Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 Des plantes et des insectes [Défi RP]

Aller en bas 
AuteurMessage
Crow
». Timid'
avatar

Masculin » Nombre de messages : 63
» Age : 21
» Date d'inscription : 15/05/2018
» Personnages : CROW
Mâle
7 mois [né le 17/05/2018]
Apprenti chez les Lazulis
Célibataire
Communique en #FA5858


» Feuille de perso'
» Points: 272

MessageSujet: Des plantes et des insectes [Défi RP]   Jeu 31 Mai 2018, 00:00

Des plantes et des insectes
Crow, Défis RP


La famine s’était officiellement installée sur les terres de Punk Wolf. Le climat extrême des environs qui s’était invité plusieurs lunes plus tôt avait transformé le paysage, chassé les poissons et fait disparaitre bon nombre de proies que les loups des lieux prisaient. En raison de ces hautes températures et le manque accablant de nourriture et d’eau, les bêtes qui ne s’étaient pas s’adaptées à cette nouvelle réalité tombaient comme des mouches, laissant derrière eux des meutes dépouillées. Les anciens, ces vieillards qui n’avaient plus autant de forces qu’avant, étaient les premiers à y laisser leur peau. En partant, ces derniers apportaient une grande partie de leur savoir avec eux. D’ailleurs, si cette chaleur persistait, des canidés et d’autres espèces de tous les âges allaient éventuellement, eux-aussi, les suivre dans la mort. En effet, l’absence d’eau tuait bon nombre de créatures des différents maillons de la chaine alimentaire à toutes les semaines… Ainsi, dans l’espoir de survivre un peu plus longtemps, les meutes de loups des terres tentaient du mieux qu’ils le pouvaient de protéger leurs ressources respectives. Les Nakhus avaient accès à une source d’eau fraiche, les Raeders, habitants de l’île de Morne-Oeil, se nourrissaient de mousses comestibles qui poussaient sur leur territoire, les Etelkrus avaient une plus grande réserve de proies que les autres clans et, finalement, plusieurs plantes médicinales étaient cachées chez les Lazulis. Nul n’avait cru bon d’ouvrir toutes les frontières et de partager toutes ces ressources le temps que cet état de crise prenne fin, histoire de s’entraider un peu. Malheureusement, la relation précaire qui s’était établie entre le clan des lazulis et celui des Etelkrus ainsi que celle de ces deux clans avec les solitaires allait certainement ralentir toute entente. Toutefois, l’accord serait éventuellement essentiel. Sans ce précieux partage, la race toute entière n’allait sans doute pas vivre encore bien longtemps.

Ces histoires-là, on n’en parlait pas trop aux jeunes louveteaux et apprentis, à ces bêtes qui n’avaient pas encore de Glowsticks. En effet, sans ces accessoires contenant un liquide fluorescent, la plupart des loups des environs étaient bien ordinaires, à l’exception de quelques-uns qui avaient des facultés innées. Réfléchis, les chefs de meute ne voulaient donc pas troubler l’esprit de ces jeunes qui, de toute façon, ne pouvaient pas trouver de solutions applicables à ce problème majeur. Ces derniers n’avaient pas les compétences, ni les connaissances pour avoir un impact majeur sur la situation. Au contraire, s’ils avaient été au fait de l’ampleur du cas, ces jeunes auraient sans doute été fortement angoissés, voir même pris de panique devant cette grande nouvelle, troublant ainsi les loups qui, eux, avaient des rôles précis à jouer au sein des meutes. En effet, les loups avaient tous leurs tâches respectives à accomplir. Depuis plusieurs années, certains s’entraînaient à chasser, d’autres à se battre et quelques-uns à soigner les blessés. Nul moment n’était mieux choisi que celui-ci pour appliquer toutes ces habiletés qu’ils avaient durement apprises et il ne fallait en aucun cas que leur travail soit désorganisé par un quelconque membre qui ne s’était pas encore mérité un Glowstick auprès des dieux.

Malheureusement pour les chefs du clan Lazulis, Crow, malgré son manque de capacités divines, avait été mis au courant du problème qui menaçait les terres et, contrairement à ce que les grands auraient pu croire, la situation n’avait pas apeuré le jeune loup du tout. En effet, ce dernier avait plutôt envisagé la situation comme une opportunité à saisir. Depuis sa naissance, puisqu’il n’était pas pleinement accepté en tant que membre de la meute Lazulis, le corbeau n’avait pas eu une enfance aussi simple que les autres louveteaux de son âge. Cet amalgame d’expériences l’avait grandement endurci. Dès son arrivé sur les terres de son père adoptif, la meute avait été mise au fait de sa situation et ne l’avait jamais réellement traité en tant que réel membre du groupe. Après tout, il n’était qu’une bouche de plus à nourrir et ce n’était pas la nourriture qui était abondante en cette dure période désertique.

Crow n’avait jamais été accepté en tant que Lazuli pur puisqu’il avait été trouvé par Saitan, lorsque ses parents de sang l’avaient abandonné, dans une caverne. Son père adoptif ne lui avait d’ailleurs jamais dis dans quelle grotte il avait été trouvé et aucun loup ne savait qui étaient ses parents et à quel clan ceux-ci appartenaient… Du moins c’est ce que tous tentaient de lui faire croire. On lui avait seulement avoué qu’il était né quelques mois après le début de cette grande sécheresse qui avait transformée les terres, faisant de lui un enfant des sables. Certes, les Lazulis avaient pour réputation de n’avoir aucune véritable considération quant à l’héritage et le sang, mais la possibilité que Crow soit le fruit de loups de la meute des Etelkrus ou de solitaires faisait de lui une victime idéale. Et s’il trahissait les Lazulis pour retourner voir ses parents biologiques, apportant avec lui ces plantes médicinales qui faisaient la force de leur clan?

Curieux comme il était, Crow, afin de mieux comprendre la provenance et les motifs de ses parents biologiques, avait pris le temps de s’informer sur les différentes grottes qui couvraient les terres de Punk Wolf. Il avait entendu parler de deux endroits, parmi tant d’autres, qui étaient réputés pour celles-ci. Le premier lieu était la Dédale des terres Nakhu. On racontait que plusieurs d’entre elles étaient cachées dans un vaste labyrinthe d’où plusieurs ne revenaient pas. Toutefois, dans l’optique que Saitan l’aurait bel et bien trouvé dans ces lieux, quoique les meutes Nakhu et Lazulis n’avaient pas d’animosité l’une pour l’autre, ce dernier aurait tout de même eu fort à expliquer. Le deuxième endroit, Crow le connaissait bien. Le lieu était sur le territoire qu’il habitait : Le gouffre aux faucons. L’antre aux Crocs, qui abritait les habitants de son clan d’accueil, était l’une des plus grosses cavernes que le gouffre cachait. Crow s’était longtemps demandé s’il avait bien pu y naître et l’éventualité le troublait grandement. En envisageant que Crow avait bel et bien vu le jour dans l’une des nombreuses grottes du Gouffre aux faucons, ce fait augmentait les chances qu’au moins l’un des parents de l’adopté soit de la meute des Lazulis. Depuis sa naissance, le jeune avait, à de nombreuses reprises, observé les loups du clan, s’imaginant que l’un d’eux était peut-être de son sang.

Son abandon avait longtemps fâché la bête noire. Si ses théories étaient véridiques, son statut d’intrus et l’enfance difficile que ce statut lui avait apportés seraient tous deux à remettre en question. Heureusement pour lui, dans ces moments difficiles, Saitan étaient toujours là. Vu son jeune âge et son manque de talent en chasse, lorsqu’il manquait de nourriture sur les terres et que la meute priorisait ses réels membres avant de nourrir le corbeau, son père adoptif faisait toujours de son mieux pour le défendre et trouver de quoi lui mettre sous la dent.

Depuis quelques mois déjà qu’il voulait changer les choses. Il désirait, oui, être accepté en tant que membre à part entière du clan, mais il voulait avant tout arrêter de causer des problèmes à celui qu’il considérait comme son vrai père, Saitan. Le corbeau voulait l’impressionner, rendre ce dernier fier de lui. Il ne voulait pas, au fil des ans, si Crow n’arrivait pas à se débrouiller seul, que Saitan le perçoive comme un fardeau. Le corbeau ne voulait surtout pas que son mentor regrette de l’avoir adopté ce jour-là.

Et enfin, les dieux semblèrent donner une chance au futur herboriste.

Ce soir-là, quelques loups, dont Crow, mangeaient les seuls trois rapaces qu’ils avaient réussi à chasser dans les derniers jours. La viande était pauvre et sèche. Décidément, les oiseaux qu’ils dévoraient ne s’étaient pas bien alimentés eux non plus dans les jours qui avaient précédés. Malgré la nature peu alléchante de leur repas, les loups s’en contentait tout de même, nul n’osait être difficile par des temps pareils...

Tous les loups mangeaient encore, lorsque Crow vit Saitan s’éloigner avec un guérisseur qu’il connaissait de visage seulement. Fouineur, le corbeau termina ses quelques bouchés et s’approcha d’eux d’un pas furtif. Il s’était caché à l’ombre d’une roche et avait attendu derrière elle un bon moment une fois la conversation terminée avant de sortir de sa cachette. De quoi ces deux loups avaient-ils bien pu parler? Saitan et l’herboriste, alors que Crow les écoutait, avaient parlé d’une certaine plante. Le guérisseur disait que cette dite fleur pouvait être trouvée ici-même, au Gouffre aux Faucons. L’herboriste vantait les mérites de celle-ci, disant qu’elle pouvait redonner de l’énergie aux plus anciens. Grâces à elles, certains de ces derniers auraient sans doute beaucoup plus de chances de survivre.

Ces informations ne tombèrent pas dans l’oreille d’un sourd. Maintenant que Crow connaissait l’existence de ces plantes, il n’avait plus moyen de le faire changer d’idée. Puisque le corbeau lui-même aspirait à devenir herboriste une fois son test du Glowstick réussi, il avait longtemps étudié les différentes plantes connues de son territoire et espérait, un jour, s’attribuer le mérite de la découverte de nouvelles espèces lui aussi. Grâce aux dires de son mentor, il savait aussi qu’une autre plante médicinale semblable à celle dont lui et le guérisseur avaient parlé se trouvait à la Passe Ventue. Cette plante était rapidement devenue l’une des forces de la meute des Lazulis lors de la désertification. On racontait qu’à l’époque, un monstre, que les loups avaient surnommé Everbloom, avait grandement modifié la flore de différents lieux. La Passe Ventue était l’un des endroits qui avait le plus été affecté. Cette végétation dotée de vie avait recouvert le fond de ce canyon d’une végétation sèche et dense et, suite à cet évènement, la fosse était devenue très dangereuse. De nombreuses plantes toxiques et épineuses avaient poussé et ces végétaux avaient invité de nombreux insectes à dards à venir s’y installer. Plusieurs années plus tard, les loups n’osaient toujours pas trop s’y aventurer vu les dangers que les lieux représentaient pour leur sécurité.

Il se disait que cette mission qu’il avait acceptée sans l’accord de ses supérieurs était faite pour lui en tout point. Premièrement, les plantes étaient de loin son domaine d’expertise, deuxièmement, sa future trouvaille allait certainement lui permettre d’être pleinement accepté au sein de la meute et troisièmement, Crow avait bien hâte de voir l’expression de son mentor lorsqu’il reviendrait avec la plante tant convoitée. À ce moment-là, son mentor saurait que Crow aurait espionné la conversation qu’il avait eue avec l’herboriste, mais ce dernier allait le pardonner s’était-il dit… Probablement.

Avant de partir, le jeune loup était resté un moment seul avec Saitan. Crow attendait que son père adoptif s’endorme avant de se préparer. Il savait très bien qu’il allait être intercepté si on le voyait sortir de l’Antre aux Crocs et prenait donc toutes les précautions nécessaires. Le loup et lui était dans l’un des nombreux racoins de la grotte. L’aménagement de l’antre était construit de façon à laisser un peu d’intimité aux bêtes qui désiraient être seules. Crow avait pris l’habitude de dormir prêt du grand loup blanc qu’il affectionnait. La plupart du temps, il se reposait sur le sol humide et froid de cette grande grotte, à ses côtés. Cette soirée-là, rien n’avait changé et Crow parlait à son père. Il ne semblait pas vouloir mettre un terme à cette longue conversation. Il l’informait des nouvelles espèces de plantes dont on lui avait parlé dans la semaine et des nouvelles méthodes de séduction qu’on lui avait enseignée pour qu’il puisse éventuellement séduire la Déesse Moiro et obtenir son Glowstick rose. Le loup lui déballait toutes sortes d’informations en s’assurant de ne pas divulguer ses intentions pour la nuit.

Et Saitan s’endormit, enfin.

Impatient comme il était, l’attente avait été incroyablement longue, il n’avait pas l’habitude de parler aussi longtemps. Avant de partir, il attacha sur son dos un petit sac à l’aide d’une sangle. Ce sac servirait de contenant lorsqu’il trouverait les plantes médicinales. Le loup, conscient qu’il n’allait pas revenir avant le lendemain, avait apporté un peu d’eau. Avec la nuit qui tombait, il allait être impossible pour Crow de trouver une quelconque plante sous cette noirceur.

Une fois prêt, le loup sortit de la grotte, en s’assurant de ne pas se faire voir par les quelques gardes qui surveillaient la porte. Sa fugue fut plus simple que ce à quoi il s’attendait. La couleur de son pelage l’avait grandement aidé à camoufler sa présence. De plus, les gardes qui s’assuraient de ne laisser entrer aucun intrus portait peu d’attention à ce qui pouvait sortir de la gueule de la grotte.

Crow savait que le trajet serait long. Si les plantes qu’il cherchait avaient été proches de la base, les autres loups en auraient apporté à la tonne sans problème et les anciens de la meute seraient déjà tous en grande forme. Cette fois, l’intrus devait chercher plus loin. Il commença donc sa longue descente du gouffre, s’assurant de vérifier très rapidement les grottes les plus proches, au cas où certains n’auraient pas déjà jugé bon de le faire. Il ne fut pas bien surpris du résultat, ces grottes, pour la plupart, avaient été explorées. Des traces de pattes bien fraiches dévoilaient la visite récente des loups de sa meute.

Le temps passait, la nuit se faisait de plus en plus noire et Crow jugeait qu’il était grand temps qu’il aille se reposer lui aussi. Il avait maintenant atteint des niveaux qui ne semblaient pas avoir été explorés par d’autres. Pour ne pas se faire attaquer par des rapaces de toutes sortes, le petit se cacha dans une grotte à l’abri des regards pour la nuit. Ses recherches continueraient le lendemain, une fois le soleil levé. Malgré son épuisement, le sommeil de l’animal fut grandement perturbé par la solitude et le froid. Ce dernier n’avait pas dormi seul depuis longtemps. Il s’ennuyait de son père qui était resté à la maison et il regrettait de ne pas l’avoir averti avant de partir. À bien y réfléchir, ce dernier l’aurait peut-être laissé y aller après tout et, au moins, il ne l’aurait pas laissé s’inquiéter de son absence.

Le soleil se leva enfin. Le grand froid de la nuit laissa la place à une forte chaleur. La température était si élevée qu’elle donna une légère nausée au loup qui s’empressa de boire un peu.

Cette journée-là, ses recherches commencèrent réellement. Il entrait dans les grottes une par une. L’herboriste avait dit à Saitan que ces plantes poussaient à l’ombre de ces cavernes. Il avait précisé que, au grand soleil, l’espèce ne pouvait pas survivre. Heureusement pour lui, entrer dans ses grottes, là où la chaleur y était moins intense, lui permettait de ventiler un peu. Toutefois, l’explorateur ne trouvait pas ce qu’il cherchait… Et son estomac, vide, commençait à en avoir marre. Étourdi, le loup s’assit au fond d’une quelconque cavité. Alors qu’il se questionnait sur son prochain repas, de légers chiquement de pattes lui fournirent une réponse. Un long arthropode escaladait le mur sur sa droite. De ses longues pattes, ce dernier filait sur le mur rocheux, faisant ainsi valser son long corps articulé. La vue de ce dégoutant insecte dessina un désagréable sourire sur le visage de la bête. M’enfin, Il faut bien faire avec ce que l’on a sous la patte.

Il leva sa patte sur le mur et écrasa l’insecte sous sa griffe. D’un coup, le loup apporta l’insecte a sa gueule et le goba directement. Mieux valait ne pas trop déguster des repas de ce genre. Au final, ce dernier n’avait pas eu un si mauvais gout et allait certainement donner un peu d’énergie pour lui permettre d’atteindre la plante.

La journée se poursuivit ainsi. Crow ne trouvait rien d’autres que quelques bestioles à dévorer. Les plantes, quant à elles, demeuraient introuvables et le soleil commençait de nouveau à baisser. D’ailleurs, puisque ses cruches d’eau allaient bientôt être complètement à sec, il était conscient que cette nuit allait être sa dernière avant son retour au campement. Il retourna dans une nouvelle grotte pour y dormir une ultime fois. Cette fois, il était déçu de lui-même. Le loup se sentait bien mal de revenir au campement après avoir inquiété son père. D’ailleurs, contrairement au plan qu’il s’était imaginé, aucune plante allait lui apporté un pardon de sa part.

Sur ces pensées, il s’endormit.

Le soleil se leva tranquillement, légèrement moins chaud que la veille. En douceur, les yeux de Crow qui était enlignés vers l’intérieur de la grotte s’ouvrèrent et devant lui, contre toute attente, étaient plantés une grande quantité de la fleur médicinale dont l’herboriste avait parlé. Le cœur battant, il se leva d’un bond. Était-ce vraiment possible? La veille, en se couchant dans cette grotte, la luminosité était trop faible pour lui permettre de voir toute cette verdure. Il était fantastique pour Crow, amateur de plantes, de voir tout se vert contrastant avec le noir et le gris des pierres de la caverne. Heureux, le loup s’approcha rapidement, reniflant les odeurs de fleur, les pétales caressant son truffe. Il s'empressa de déraciner quelques unes d'elles et les déposa dans son sac.

Maintenant que Crow avait trouvé les plantes, il était enfin temps pour lui de revenir à la maison. Malheureusement, il ne restait plus d’eau dans ses gourdes et l’aventurier était épuisé. Vu sa condition, il jugea que le moment était parfait pour vérifier les dires du loup qu’il avait espionné. Il grugea quelques feuilles. Apparemment, c’était de là que leurs propriétés médicinales provenaient. Tout de suite, rien de spécial ne s’était produit et le temps qui passait ne lui laissait nul autre choix de poursuivre son chemin, fatiguée. Il marchait depuis déjà une heure ou deux, le pas lent, avant de ressentir chez lui un fort regain d’énergie. Son sang circulait mieux et ses pattes qui étaient quelques heures plus tôt bien endolories ne lui faisaient plus aucun mal. Ce regain d’énergie permit au loup de remonter le gouffre bien rapidement. Si la bête n’avait pas réussi sa mission et n’avait pas trouvé de ces plantes médicinales, peut-être ce dernier y aurait-il laissé la vie en bas.

Crow arriva enfin chez lui.

Pour un jeune apprenti comme lui, s’absenter pendant deux longs jours par les temps désertiques qui courraient n’était pas un événement anodin. Saitan, qui avait pris la responsabilité de s’occuper de l’enfant depuis sa naissance, allait sans doute être très fâché contre lui. En effet, Crow subirait très probablement une série de punitions de sa part. Au moins, la marchandise qui se trouvait à l’intérieur du petit sac que le loup traînait avec lui depuis le début de sa mission lui prouvait que son voyage et les punitions qui l’attendaient n’allaient pas être inutiles. Après avoir fièrement annoncé la nouvelle à son père adoptif, il s’empressa de retrouver l’herboriste qui s’était confié à Saitan.

- Ah tu remercieras Saitan d’avoir trouvé ces plantes, les anciens seront grandement reconnaissants. Merci à toi d’avoir livré la marchandise de ton père.

- Je ne suis pas messager, m’sieur. C’est moi qui ai trouvé ces plantes.

Sur ces douces paroles, le loup souris à l’herboriste de tous ses crocs, fier.

Il espérait grandement que celui-ci allait le croire. Crow lui donna les coordonnées de la cache qu’il avait trouvé, là où semblait pousser avec une certaine abondance ces plantes médicinales. Il décrivit, avec tous les détails dont il pouvait se rappeler, le chemin qu’il avait parcouru pour s’y rendre. Le corbeau lui proposa d’essayer de replanter quelques plants ici-même afin d’y avoir mainmise en tout temps. Jugeant l’information pertinente, il informa aussi le guérisseur des quelques insectes qu’il avait mangé dans ces grottes. Ces derniers n’avaient certes pas de propriétés médicales, mais pouvaient certainement donner aux loups quelques nutriments nécessaires en cas de famine.

Et puis, on aura tout vu. Des loups insectivores chez les Lazulis et d’autres végétariens chez les Raeders.

Quelques jours plus tard, l’herboriste et quelques autres loups retournèrent dans la grotte où Crow avait trouvé les plantes médicinales. Ce dernier y était arrivé grâce aux indications bien précises que le jeune corbeau lui avait fournies. La précision de la description que Crow avait donnée du chemin n’aurait pu être dite que par un loup qui avait bel et bien visité les lieux. Ainsi, le guérisseur ne put faire autrement que croire en sa parole.
Revenir en haut Aller en bas
 
Des plantes et des insectes [Défi RP]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» de l'utilisation des plantes...
» Dictionnaire de plantes communes et magiques
» Livre sur les plantes médicinales
» dégustation d'insectes
» Pourquoi les Plantes perdent leurs feuilles en hiver ? (B) [Kaya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Accueil
 :: → Archives RP
-
Sauter vers: