Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 Retrouvailles avec les vestiges d'un passé - Défi rp, Alys -

Aller en bas 
AuteurMessage
Altheda
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 289
» Age : 17
» PUF : Alth', Lay
» Date d'inscription : 10/01/2016
» Personnages : .

» Neït
Lazulis ♀ 5 ans 1/2
Prêtresse/Empoisonneuse

» Alys
Etelkrus ♂ 4 ans
Bêta, Disciple de Dairo

» Dean
Nakhus ♀ 1 an
Potentielle disciple de Yurai

» Milkyway
Solitaire ♂ 2 ans
Gang du goûter ♥

» Naoūt (PNJ)
Lazulis ♀ 6 ans 1/2
Combattante, Disciple de Moiro


» à venir : Niall, Thanos

» Feuille de perso'
» Points: 405

MessageSujet: Retrouvailles avec les vestiges d'un passé - Défi rp, Alys -   Sam 27 Jan 2018, 13:49

> Alys se rendra aux Falaise littorales pour se rapprocher du temple de son Dieu. Sur les hauteurs ou sur la plage avec le vent cinglant, il y trouvera un renard mourant qu'il associera à une incarnation de Dairo. Il devra le soigner, mais perdra alors la notion de la réalité qui l'entoure et cela lui fera remonter les nombreuses questions et tourments qui le hantent concernant certains points flous de sa mémoire et de sa vie. A toi d'exprimer au mieux ses ressentis face au contrecoup de l'utilisation de son pouvoir.


Une pluie fine et glaciale était en train de s’abattre sur les terres de Punk Wolf . Les nuages grisâtres prenaient ainsi la place de ce voile cotonneux qui recouvrait le ciel depuis plusieurs semaines. Cela signifiait-il enfin la fin de l’hiver ? C’était fort peu probable, les températures demeuraient assez fraîches. C’était là une journée parfaite pour les nostalgiques de nature, ceux qui aimaient vagabonder sans craindre d’attraper un quelconque maux ou tout simplement pour ceux qui se laissaient rattraper par leur passé. Alys faisait parti de cette dernière catégorie. Certains souvenirs raisonnaient à son esprit qui semblait être sur le point d’exploser. Le mâle s’était levé avec cette violente migraine tandis qu’il avait passé une nuit à grelotter à cause de la fièvre dont-il avait été victime. Certains membres Etelkrus prétendaient qu’une épidémie de rhume était en train de s’abattre et le disciple de Dairo aurait milles fois préféré que cela soit son cas. Cependant, il était quasiment convaincu qu’il s’agissait de son pouvoir, c’était souvent le cas d’ailleurs, pour une raison simple, cela faisait deux jours qu’il n’avait pas pratiqué de saignées. Alys commençait doucement à s’en rendre compte au fur et à mesure que les heures s’écoulaient, son don était en train de le ronger de l’intérieur. La vérité, aussi tordue soit-elle, était qu’il voulait repousser ses limites et voir jusqu’où il était capable de résister aux effets néfastes de son don, mais les faits étaient là, il ne tiendrait pas encore très longtemps et une saignée n’allait pas tarder à s’imposer. Gaspiller ainsi son sang avait pour effet d’agacer au plus haut point le fils de Méléagant, bien sûr, il se doutait de ce qui arriverait si jamais il soignait autrui, mais cela le rendait tellement faible, il s’écœurait lui-même de cette faiblesse.

Une mouette poussa un cri plaintif au-dessus de la tête du bêta qui lui accorda quelques secondes d’attention. Les terres étaient étrangement calmes ces derniers temps, c’était à la fois paisible et quelque peu inquiétant. Le calme avant la tempête… Cela faisait plusieurs années maintenant que la guerre contre Cronos avait eu lieu, les anciennes meutes avaient presque étés entièrement oubliées au plus grand malheur de certains. Avec une certaine appréhension, Alys se rendit compte qu’ils étaient en train de rédiger une nouvelle page de l’histoire de Punk Wolf. Quelques rumeurs au sujet des Raeders étaient parvenues aux oreilles du mâle et elles n’avaient rien de très rassurant. Oh bien sûr ces solitaires ne constituaient par une réelle menace, reclus comme ils étaient et toujours bourrés du matin au soir, il fallait être fou pour avoir peur d’eux. Il n’empêche qu’ils étaient loin de n’être qu’un petit groupe, et si jamais ces fanatiques du rhum parvenaient à mettre en place une alliance, ils seraient « supérieurs » en nombre. C’était loin d’être une perspective réjouissante, aussi le disciple de Dairo espérait comme pas mal d’autres, que ces fichus pirates continueraient à demeurer sages dans leur coin et à continuer de se comporter comme de petits gamins sans cervelle.

Une bourrasque de vent un peu plus forte que les autres, remua les cheveux d’Alys dont quelques mèches lui cacha la vue. Il dut les chasser en secouant doucement sa tête. Heureusement qu’il avait soigneusement fixé ses plumes, il n’aurait clairement pas eu le courage de leur courir après et l’idée d’aller en chercher d’autres l’emballait peu, surtout que par ce temps, les fameux oiseaux exotiques devaient être bien terrés. Cependant il y avait bien une plume irremplaçable, son Glowstick qui brillait d’une douce lueur orangée, tandis que son propriétaire songeait à sa déesse. C’était d’un côté sa faute s’il avait hérité de ce pouvoir, cependant dire cela aurait été pour Alys un acte de la plus grande mauvaise foi, il avait choisi sa divinité et Dairo n’était nullement responsable de ce fardeau. Ce pouvoir constitué un don accordé par la Renarde ainsi que sa plus grande malédiction. Certains loups auraient sûrement préféré abandonner leur Glowstick plutôt que d’endurer ce châtiment, mais le bêta lui n’avait jamais envisagé cette possibilité. Dairo avait eu la bonté de l’accepter parmi ses disciples et lui rendre le Glowstick qu’elle lui avait offert constituerait en la plus grande forme de trahison et si Alys était bien connu pour une chose, c’était pour sa fidélité.

Ses pattes s’enfonçaient dans le sable tandis que non loins de là, la mer se déchaînait allant jusqu’à claquer ses vagues sur les parois rocheuses. Ce fut à cet instant que l’Etelkrus le vit. Son pelage flamboyant qui faisait tâche dans le sable. Alys prit quelques secondes de réflexion avant de se décider à s’approcher de l’animal, de nombreuses rumeurs circuleraient comme quoi ils étaient porteurs de maladies et en ramener une enchantait peu l’ancien Brethen. Le renard était totalement immobile, les prunelles vairons d’Alys descendirent sur sa large plaie qui partait de l’épaule pour descendre jusqu’à son ventre. Une odeur nauséabonde s’en échappait et il était clair que la plaie était la cause de la mort. Enfin pas tout à fait. Le disciple de Dairo dut revoir son jugement lorsqu’il constata que les flancs du goupil se soulevaient et s’abaissaient avec lenteur. Ainsi donc, il est toujours en vie ? Sacré bestiau.. Il ne pouvait qu’admirer ce désir de vivre et le combat contre la mort que menait l’animal. Cependant la bête était en pleine agonie et seul un monstre pouvait se repaître de ce spectacle, nul ne méritait une mort aussi douloureuse, encore moins une aussi belle créature. Les louves avaient trop tendance à associer les renards comme des bêtes qui leurs arracheraient leurs petits pour les dévorer, quant-aux chasseurs, ils les percevaient comme des voleurs de gibier, mais le point de vue d’Alys était grandement différent. Les renards étaient les enfants de Dairo, un symbole divin, il était absolument stupide de les châtier pour des maux que certains membres de leur espèce avait pu commettre. Un soupir s’échappa de la gueule de l’Etelkrus.

« — Pourquoi la nature s’acharne-t-elle à nous être hostile mon cher ami ? Est-ce donc impossible de parvenir à un équilibre ? »

Le renard laissa échapper un gémissement de douleur et Alys s’en voulut de faire durer ainsi sa souffrance. Si il aurait s’agit d’un autre animal, le fils de Winnifried l’aurait sans nul doute achever, mais il s’agissait là d’une manifestation de la renarde, aussi cette idée était tout simplement inconcevable. Il posa donc son arrière train à côté de l’animal et entreprit de défaire un des bandages qui recouvrait l’intégralité de sa patte avant. Ce simple geste lui arracha une grimace et le mâle ne put s’empêcher de ressentir un certain dégoût en voyant ses cicatrices et une partie de ses plaies encore ouvertes. Quiconque aurait trouvé cela répugnant, lui le premier, c’était d’ailleurs pour cela qu’il ne retirait plus ses bandages, hors de question qu’il supporte les regards chargés de pitié et d’horreur des autres ! Alys n’avait cependant pas le temps de s’attarder sur ces détails, il porta sa patte jusqu’à sa gueule et il planta avec force ses crocs jusqu’à sentir le goût métallique du sang envahir ses papilles. Il accentua la pression, son but étant de créer une blessure suffisamment grave pour pousser son pouvoir à se manifester. Sa migraine le rendait de moins en moins lucide, aussi, le jeune mâle du fermer quelques secondes les paupières en essayant de se concentrant. Il finit par relâcher la pression sur sa patte et sans perdre une seconde entrouvrit la gueule du renard afin de laisser le sang qui s’échappait de ses blessures y couler.

Il resta quelques instants ainsi, se laissant bercer par les bruissements de la pluie, tandis que la notion de temps devenait une chose de plus en plus abstraite dans son esprit. Le bêta finit par reposer sa patte avant de faire un bandage très serré pour stopper l’hémorragie. Les pattes tremblantes et le pelage en sueur, sa migraine sembla quelque peu s’atténuer. Cependant, toute l’attention d’Alys était porté sur la blessure du renard qui restait intacte. Un léger grognement d’agacement s’échappa de sa gueule.

« — Allez bon sang !»

La frustration s’emparait d’Alys, alors qu’il maudissait son pouvoir au fichu caractère pour la énième fois, alors, lentement la plaie du renard sembla se refermer. Centimètre par centimètre, le bêta assista à ce phénomène tandis qu’un léger sentiment de victoire envahissait son être. L’hémorragie de l’animal cessa et peu de temps après, il ne resta plus qu’une marque rosée au lieu de la blessure béante. Le carnassier remua faiblement tandis que la lueur de douleur qui avait jusque-là brillé dans ses prunelles vives, avait laissé place à une certaine gratitude. L’Etelkrus se recula légèrement tandis que ses pattes cédèrent sous lui, il se retrouva alors le museau dans le sable tandis qu’une saveur salée vint se mélanger à celle du sang. Alys était en perdre toute sensation, la pluie semblait avoir cessé à moins qu’il ne s’agisse là que d’une simple impression ?

Le mâle tenta de se lever, mais échoua. Faible que tu es. Non, il ne pouvait penser cela, Alys n’était pas faible, il n’avait pas le droit de l’être ! Le fils de Méléagant laissa échapper un gémissement de douleur, qu’est-ce qu’il faisait couché là ? Qu’aurait bien dit son père en le voyant dans cette position de faiblesse ? Oui… Qu’aurait dit son père ? D’ailleurs, de qui s’agissait-il ? En avait-il un au moins ? Une vague de panique s’empara du loup qui essayait tant bien que mal de se remémorer ce détail capital. Impossible ! Il ne parvenait même pas à reconstituer l’image de son géniteur, même sa mère ne le lui disait rien ! Une parfaite inconnue, tu es l’union de loups dont jamais tu n’as eu vent. Non ! Cela ne se pouvait et il ne pouvait y croire. La terreur était en train de lui nouer l’estomac tandis que les vestiges de son identité étaient en train de disparaître, il était en train de plonger dans un gouffre noir et totalement vide.

L’image d’une louve au pelage blanc et aux teintes rosées apparut quelque peu floutée dans son esprit et malgré tout les efforts du monde pour se concentrer sur elle, Alys ne parvint à lui donner un nom, il n’était même pas sûr que l’avoir déjà rencontré. Pourtant se dégageait d’elle cette impression familière de déjà vu. Tout comme pour ce mâle au chignon blanc. Il avait beau réfléchir, tenter de se souvenir, rien de ne lui revenait, ses pensées étaient totalement vides, entièrement emplies de peur.

« — Qu’est-ce… qu’est-ce qui m’arrive ?»

Alys posa ses prunelles vairons sur le sable, où étaient les parois rocheuses qui recouvraient le sol de sa tanière ? Le loup se sentait seul et terriblement perdu, dans ses souvenirs et même pire que ça, dans son propre esprit. Il avait cette impression d’être quelqu’un d’autre, un individu habitant une autre enveloppe corporelle, voir même un louveteau dans un corps d’adulte. Le mâle savait qu’il devait se souvenir, la question était, de quoi ? Rappelle-toi, tu es forcément quelqu’un!

D’un coup, l’environnement autour de lui était devenu nettement plus sombre, tandis qu’une silhouette massive se détachait de la pénombre. Les prunelles d’Alys se posèrent alors sur un loupiot au pelage qui ne lui était pas inconnu. Un petit capuchon rouge avec d’étranges cornes dorées reposaient sur ses épaules tandis qu’il avait attaché sa longue tignasse noire en une queue de cheval. L’enfant été figé et tremblotait, mais Alys se doutait bien que ce n’était pas dû au froid car de son point de vue, il aurait juré que les yeux du louveteau étaient emplis de terreur. Le mâle aurait voulut réconforter l’enfant, le rassurer, mais il était figé et aucun son ne s’échappait de sa gueule. Un loup se manifesta alors, ses prunelles bleus foncées presque noires étaient posées sur l’enfant. Il possédait une longue chevelure écarlate tandis que son corps était couvert de multiples cicatrices. Ses longues griffes brillaient sous les pâles rayons de la lune alors qu’un sourire carnassier étirait ses babines. L’inconnu se pencha sur le petit qui n’était pas plus haut que trois pommes.

« — Tu t’es perdu petit ? »

Le louveteau frissonna sans répondre, agaçant quelque peu le solitaire qui plaça une griffe sous sa mâchoire inférieure. Il ne semblait pas remarquer la présence d’Alys non loin de là qui assistait à toute la scène dans le plus grand des silences, elle lui rappelait quelque chose.

« — Allons mon garçon, lorsqu’une grande personne te pose une question, la moindre des choses c’est d’y répondre ne penses-tu pas ? »

Cependant l’enfant demeura silencieux, tétanisé par la peur que lui inspirait cet inconnu et le disciple de Dairo parvenait à ressentir de son emplacement la menace que représentait cet individu. Il cligna des yeux et la scène avait pris un tout autre tournant où le solitaire maintenait sous ses griffes le loupiot. Ce dernier avait la truffe en sang, barrée d’une nette coupure, son œil gauche était clos tandis qu’un mince filet de sang coulait le long de sa joue. Alys aurait voulu crier, dire au louveteau de s’enfuir, mais aucun son ne sortait de sa gueule. Avec stupéfaction, il constata que ses joues étaient humides. Non, c’était impossible, il ne pouvait pas pleurer ! Le loupiot lui jeta un regard et la vérité frappa le bêta en pleine face, il connaissait que trop bien cet enfant ainsi que les blessures qu’il abordait. C’était lui. Le solitaire darda alors sur la version d’Alys adulte, ses prunelles bleuâtres, semblables aux profondeurs de l’océan.

« — Penses-tu qu’on puisse m’oublier ainsi ? M’enfouir au plus profond de ton esprit n’arrange rien… »

La réponse était évidente pour Alys dont ce souvenir lui revenait en mémoire. Bien sûr que non, il n’avait jamais pu oublier cet instant, cette humiliation qui lui avait coûté la perte en partie de son odorat. Il se revoyait rentrer au camp, avec ses blessures, s’attirant le regard perplexe des membres de sa famille. Durant cette période, le loup s’était emmuré dans le silence, ne répondant à nulle question, se contentant de somnoler. Il déglutit, tentant de se calmer, mais tout redevint noir autour de lui et il se retrouva seul. Enfin pas tout à fait. Une version louveteau de lui se manifesta face à lui.

« — C’est dur n’est-ce pas ? Vivre en tentant d’oublier le passé.
— Tais-toi.»[/b]
— Pourquoi ne pas l’accepter ? Ne pas accepter la faiblesse ?
— Je ne suis pas faible.»[/b]
— Toi, non, mais nous oui.
— ...»[/b]
— Te rappelles-tu de cette chanson que nous avons entendu quand nous étions adolescents ?
— Vaguement.»[/b]
— Essayes de t’en rappeler. »


Avant qu’Alys ne puisse répondre, le loupiot disparut le laissant de nouveau seul dans ses songes. Le voilà en train de parler avec un lointain souvenir de lui, était-il si proche du gouffre qui conduisait à la folie ? Était-il en train de perdre tout trace de lucidité ? Plus il songeait à ces possibilités plus la chanson résonnait dans son esprit, aussi n’y tenant plus car il ne supportait plus de l’entendre en écho dans sa tête, Alys commença à chanter, les paroles venant de plus en plus facilement au fur et à mesure qu’il les prononçaient.

I won't just survive
Oh, you will see me thrive
Can't write my story
I'm beyond the archetype
I won't just conform
No matter how you shake my core
'Cause my roots, they run deep, ohoh

Oh, ye of so little faith
Don't doubt it, don't doubt it
Victory is in my veins
I know it, I know it
And I will not negotiate
I'll fight it, I'll fight it
I will transform

When, when the fire's at my feet again
And the vultures all start circling
They're whispering, "You're out of time,"
But still I rise
This is no mistake, no accident
When you think the final nail is in
Think again
Don't be surprised
I will still rise

Le mâle plissa son front tandis qu’il trouvait la force de prendre appuie sur ses pattes afin de se relever, sauf que cette fois-là, il ne chuta pas comme auparavant. Une once de fierté s’empara de lui, il y arrivait ! La luminosité redevint à son normal, nettement plus claire que l’obscurité à laquelle il avait été jusque là confronté. Alys pouvait peut-être alors parvenir à se remémorer l’essentiel de sa vie, ce qu’il n’avait pas le droit d’oublier. Concentre-toi Alys, souviens-toi! Un nom lui revient en mémoire, Nephthys, oui il se souvenait de la demoiselle et parvenait plus ou moins à se remémorer de ses traits même si leur rencontre demeurait encore floue. Cependant certains mots lui revenaient en tête, prouvant qu’une conversation avait bien eu lieu. Rien de cassé monsieur le gros bêta?. Oui, voilà son rang ! Les éléments qui y étaient rattachés complétaient doucement sa mosaïque de souvenirs, il était l’un des bêtas des Etelkrus. Malgré tout, le loup avait besoin de plus de données, aussi il continua de chantonner car après tout quitte à aller dans l’extrême, autant se rendre jusqu’au bout.

I must stay conscious
Through the madness and chaos
So I call on my angels
They say

Où étaient passés ses propres anges ? Où étaient ceux qui lui servaient de flambeaux dans l’obscurité ? Alys se souvint, il se rappela des instants passés avec Mayuri, de son départ pour les Nakhus afin de servir une autre divinité, il se souvenait également du déchirement que cela avait eu pour effet à l’intérieur de lui. Tout comme le départ de Gloriel, oui, désormais le bêta se souvenait parfaitement de son aîné. Ceux qu’ils considéraient comme sa vraie famille avaient mis les voiles, la trahison que le jeune loup avait ressentis au fur et à mesure qu’ils leur avaient annoncé leur départ remonta en lui avec une légère pointe d’amertume. Sur le coup, Alys se rappela n’avoir rien laissé paraître, enfouissant ses sentiments encore plus profondément dans son esprit aux côtés de souvenirs qu’ils s’étaient efforcé d’oublier. Il avait cru pouvoir se berner en pensant au bien de ceux qu’il aimait, mais cela avait été une lourde erreur car pendant tout ce temps, il s’était contenté de se mentir. Gloriel et Mayuri avaient été son flambeau, ceux qui lui avaient permis de garder les pattes sur la terre ferme, un regard en leur direction avait suffit autrefois à le rassurer. Aujourd’hui, qui était là pour le guider dans le noir ? Qui serait assez fou pour se porter volontaire pour cette corvée ?

Oh, ye of so little faith
Don't doubt it, don't doubt it
Victory is in your veins
You know it, you know it
And you will not negotiate
Just fight it, just fight it
And be transformed

'Cause when, when the fire's at my feet again
And the vultures all start circling
They're whispering, "You're out of time,"
But still I rise
This is no mistake, no accident
When you think the final nail is in
Think again
Don't be surprised
I will still rise

Oui, il pouvait continuer de se dire cela, que l’oubli continuerait de lui permettre de s’élever, mais plus il y songeait, plus Alys savait que ce n’était pas le cas. Il s’était rendu compte à quel point son esprit était empoisonné par les sentiments et il ne pouvait plus le tolérer, cela le rendait de plus en plus faible. Doucement le voile finit par se lever, il était le fils de Winnifried et de Méléagant, membre des Etelkrus et le fragin qui passait son temps à aligner clope sur clope. Plus important encore, il était le disciple de Dairo, à quoi bon chercher un flambeau alors qu’il avait sa lumière orangée pour le guider ? C’était pour elle qu’il avait mis en jeu sa mémoire, pour ses incarnations qu’il avait manqué d’y laisser sa vie, mais qu’importait après tout ?

Don't doubt it, don't doubt it
Oh, oh, oh, oh
You know it, you know it
Still rise
Just fight it, just fight it
Don't be surprised
I will still rise

Le mâle secoua sa tête, les pâtes encore tremblantes tandis qu’il terminait son chant. Il se relèverait, il se relevait toujours. La vérité sauta cependant aux yeux d’Alys, il était faible, faible de ne pas accepter ce qui l’avait conduit de ne pas accepter à devenir celui qu’il était. Cependant, c’était cette faiblesse qui lui permettait de tenir la route. Une certaine froideur brilla quelques instants dans les prunelles vairons du bêta qu’il finit par poser sur le renard non loin de là. L’animal lui rendit son regard, c’était de la reconnaissance qui brillait dans ses yeux, certes il n’était pas totalement remis, mais tout risque de mort s’était maintenant dissipé. Alys finit par détourner le regard pour s’intéresser au chemin qu’il avait emprunté pour se rendre sur les plages, impossible pour lui dans son état de le réemprunter, tant pis, il passerait la nuit sur la plage, le temps d’avoir un peu de repos que son corps entier ne cessait de réclamer. Il longea les falaises tout en s’interrogeant sur le pourquoi il s’était rendu sur les plages. Qu’importe, il laissa le renard, laissant les vestiges d’un passé meurtri entre les pattes de Dairo, c’était probablement pour cela qu’il était venu après tout.
Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouvailles avec les vestiges d'un passé - Défi rp, Alys -
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelle joie que celle des retrouvailles ! /Rose/
» Les retrouvailles virtuelles (ft. Nyshaa)
» [Mars 1755] PV Ikelos et Oneiros : retrouvailles avec son sang
» Retrouvailles avec Sake et apprentissage de la traînée de cristal !
» Je retrouve les vestiges de mon passé [PV Nim's]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Terres Etelkru
 :: → Falaises Littorales
-
Sauter vers: