Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 [ARCHIVER]From dust and ashes I have called you And dust we shall become [Nout]

Aller en bas 
AuteurMessage
Dee
».Habitué'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 568
» Age : 21
» Date d'inscription : 02/01/2015

» Feuille de perso'
» Points: 270

MessageSujet: [ARCHIVER]From dust and ashes I have called you And dust we shall become [Nout]   Mer 15 Nov 2017, 17:21


Combien de temps aurait t-il fallu pour se reconnaître ? Combien de temps nous aurait-il fallu avant de s’oublier ? Combien de temps encore pourrais-je continuer en sachant que tu te trouve juste là, de l’autre côté du mur et que je n’ose même pas cogner. Je ne sais pas trop si tu serais intéressée à entendre parler de moi, quoique ce soit, juste un truc. Ma vie, je veux dire. Je ne sais pas, j’ai peur… La plupart de ça ne correspond pas à ce que je pourrais présenter comme un mode de vie que tu approuverais ... Je voudrais pouvoir te dire pourquoi, mais je ne sais pas vraiment ... Je veux dire, je me déplace beaucoup parce que les choses ont tendance à devenir mauvais quand je reste. Et je cherche ... des débuts prometteurs, j'imagine ... J'ai essayer, tu sais, d'imaginer ta moitié de conversation quand je me parlais tout seul, la nuit, ou avant de dormir, ou avant de chasser, avant tout, tout le temps…Mon sentiment est que si tu pouvais parler, on ne parlerait probablement pas. C'est à peu près comme ça a été avant ... Je suis parti ... Comment tu va ? Je ne sais pas quoi dire ... Kiro a suggéré que nous essayions de ... Je ne sais pas. Je pense qu'elle ... semble avoir l'impression que nous avons ... une compréhension à atteindre ... Elle nie totalement le fait que nous n'étions jamais aussi à l'aise l’un avec l’autre. Le mieux que je puisse faire, c'est m'excuser. Nous savons tous les deux que je n'ai jamais vraiment été aussi doué, de toute façon ... Je suis désolé que ça n'ait pas marché. J’ai toujours dit que je calculais chacun de mes gestes, mais je suis pourri en mathématique. Comment réagira tu à mon tour ?

Je finis par m’avancer, les pattes tremblantes, la difficulté à respirer. J’essais de parler, mais il y a comme une petite armée dans mes cordes vocales. Ça griche, ça pince, ça brûle. Peut-être que je devrais rester loin encore une heure pour me ralentir un peu le cœur. J’ai l’impression de tomber, de m’arracher au seul monde que je connais. Pourquoi ces terres, que j’ai fouler si longtemps, me semble autant inconnu. Non! Je ne pouvais pas me défiler, pas encore.

Comment pouvais-je être autant énervé alors qu’autour, tout était si calme ?

Le bruit qui était venu de derrière ce mur aujourd’hui ne ressemblait à aucun que je n’avais jamais entendu dans ma vie. C’était calme, tellement irréel, que je savais que, si je me lançais à pousser la porte de ma peur je ne pourrais jamais ressortir. Et alors que je te contemplais, de loin, mon cœur cessa enfin de se mettre à courir. Je le chercha intérieurement pendant de longue secondes, mais quand je cherchais, il n’y avait rien d’autre que mon propre fantôme, désespérer de ne toujours pas avoir assez de courage. Je ferma les yeux et pria Toutankhamon de me donner le courage rassembler lors de toute les guerres. Si ça c’était un véritable malheur, qu’il vienne, je lui réglerai son compte. Enfin sur le seuil, j’humecta l’air avec parcimonie. Ton odeur était partout chacun de mes pas, de mes muscles, de mes atomes qui se rapprochait de toi s’affolait. C’était vrai, tu était là et tu avais l’air si vieille, même de loin. La vie t’avais tellement vieilli que j’ai eu peur de te perdre juste à te regarder.

Même de loin on ne pouvait se tromper ; la forme singulière de ce tas de chair sordide dressé à la verticale, cette équerre qui perce le ciel, cette pierre qui jaillit de la terre, pointé dans une direction inconnue… tous savaient ce que signifiait cette ombre mortelle. Elle était, comme moi, probablement le dernier vestige d’une noble famille. Nous étions les seules toujours envie, j’imagine…Disparu…Je repris un œil sévère, c’était l’heure.

Vraiment, cette souffrance était abominable. La mort, soit; mais la douleur, le dépècement de l'être, la chair ainsi torturée pendant des jours, quel était le but? Quel fou avait rêvé cette inutile barbarie?

«Wesh, Nout.»


Dernière édition par Dee le Dim 28 Jan 2018, 20:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cro
». Inébranlable
». Inébranlable
avatar

Féminin » Nombre de messages : 7304
» Age : 23
» PUF : Croket
» Date d'inscription : 04/08/2009
» Personnages : ___
bulletblackNOUT
☥ Doyenne Etelkrus
☥ 9 ans ½ ( 2.1.18 )
goldenrod

bulletyellowGRIMM
☥ Bêta Etelkrus & Chirurgien
☥ 5 ans ( 15.1.18 )
snow&#c9aa9c

bulletredGEB
☥ Guerrier Etelkrus
☥ 3 ans ( 25.1.18 )
chartreuse&#dfc4b4

bulletyellow PTAH ( pnj )
☥ Louveteau Etelkrus
☥ 6 mois ( 6.1.18 )

bulletblackHEEVER
❄ Maître des Rituels Raeders
❄ 6 ans ( 25.1.18 )
#07cfb6&gainsboro

bulletblackSPLEEN
❄ Médecin Raeders
❄ 1 an ( 19.1.18 )
#87dfc0&white

bulletorangeNACHOS
☀ Guerrier Etelkrus
☀ 4 ans ½ ( 15.1.18 )
#e63811&#382929

bulletblackJAGH
☣ Doyen Etelkrus
☣ 7 ans ½ ( 14.1.18 )
green&ghostwhite


» Feuille de perso'
» Points: 437

MessageSujet: Re: [ARCHIVER]From dust and ashes I have called you And dust we shall become [Nout]   Lun 27 Nov 2017, 11:18


« From dust and ashes...
« Nout & Amon.

L'Hybride chassait. Sa troisième et dernière grossesse l'affamait constamment. Il lui fallait toujours plus de viande et avec le plus grands des malheurs, les batraciens la débectait. Habituellement mets favoris entre tous, les hormones lui rendaient la vue des grenouilles insoutenables. Elle devait donc partir quotidiennement en quête de proie facile à attraper. Son ventre n'était pas tant rebondi, ce qui présageait une petite portée, peut-être même un enfant unique, comme pour Grimm, son aîné, et pourtant il était devenu un gouffre sans fond jamais rassasié. Nout se demandait ce que cela pouvait bien vouloir signifier pour la suite... Dans un sourire mi figue, mi raisin, elle était donc repartie à la traque d'un petit gibier qui ne demanderait pas trop d'effort : cette grossesse tardive la fatiguait tout de même beaucoup. Elle avait jeté son dévolu sur un des derniers nés du troupeau de buffle. Engourdi par sa prime jeunesse et par l'air vivifiant du début d'hiver, il titubait maladroitement quelques longueurs de queue derrière les adultes. Par chance, la saison n'était pas trop avancée et ne présentait pas encore de désavantages pour son organisme crocodilien. Toutefois, la guerrière avait bien conscience que cela ne durerait pas et qu'il faudrait qu'elle trouve rapidement un lieu plus accueillant pour elle et sa tribu d'enfants hybrides pour les protéger du grand froid. Evidemment, chacun de ses petits étaient devenus de beaux et fort adultes pour la plupart. Geb manquait encore un peu de maturité mais sa paternité le forçait peu à peu à devenir plus humble et posé.

Nout n'en revenait pas d'être grand-mère. Cela faisait un plus d'une moitié d'année et elle trouvait toujours cela surprenant. Dans un bond vif, elle attrapa le pauvre petit veau qui n'eut même pas le temps d'appeler sa mère à l'aide. Vive et souple comme le reptile dont elle partageait les gènes, la femelle terre et grise tira le fruit de sa chasse dans un bosquet un peu plus épais d'herbes sèches pour déguster son repas à chaud avant d'enterrer le reste. Elle n'avait pas l'énergie de ramener ce tas de viande au Grand Castel, il faudrait qu'elle envoie quelqu'un. Vérifiant qu'aucun reste ne vienne attirer les charognards, elle s'éloigna ensuite un peu pour se reposer. Ceci voulant dire qu'elle se plaça tranquillement assise face au soleil et qu'elle laissa ses rayons de fin d'automne-début d'hiver lui caresser les joues et la tête. Elle resta ainsi un long moment où elle repensa avec fierté à sa famille, ses magnifiques enfants et petits enfants. Grimm, le premier-né, bêta de leur meute avait trouvé une compagne. Vinara n'était pas le stéréotype de la femelle fragile en détresse mais elle sentait qu'avec elle, son aîné pouvait être lui-même, pouvait devenir ce chevalier servant qu'il rêvait de devenir depuis toujours. Nephthys et Diantre, ses adorables filles grandissaient et prenaient de l'assurance, suivant chacune leur voie. Nout était si fière. Elle voyait que Darius, son Viking, était aussi ravi qu'elle du chemin parcouru par leur tribu d'hybrides loup nordique & gavial. Il y avait aussi Geb, la tête brûlée, l'aventurier, le guerrier héroïque et père adolescent.

Les responsabilités lui avaient mis un peu de plomb dans les ailes, mais il restait fidèle à lui même malgré tout et s'efforçait de concilier ses devoirs de père et de compagnon, son entraînement de guerrier et son attachement à la meute. Grâce à lui donc, et à son amie Korra, Nout était grand-mère de trois adorables boules de poil. Enfin, elle pouvait considérer Korra comme sa belle-fille maintenant, au même titre que Vinara d'ailleurs. Elle se demanda un instant si Darius serait aussi ravi de voir ses filles ramener des petits-copains que ce qu'il avait été heureux de voir ses fils commencer une vie de famille... L'Hybride louve-crocodile sourit. Une brise fine vint jouer dans ses longs cheveux de neige alors qu’elle revenait à Thalion, Lüun et Nòtt. Des enfants plutôt vifs et sympathiques, quoi que turbulents... Mais vu leur père... Ce n'était pas étonnant ! Seule Nòtt sortait du lot par son calme constant. Elle était la plus frêle des trois, et la plus fragiles aussi. La pauvre attrapait tous les microbes en ce début de saison froide... Une odeur vint titiller ses narines. Une odeur oubliée, rejetée dans une zone d'ombre de sa mémoire. Cela lui fit penser à son enfance. Une boule se forma dans sa gorge alors qu'elle revoyait les visages de ses parents adoptifs, de ses frères et de ses sœurs. Tous avaient disparus, tous l'avait laissé. La vie s'était tellement moqué d'eux... Les larmes remontèrent vers ses yeux de miel. Si elle avait refouler tout ça, c'était bien parce que c'était douloureux de penser aux branches de sa famille disparue. Elle avait perdu tout contact avec les rares encore en vie. La maternité devait probablement jouer avec ses émotions. Pourquoi repensait-elle a eux maintenant ?

Elle entendait la voix douce et calme d'Anthem, celle plus chaleureuse de Plume Blanche. Leur mort avait été une telle épreuve. A cause d'Everbloom toute sa famille avait explosée. D'abord Deucalion, dont on lui avait caché la mort alors qu'elle était en mission pour les Alphas. Anthem n'avait pas survécu aux suites de ses blessures infligées par Romance transformée en Plantalouve. Dire qu'il s'était interposée pour la protéger. Ou bien pour protéger sa fille aînée d'un acte terrible. Ou même les deux. Suite à ça, leur mère adoptive n'était pas parvenue à sortir de son deuil et avait trouvé la mort pour rejoindre son compagnon. Depuis lors Romance et elle n'avait plus échangé un mot, avec Morokei et Améthyste presque plus non plus. Ils s'étaient tous contenté de reprendre leur vie chacun de leur côté en se côtoyant uniquement pour les besoins de la meute. Et Amon avait simplement disparu, sans raison, laissant Nout seule au monde. Anthem avait été le ciment de la famille. Sa perte avait causé le déchirement de toutes les branches... Puis il y avait eu cette demie-soeur colérique et à moitié folle, Sekmêt. La brune s'ne était prit à Grimm, tout juste né. L'Hybride avait dû défendre son enfant de cette louve hargneuse et ses crocs vengeurs. A partir de là, la guerrière s'était renfermée sur elle-même, s'était éloigné de tous plus encore. Le poids de la mort était difficile à supporter sur ses épaules de louve-reptile. Seul Darius avait su garder une voie vers son coeur et il était devenu son monde. Lui et leurs enfants.

Pour retrouver le bonheur, l'Etelkrus sans glowstick avait chassé tous les mauvais événements de sa vie dans une prison obscure de son esprit pour respirer à nouveau et rendre à ses petits tous l'amour qu'ils lui offraient. L'odeur était persistante, et l'empêchait de recommencer, de renvoyer tous ses souvenirs négatifs de leur geôle immatérielle. Un signal d'alerte la fit se retourner avec vivacité alors qu'elle comprenait enfin que ce qu'elle sentait, ce n'était pas un souvenir trop réel à son goût mais bel et bien quelqu'un qui s'approchait. Ses pupilles fendues s'élargirent alors qu'un loup se tenait là, devant elle, à quelques longueurs de queue de sa position. Il avançait résolument vers elle, sans agressivité aucune. Et pourtant, la future mère retint difficilement un grondement rauque. De colère, de tristesse et en même temps de soulagement. Il était vivant. Son frère, qu'elle ne pouvait que reconnaître immédiatement tant elle avait été dévastée par sa disparition, était là. Amon avait l'air, évidemment, bien plus âgé et fatigué que dans son souvenir. Probablement qu'elle aussi devait avoir l'air d'une antiquité. Après tout, il était parti alors qu'ils étaient tout deux jeunes et fringants. Enfin. Nout était toujours une très bonne guerrière aux réflexes vifs et à l'oeil averti m'enfin, les années étaient tout de même passées. Il y avait tant de révolte qui gonflait dans la poitrine de la femelle aux cheveux blanc parce qu'Amon revenait maintenant, après tant d'années sans donner de nouvelles, comme une fleur, comme si ils se recroisaient de manière anodine, comme si il n'était jamais parti... Les hormones instables de la femelle gestante firent croître la colère froide de la louve qui se contenta de fixer son frère sans ciller.

« Tiens une ombre du passé qui revient. »

Il y avait dans la voix de Nout une accusation non dissimulée, de l'ironie aussi. Depuis tout ce temps, Nout avait gagné en mordant et en prestance de louve expérimentée et ayant traversé tous les embûches que la vie pouvait bien lui mettre en travers des pattes.
Revenir en haut Aller en bas
http://punk-wolf.forums-actifs.com/t16989-cro-s-rp-open-o#348563
Dee
».Habitué'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 568
» Age : 21
» Date d'inscription : 02/01/2015

» Feuille de perso'
» Points: 270

MessageSujet: Re: [ARCHIVER]From dust and ashes I have called you And dust we shall become [Nout]   Mar 28 Nov 2017, 04:43

Just because someone stumbles, loses their way, it doesn’t mean they’re lost forever.

Vous l'avez vu? demande enfin le petit louveteau infirme à son père qui tremblait, rattraper par la vie. Vous lui avez parlé? − Le cœur m'a manqué, garçon, dit-il enfin, après un affreux silence. Le cœur m’a manqué et je n’ai rien dit, c’est elle qui a parler en premier ou du moins, qui a dit la première chose intelligente, la première remarque. Cela à toujours été comme ça, avec ta mère, Amon.


Les oreilles vrombissait, comme le tambour jouer avant une guerre, comme un battement cœur qui rejoint le rythme de la mer, comme le souffle rauque d’un cerf pris en chasse. Une chose a mille formes; et la chose vivante passe d'une forme à l'autre sous le regard.

Dans celle de Nout, la chose prenait surtout la forme de la tristesse et de l’amertume, c’était un peu dur, quelque part, de ne pas ignorer pourquoi elle me rejetait du regard, pourquoi elle semblait si triste si déchirée. Elle ne put imposer silence à ses yeux; sans qu'elle le sût probablement, ils exprimèrent un instant la pitié la plus vive. Nout possédait le plus beau regard qui n’aura jamais été posé sur ma personne, même pas celle de ma mère, même pas celui d’oncle Anthem, même pas celui de Maisie, alors que mes hormones ont eu assez chaud d’elle il y a plusieurs années, je me demande d’ailleurs à quelle point elle à grandit. Est-elle, elle aussi, aussi grossit que ma propre sœur ? Probablement. Bref, je chassa sa présence de ma tête, me concentrant de nouveau sur Nout, qui, de son regard de reptile encore beaucoup plus vif que le mien, je ressentis une certaine peur. Qu’allait-il se passer maintenant ? Ce regard clair et sûr que certaines femmes possèdent, et qui leur permet de lire quelquefois au fond du cœur de l'homme, le cœur me manquait.  

Regarder là…Comment pourrait-je lui expliquer les choses du monde sans lui embrouiller l’esprit ? Maintenant qu’elle le voit rempli sans promesse d’espoir ? Des promesses probablement aussi fade que la noirceur qui vint lui brouillé le regard. Moi qui n’est pas vécu si longtemps, mais qui est écouter assez longtemps pour savoir que tout n’est pas ce qu’il parait. Le diable existe, les monstres aussi…Je sais aussi que les gens font des choses terribles les uns aux autres. Comment puis-je la protéger, sans la perdre ? Comment puis-je ressentir d’avoir construit un pont entre nous alors que la distance semble encore si vaste ?

On vit, on pense, on souffre, on est ému, on aime par le regard. Celui qui sait sentir par l'œil éprouve, à contempler les choses et les êtres, la même jouissance aiguë, raffinée et profonde, que l'homme à l'oreille délicate et nerveuse dont la musique ravage le cœur. 

Je sais à quel point tu es mort. Comme tu te sens sans valeur. Je sais que tu te regardes dans un miroir et que tu détestes ce que tu vois. Chère sœur, j'ai été enrôlé dans ta guerre, mais je me sens réveillé maintenant. Je me suis échoué sur un rivage différent, lointain. Tout ce que nous avions était des fragments pour réparer ces choses brisées. Tomber des émotions sur des souvenirs brisés.

Quelque part, alors que la respiration me manquait et que, abruptement, le corps de Nout se tourna vers moi. Était-ce déjà le moment de l’agonie ? Je pense qu'une partie de moi savait que cela arriverait. Ce n'est rien qu'elle a dit ou fait. C'était le sentiment qui l'accompagnait. Et chose folle, c'est que je ne sais pas si je devrais ressentir de nouveau ça. Je savais que son monde tournait à l'envers. Que notre monde à brûler trop vite. Mais comment diable peut-on remettre sur le même chemin nos deux personnes sans conséquences ? Est-ce qu'elle le sait, maintenant qu’elle me voit devant elle ? Nout, tu est la seule chose de bon dans ma vie. Comprends-tu que je te laisse entrer ? Pendant un instant, alors que mes oreilles suivirent un grondement sourd, j’eu un regard navré. Nos pupilles fendus étaient complètement dilaté et se lançait à même des couteaux. Et alors quelle se tourne légèrement pour prononcer un mot, son regard change de couleur et se fixe sur moi si durement que je n'ose pas continuer. Un regard irréductible... mais aussi un regard pur, solitaire... un regard qui m'en impose! Je détourna le regard un instant avant de reprendre mon courage à deux crocs.


-Dit ce que tu veux, pourvu que ce soit sans retour de haine.

D’un coup, d’entendre sa voix, même rauque, même brisé par le temps, une voix mature, une voix plus féminine mais sèche, une admiration s’exalta même jusqu’à un enthousiasme démesuré. Elle avait réussie, malgré tout ce qu’on lui avait fait subir. J’aurais préféré cent fois qu’On me fouette plutôt que d’apprendre que je m’étais tromper et que j’avais tout perdu. Tout de suite, l’espace devint glacé. Cet excès de tendresse et d’attention trépidante que je désirais plus que tout partagé avec elle m’était indisponible par un mur invisible de colère qui me retirait aussitôt tout désir de m’approcher, mais je ne pouvais pas ignorer ce que je ressentais. Comme le temps ne fuit que par la fuite des choses, chaque chose s’accroche et se crispe pour ralentir sa propre course, mais je n’ai rien pu faire, j’ai tout simplement glisser devant elle, sans ne retenir aucun de mes mouvements. Comme Kiro, le serpent, mes mouvements étaient silencieux et résistait au temps qui avait fait de mon corps un truc moins choyant à regarder. Puis, sans regard supplémentaire, je repris tout naturellement ma mine habituelle de résignation.

J’avais du mal à ne pas m’irriter en la voyant revenir ainsi sur le passé, mais à bien reconsidérer, c’était un mal nécessaire.

-Hm dit-je en haussant les sourcils et les épaules en cadence, mal à l’aise. C’est ce qu’on dit, oui...


Revenir en haut Aller en bas
Cro
». Inébranlable
». Inébranlable
avatar

Féminin » Nombre de messages : 7304
» Age : 23
» PUF : Croket
» Date d'inscription : 04/08/2009
» Personnages : ___
bulletblackNOUT
☥ Doyenne Etelkrus
☥ 9 ans ½ ( 2.1.18 )
goldenrod

bulletyellowGRIMM
☥ Bêta Etelkrus & Chirurgien
☥ 5 ans ( 15.1.18 )
snow&#c9aa9c

bulletredGEB
☥ Guerrier Etelkrus
☥ 3 ans ( 25.1.18 )
chartreuse&#dfc4b4

bulletyellow PTAH ( pnj )
☥ Louveteau Etelkrus
☥ 6 mois ( 6.1.18 )

bulletblackHEEVER
❄ Maître des Rituels Raeders
❄ 6 ans ( 25.1.18 )
#07cfb6&gainsboro

bulletblackSPLEEN
❄ Médecin Raeders
❄ 1 an ( 19.1.18 )
#87dfc0&white

bulletorangeNACHOS
☀ Guerrier Etelkrus
☀ 4 ans ½ ( 15.1.18 )
#e63811&#382929

bulletblackJAGH
☣ Doyen Etelkrus
☣ 7 ans ½ ( 14.1.18 )
green&ghostwhite


» Feuille de perso'
» Points: 437

MessageSujet: Re: [ARCHIVER]From dust and ashes I have called you And dust we shall become [Nout]   Mer 06 Déc 2017, 22:59


« From dust and ashes...
« Nout & Amon.


Il y avait évidement de la colère face à ce qui avait été un abandon dans le coeur de Nout. Mais il y avait aussi ce soulagement immense de le savoir vivant, de le voir devant elle et relativement en forme. La voix de son frère apaisa un peu la révolte de la mère Hybride, dont les hormones jouaient avec les nerfs. Elle se mit à pleurer soudain, comme si le barrage de ses yeux cédait brutalement. Passant du port altier aux épaules voûtées, la louve-crocodile aux longs cheveux de neige répondit dans un souffle.

« De haine ? Comment pourrais-je te haïr Amon ? »


Elle esquissa un pas vers lui. Sans oser toutefois aller jusqu'à l'étreinte pourtant si nécessaire à de telles retrouvailles.

« Je suis en colère parce que tu m'a laissée. »

Elle perdait en superbe alors que les larmes salées lui chatouillaient les joues. devant le mâle brun, elle n'était plus q'une petite louve fatiguée, fragilisée et surtout elle redevenait la petite soeur et non plus la cheffe de tribu, la matriarche qui devait gérer une grande famille aux branches élargies. Evidemment elle n'était pas seule dans cette tâche, Darius, son amour de compagnon l'y aidait à merveille. Cependant il ne pouvait pas comprendre l'étendu des sentiments de la guerrière. Il ne pouvait pas même imaginer cet instinct maternel, tout cet amour inconditionnel pour leurs enfants malgré leurs bêtises, pour leurs petits enfants aussi. Il ne pouvait pas réaliser a quel point elle donnait d'elle pour chacun d'eux, tous les jours, sans jamais se plaindre ou prendre du temps de repos. Or, maintenant qu'elle était une fois de plus en cloque, elle sentait l'épuisement la vaincre. Nerveusement, elle faisait tout pour tenir. Et retrouver son frère venait de fendre sa résistance. C'était évidemment une explosion passagère. Nout se déchargeait sur le seul loup en qui elle avait une confiance aveugle malgré le temps et la distance, qu’elle venait de retrouver. Se sentant aussi honteuse que coupable de ne pas réussir à retenir sa peine devant Amon, elle s'excusa en ajoutant :

« Tu m'as tant manqué... »

Encore dans la retenue, pourtant, l'Etelkru se força à calmer ses humeurs en essuyant ses joues contre sa patte. Quelle impression elle faisait là ? Quelle image donnait-elle a son frère parti depuis des lustres ? Il allait la croire faible, fragile, alors qu'était bien loin de ça. Bien sûr, elle savait que son organisme et son cerveau réagissait de manière exagérée à tout au vu du stade sa grossesse... mais quand même. Elle était ridicule. Et puis, il l'avait abandonné sans un mot, n'avait jamais donné de nouvelles ! Grâce à cette idée fixe, Nout pu redresser la tête et retrouver un peu de contenance. Il fallait bien ça pour qu'elle arrête de pleurnicher. Elle était pourtant tellement plus solide que ça !


Revenir en haut Aller en bas
http://punk-wolf.forums-actifs.com/t16989-cro-s-rp-open-o#348563
Dee
».Habitué'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 568
» Age : 21
» Date d'inscription : 02/01/2015

» Feuille de perso'
» Points: 270

MessageSujet: Re: [ARCHIVER]From dust and ashes I have called you And dust we shall become [Nout]   Dim 10 Déc 2017, 18:13

un gif pour que tu comprenne le geste d'Amon dans ma réponse.:
 

Une nuit ou une vie cerne mes yeux déjà flous, aux reflets vert-de-gris et cruels, le sel des glaciers sur la couleur de mes joues, même si personne ne nous cherche querelle et la gorge qui rit, et les mains dans la boue, c’est le brouillard qu’une rencontre est belle. –Fred Pellerin

Il faudra un jour changer les saisons sur notre peau, laisser notre cœur en peine se servir à boire pour se sentir un peu mieux. À travers la rumeur de la chevauchée céleste de nos émotions, se faufilaient les bruits perdus du silence d’un jour un peu trop clair. Puis, au loin, au bout du pont qui c’était construit entre nous deux, mugissait, plaintif, les larmes de ma sœur qui ne cessèrent de couler. Quand j’étais jeune, je pensais à l’avenir. Sait-on jamais, on aurait pu être séparer. Mon jeune moi disait qu’il aurait pu mourir, mais sait-on jamais, peut-être qu’il aurait pu vraiment le faire. J’aurais aimer t’apporter là ou il fait noir, là ou s’est silence pour pouvoir entrnedre encore une fois, la murmurence de ta petite voix. Petite sœur, il y a beaucoup de chose que je ne te dirai pas, d’autre que toi tu ne me dira probablement jamais aussi, mais ne nous laisson pas vivre dans une désert de haine. À la regarder, là, devant moi, les larmes coulant sur ses magnifiques joue brune, je ne désespérait plus, anxieux de savoir si c’était de ma faute, si ma virilité ne pouvait rien guérir, si, à la seule vue de ma personne, elle n’aurait jamais pu vivre plainement sa vie. Si la seule idée de moi qui l’eu quitter lui avait enlever l’envie de posséder sa vie au plus plainement qu’elle le pu. Était-ce réellement possible ? Probablement pas, vu comment elle avait grossit…un neveux…une nièce ? Me pardonnera tu un jour ma légèreté ? Nout, le sais tu combien je t’admire beaucoup trop pour être jamais en mesure de te laisser avoir l’air malheureuse.

Cette situation était plus claire que jamais elle ne fut dans ma tête ces dernières années. Ces retrouvailles étaient déchirante et mon cœur tembourinait si fort dans ma tête que je me doutait que Nout devait voir mon crâne dégarni avoir des spasmes. Ou peut-être que les marches de méphis’ alletait aux travers de sa luminosité ? C’est que Nout…je ne pourrais jamais dire rien de plus fort, ni agrémenté la qualité à un degré absolu, je t’aimais. Tellement fort et même si mon corps brulait de vouloir te faire un câlin, un contact dont j’avais perdu l’essence, la chaleur….La prologue de notre vie était terminait et si nos existence était un livre ouvert et que les dieux étaient nos lecteur…savait-il déjà si le rideau tomberait bientôt ? Quand j’étais jeune, j’eu l’intention de briser toutes mes relations. Je l’ai fait, je l’ai fait et maintenant je le regrette. Même si la vie ma défendu à survivre.

Quelque part dans le troisième arrondissement de larme qui c’était amonceler sur tes joues, mon cœur se réunis à jamais avec le tient. Mes grandes oreilles le ressentait, tout cet amour, cette peur de l’aliénation de l’amour. Nout, voici la clef de tout mes biens. Lors de sa dernière phrase qui sembla se réconcilier un peu avec les sentiments qui se détruisait à coup de neutrons dans ma poitrine, Nout se rappela que je lui avais manquer et, sans le vouloir, malgré ma personnalité, la famille avait toujours eu tendance à me faire sourire comme un idiot. Et c’est ce qui fendit mon regard, les larmes aux bords des yeux, la mâchoire tremblante, le corps tremblotant en rythme avec la brise qui nous passa sous les pattes, la nature était là, elle aussi et elle nous invitait à nous aimer de nouveau. Au loin, je l’entendis me dire «Plonge-toi dans son sein qu’elle t’ouvre toujours.»

L’exaltation provoquée par la tendresse du moment m’apparu comme uen chance de m’avancer encore un peu vers elle. Là, la nature m’enseigna à considérer les moments d’amour comme une matière à respecter. Il aurait fallu que j’attende encore un peu, mais je n’en avait pas envie.

-Nout…

Je ferma les yeux serrer en inspirant profondément. Je leva ma patte avec tendresse, même si de loin, on en aurait vu la sévérité dans le geste. Peut-être était-ce l’amour, al fraternité qui rendis à ce geste pourtant si banale une énorme signification. Je poussa deux de mes griffes vers l’avant, (l’index et le majeur chez nous) et les déposa comme deux petits poings sur le front de ma sœur, juste à côté de ses grands cheveux blancs qui commençait à tirer du gris.

-Moi aussi. Je ne te reprocherai pas de m’en vouloir, tu sais.
Revenir en haut Aller en bas
Dee
».Habitué'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 568
» Age : 21
» Date d'inscription : 02/01/2015

» Feuille de perso'
» Points: 270

MessageSujet: Re: [ARCHIVER]From dust and ashes I have called you And dust we shall become [Nout]   Mer 10 Jan 2018, 16:20

Petit up ? .-.
Revenir en haut Aller en bas
Cro
». Inébranlable
». Inébranlable
avatar

Féminin » Nombre de messages : 7304
» Age : 23
» PUF : Croket
» Date d'inscription : 04/08/2009
» Personnages : ___
bulletblackNOUT
☥ Doyenne Etelkrus
☥ 9 ans ½ ( 2.1.18 )
goldenrod

bulletyellowGRIMM
☥ Bêta Etelkrus & Chirurgien
☥ 5 ans ( 15.1.18 )
snow&#c9aa9c

bulletredGEB
☥ Guerrier Etelkrus
☥ 3 ans ( 25.1.18 )
chartreuse&#dfc4b4

bulletyellow PTAH ( pnj )
☥ Louveteau Etelkrus
☥ 6 mois ( 6.1.18 )

bulletblackHEEVER
❄ Maître des Rituels Raeders
❄ 6 ans ( 25.1.18 )
#07cfb6&gainsboro

bulletblackSPLEEN
❄ Médecin Raeders
❄ 1 an ( 19.1.18 )
#87dfc0&white

bulletorangeNACHOS
☀ Guerrier Etelkrus
☀ 4 ans ½ ( 15.1.18 )
#e63811&#382929

bulletblackJAGH
☣ Doyen Etelkrus
☣ 7 ans ½ ( 14.1.18 )
green&ghostwhite


» Feuille de perso'
» Points: 437

MessageSujet: Re: [ARCHIVER]From dust and ashes I have called you And dust we shall become [Nout]   Dim 21 Jan 2018, 15:37


« From dust and ashes...
« Nout & Amon.


Il y avait beaucoup de souvenirs derrière ce petit geste fraternel. Beaucoup de jeux, de joies, de rires aussi. Et même s'il y avait eu des années depuis la dernière fois, Nout apprécia ce contact oublié. Pendant une fraction de seconde, elle troquait son rôle de Matriarche contre celui de petite soeur. Un vague sourire étira les babines de l'Hybride. Pendant ce très court laps de temps, elle n'était plus la mère de quatre grands enfants et bientôt plus aux problèmes divers et variés, elle n'était plus la grand-mère nourrice de trois formidables et turbulents petits enfants. Elle n'était plus la doyenne d'une meute en formation qui chaque jour apprenait à vivre en harmonie malgré les différences de ses membres. Elle se retrouvait comme étant la toute petite Nout que son frère réprimandait tendrement pour une petite pique ironique ou un haussement de sourcils provocateurs. Et puis le petit être dans son ventre se rappela à elle en donnant un coup de patte bien senti. La louve-crocodile dû bouger et s'asseoir différemment en soupirant pour soulager la pression sur son flanc droit. C'était dingue quand même... Elle allait être mère une dernière fois. Si on lui avait dit, jamais elle n'aurait cru porter si souvent. En vrai, petite, elle n'était pas de celle qui rêvait du grand amour et d'une grande famille. Elle était de ces guerrières sauvage et indomptables. Et elle s'était laissée apprivoiser par Darius. Le sourire de Nout s'élargit. Maintenant qu'Amon était revenue, elle aurait enfin le plaisir de présenter sa tribu à son frère. Parce qu'il était hors de question qu'il reparte.

« Je suppose que tu avais de bonnes raisons. »


Les pupilles de la femelle s'étrécirent un une fine ligne noire dans un océan d'or en fusion.

« Mais tu es là aujourd'hui. »

La femelle se releva et invita Amon a la suivre dans une marche tranquille. Le rythme apaisant de la promenade calmait en général la future boule de poil que serait son enfant. La doyenne Etelkru se demanda s'il s'agirait d'une petite femelle ou d'un mâle et s'il ou elle ressemblerait davantage à Darius comme presque tous ses enfants ou s'il ou elle tiendrait plus d'elle comme Nephthys. Peu importait au fond, elle l'aimerait plus que tout de toute façon. Comme chacun de ses petits devenus grands. L'idée lui vint qu'Amon avait peut-être aussi une famille ailleurs. Après tout, que savait-elle de son frère ? Qu'est-ce qui était encore vrai de ce qu’elle savait de lui avant son départ ? Il valait mieux en avoir le coeur net avant de se réjouir définitivement de son apparition miraculeuse peu de temps avant la naissance de son dernier bébé.

« Quelqu'un t'attend, là-bas, ailleurs ? »

Nout suspendit son pas pour écouter les mots qui risquait de briser son coeur de petite soeur et en même temps durcir encore un peu plus celui de la guerrière Matriarche.
Revenir en haut Aller en bas
http://punk-wolf.forums-actifs.com/t16989-cro-s-rp-open-o#348563
Dee
».Habitué'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 568
» Age : 21
» Date d'inscription : 02/01/2015

» Feuille de perso'
» Points: 270

MessageSujet: Re: [ARCHIVER]From dust and ashes I have called you And dust we shall become [Nout]   Dim 28 Jan 2018, 20:14

À regarder Nout s’épanouir ainsi sous ma patte, il me sembla que toutes mes capacités c’était abaisser, excepté celle de l’aimer. Je l’aimais d’avantages, quand elle souriait. Elle était belle, comme ça, lorsqu’elle souriait. Et ses yeux d’or me rappelait le vague souvenir d’une mère protectrice. Le vague souvenir des jours de soleil brûlant dans le désert ou j’avais longuement chercher à retrouver de vieil origine perdu. La vie n’avait pas besoin de nous. Or, de sa nature, l’amour exigeait toujours de l’amour en retour et bien que l’idée seul de la voir repartir, le cœur en haine, il me sembla que ce fut impossible et mon cœur de grand frère se rajeunit, l’espace de quelques secondes. Et si nous n’avions été que des âmes sœurs, tout ce temps ? Et qui restait-il encore ? La famille existait-elle encore ? Et voudrais t-on d’un vieux crouton comme moi ? Ce beau mystère de lumière, me prenant ému ainsi, harmonisa les orages de mon intérieur. Puis, alors que Nout se replaçait doucement, du à l’inconfort que lui donnait le petit gros dans son ventre, un mot me vint à l’esprit. Invulnérabilité.

Avec Nout à mes côtés, j’étais maintenant devenu invulnérable et je su, à l’instant précis ou son sourire de crocodile, qu’il y avait dans son corps de mère, de sœur, de meilleure amie, toujours l’esprit guerrière qui l’animait jadis et j’y reconnu Altaïr, Deucalion, je m’y reconnu aussi et j’y reconnu maman et j’y reconnu les souvenirs impossible de père, qui n’eurent été que des histoires au final. C’est ce que nous étions, elle et moi. Les vestiges d’une histoire de famille qui avait dégénérer. Une histoire un peu triste et je me rendit compte que je n’avais jamais eu de véritable raison de partir, mais il m’était beaucoup trop dur de lui dire la vérité et il fallait que je l’aide à vivre, pas que je brise d’avantage le cœur de celle qui m’avait toujours attendu. À la regarder, il me sembla que tout se passait dans ses yeux et j’eu envie de me coller à elle, mais j’avais tout même un peu d’intégrité à garder alors je me contenta de fermer tendrement les yeux, apaiser, avec un large sourire de reptile. Puis elle finit par se lever et m’invita de tout son corps à la suivre. J’eu le sentiment qu’il y avait à présent, dans ce visage, quelque chose que la mort, les souvenir du passé, les atroces cauchemars de la malédiction ne toucherais jamais. Ma sœur eu été le seul amour stable de toute ma vie et elle m’aidait déjà à me sentir un peu plu affranchi de tous les liens matériels auquel je ne m’étais jamais attaché et que je ne comprenais pas. Avec elle, il n’y avait pas d’envie de sang, de violence, pas de corps meurtrie et perdu. Il n’y avait pas de tambour de guerre dans les oreilles.

En marchant, malgré le moment du jour, on voyait au loin les rayons obliques du soleil, légèrement au dessus de l’horizon, se jouer dans les nuages qui dansait doucement et il me sembla m’y glisser un instant. Mon oreille se tourna avec attention envers ses inquiétudes et je soupira. Qu’auriez-vous voulu que je fasse ? Je m’arrêta, suspendu au porte de ses yeux écarlate et y monta peu à peu. J’eu envie de lui dire que plus rien ne lui glisserait entre les doigts.

-La seule personne qui m’est toujours attendu quelque part, se trouve juste ici, dit-je en me glissant doucement sous son écharpe, nos deux corps ondulant gracieusement. C’était ça, la plus belle ligne d’horizon.

Ma machoire se serra.

-Montre moi ta vie, grosse patate dit-je en éclatant d’un rire bien gras en invitant Nout à continuer sa route alors qu’elle m’amenait doucement vers ses vestiges de vie..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ARCHIVER]From dust and ashes I have called you And dust we shall become [Nout]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ARCHIVER]From dust and ashes I have called you And dust we shall become [Nout]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 40k Dust Contest, courses de motos au 41e Millénaire...
» Le renouveau de la World War avec Dust Tactics (et AT-43)
» DUST : 1947, les alliés ont merdé : la 2ème GM n'est pas finie.
» Dust Ball
» PIXIE DUST ? VERSION 12

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Terres Etelkru
 :: → La Rougelande
-
Sauter vers: