Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 Les étrangers ❀ Pv. Vydar

Aller en bas 
AuteurMessage
Jolitemps
». Timid'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 91
» Age : 23
» Date d'inscription : 09/09/2017

» Feuille de perso'
» Points: 400

MessageSujet: Les étrangers ❀ Pv. Vydar   Mar 06 Mar 2018, 19:22

Les étrangers

ft. Vydar.

Hiver 2017.
Trois ans.


A la surface agitée de l'eau venu toucher tes pattes se formaient la mousse blanchâtre, rage de la mer qui se posait et disparaissait sur le bout de tes pattes. Tu les gardais dans l'eau, même s'il n'aurait fallu qu'un pas pour retrouver le sable. Mais tu étais bien, là, à sentir les murmures du liquide entre tes coussinets et le sel venu te polir les griffes.
Si bien que tu ne voyais l’intérêt de bouger, oui.
Tu n'avais pas envie d'aller voir ailleurs, ni de traverser la mer pour aller retrouver un Oiseau : le temps de la rencontre était désormais passé, après tout. Ce qui t'intéressais n'était plus que ce présent persistant, cet instant de silence où les mots ne sont plus et que seul s'exprime ce que tu ne maîtrises pas.

Tu respires, ferme les yeux, les rouvres pour mieux les plisser et observer ce qui se tient là-bas. Quelque chose qu'on ne peut pas voir du rivage, mais dont tu connais l'existence.
C'est la terre où tu es née ? Peut-être bien, oui. Née loin d'ici, avec Maman. Avec deux frères, aussi, venu rejoindre la couture de cette légère cape qui glisse tel un serpent sur tes épaules. Il y avait d'autres femelles, dans le petit camp. Tes tantes, tes cousines, ta grand-mère.
Jamais de mâles, non. Les mâles, on les dévorait, et on gardait la peau pour les femelles. Tel était votre sélection, tel était ce qui déjà était ancré en toi. Tu savais quoi faire, lorsque le moment serait venu. Mais il ne l'était pas encore, oh, non. Pour le moment, tous viendraient trop tôt, tous connaîtrait ce même sort fait de crocs et de déglutitions.
Ça ne te dérangeait pas, ça te n'empêchait pas non plus de vouloir jouer un peu, parce que tu t'amusais des mâles et de tes hormones. Tu n'étais pas attaché à grand-chose, à peine à ce monde, la tête perdue entre deux esprits Perdus qu'il te fallait guider. Et entre deux quêtes du repos, un jeu.
Parfois, il te prenait l'envie de retourner voir ce qu'était devenu le petit camp, si une de tes cousines y étaient restés, lorsque toi tu avais été celle qui devait dire au-revoir.
Mais...

Ça se trouvait loin d'ici, aussi loin que pouvait l'être la terre des Perdus retrouvés. Tu lèves ton museau, hulule un peu, comme si ces petits bruits pouvaient bien vouloir dire quelque chose.
Mais il ne veulent rien dire, oh, non. Ce n'est là qu'une fabulation vocale, pousser par la louve divine en temps de chaleur, sirène sur la berge appelant à elle le mâle qui passe.
Arastée tisse sa toile mentale et te souffle qu'il s'agit d'un mâle bien plus grand que tous les loups de ces terres, qu'il n'a d'ici que le sang de loup. Et voilà qu'en toi se réveille quelque chose : l'appel du lointain, l'appel de ce qui n'est pas d'ici. C'est dans un instinct que tu te retournes alors, que tu cherches dans les environs la massive silhouette qui se détache de tout le reste.
Et tu le fixes de tes yeux plus bleu que ce ciel sans nuageuses amitiés, tu veux le transcender, comme si tu cherchais alors à découvrir les secrets de cette planète autre dont il provenait. Pas comme eux. Pas comme personne.
Un peu comme toi, quelque part.
Tu lui parles, d'une voix lointaine.

« Voilà le loup, celui qui ne vient pas d'ici, celui qui viens d'ailleurs, comme moi. Étranges étrangers sur une terre étrange. »

Ta queue remue, glisse sur l'eau, alors qu'apparait sur tes babines l'un de tes petits sourires qui se transforme en un rire venu accompagner la fin de tes mots.
Revenir en haut Aller en bas
Sale Cleb'
». Timid'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 164
» Age : 18
» PUF : Insurgent Soldier/Canis Majoris/ Sale Cleb'
» Date d'inscription : 18/07/2017
» Personnages : _
~ VYDAR ~
Gros ours des neiges
Mâle - Solitaire - Sans pouvoirs
7 ans (20 novembre 2017)
Bougonne en #336699

~ HOOD ~
suburban vibes
Genderfluid - Nakhu - Sans pouvoirs
1 an (30 avril 2018)
Murmure en #6633ff

» Feuille de perso'
» Points: 0

MessageSujet: Re: Les étrangers ❀ Pv. Vydar   Lun 23 Avr 2018, 21:46

Pâles reflets de soleil sur le miroir troublé de l'eau. Son éclat se voyait de loin, brillant au fil de l'horizon comme milles diamants destinés à appâter les âmes passantes. Trésor de la nature, bijou liquide ondulant comme les douces courbes d'une femme entre le bleu noir des profondeurs aquatiques et l'infinité éclatante d'un ciel sans ombres. Oui, la lumière se reflétant dans la grande étendue mouvante se voyait même de très loin. C'est ce qui avait attiré l’œil et l'attention du rôdeur. Celui qui arpentait les sols neutres comme un fantôme borgne depuis déjà plusieurs semaines n'avait pas reposé ses pattes près de l'eau, pas depuis sa brève rencontre avec les pirates. Il se rappelait la fumée, les tisons crépitants s'envolant dans le ciel sombre comme autant de petits feux follets. Il se rappelait le sable froid qui s'était vite humidifié de sang, la forte odeur musquée du prédateur qui menaçait le joyeux groupe de buveurs. Il revenait aujourd'hui, dans l'espoir de retrouver l'un de ces loups qu'il avait aidé et avec qui il n'avait même pas échangé un seul mot avant de disparaître dans la nuit.

Ses énormes pattes s'enfonçaient dans le sable brûlant, le vent salin s'engouffrant dans son poil épais alors que son œil à la pupille absente s'attardait sur les cieux qui recouvraient la mer comme une large couverture. Des goélands s'égosillaient en tournant en rond dans l'azur, se disputant un morceau de poisson qu'ils avaient pêché ou trouvé non loin sur la berge. L'eau était étonnamment claire, brillant de mille feux alors que l'astre du jour la fouettait de son intensité lumineuse. Le géant ne pu s'empêcher de trouver l'endroit sinistre malgré cette beauté frappante. À quelques mètres de l'endroit où il se tenait, gisait encore l'immense ursidé privé de vie, la chair marquée de dizaines de morsures et de profond sillons de griffes. Même si le carmin sanguin avait été entièrement lavé des sables blancs des Côtes de Nacre, Vydar sentait une aura de mort vibrer des profondeurs de l'eau, de la terre qui avait bu aux veines des blessés. Cette plage lui était d'autant plus étrangère, ce qui exacerbait son sentiment de malaise. D'où il venait, les plages étaient couvertes d'un sable toujours froid, les fjords rempli d'eau toujours noire. Le ciel n'était pas déchiré pas de petits oiseaux blancs bruyants, mais par des aigles gigantesques, majestueux, glissant en silence dans le vent glacial, régnant sur l'air comme les jarls terrestres régnait sur leur peuple un peu plus bas. Ici... c'était différent. C'était sinistre. Le brun se sentait loin de chez lui.

Visiblement il n'y avait plus personne depuis un bon moment sur les berges blanches. Un peu déçu, Vydar avait espéré que les pirates aient établis leur campement sur la plage pour une durée un peu plus longue. Il n'y avait que lui, et l'ours mort à quelques pas. Soupirant légèrement à travers ses grosses narines, il s'approcha du cadavre. Il n'avait plus l'air bien méchant, maintenant que ses énormes pattes griffues étaient détendues, et ses gros yeux rouges fermés à jamais. Le vent agitait doucement sa fourrure tachée de sang, trouée ici et là par les becs affamés des oiseaux charognards. Malgré tout dans l'ensemble, l'ours monstrueux semblait encore en bon état, les événements ne datant que peu et les insectes n'ayant pas encore rampé à travers le sable brûlant. Le viking se dit que l'animal ferait une belle cape. Il reviendrait peut-être un peu plus tard pour lui.

Un son cristallin atteignit alors ses oreilles. Un chant, lui semblait-t-il. Un chant bien loin des brailleries grossières de la troupe de pirates, ça s'en était certain.
Quelque chose de plus pur. Plus transparent.
Alors que le vent lui apportait ces sons intriguants, une effluve sucrée se glissa à son tour dans le fond de sa truffe. Une effluve féminine, parfum difficile à ignorer en ce temps-ci de l'année.
Intéressé, Vydar tourna sa grosse tête en direction du son et de l'odeur. Il y aperçu une silhouette pâle, les pattes dans l'onde transparente. Sa longue queue fournie effleurait la surface avec lenteur, comme l'invitant à se rapprocher. Ce qu'il fit, non sans prudence et méfiance, mais tout de même irrésistiblement attiré comme à un aimant. La femelle l'interpella doucement, voix mystérieuses semblant sortir tout droit d'un autre monde.


« Voilà le loup, celui qui ne vient pas d'ici, celui qui viens d'ailleurs, comme moi. Étranges étrangers sur une terre étrange. »


Le viking était maintenant beaucoup plus près d'elle. Il arrivait à distinguer les traits fins de son visage, ses yeux veloutés, empreints d'une saveur auquel il n'avait jamais eu affaire. Il distinguait beaucoup mieux ses longs cheveux roses s'agitant tout comme les vagues dans l'air venteux, la petite couronne de fleur les ornant promettant dégageant un parfum subtil mais bien là. Peut-être s'était-il approché plus qu'il ne l'aurait voulu; Il ne lui suffisait que de baisser la tête pour admirer sa beauté d'amazone.

- Qui êtes vous ?.... , souffla-t-il du bout des lèvres, envoûté par la créature, la sirène qui l'avait attiré à elle sur cette plage sinistre. Oh, combien sinistre...
Revenir en haut Aller en bas
 
Les étrangers ❀ Pv. Vydar
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Terres Libres
 :: → Les Côtes de Nacre
-
Sauter vers: