Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 De la fumée sans plus de feu | Libre

Aller en bas 
AuteurMessage
Altaïr
» Admin'
» Admin'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 4948
» Age : 22
» PUF : Nala
» Date d'inscription : 24/05/2010
» Personnages : ~
Morokei
11 ans (21/03)
Nakhus - Adepte
Violet

Roy
10 ans (23/02)
Lazulis - Herboriste
Vert

Méléagant
11 ans (29/03)
Etelkrus - Guerrier
Rouge

Karigan
6 ans (11/02)
Etelkrus - Garde
Futur orange

Athelstan
5 ans (14/03)
Etelkrus - Garde
Futur rouge

Azkaban
2 ans (14/02)
Nakhu - Adepte

Bree
3 ans (21/03)
Lazuli - Louveteau

» Feuille de perso'
» Points: 1300

MessageSujet: De la fumée sans plus de feu | Libre   Dim 14 Jan 2018, 12:02

    La nuit s'étirait, longue et glaciale. Le monde entier était figé dans ce long hiver qui ne s'en allait pas, comme une tapisserie en camaïeu de blanc, de gris. Même les animaux, dans leur pelisse hivernale, avaient perdu leurs couleurs. Seuls demeuraient les loups et leurs lumières divines, tâches éparses de teintes brutales égarées dans ce grand tableau. Et encore. Lui-même s'était fondu dans les couleurs de l'hiver, lorsqu'il avait renoncé à son glowstick. Il était redevenu palette de brun, d'ébène et de neige, parfaitement fondu dans ce décors au silence effarant. Un silence qui faisait écho à celui qu'il ressentait au fond de lui. Le tiraillement du manque, l'éclatement de sa famille, les années qui avançaient, son arc désormais immobile à son côté. Tant de choses qui semblaient avoir mouché la grande flamme qui brûlait dans le coeur de Méléagant.

    Il avançait d'un pas légèrement pesant. Sa silhouette était comme un vestige de sa gloire d'antan, en ce temps béni où il se trouvait à la tête de sa famille réunie, à la tête d'une meute soudée face à l'adversité. Des souvenirs qui se fondaient en une brume de nostalgie et de souffrance au fond de lui. Il avait maigri, sa vie de semi-solitaire et l'isolation ne lui réussissant pas. De son coeur s'était même envolé l'espoir de revoir un jour son frère Agravain. Le loup roux avait disparu après le cataclysme, s'était joint aux Etelkrus d'après ce qu'il en avait entendu. En des terres qui désormais étaient interdites au brun, et desquelles l'autre n'était jamais sorti pour venir le chercher. Il n'avait plus que Winnifred, ultime accroche à ce monde qui l'avait usé bien plus qu'il ne l'aurait songé. Même s'il ne pouvait vivre à ses côtés et que cela lui causait des cauchemars terribles, au moins il pouvait venir sans encombres la rencontrer et savourer sa douce présence, toute amère que soit la solitude qui suivait. Le guerrier avait conscience que quelque-chose au fond de lui s'était éteint, mais ne trouvait plus la foi d'aller raviver la flamme. Son regard clair était devenu triste et résigné. Avec la lumière rouge de son épaule s'était effacée celle qui brillait dans son regard.
    Et du feu qu'il avait été ne restait que la fumée.

    Ses pas l'avaient mené depuis sa tanière près de la côte au temple de Yurai. Un lieu qu'il avait soigneusement évité jusque là. Il avait le sentiment qu'en cet endroit qui lui était dédié, la déesse aurait tout pouvoir de lui reprocher sa liaison avec une membre de son clan, lui qui avait renoncé à la bénédiction divine en la sacrifiant à son amour pour la louve. Mais ce jour-là, alors qu'il entrait dans les terres Nakhus comme il le faisait chaque jour pour rejoindre sa belle, il avait fait obliquer son trajet pour se rendre chez la Corneille. Une proie entre les crocs comme offrande - pour le clan ou pour la divinité, lui-même n'en était pas bien certain - il était entré prudemment dans l'Eglise. Et désormais il se trouvait là, immobile face à la grande statue, sans savoir ni que dire ni que faire qui soit adapté.

    Il déposa avec délicatesse son butin aux pieds de la figure de pierre et redressa la tête vers le majestueux visage sculpté qui le surplombait. Immobile et froid, lui aussi. On disait que Yurai, comme Dairo, était bienveillante envers ses sujets. L'était-elle également envers ceux qui ne l'étaient pas complètement ? Ou demeurait-elle froide et indifférente comme cette statue dont le regard vide était dirigé vers l'infini, l'horizon masqué par les brumes du dehors ? Avec un soupir, le grand loup baissa la tête, et fini par s'asseoir d'un geste lent. Sa famille lui manquait terriblement. Après avoir vécu auprès d'eux si longtemps, à entendre leurs souffles réguliers le soir, à s'éveiller au son de leurs voix et à a vue de leurs regards chaleureux, que valait de vivre seul ? Il ferma les yeux, prostré, les épaules basses et la tête plus encore.
    Et l'écho qui chantait entre les colonnes du temple fut la seule réponse à son soupir attristé.
Revenir en haut Aller en bas
SeoSy
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 313
» Age : 21
» PUF : A-Lucian
» Date d'inscription : 28/09/2016
» Personnages :
Sarcan
♂ | 11 ans
Nakhus | Oracle & Prêtre Sagesse
Avec CrèveCoeur [PNJ]
Père d'Eogan, Beth, Ori et Dean
Prêche en #6600cc


Vinara
♀ | 6 ans
Solitaire
Célibataire
Insulte en #ff6600


Gloriel
♂ | 4 ans
Lazulis | Combattant
Célibataire
Père de Roanne
Discute en #0066ff


Vivaldi
♀ | 5 ans
Lazulis | Herboriste
Célibataire
Chantonne en #00cc00


Ori
♀ | 1 an
Nakhus | Futur Adepte avocate
Fille de Sarcan et CrèveCoeur
Célibataire
Murmure en #330000


Twix
♀ | 2 ans
Solitaire | Gang Goûter
Célibataire
Dévore en #660000


PNJs
CrèveCoeur
♀ | 8 ans
Nakhus | Adepte
Avec Sarcan
Mère d'Eogan, Beth, Ori et Dean
Parle en #990099


» Feuille de perso'
» Points: 2413

MessageSujet: Re: De la fumée sans plus de feu | Libre   Dim 14 Jan 2018, 19:05

La nuit noire ne laissait filtrer que de légères étoiles, les plus courageuses de toutes. Sarcan les regardait de ses yeux aussi sombres que la belle Nocturne. Il était assis, droit, près de la sortie de sa tanière. Il pouvait entendre les légers ronflements de sa compagne qui dormait, entourant leurs enfants de son corps chaud, fin et embaumé de l'odeur de son lait. Le mâle avait encore du mal à comprendre qu'il était devenu un père, bien que ses enfants lui ressemblaient. Il ne savait pas comment s'y prendre avec eux, leur adressant parfois que quelques paroles avant de disparaître. Il continuait de faire passer ses devoirs d'Oracle et de prêtre avant le père qui se devait d'être auprès de ses enfants. Il ne savait pas vraiment ce qu'il pourrait leur apprendre, ce qu'il serait capable pour eux et la peur ne cessait de lui tirailler sa fibre paternelle. Il l'avait bien compris que pour l'instant, il n'était qu'un mauvais parent. Si leur mère ne lui en voulait pas, respectant sa volonté de continuer à servir en premier plan la déesse violette, il sentait que les enfants n'étaient pas de cet avis. Ils avaient besoin d'une figure paternelle pour leur enseigner bien des choses mais lui, il n'était pas prêt. Il était bien plus apte à recevoir les affres de la vieillesse que la fonction parentale. L'Oracle lâcha un soupire et lançant un dernier regard à sa petite famille, il se leva et disparut dans la nuit.

Accompagné du voile nocturne et du souffle glacial de l'hiver, il marcha de longues minutes, réfléchissant à sa position familiale. Il devait se rendre plus présents pour ses enfants mais pouvait-il réellement baisser son temps auprès de la Corneille ? Et si, pendant qu'il jouait avec Eogan, il y avait une crise majeure des Nakhus et l'impossibilité de le trouver dans le temple ne ferait qu'empirer la crise ? Les pires scénarios étaient traduits par son cerveau comme s'il se refoulait le bonheur de pouvoir être aux côtés de la chair de sa chair. Il lâcha un profond soupire et relevant la tête, il constata sans grande surprise que ses pattes l'avaient guidé au Temple de la Déité qu'il adorait. Il pénétra dans le sanctuaire de la Sagesse avec un calme que les oiseaux chanteurs de la déesse devaient envier. Sarcan pensait être seul jusqu'à ce qu'un soupire vienne chanter et danser entre les colonnes. Il redressa la tête et il découvrit un mâle qui se tenait assis près de la statue. Il ne lui rappelait qu'un vague souvenir et lorsque le loup bleu et beige se rapprocha, il écarquilla les yeux. Méléagant, ancien lieutenant Brethen de l'Ancien Monde, était le solitaire à l'allure si peinée que la déesse violette devait s'être penchée sur ce temple pour le réconforter. Sans doute était ce pour cela que le nouveau père se retrouvait ici aussi tard.

    « Vous semblez incarner la Solitude et la Tristesse face à cette belle statue, Messire Méléagant.

La voix de l'oracle était rocailleuse mais elle comportait quelques notes douces, voir mêmes chantantes qui se voulaient réconfortantes. Il se posa près du guerrier et il riva ses yeux dénudés de pupilles sur la fontaine. Il avait remarqué la disparition de la lumière rouge qui avait fait la force du lieutenant. Ainsi donc il avait quitté le rang des disciples d'Aka mais la raison échappait encore à canin qui venait de le rejoindre.

    « La Nuit est l'écho de notre tristesse. Elle nous rappelle nos douleurs et nos choix avec la brutalité que le jour efface. L'hiver ne vient l'aider que davantage. Vous ne trouvez pas ?

Il pencha la tête, se retournant vers le canin qu'il venait de déranger.
Revenir en haut Aller en bas
 
De la fumée sans plus de feu | Libre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il n'y a pas de fumée sans feu
» Y'a pas de fumée sans flammes ! [CLOS]
» Soirée costumé, et sans doute mouvementée~ [LIBRE]
» Un corps sans sang, un assassinat sans A.D.N. [Libre]
» Il n'y a pas de fumée sans feu ! [Jack et Waka]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: Terres Nakhu :: → Vallée des murmures :: → L'église aux Corneilles-
Sauter vers: