Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 De velours et d'acier [Mayuri - Alys ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Altheda
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 296
» Age : 18
» PUF : Alth', Lay
» Date d'inscription : 10/01/2016
» Personnages : .

» Neït
Lazulis ♀ 5 ans 1/2
Prêtresse/Empoisonneuse

» Alys
Etelkrus ♂ 4 ans
Bêta, Disciple de Dairo

» Dean
Nakhus ♀ 1 an
Potentielle disciple de Yurai

» Milkyway
Solitaire ♂ 2 ans
Gang du goûter ♥

» Naoūt (PNJ)
Lazulis ♀ 6 ans 1/2
Combattante, Disciple de Moiro


» à venir : Niall, Thanos

» Feuille de perso'
» Points: 482

MessageSujet: De velours et d'acier [Mayuri - Alys ]   Sam 10 Mar 2018, 21:24

Un souffle glacé s’échappa de la gueule du loup. Cela faisait maintenant un bon moment qu’il attendait, observant le brouillard qui s’était élevé quelques heures plus tôt. Une chance d’ailleurs, étant donné qu’il se trouvait en territoire ennemi. La situation aurait pu être compromettante si jamais Alys se faisait prendre, mais à vrai dire aujourd’hui cela n’avait aucune importance. Il suffisait d’un regard sur ses pattes avants qui semblaient instables, pour comprendre qu’il ne représentait pas une menace. Ce n’était pas dans la habitudes du bêta de se rendre aussi loin du camp et plus encore de son territoire, mais il avait besoin de lui parler. Oui car notre loup en avait gros sur la patate. Quelques jours s’étaient écoulés depuis qu’il avait « sauvé » Nephthys. Sauver. Le mot lui paraissait tellement inapproprié au vue des circonstances. La disciple de Kiro n’avait pas seulement été traumatisée par son rapprochement soudain avec la mort, elle en était devenue hantée. Alys l’observait de loin et il était clair qu’il s’en voulait. Pour quelles raisons ? Après tout il lui avait sauvé la vie…  Mais si j’avais été moins faible, si je l’avais remonté plus vite alors peut-être que les choses auraient été autrement, ce ne serait alors pas une épave qui serait rentrée au camp, mais une vraie personne… Oui le fils de Méléagant s’en voulait pour de multiples et diverses raisons, mais avant tout, il se sentait responsable de l’état de Nephthys.

De plus son état de santé n’arrangeait pas les choses, son pouvoir se montrait tellement capricieux, c’était un véritable calvaire, surtout en ce moment. Ainsi, il était obligée de supporter la pénible et douloureuse cicatrisation naturelle de ses blessures mortelles. Autant dire que ce n’était pas une partie de plaisir, surtout qu’il conservait le secret sur son pouvoir depuis bien longtemps, beaucoup trop longtemps. Il fallait qu’il évacue cela, se confier réellement sur ces capacités que lui avaient accordé le Glowstick de sa divinité. Il fut un temps où peut-être Alys se serait rendu auprès de son frère, pour lui confier tout ceci, mais Gloriel devait faire ses preuves auprès de sa meute et parler à un membre du clan ennemi ne lui donnerait sûrement pas une bonne image. Aussi, les pensées du bêta s’étaient dirigés vers la deuxième personne en qui il avait le plus confiance, Mayuri. Certes, sa sœur adoptive faisait désormais parti des Nakhus, mais il ne restait maintenant plus qu’elle. Elle était la dernière, la seule à qui il pouvait parler de tout cela et qui, il savait, en ferait bon usage.

Aussi il guettait de loin le temple des Nakhus, laissant le vent lui geler les os. Le buisson derrière lequel il se dissimulait ne le protégeait pas vraiment... Cependant, le disciple de Dairo n’osait pas s’approcher de trop près du temple de la Corneille, cela lui paraissait déplacé. Après tout il n’était pas à sa place en ces lieux. Alors que les minutes s’écoulaient, Alys guettait tant bien que mal les alentours, ne pouvant se fier à son odorat, en espérant que la louve blanche finisse par croiser son chemin. Ses prières semblèrent exhausser lorsqu’un pelage éclatant apparut dans son champ de vision, l’espoir s’empara du fils de Méléagant qui prit la parole à un ton qui ressemblait à un appel désespéré. Après tout n’étais-ce ps le désespoir qui l’avait conduit jusqu’ici ?

« — Mayuri...»
Revenir en haut Aller en bas
O-Shana
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 443
» Age : 23
» PUF : O-Shana, LittleNouss
» Date d'inscription : 23/01/2017
» Personnages :
E
ZHEKIEL
Ethelkrus [J] - Alpha
10.5 ans (21/07/18)

#ccffff


M
AYURI
Nakhus - Adepte
4 ans (15/02/18)

#cc3366#ffcccc


N
EPHTHYS
Ethelkrus - Garde
4 ans (19/03/18)

#9933cc


E
OGAN
Nakhus - Louveteau
1 ans (18/02/18)

#3399cc


Kat
Solitaire
2,5 ans (18/03/18)


» Feuille de perso'
» Points: 675

MessageSujet: Re: De velours et d'acier [Mayuri - Alys ]   Ven 16 Mar 2018, 13:55

MAYURI


Comme à son habitude, la svelte louve s’était levée aux aurores pour errer dans les territoires Nakhus. Sa longue queue oscillait, entrainant dans son mouvement les voiles si particuliers qui la recouvraient. La douce brise venait caresser ses poils courts, et ce fut le museau en l’air et les yeux clos que Mayuri se retrouva dans la vallée des Murmures. Au contraire de beaucoup d’autres, elle chérissait cette terre hantée par les ancêtres. Le fredonnement si furtif mais pourtant bien présent à ses oreilles ne la dérangeait pas, avec eux la solitude refluait quelque peu. Bien que positive de nature, sa cécité était parfois une véritable barrière pour certains de ses congénères, et si ce handicap ne gênait pas la louve à la robe claire, elle se doutait qu’il faisait partie des raisons pour lesquelles elle se retrouvait si souvent seule.

Mais loin de la faire maugréer et ruminer Mayuri préférait, et de loin, palier ces soucis par ses propres moyens. Un sourire apaisé sur les babines, elle ne put s’empêcher de se rappeler que peu importe son environnement elle ne serait jamais perdue. La corneille veillait sur elle, et ce depuis son plus jeune âge elle en était persuadée. C’était l’autre raison qui la poussait à venir aussi régulièrement dans cette vallée maudite pour les uns, bénie pour les autres. Elle s’arrangeait pour passer régulièrement prier sa Déesse, prouver son dévouement et remercier la vie qui lui était accordée.
Et à force de venir, le sol, les arbres, et la moindre brindille étaient cataloguées dans sa mémoire. Si quelqu’un d’inconnu la croisait en ce lieu, jamais il ne pourrait deviner sa malvoyance. C’était son domaine, son refuge, et chaque obstacle de cet espace tant aimé de sa petite personne lui était connu.

Un froid mordant était présent en cette matinée, et ce fut avec plaisir qu’elle s’engouffra à l’abri du vent en pénétrant dans le temple de Yurai. Aujourd’hui, elle lui fit part des nouveaux soins qu’elle avait pu prodiguer à qui le lui en faisait la demande. C’était devenu une grande partie de sa vie que d’aider son prochain et elle n’hésitait pas à soigner tout animal qui croisait sa route et nécessitait l’utilisation de son pouvoir. Mais ce ne fut pas là le seul sujet, elle parla également des sensations étranges qui semblaient se répandre dans sa chair. Des raideurs avaient fait leur apparition, d’abord dans sa queue, puis dans une de ses pattes arrière et dernièrement un engourdissement continu s’était imposé au creux de ses épaules. A aucun moment elle ne se plaignit, elle se contenta de faire part de ses interrogations sur ce mal qui la rongeait à la gardienne de la sagesse. S’il existait un moyen pour la guérir, elle savait qu’elle devrait le découvrir par ses propres moyens, mais extérioriser ses pensées dans ce lieu apaisait son âme et l’aidait souvent à y voir plus clair.

Si Mayu ressorti cette fois encore sans avoir trouvé de solution, cela ne l’empêcha pas pour autant de conserver ce doux sourire qu’elle avait du mal à abandonner. Un souffle d’air la balaya, faisant virevolter les quelques mèches qui s’échappaient de ses liens fleuris. Un frisson lui parcouru l’échine, et elle ne fut capable de dire si c’était un présage ou simplement une réaction au froid ambiant. Se remettant en marche sur la terre sainte, sa truffe capta une odeur qui lui fit bouillonner le sang.

Des notes de têtes rappelant la menthe sauvage, la coriandre et l’estragon. Un fond marqué par des odeurs sauvages, appelant les souvenirs de la forêt de notre enfance. Chêne. Cèdre. Santal… Dissimulant cette perpétuelle odeur de sang frais… C’était lui. Une odeur chère à mon cœur et à mon esprit. L’odeur indissociable de cet individu si important. Oh mon doux, mon merveilleux petit frère. Alys.

Mayuri s’attendrit, et dans le même temps son cœur se mit à palpiter hésitant entre la joie et le doute. Cela faisait si longtemps que leur route s’était séparée, la Corneille lui offrait-elle ce cadeau pour la remercier ? Peu importait la raison en réalité, elle balaya toutes ses pensées en entendant la voix si peu assurée d’Alys résonner parmi les murmures de la vallée. Alors elle s’élance, redevenue aussi innocente que dans sa jeunesse, criant dans la plaine silencieuse.

« Alys !! Oh Alys mon frère ! »

Elle cavale, habituée au terrain, sans hésiter un seul instant en laissant ses pattes la conduire à lui. Et au dernier moment, elle freine des quatre pattes, réussissant tant bien que mal à ne pas culbuter sur son frère. Ils n’étaient pas liés par le sang, mais depuis toujours la malvoyante s’était sentie plus proche de lui que de tous les autres fils et filles de Winnifred et Méléagant. La raison ne pouvait l’expliquer, et si elle aimait d’un amour inconditionnel toute sa famille, Alys restait en quelque sorte son siamois.
Elle posa sa truffe contre le museau de ce dernier, inspirant profondément pour s’imprégner de la senteur qui avait commencé à s’effacer de sa mémoire. C’était lui, réellement lui. Alors elle rit. A gorge déployée, la tête penchée en arrière. Ce son cristallin, innocent, joyeux, emplit l’air la transportant plusieurs années en arrière. Elle se met à sautiller sur place, tournant sur elle-même, virevoltant comme un papillon de nuit attiré par la lumière. Sa lumière. Voilà ce qu’il représentait à ses yeux : un rai de couleur net dans son monde composé de tâches floues.
Puis elle cesse, laissant sa respiration hachée par l’émotion s’exprimer de nouveau.

« Oh par les Dieux tout puissants ! Alys si tu savais comme je suis heureuse de te revoir, tu m’as tant manqué mon frère ! Viens vite ! Viens t’installer avec moi à l’abri de la colère des Cieux que nous puissions fêter nos retrouvailles! »

Le poussant de la truffe, elle trottait en direction d’un amas de grosses pierres qui formaient un abri naturel dissimulé par un pan du temple. Tout en trottinant, elle continuait de balbutier laissant libre court à l’expression de son euphorie.

« Tu sais c’est marrant, dernièrement j’ai beaucoup pensé à toi et au reste de la fratrie. Avoue, tu m’as entendu n’est-ce pas ? Haha ça serait pratique tout de même ne trouves-tu pas ? Je n’ai pas vu les parents depuis un moment non plus, il faudrait que j’aille un peu les harceler histoire de prendre des nouvelles. Mais je suis débordée. Bon sang si tu savais tout ce qu’il m’est arrivé mon frère ! »

Arrivés sous les pierres, elle se tue subitement à la fin de cette phrase, s’immobilisant face au grand loup. Puis elle leva ses paupières pour révéler ses yeux d’un gris clair laiteux, presque blanc. D’une voix beaucoup plus calme et posée, elle enchaîna.

« Mais cela attendra. Parle mon frère je t’écoute car la douleur, la peine et la grisaille t’entourent tel un halo inextricable. » Elle posa les coussinets frais de sa patte avant sur la joue de son frère. « Si mes yeux me préservent de la vue de ton malheur, tout mon être ressent ton désarroi et ton mal Alys. Prenons notre temps rien que tous les deux, comptons nos histoires, mêlons nos ressentis, parlons. »

Un sourire chaleureux et rassurant réapparu après ces quelques phrases. Certains la traitaient de sorcière, de chamane, et ses capacités d’empathies développées avaient tendance à déranger. Mais avec lui elle se fichait pas mal de son image, rien ne pouvait être dissimulé entre eux. Et son frère le savait. S’il était là c’est qu’il y avait un problème, et l’adepte saurait le soutenir et le conseiller dans cette difficile épreuve que la vie avait dû lui faire subir. La louve s’inquiétait d’autant plus qu’Alys n’était pas de ceux qui se plaignaient facilement, et s’il était venu la trouver aujourd’hui c’est que quelque chose avait vraiment du le perturber. Mais elle serait là, toujours. Et il l’avait trouvé, son cher et tendre petit frère. Reposant sa patte, elle attendit patiemment qu’il s’exprime, elle savait que cela prendrait du temps, mais elle lui dédierait celui dont il aurait besoin patiemment.

Revenir en haut Aller en bas
Altheda
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 296
» Age : 18
» PUF : Alth', Lay
» Date d'inscription : 10/01/2016
» Personnages : .

» Neït
Lazulis ♀ 5 ans 1/2
Prêtresse/Empoisonneuse

» Alys
Etelkrus ♂ 4 ans
Bêta, Disciple de Dairo

» Dean
Nakhus ♀ 1 an
Potentielle disciple de Yurai

» Milkyway
Solitaire ♂ 2 ans
Gang du goûter ♥

» Naoūt (PNJ)
Lazulis ♀ 6 ans 1/2
Combattante, Disciple de Moiro


» à venir : Niall, Thanos

» Feuille de perso'
» Points: 482

MessageSujet: Re: De velours et d'acier [Mayuri - Alys ]   Sam 17 Mar 2018, 09:25

Il ne s’était pas trompé et en remerciait silencieusement les dieux. Elle était là, resplendissante comme toujours, n’ayant pas changer depuis leur dernière entrevue. Alys ne put s’empêcher de ressentir une certaine anxiété en la voyant courir ainsi, après les derniers événements, mais elle demeurait toujours aussi agile, n’ayant nulle perception du danger qui ô combien tourmentait le bêta. Il était tellement heureuse de la voir, son petit rayon de soleil, aucun membre de la fratrie ne parvenait à lui arracher un sourire aussi facilement, mais Mayuri par sa simple présence parvenait à tout. Elle était sa magicienne. Toujours aussi étrange, la Nakhus rit, et même lui ne put retenir un semblant de sourire devant tant de joie. Il n’osait lui dire à quel point elle lui avait manqué. Tout comme Gloriel. Ils étaient tous deux sa petite famille restreinte, ceux avec qui Alys avait pu nouer le plus de liens. De bonne grâce, il la suivit se mettre à l’abri de la météo capricieuse, croisant les griffes pour que personne ne les découvre aussi proches du temple de la Corneille. Il ne se sentait pas d’humeur de se justifier auprès des Nakhus. Elle bouillonnait de joie, comme à son habitude. Il voulait entendre ses péripéties à elle aussi, savoir comment s’était passé son intégration chez sa nouvelle meute, son épreuve de Glowstick, si les autres étaient gentils avec elle, toutes ces questions envahissaient son esprit, camouflant quelques instants ses propres problèmes.

« — Je suis impatient de savoir tous ces détails, te connaissant cela doit être une véritable aventure.»

Cela il n’en doutait pas, elle aurait probablement réécrit l’Odyssée à son effigie, laissant l’histoire de ce pauvre Ulysse de marbre à côté de la sienne. Il s’installa à ses côtés, à l’abri des éléments et il l’espérait, au calme. Ses oreilles partirent légèrement vers l’arrière, Alys se sentait coupable de venir ainsi troubler le bonheur de sa sœur, elle qui était si heureuse. Avait-elle réellement besoin de partager ses tourments ? Néanmoins il se décida, le contact de sa patte fraîche sur son pelage lui rendait les idées plus claires, lui permettant de se confier plus librement.

« — J’ai détruis la vie de quelqu’un… » Il marqua une courte pause, la gorge sèche, choisissant ses mots. « Il y a peu de temps, alors que je me trouvais aux falaises littorales, je suis tombée sur une louve de mon clan. C’était une rencontre des plus banales… jusqu’à ce que son pelage devienne aussi blanc que le tient. »

Il marqua une courte pause, hésitant à continuer, mais il avait commencer et il devait tout raconter à Mayuri, il en avait besoin.

« — Lorsque je lui ai fais remarquer ce détail elle a pris peur et elle a fait un pas de trop dans le vide… J’ai essayé de la remonter le plus vite possible, mais quand elle est revenue sur la terre ferme, c’était trop tard. Elle était brisée, hantée par ce souvenir. Je n’ai pas réussi à la remonter rapidement à cause de… à cause de mes blessures. »

Sa gorgé était nouée tandis que de nouveau, ce sentiment d’impuissance se diffusait dans son corps. Si seulement ses blessures ne s’étaient pas réouvertes, alors peut-être, peut-être que les choses se seraient passées autrement. Un instant, Alys ne put s’empêcher de ressentir de la haine, envers son pouvoir, voir même envers sa propre divinité qui le lui avait accordé avant de se rappeler qu’elle n’y était pour rien. Pardonnez-moi vénérable Dairo... Des excuses, encore. C’était tout ce qu’il pouvait fournir face à son incompétence. Après tout, Dairo était la seule à partager le secret de son pouvoir, nul ici n’était au courant, pas même Mayuri ou Gloriel. Il avait toujours gardé secret les facultés accordées par son Glowstick. Tout ça parce que je doute de tout et de tout les monde… À raison cependant, cette paranoïa avait sûrement commencé par l’attaque qu’il avait subit par ce solitaire, s’aggravant par la suite avec son pouvoir, l’obligeant à se mutiler. Aujourd’hui il craignait qu’à chaque fois qu’il croisait la route de Nephthys terrifié, ce ne soit la dernière…

« — Tu l’aurais vu… On aurait dit un fantôme, une petite souris terrifiée par le moindre son… Et puis ses pleurs… tout ça c’est de ma faute, jamais je ne me le pardonnerai d’avoir été si faible.»
Revenir en haut Aller en bas
O-Shana
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 443
» Age : 23
» PUF : O-Shana, LittleNouss
» Date d'inscription : 23/01/2017
» Personnages :
E
ZHEKIEL
Ethelkrus [J] - Alpha
10.5 ans (21/07/18)

#ccffff


M
AYURI
Nakhus - Adepte
4 ans (15/02/18)

#cc3366#ffcccc


N
EPHTHYS
Ethelkrus - Garde
4 ans (19/03/18)

#9933cc


E
OGAN
Nakhus - Louveteau
1 ans (18/02/18)

#3399cc


Kat
Solitaire
2,5 ans (18/03/18)


» Feuille de perso'
» Points: 675

MessageSujet: Re: De velours et d'acier [Mayuri - Alys ]   Sam 17 Mar 2018, 17:16

MAYURI
Mes yeux gris ne me permettaient pas de voir distinctement les traits de mon frère, mais la tension qui s’échappait de chacun de ses pores me permit sans mal de deviner que la situation était véritablement grave. Alors je l’écoutais attentivement je sentais sa voix se briser au fur et à mesure qu’il me contait son récit. Un frisson glacé s’empara de mon dos alors que j’imaginais la scène. Il finit son histoire dans un souffle, comme si le simple fait que de verbaliser ce qui s’était passé avait été un véritable effort pour lui.
La peine me serrait la gorge dans un étau violent, que rien ne pourrait desserrer sauf sa rédemption. Ma matière grise fonctionnait à son maximum, réfléchissant aux raisons, aux actions, et à tout le déroulé de cette histoire pour mieux comprendre ce qui le poussait à se flageller de la sorte. Ô Déesse, laisse la sagesse me venir en aide pour expliquer à cet être auquel je tiens tant qu’il n’est pas en cause.

Un long soupir s’échappa de ma gorge tandis que le silence retombait entre nous. J’emplissais ma truffe des odeurs connues pour me donner du courage et l’inspiration pour trouver les bons mots. Ce fut donc d’une voix douce, presque autant que celle dont mère nous avait gratifié durant notre jeunesse, que je lui répondis.

« Tu sais Alys, parfois les choses arrivent dans un but bien précis. En quoi as-tu détruit sa vie ? Tu l’as sauvée. Tu l’as sortie du vide, lui évitant la collision avec les roches au fond de la falaise. Sans toi une âme bien trop jeune aurait rejoint le cercle des ancêtres, prends-en conscience. Ton corps suinte les émotions qui ont accompagné cet évènement, laisse le temps agir sur l’esprit de cette pauvre femelle malmenée mon frère, seuls les Dieux et le soutien de sa meute pourra peut-être la faire revenir pleinement parmi nous. »

Je me couchais sur le sol frais, sentant une douleur lancinante s’insinuer dans ma patte arrière. Je fredonnais un air connu de moi seule pendant que je laissais mon esprit continuer son chemin, quelques instants seulement avant que je n’enchaîne.

« Ne te rends pas coupable de choses sur lesquelles tu n’avais pas la main mise petit frère. Pourquoi était-elle si près du vide ? Pour quelle raison était-elle déjà effrayée à la simple vue de son corps blanc ? Beaucoup de question ne connaîtront jamais de réponses. Mais je peux te donner mon avis, et je te rappelle que c’est la raison pour laquelle tu es venu me trouver. Cette louve avait déjà des problèmes avec elle-même sans quoi la rationalité l’aurait assez éclairée pour ne pas reculer sachant qu’elle était si proche du vide. Je suppose qu’elle ne se rendait pas compte elle-même, mais parfois le subconscient s’immisce bien plus que ce que nous pouvons le penser dans nos actes. Frôler la mort est quelque chose de terrible, à n’en pas douter. Mais chaque entité se doit de remonter le choc à sa manière, laisse lui du temps Alys, le temps de réapprendre à aimer et à faire confiance. »

J’étais convaincue que mon frère se morfondait bien trop. Si cette femelle dont il parlait était terrifiée au point de briser son esprit… Alors deux solutions s’offraient désormais à elle, soit elle devrait faire un gros travail sur elle-même pour se remettre de tout ça, soit elle choisirait la solution de simplicité et rejoindrait nos aînés dans les cieux quand il sera l’heure. Dans les deux cas, il en revenait aux tout puissants d’intervenir pour orienter son destin tel qu’il devrait l’être.
Certains étaient nés pour vivre forts, longtemps et marquer l’histoire. Mais d’autres, devaient également laisser leur place pour faire émerger d’autres puissances que ça soit chez un de leur pair, de leur progéniture ou encore chez un membre lambda que la disparition aura affecté.

« Le monde petit frère, est parfois sombre et incompréhensible. Mais les fils entremêlés de nos vies sont tous reliés entre eux. Pour quelle raison crois-tu que tu m’ais trouvé justement aujourd’hui ? De la même manière, comment aurait-elle fait si tu n’avais pas été présent ce jour funeste pour la remonter ? Le destin, a été généreux au point d’offrir à cette louve une deuxième chance et ce en te mettant sur sa route. Sois reconnaissant envers toi-même, tu as sauvé un membre de ton clan, tu as honoré ton Dieu, ta meute et les ancêtres. Alors respecte toi, remercie toi. Peut-être pas maintenant, les choses sont encore fraîches pour toi je peux le concevoir. Mais plus tard, repense à mes paroles mon cher et tendre petit frère. »

Une rafale siffla à mes oreilles sensibles, apportant en son sein les murmures et un cri d’animal repérable entre tous. La douceur qui sait mon âme me fit sourire. La Corneille était là à travers son animal totem, portant probablement sur cet enfant perdu un regard bienveillant, comptant sur ses adeptes pour les guider à travers les ténèbres qui envahissent les âmes même les plus nobles. Mon frère était quelqu’un de bien. Il se cachait souvent derrière un air de canaille, mais je savais qu’en réalité il faisait tout ce qui était en son pouvoir pour faire chaque jour du mieux qu’il pouvait pour aider son entourage. Il était responsable. Et par le passé, il avait été trop fier pour admettre qu’il avait des problèmes. Diantre qu’il avait grandi lui aussi… Et pourtant la faiblesse restait, croisant la fébrilité de ses paroles concernant ses blessures et l’odeur métallique du sang qui lui collait à la peau. Je ne l’avais jamais interrogé, sachant pertinemment que s’il avait besoin il saurait venir me trouver. Ma voix se fit alors des plus calmes quand j’enchaînais.

« Tu as l’air de lier ce malheur à celui qui te suit depuis tes un an Alys. Je ne sais pas ce qui te hante au point que tu t’incrimines dans les évènements passés, mais saches que si tu as besoin je peux peut-être apaiser ta souffrance ? Les Dieux ont jugé fort intéressant de doter une malvoyante du pouvoir de guérison, mon esprit par le biais de mon handicap reste préservé des horreurs qui peuvent être perpétrées par certaines âmes damnées ou perdues. A défaut de complètement te soigner, je ne doute pas que Yurai me laissera apaiser ton mal. » Avec un sourire fripon et une voix bien plus légère j’ajoutais : « Oui et puis bon, j’avouuue ça me ferait une bonne excuse pour te forcer à venir voir ta frangine plus régulièrement hahaha. C’est une excuse qui se tient non tu ne trouves pas ? Si tu veux tout savoir je te fais même un clin d’œil là derrière mes paupières clauses frangin ! »

Je voulais lui rendre sa joie de vivre, sa gaieté et sa foi en lui-même. Il était temps de prendre la voie de la guérison.

Revenir en haut Aller en bas
Altheda
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 296
» Age : 18
» PUF : Alth', Lay
» Date d'inscription : 10/01/2016
» Personnages : .

» Neït
Lazulis ♀ 5 ans 1/2
Prêtresse/Empoisonneuse

» Alys
Etelkrus ♂ 4 ans
Bêta, Disciple de Dairo

» Dean
Nakhus ♀ 1 an
Potentielle disciple de Yurai

» Milkyway
Solitaire ♂ 2 ans
Gang du goûter ♥

» Naoūt (PNJ)
Lazulis ♀ 6 ans 1/2
Combattante, Disciple de Moiro


» à venir : Niall, Thanos

» Feuille de perso'
» Points: 482

MessageSujet: Re: De velours et d'acier [Mayuri - Alys ]   Sam 17 Mar 2018, 22:05

À l’extérieur de leur abri de fortune, le vent continuait de souffler avec force, secouant les branches de puissant et faisant plier les hautes herbes. Ce n’était clairement pas un temps pour sortir, pour quiconque. Le chemin du retour serait sûrement pénible, surtout si il devait passer par le même sentier qu’il avait emprunté à travers les Monts Célestes. Cependant pour le moment Alys ne voulait pas penser à son départ, la seule chose qui lui importait en cet instant, c’était de profiter de la présence de la Nakhus. Elle avait tant changé depuis, devenant plus sûre d’elle, plus épanouie. Rejoindre les disciple de Yurai avait été la meilleure décision qu’elle avait pu prendre et au fond de son être, le bêta en était très heureux bien qu’il ressentait un léger pincement au cœur en se souvenant de son absence chez les Etelkrus. Mais jamais il n’irait à l’encontre de la décision de sa sœur, Mayuri était pleinement maître de son existence. Avec un silence presque religieux, il écouta les paroles emplies de sagesse de la louve. Une partie de son être avait envie de la croire, de ce dire qu’il n’avait absolument rien à se reprocher, mais ses tourments revenaient toujours plus forts, ne parvenant à lui faire entendre raison. Un instant, n’osant rompre ces quelques instants de silence, Alys écouta son aînée fredonnait, sa voix qui semblait dominer les gémissement du vent. Se laissant bercer, le disciple de Dairo ferma ses paupières tout en écoutant la Nakhus. Certes, sa présence avait peut-être sauvé Nephthys, mais son absence n’aurait-elle pas eu le même effet ? En soupirant, il prit la parole.

« — Tes paroles sont devenues emplies de sagesses Mayuri, bien que je doute être aussi innocent que tu le prétend, tes mots méritent cependant médiation. Seul le temps parviendra à effacer ce qui a été fait, que ce soit pour Nephthys ou pour moi. J’espère juste que dans son cas, cela sera faisable.»

Il ne pouvait s’empêcher de s’interroger sur ce point, l’être brisé qu’il avait croisé après tout ceci semblait avoir chuté en bas de la falaise. C’était comme si il n’avait remonté que l’enveloppe corporelle de la louve Etelkrus. Un sourire gêné étira les babines du loup. Il était rarement du genre à se confier, son accident avec le solitaire qui l’avait marqué, qui avait même jusqu’à l’handicapé de son odorat désormais presque inexistant, avait été le premier à vraiment déchirer son esprit. Alys avait toujours crut qu’il n’y avait pas pire que cette attaque qu’il avait subit, mais cela, ça avait été avant l’obtention de son Glowstick. Les premiers jours furent un véritables calvaires, alors qu’il ne comprenait pas d’où venait la douleur qui irradiait de son corps. C’était même dans un geste de désespoir qu’il s’était coupé, au niveau des veines de ses pattes avants, et c’est ainsi que tout avait commencé. La douleur avait progressivement disparu tandis que ses blessures s’étaient lentement refermées. Le natté, remua une de ses oreilles en entendant la proposition de la louve blanche.

« — C’est tellement compliqué Mayuri, je doute que même le plus compétent des herboristes puisse quoique ce soit pour moi, plus maintenant du moins.» Un demi-sourire étira ses babines tandis qu’il lui donnait un coup de truffe affectif sur la joue. « Tu n’as pas besoin de me soigner pour que je vienne te voir, tu es ma sœur et quoi qu’il advienne dans l’avenir, je trouverai toujours le moyen de venir t’embêter un peu. »

Et il pensait réellement ces mots. Alys avait manqué à ses devoirs en tant que frère ces derniers mois, mais il comptait bien se rattraper et il comptait commencer maintenant en soulevant un détail qui l’avait interpellé en voyant de nouveau sa sœur. À son tour il voulait comprendre.

« — C’est à cause du cadeau de Yurai que ton pelage a noirci ? Est-ce cette contre-partie que tu dois payer pour aider ton prochain chère sœur ? Que se passera-t-il lorsque il n’y aura plus rien de ton pelage d’origine ?»

En même temps qu’il posait ses questions, Alys avait l’impression d’en recevoir directement la réponse, bien qu’il ne pouvait s’y résoudre. Les dieux s’étaient-ils ris d’eux en leur offrant leurs Glowsticks ? Du haut de leur panthéon, se plaisaient-ils à contempler ces deux loups au pouvoir qui les rongeaient à petit feu ? Ils pouvaient tous deux sauver ceux qui en avaient besoin en échange de leur propre existence ? C’était à la fois une bénédiction et la pire des bénédiction. Alys secoua doucement sa tête avant de donner un léger coup de museau joueur dans le cou de sa sœur, il voulait qu’à son tour elle se confie à lui. Le fils de Méléagant voulait en apprendre un peu plus sur la nouvelle existence de Mayuri, préférant mettre ses problèmes de côtés, comme à son habitude.

« — Et toi, parle-moi de ce qui t’es arrivée depuis ton départ de la meute. »
Revenir en haut Aller en bas
O-Shana
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 443
» Age : 23
» PUF : O-Shana, LittleNouss
» Date d'inscription : 23/01/2017
» Personnages :
E
ZHEKIEL
Ethelkrus [J] - Alpha
10.5 ans (21/07/18)

#ccffff


M
AYURI
Nakhus - Adepte
4 ans (15/02/18)

#cc3366#ffcccc


N
EPHTHYS
Ethelkrus - Garde
4 ans (19/03/18)

#9933cc


E
OGAN
Nakhus - Louveteau
1 ans (18/02/18)

#3399cc


Kat
Solitaire
2,5 ans (18/03/18)


» Feuille de perso'
» Points: 675

MessageSujet: Re: De velours et d'acier [Mayuri - Alys ]   Lun 19 Mar 2018, 21:50

MAYURI

Je me doutais que mon frère ne parviendrait pas à simplement s’abreuver de mes paroles en rejetant son fardeau. Mais je savais, qu’il avait pris en compte mes dires et qu’ils feraient leur chemin au moment où il le faudrait, le temps est malicieux et parfois capricieux mais il est mené d’une main habile par les tout puissants après tout. Une graine d’espoir semble s’insinuer chez Alys et je me laissais à croire que sa guérison mentale serait rapide. Je lui souhaitais tellement de s’épanouir et de trouver la paix intérieure.

Mon cœur se serra tandis que je le sentais fatigué d’une longue souffrance solitaire. Son léger contact de ma truffe sur la sienne failli me tirer une larme mais mes paupières closes les brimèrent et elles refluèrent aussi vite qu’elles m’étaient montées. Je savais, je n’avais jamais eu de doute sur le fait que mon frère tenait à moi mais les années étaient passées si vite, que sa venue me percutait de plein fouet en me démontrant à quel point son absence m’avait pesée. Je chuchotais alors, laissant mes émotions transparaître.

« Je l’espère Alys, ta présence ici me fait comprendre à quel point tu es un élément clé de la joie qui anime mon être. Je me rends compte seulement maintenant que la solitude a été ma plus grande camarade durant le laps de temps où nous nous sommes perdus de vue. Je ne laisserai plus ça se reproduire. »

Oui, il était temps, grand temps même que je secoue ma carcasse encrassée par deux années de stagnation sur les terres de Mère Corneille pour retrouver l’euphorie de la découverte et de la rencontre. Cet endroit était devenu mon petit coin à moi, rassurant et connu de mon esprit. Mais les expéditions n’avaient-elles pas constitué les éléments déclencheurs de tous les grands évènements de ma vie ? Ma rencontre avec Mère, avec Alys, et plus globalement sur toute mon ouverture sur le monde avait débuté par une envie folle de partir à l’aventure. J’avais grandi, et peu à peu j’avais trouvé ça bien complaisant de rester dans une zone découverte. L’appel de l’inconnu se fit subitement ressentir tels des fourmillements intenses résonnant dans tout mon être. Mêlée à la joie des paroles de mon frère, je me relevais pour entourer son encolure de mes pattes et plongeais ma truffe dans la fourrure chaude de son cou. Que ferai-je sans lui ?
Je l’écoutais s’intéresser à moi, et m’écartais de lui prenant le temps de la réflexion. Mon pelage avait-il noirci là où l’engourdissement pointait sa truffe ?! Je ne m’étais jamais contemplée et cette idée que je portais une trace noire telle la souillure que j’ôtais de ceux que j’aidais me perturbait. Je repoussais la pointe d’angoisse qui me saisit et revenais à notre conversation. Il n’avait pas totalement avoué le mal qui le rongeait, mais peut-être que ma propre explication l’inciterait à communiquer. Dans tous les cas, je lui adressais un sourire et parlais d’un ton taquin qui devint plus sérieux au fur et à mesure que je racontais ma vie nouvelle.

« Installe toi bien frangin alors, parce que cela risque de prendre du temps que de te conter le récit de mes aventures ! Mmmh… Lorsque je suis partie, père et mère hésitaient encore sur le choix difficile qu’ils allaient faire. J’étais un peu effrayée de partir seule sur les traces de la Déesse, mais toute mon âme semblait chanter à la perspective de communier officiellement avec ses diatribes. Mon épreuve me fit parler de vous, et si la tristesse m’a envahi un instant je me suis vite rendue compte que jamais vous ne quitteriez mon esprit et mon cœur. La réalisation de ce fait m’a ôté le poids qui pesait sur mes épaules et à partir de cet instant j’ai vécu ma vie telle que tu la connaissais. Rencontres, découvertes et joie ont peu à peu refluées pour laisser la routine s’installer à mon plus grand désarroi aujourd’hui ! J’ai suivi les traces de mère grâce au don que Yurai a bien voulu me léguer : je peux aider mon prochain, les soigner comme j’ai aidé Korra le jour de sa mise bas. Je trouve ça magnifique, exceptionnel… Bien qu’évidemment la face cachée de son utilisation me pose question quant à l’avenir qui m’est réservé. »

Mon cerveau mettait au clair les idées et les pensées que j’avais accumulées sur ce sujet au fur et à mesure que je les formulais à voix haute. Je décidais de jouer la carte de la transparence avec mon frère, espérant qu’un jour peut-être il saurait faire preuve de la même confidence à mon encontre. Reprenant d’une voix douce, je continuais.

« Je ne peux que supputer sur ce qu’il adviendra de moi mon frère mais je ne crains qu’il ne s’agisse pas d’une nouvelle très joviale pour mon entourage. On m’a fait don d’utiliser avec sagesse et parcimonie la possibilité de sauver autrui, au détriment de ma propre vie. Mais jusqu’ici je la vis comme je l’entends et si je ressens quelques faiblesses par endroits mon corps tient encore le choc et le tiendra encore longtemps sois en sûr ! Au final ça ne change rien quand on y réfléchit, je vis toujours sous le coup de ma générosité et … De mes impulsions innocentes héhé. »

J’avais envie d’enchainer sur une note plus gaie, pour chasser l’ombre de la faucheuse que je venais d’amener en donnant réponse à mon jeune frère. Aussi je changeais diamétralement de thématique avec le sourire.

« Sinon niveau cœur c’est toujours le calme plat à l’horizon, ni même un moufflet perdu à récupérer dans le coin pour te dire ! D’un autre côté au moins je peux profiter d’une liberté totale ! Et toi que de nouveau à l’horizon depuis mon envol au milieu des corneilles ? »


Il faut dire aussi que j’étais loin de chercher à m’appareiller à quelqu’un pour le moment aussi. J’étais jeune, et malvoyante, j’avais autre chose à faire que de me cloîtrer dans une relation émotionnellement perturbante. Surtout que je venais tout juste de me décider à repartir sur les chemins de Punk Wolf. Ce genre de vie attendrait que Yurai déplace un de ses pions pour bouleverser une énième fois ma petite vie bien rodée. Je n’osais pas demander à Alys s’il s’était repéré une louve, d’autant que de souvenir la majorité des Etelkrus étaient liés par le sang ou par alliance ce qui devait considérablement compliquer les choses en la matière. J'étais curieuse d'apprendre ce qui avait bien pu se passer dans sa vie depuis tout ce temps perdu sans se voir. Quel gâchis tout de même quand j'y pensais, il allait falloir nous rattraper !


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De velours et d'acier [Mayuri - Alys ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
De velours et d'acier [Mayuri - Alys ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fouet d'acier et coup critique .... !!!
» La crevette d'acier
» Etoile de Velours [Modo de CB]
» Méphisto ou machoire d'acier
» Etoile de Velours - Everybody Have A Dream !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Accueil
 :: → Archives RP
-
Sauter vers: