à une vitesse modérée, suivant la trace de la biche. Il trottinait entre les arbres, les bruissons frissonnaient, une brise langoureuse embrassait la forêt, et Arleston secoua son fessier, enjoué et impatient de trouver cette proie. Il la vit, au loin, elle broutait, tendrement. Il se tapit dans les fourrés, espion calme et patient, et laissa le temps au temps, priant pour que le vent joue en sa faveur. Alors que la biche ne se doutait de rien, il sentit que le moment était venu, mais d'un coup, deux silhouettes rapides comme l'éclair passèrent devant ses yeux ambrés, la biche redressa son long cou et ses yeux bordés de longs cils s'écarquillèrent, elle prit la fuite.

    Arleston se releva et jura, il n'eut même pas le temps de voir ce qui était passé devant lui en trombe. Il s'approcha et huma une nouvelle fois l'odeur. Un parfum de Lazuli flottait dans l'air, légèrement teinté d'une odeur plus douce, sucrée. Une femelle de sa Meute était passée par là. Il soupira, et rebroussa chemin, déçu. Il haussa les épaules, se promettant de se trouver une collation avant de terminer sa ronde. Il hocha la tête pour acquiescer son idée, et en remontant le petit chemin escarpé, il vit au loin une silhouette, affalée autour d'un léger nuage de poussière, dévorant une proie. Il pourlécha ses babines, envieux, et s'approcha de la silhouette. Elle semblait minuscule, de loin, ou alors était-ce tous les loups de taille moyenne qui paraissaient petits à côté du colosse Arleston. Il vit alors un chignon rose pâle, négligemment attaché, et un glowstick rose brillait, à un endroit commun aux deux loups, incrusté dans une des piques d'un bracelet. Il sourit quand l'étrangère le remarqua et lui parla, elle avait une voix arrogante, quelque peu chantante, et Arleston roula des épaules inconsciemment, un brin de sympathie et de sarcasme étaient de ce qu'il le mettait de bonne humeur. Il tourna autour de la jeune inconnue, pas si inconnue car elle partageait au moins sa Meute, et regarda avec douceur la carcasse du lièvre qui gisait mollement. Il ne restait, effectivement, presque rien, les os saillants et jaunâtres, Arleston s'assit, à distance raisonnable pour ne pas effrayer sa cadette.

    "Oh mince, je vais devoir te manger, je meurs de faim."

    Il dévoila un sourire carnassier et taquin, il leva son arcade sourcilière et observa la réaction de la louve. Elle était élégante, son pelage sombre lui rappelait le ciel tapissée par la nuit, une écharpe pendait lascivement autour de son cou et par rapport à lui, elle n'avait que très peu de poils. Il sentit une autre bourrasque lui fouetter le dos, sa masse de poils le protégeait contre la fraîcheur, alors il se contenta de sourire, curieux de voir sa réaction.

Revenir en haut Aller en bas
Aarod
». Timid'


Féminin » Nombre de messages : 239
» Age : 147
» PUF : Arod/WWR
» Date d'inscription : 30/07/2014
» Personnages :

    Rayane ♀
    [00/10/17] #003366
    Âme Farouche

    Lazulis - Coursier - Rose
    3 ans - Célibataire ♥
    GRAVITE POWA


» Feuille de perso'
» Points: 0

MessageSujet: Re: → Le chant du lièvre | ARLESTON   Ven 03 Nov 2017, 19:17

L'invité se rapprocha à petits pas, tournant presque sur lui même tel un faucon qui tournerait autour de sa proie ; maintenant c'était elle le gibier. Il semblait quelque peu réservé ce loup, et aux dires de la lupine il lorgnait déjà tendrement les os qui jonchaient le sol, semblables à une myriades de petites tombes, sonnant la fin du glas de ce pauvre lièvre.. Quelles obsèques ! Il n'aurait pas de sépulture celui-là. Le pauvre mammifère n'avait eu aucune chance face à la vitesse de notre chère Ray, qui n'en était pas peu fière. Le loup n'était autre qu'un combattant de sa meute. Mais plus le gaillard se rapprochait, plus ses traits se dessinaient nettement telle une peinture en pleine évolution, elle vit tinter à sa patte l’allégeance à son Dieu et à sa meute, il arborait un glowstick rouge ... Comme c'est étonnant ! souffla t-elle pour elle même. Après avoir jouer les rapaces et digéré plus que poliment les dires de l’impertinente il s'assit près d'elle à une distance quelque peu raisonnable. C'était une montagne. Une énorme montagne poilue. La louve se redressa elle aussi, non pas qu'elle n'aimait pas être avachie nonchalamment au sol afin de profiter de sa futur digestion, cependant la jeune louve paraissait tellement minuscule au près du mâle aux couleurs de sang ... Se sentir diminuée, Ray n'aimait pas ça. Kesta à me r'garder de haut comme ça toa ?! C'était l'éléphant et la fourmi. Même assise sa tête ne dépassait pas son encolure. Et ce poil !!! Il ne parait pas vraiment commode ce loup, mais aux yeux de la louve il ressemblait juste à une grosse peluche toute douillette ... Rayane assise, sa truffe encore remplis du sang de sa victime, faisait fasse à son congénère Lazulis, le vent continuais de fouetter le paysage, fessant claqué au passage son sombre foulard et baladant ses cheveux roses devant ses yeux. Négligeant davantage son épais chignon qui se voulait le moins féminin possible. Après avoir déployer son sourire presque carnassier le mastodonte semblait guetter patiemment sa réaction. Il se voulait presque provocateur, et bien allons-y ... Elle sourit, amusée.

- Ouuuh, la méchante boule de poil ! ♥

Puis elle se mit à ricaner avant de poursuivre :

- A te voir aussi réservé, l'on dirait que c'est toi qui craint d'être mangé ...

Elle lui lança un clin d’œil avant de continuer, après tout il n'avait pas jouer des politesses lui non plus !

- Sinon, qu'est-ce que tu fais dans le coin bonhomme ? Tu ne devrais pas plutôt être en train de botter des croupions plutôt que de te balader ?!

Plaisante jusqu'au bout ...

Revenir en haut Aller en bas
Oysteria
» Modo'
» Modo'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 447
» Age : 20
» Date d'inscription : 04/02/2017
» Personnages :

WINNIFRED

8 ans (04/02)
??? | ???


ÉLAINE
3 ans (13/05)
Etelkru | Alpha


ARLESTON
6 ans (27/01)
Lazuli | Combattant


AGRAVAIN
8 ans (30/01)
Etelkru | Guerrier


» Feuille de perso'
» Points: 415

MessageSujet: Re: → Le chant du lièvre | ARLESTON   Ven 03 Nov 2017, 22:30


    Arleston

    La jeune femelle au chignon rose semblait amusée, un sourire s'étira sur sa babine, et Arleston redoubla de joie, il était rare de tomber sur des loups de bon poil, et encore plus avec un sens de l'humour. Il rit doucement en l'entendant, et dévoila une fois de plus ses immenses crocs. Son autre phrase lui donna un frisson de peur, mais il garda le sourire, une ombre de doute passa devant ses iris ambrées. Qu'est-ce qu'il l'avait trahi ? Il était pourtant d'une belle carrure, et ses crocs ainsi dévoilés, il aurait pu feindre l'agressivité, ou au moins essayer de montrer à une inconnue qu'il était à la hauteur de son poids et de sa taille. Mais non, encore une fois, il était mis à jour, et il baissa quelque peu la tête, se sentant comme un louveteau venant de se faire prendre en flagrant délit. Il sourit toutefois, peu décontenancé, et maudissant son caractère d'ours en chamallow. Son clin d'œil lui mit du baume sur le cœur, il se mit alors à faire les cents pas, jetant de temps à autre un regard vers les buissons qui les séparaient du ravin boisé. Si un lièvre passait son museau par là, il aurait apprécié lui faire la peau. Il ricana, lui aussi, à voir le toupet de cette nana. Il roula des épaules, flatté de sa remarque et s'approcha d'elle.

    "Justement, j'en cherche mais il n'y a aucun croupion à botter dans les alentours."

    Il sourit une fois de plus, et finit par s'asseoir face à la femelle. Il l'observa un instant, elle avait un regard rose magnifique, semblable au regard de Moiro elle-même, elle avait une sorte de moue boudeuse, et un regard arrogant, rieur. Il bougea sa queue de droite à gauche, le vent fouetta une fois de plus son dos.

    "Et toi, alors ? Qu'est-ce que tu fais par ici ?"

    Son regard fut attiré par un rapide mouvement à sa gauche, il tourna la tête dans la hâte et vit un minuscule pompon s'enfouir dans un buisson contre un arbre. Il se leva, curieux et affamé, il s'approcha et avec une infinie délicatesse, il passa sa truffe au-dessus du buisson, pour voir derrière. Sans un bruit, il vit alors un lièvre de couleur fauve qui grignotait une branche. Ses oreilles, dressées sur son crâne comme un radar, s'agitaient sans cesse, d'avant en arrière, de gauche à droite. De dos, il ressemblait à une boule de poils marron. Arleston sourit, son casse-croûte était devant lui, enfin. Il s'avança, doucement. Le lapin, en quête d'un potentiel danger, s'arrêta de manger et se dressa sur ses deux pattes pour observer les alentours. Toutefois, c'était son erreur. Arleston n'eut qu'à tendre le cou et à attraper la nuque gigotante du lièvre pour l'attraper. Alors que ce dernier bougeait sans cesse, le rouge au pelage de sang planta ses crocs rapidement pour ne pas le faire souffrir ni pour lui faire peur inutilement. Il revint près de la femelle aux yeux envoûteurs roses et posa le lièvre à ses pattes. Il observa la louve un instant et s'allongea, tel un lion après une course. Son imposante stature avait l'inconvénient de lui donner constamment faim. Il arracha avec délectation la chaire tendre et encore chaude du lièvre et la mâcha, heureux de sentir le sang couler dans sa gorge. Après quelques bouchées, il leva son museau rougie par le sang et regarda la femelle.

    "T'en veux ?"

    Décidément, il n'arrivait pas à se défaire de sa gentillesse, mais il se rassura en se disant que c'était par pure politesse. Elle venait de manger, peut-être n'avait-elle pas faim, mais qu'importe, Arleston avait ce point faible qui le rendait gentil comme un ourson : les femelles. Il sourit, ses crocs teintés de sang, et continua de mâchouiller avec bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: → Le chant du lièvre | ARLESTON   

Revenir en haut Aller en bas
 
→ Le chant du lièvre | ARLESTON
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bien taux un chant-bardement jeux nez ralle !
» Le héros le plus crédible en "méchant"
» Se moquer de la tête du Grand Méchant Masqué
» Quel est le méchant le plus méchant de Disney? [Survivor]
» LA " MARSEILLAISE CHANT de HAINE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Terres Lazulis
 :: → La Passe Ventue
-
Sauter vers: