Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 Je ne suis pas un poisson [PV Mayuri]

Aller en bas 
AuteurMessage
Himi
». Gluant
». Gluant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 4494
» Age : 25
» PUF : HimiKiel a.k.a le wapiti
» Date d'inscription : 03/08/2010
» Personnages :

Callum
4 ans et demi[26] (Février)
Nakhu - Adepte
|| Violet


Kit
2 ans et demi [18] (Février)
Solitaire
|| Rien





» Feuille de perso'
» Points: 940

MessageSujet: Je ne suis pas un poisson [PV Mayuri]   Ven 26 Jan 2018, 22:22


Je ne suis pas un poisson


Si murmures il y avait alors Callum était sourd. Le vent s’engouffrait dans la vallée, sillonnant à travers les pics, battant les herbes folles. Les poils beiges de son dos se hérissaient de façon bien étrange selon lui. Après tout même la sensation lui restait assez méconnue. Cependant, ici il était au calme, loin de l’eau, loin des grottes, les yeux rivés sur les plaines en contrebas. Le loup brun trouvait les lieux assez apaisants, tellement calme qu’il s’était allongé en haut d’une petite colline à moitié caché par la végétation.

Je ne sais pas vraiment pourquoi mais j’aime bien cet endroit. Et ce malgré les stupides horreurs de morts qui parlent, dont on m’a rebattu les oreilles. Enfin c’est plutôt ce que j’ai entendu, caché derrière mon arbre… Je ne sais même pas qui parlait de ça en fait. Rien que l’idée de savoir me fait encore trembler. Mon corps est presque entrain de convulser de peur. Mais je ne peux pas jouer des claquettes toute la journée non plus ? Allez du courage Cal’, va et lève ton cul.

Chose qu’il s’employa à faire, la tête basse et la queue entre les jambes. Même si dans sa tête c’était bien plus épique.

La terre est gelée, mais bon le froid je connais, je peux avancer sans crainte. On est bien sur nos terres non ? Mon cœur se serre à chaque bruissement d’herbe. Et pourtant j’avance silencieusement si on oublie mes petits cris de surprise. Inspire, expire, tout va bien se passer… Oh non ça ne va pas le faire, non non non, tout mais pas ça.

Mais que lui arrive-t-il donc ? Un autre loup ? Un ours ? Ou pire ?
En réalité, un maigre ruisseau d’à peine un mètre de large. Suffisant pour lui remémorer la fois où il avait tenté de traverser une rivière. Il était tétanisé face aux clapotis de l’eau.


A-a-allez, sois courageux, ce n’est qu’une flaque. Oui une toute petite flaque. Je plonge une patte… Bon dieu c’est gelé. Mes dents claquent toutes seules. Je suis une merde, je vais pas y arriver. B-b-b-bon les autres pattes.

Le corps tremblant davantage, Callum commença la périlleuse traversée, chouinant dans ses moustaches. Puis il suffit d’une pierre glissante et le drame arriva. Il se débattait comme un diable pour tenir le museau hors de l’eau. Vingt centimètres tout au plus. Et le tout en hurlant.

« AU SECOURS ! *bloup* JE ME NOIE ! »

Pour une fois, j’aurais aimé que quelqu’un apparaisse et me sorte de là, même s’il fallait subir ses pensées. Pitié aidez-moi !


Revenir en haut Aller en bas
O-Shana
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 443
» Age : 23
» PUF : O-Shana, LittleNouss
» Date d'inscription : 23/01/2017
» Personnages :
E
ZHEKIEL
Ethelkrus [J] - Alpha
10.5 ans (21/07/18)

#ccffff


M
AYURI
Nakhus - Adepte
4 ans (15/02/18)

#cc3366#ffcccc


N
EPHTHYS
Ethelkrus - Garde
4 ans (19/03/18)

#9933cc


E
OGAN
Nakhus - Louveteau
1 ans (18/02/18)

#3399cc


Kat
Solitaire
2,5 ans (18/03/18)


» Feuille de perso'
» Points: 675

MessageSujet: Re: Je ne suis pas un poisson [PV Mayuri]   Sam 27 Jan 2018, 01:04

MAYURI

Une légère couche de rosée parsemait délicatement mon environnement. Le fond de l’air était encore frais en cette fin d’hiver, et la brise continuait à soulever en un rythme irrégulier mon court pelage. Comme à mon habitude, j’avais pris la décision de secouer ma fine carrure aux aurores, profitant de l’éveil de Mère Nature pour profiter du maximum de son spectacle auditif et olfactif. A défaut de pouvoir m’émerveiller des couleurs saturées, ma truffe et mes oreilles compensaient largement le manque visuel.
Un sourire accroché aux babines, je mis en marche ma frêle carcasse pour déambuler sans but sur les terres Nakhus. Une innocente joie de vivre continuait à vibrer dans mes veines, échos de l’euphorie de l’aventure qui m’attendait encore aujourd’hui. Je me mis à chantonner d’une voix claire et douce, mais avec des paroles pour le moins incompréhensibles. Peu m’importait, la journée allait être belle.

Je me mouvais d’un trot léger, laissant mes muscles se tendre avec ardeur sous ma peau. Je sentais une légère gêne dans une de mes pattes et ma queue qui se balançait comme un balancier. Un tiraillement, discret mais bien présent, me perturbait depuis quelques temps déjà. Il faudrait que je consulte mère, en tant que guérisseuse elle comprendrait peut-être quel mal avait décidé de me ronger. Mais j’écartais bien vite ces pensées et m’ébrouait énergiquement, dans une émulsion de boue et d’humidité. Tremblotant sur mes pattes dans l’action, je dus bien évidemment rencontrer une racine à cet instant. La gravité se rappela à moi, et je m’étalais sans une once d’élégance dans l’herbe et la terre meule. Ca faisait longtemps ! Roulant pour me relever, je ne pus m’empêcher de penser qu’en voulant me délester d’un peu de crasse j’avais fini totalement souillée… Bien joué Mayu ! Prenant la chose avec légèreté, j’abandonnais l’idée de me nettoyer et repris mon chemin.

Les doux murmures me parvinrent alors, provoquant en moi une certaine excitation. Je souris de nouveau, riant doucement du fait qu’inconsciemment j’étais revenue. Encore. La brise m’apportait leurs complaintes, et le bruit du ruisseau non loin associé au bruissement de l’herbe grasse me certifiait que j’étais arrivée à la Vallée des Murmures. J’allais finalement pouvoir me faire un brin de toilette !

Mais alors même que je me rapprochais du cours d’eau un cri me parvint. Effrayé, désemparé, et pire que cela ses dires m’inquiétèrent. Cessant dans l’instant tout ce à quoi je me destinais aujourd’hui, je m’élançais sans attendre vers la source de l’appel à l’aide. Je pris mon élan et sautais pour atterrir dans le court d’eau. SAUF QUE.
Le choc résonna dans tous mon corps, claquant mes mâchoires et entaillant la chaire de mes pattes. Une douleur vive se confronta au choc thermique, et mon cerveau mis quelques secondes à comprendre ce qui venait de se passer. Je me relevais pantelante, et ne pus m’empêcher de lever mes paupières pour révéler des tâches floues et colorées tant la surprise et l’incompréhension m’avaient saisie. Je pataugeais.

Gueule béante, j’observais la masse floue déchainée à côté de moi qui était clairement dans un état de panique totale. Je n’étais pas sure de ce qu’il se passait ici, mais il fallait que je fasse quelque chose et sans tarder.

Alors je me meuve jusqu’à être face à lui. Je pose mon arrière train dans l’eau glaciale et dans l’élan je coince la forme floue de son visage entre mes deux pattes avant. Mes yeux gris cherchent à se fixer sur ses iris, je ne suis pas sure d’y arriver et j’ai du mal à les garder fixe, trop peu habitués à l’exercice. Puis je bande tous mes muscles, l’oblige à se concentrer sur ma personne. Ma voix douce et très calme se répand autour de nous, tel un murmure rassurant.

« Làààà l’ami. Respire, tout va bien seules tes pattes s’agitent dans l’eau. Rappelle tes neurones parmi nous, et observe autour de toi. Ecoute le chant de la brise, les caresses du ruisseau, et souffle non de Dieu. »

Dans le même temps je tente de l’attirer sur le bord du ruisseau, essayant de l’écarter de la raison de sa terreur. Un sourire rassurant apparait sur mon faciès, je le sens étirer ma peau. Je ne pouvais m’empêcher de m’inquiéter pour cette pauvre âme, et dans le même temps j’avais envie de partir d’un grand éclat de rire et de lui montrer à quel point la vie et l’eau étaient belles. J’avais tellement de bons souvenirs avec la mer il fallait dire. Mais l’heure n’étais pas à la légèreté, il avait besoin d’aide et de réconfort. Aussi continuais-je à lui tenir la tête en affichant un air serein et à le regarder de mes yeux laiteux qui commençaient sérieusement à me piquer.

« Mon pauvre, tu m’as l’air d’avoir quelques soucis avec l’eau dis-moi ! Je suis Mayuri, disciple de la Corneille tu ne crains rien venant de moi. Et toi d’où viens-tu ? Ton odeur ne me dit rien, et pourtant je suis du genre bonne mémoire sur ce genre de choses crois-moi ! Ça va mieux tu commences à te calmer ? Non parce qu’en vrai c’était un peu effrayant quand t’as hurlé et tout, moi j’étais en mode flipppééééée ! Et puis en vrai je m’attendais pas à m’étaler, j’avais un peu trop de volonté de te sortir de là je crois. Mais venant d’une malvoyante c’était peut-être pas si malin que ça après réflexion. Ça va ? Et si tu t’es blessé aussi faut me le dire hein ! Et sinon tu t’appelles comment ? »

Mon bagout naturel avait repris du service, croulant l’inconnu sous une masse d’information. Mais bon peut-être que cela lui occuperait assez la matière grise pour qu’il se détende le coco ! Et mon sang bourdonnant me faisait trop trépigner pour que je conserve un mutisme qui ne me correspondait absolument pas.


Revenir en haut Aller en bas
Himi
». Gluant
». Gluant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 4494
» Age : 25
» PUF : HimiKiel a.k.a le wapiti
» Date d'inscription : 03/08/2010
» Personnages :

Callum
4 ans et demi[26] (Février)
Nakhu - Adepte
|| Violet


Kit
2 ans et demi [18] (Février)
Solitaire
|| Rien





» Feuille de perso'
» Points: 940

MessageSujet: Re: Je ne suis pas un poisson [PV Mayuri]   Sam 27 Jan 2018, 14:56



Et c’est ainsi que commença leur histoire, l’un paniquant de se noyer dans une flaque et l’autre se vautrant pour sauver le premier. Un duo de loosers qui patauge dans une eau gelée. Tant de gloire, beaucoup trop épique pour que je vous conte cette histoire.

Alors que je secouais mes pattes de façon erratique, une silhouette blanche avait plongé à son tour dans ce torrent. Une âme charitable mais étrangement je l’entrevoyais assez immobile. Et puis le malheur arriva, ses pattes bloquaient ma tête. Sa voix se voulait rassurante mais ces fréquences n’étaient pas les seules. Une montagne de pensée m’envahissait, un flot perpétuel de choses positives qui me rendait sourd à tout autre bruit. Mon corps se figea, le dos coincé dans de l’eau froide. J’osais à peine ouvrir les yeux et quand mes paupières s’entrouvrirent, un ange apparaissait.

« Mon dieu, je suis mort, t’es un ange ? Et merde, j’avais tant de choses à voir… »

Ma voix paniquée était à peine audible. Et puis je senti mon corps glisser doucement vers la rive. Etrange, je pensais qu’une fois mort on ne ressentait plus rien. J’espérais aussi que les pensées trop joviales de l’ange allaient se tarirent. Rien n’y faisait. C’est ainsi que des flashs m’apparurent, l’animal divin courait et nageait dans l’eau. Comme si ça avait quelque chose de plaisant. Mon esprit s’embrumait davantage, mon corps quittait la paralysie doucement.

Il se décida ENFIN à ouvrir les yeux pour remarquer que l’animal en face de lui n’était rien de plus qu’un autre loup. Son visage se voulait serein mais la peur reprit le dessus sur Cal’. Il écarquilla les yeux, laissant apparaitre deux billes bordeaux. Un air effarouché qui en disait long. Sans trop attendre la fin du monologue, il bondit sur ses pattes, se défaisant de l’emprise malsaine de sa comparse. Le mâle fit 3 bonds tel un renard et traversa le ruisselet sans y faire attention. Puis il se planqua, du mieux qu’il put j’en conviens, derrière les herbes folles. Tremblant et recroquevillé sur lui-même, il tenta de rassembler son corps et son esprit.

« M-m-m-monstre à p-p-p-pa-papillon qu-qu-que tu es ! T-t-t-t-t-tu p-parles trop et et et et j’ai j’ai rien compr-pr-pris ! »

Je relevai mon museau de temps à autre, observant l’ennemi. Yurai aide moi s’il te plait. Mes pattes refusent de bouger et j’ai foutument froid en fait. Inspire, expire, inspire ex-pire, tout va bien se passer. Même en boule derrière cette touffe de végétation, ma carcasse faisait des allers-retours vers l’avant et vers l’arrière. Bah quoi ? Je fais ce que je peux hein ! Me dites pas que fasse à une louve aussi rose vous auriez pas peur. Hein ? Une louve ? Mais son glowstick est violet lui aussi. Je jette un regard en coin vers le mien pour confirmer.

« A-a-a-aïoli c’est ça ? C’est c’est b-b-b-bien ton nom ? Qu-qu-qu’est-ce que tu me veux ? Pourquoi tu penses que l’eau c’est si sisi si bien qu-qu-que ça ? Et pourquoi tu pensais à autant de chose quand t’essayais d-d-de me m-man-man-manger ? »

A dire vrai, il accusait un peu Mayuri de tout et de rien. Et quelque part peut être le brun en voulait-il à l’immaculé d’être aussi joviale. Le choc lui avait fait repartir son défaut de langage. Le vent continuait de souffler entre les deux loups. Cependant, Callum aurait préféré disparaitre. Ce type de pouvoir lui aurait bien plus convenu. Comme ça il n’aurait pas vu la louve et il serait tranquille. Enfin tout ceci n’étant qu’une grosse excuse pour ne pas assumer ses propres phobies.

Que vas-tu faire petit lutin malicieux ? J’attends de savoir si tu es aussi innocente qu’un louveteau.


Revenir en haut Aller en bas
O-Shana
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 443
» Age : 23
» PUF : O-Shana, LittleNouss
» Date d'inscription : 23/01/2017
» Personnages :
E
ZHEKIEL
Ethelkrus [J] - Alpha
10.5 ans (21/07/18)

#ccffff


M
AYURI
Nakhus - Adepte
4 ans (15/02/18)

#cc3366#ffcccc


N
EPHTHYS
Ethelkrus - Garde
4 ans (19/03/18)

#9933cc


E
OGAN
Nakhus - Louveteau
1 ans (18/02/18)

#3399cc


Kat
Solitaire
2,5 ans (18/03/18)


» Feuille de perso'
» Points: 675

MessageSujet: Re: Je ne suis pas un poisson [PV Mayuri]   Lun 19 Mar 2018, 13:33

MAYURI


Je sentis mon arcade sourcilière tenter de s’éloigner le plus loin possible de mes paupières closes quand l’inconnu réagit de façon assez abrupte. Bon d’accooooord il ne faisait pas partie de ceux qui appréciaient le contact semblait-il. Plus encore, l’odeur de la frayeur suintait de ses pores comme s’il m’avait pris pour un démon invoqué pour l’entrainer dans une déchéance impalpable. L’image me fit rire intérieurement. Pour un peu, j’oscillais entre la surprise et l’envie de sourire face à cette âme totalement déboussolée. On aurait dit un jeune louveteau innocent qui fait ses premier pas hors de la tanière, ça le rendait mignon. Bien qu’à ma grande peine, je semblais être le pire maux de toute sa vie à l’heure actuelle… C’était décidé, j’allais lui faire prendre conscience que la vie était belle.

Je remarquais que son odeur s’éloignait de moi, pas loin mais assez pour que la distance entre nous m’incommode. Une touche de patchouli, bois ambré et de pralin en note de fond. Notes de tête: Citron de Calabre, lavande, sauge et pomme verte. Et notes de cœur : Cardamone Noire, ciste. Mon cerveau répertoriait ces odeurs à la manière d’un limier, me soumettant une senteur agréable à ma délicate truffe : elle me plaisait bien.
Je traversais à mon tour le ruisseau, mais pris le soin de rester à une distance qui me semblait satisfaisante par rapport à l’anonyme hystérique. Je m’assis alors et repris d’une voix plus calme et posée. Aïoli… C’était joli à l’oreille.

« Mon nom est Mayuri, mais j’aime beaucoup Aïoli. Nomme-moi comme tu le souhaites en réalité. Mmmmh ce que je te veux, très bonne question, peut-être n’espérai-je que te sauver des griffes de l’énorme rivière dans laquelle tu t’étais empêtré ? Et l’eau c’est bien, parce que ça mouille voyons ! Fufufu ça purifie ~ ça rafraichit ~ ça lubrifie ~ ça fait plaisir ! »

Je dodelinais de la tête chantonnant en rythme avec mes rimes. Ma première année de vie était révolue depuis un moment, mais parfois mon comportement était digne de la jeune louvette innocente et joyeuse que j’avais toujours été. Je repris avec amusement.

« Je pense souvent à beaucoup de choses en même temps, et même si tu es à croquer je ne me permettrai jamais de te manger ! »

Je me rapprochais de lui, butais sur une branche morte dont je n’avais pas anticipé l’existence et m’affalais truffe la première dans la terre. Tout en finesse et en féminité, je me retrouvais l’arrière-train contemplant les cieux et ma mâchoire câlinant une touffe d’herbe. La-grande-classe. Préférant en profiter pour tenter de détendre l’atmosphère, je restais globalement dans cette position pour me déplacer vers l’inconnu, qui vu le son s’était couché en boule, un sourire au coin des babines. Malicieuse, je restais à hauteur d’yeux du loup et ouvris d’un coup mes paupières habituellement closes, révélant mes iris gris laiteux et chuchotais :

« Et toi t’es-tu rendu compte que tu étais parvenu à traverser le ruisseau seul, mystérieux inconnu ? »

Le poitrail au sol et les fesses en l’air, je sentais que ma queue se balançait de droite à gauche, trahissant mon excitation de cette nouvelle rencontre fort peu commune.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je ne suis pas un poisson [PV Mayuri]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je ne suis pas un poisson [PV Mayuri]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ismey ? Je me suis engueulé avec mon poisson rouge. Ça a chié des bulles.
» Noob, je suis un noooob!
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
» | CK006 | Du poisson...
» Une femme aurait accouché d’un poisson...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Accueil
 :: → Archives RP
-
Sauter vers: