Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 Illidan ▬ Mists [Safran]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lyros
».Habitué'
avatar

Masculin » Nombre de messages : 740
» Age : 20
» PUF : Ly', Lyrostar, Patafix
» Date d'inscription : 01/07/2013
» Personnages : .

ILLIDAN
7 ans, Capitaine Ræder
Pas de Glowstick


» Feuille de perso'
» Points: 10

MessageSujet: Illidan ▬ Mists [Safran]   Mer 20 Juin 2018, 16:38



Combien de temps.

Combien de temps faut-il pour devenir fou, lorsque l'on est enfermé à vie quelque part ? Pour commencer à renier ce qui fait de soi une personne, une famille, le membre d'une meute, au profit de son plus sombre égoïsme.

Combien de temps pour perdre espoir de sentir à nouveau une effluve de fraîcheur venue du continent, un indice de rédemption, quelque chose d'autre que ces collines de sable et ces palmiers. Il n'en pouvait plus des mangroves, il voulait le sol meuble d'une forêt de feuillus. Plus de poissons, plus d’algues, il en avait assez des crabes- il n'avait d'ailleurs jamais vraiment aimé ça, mais certaines raisons l'avaient poussé à s'en délecter.
Illidan avait le mal de mer, le mal de la mer.

Combien de temps lui avait-il fallu pour oublier le bien des Raeders pour ses folies fantasques, pour perdre de vue sa famille au point de ne plus savoir qui est encore ne serait-ce qu'en vie.
Combien de temps pour se perdre parmi les livres que Safran, sa Safran, toujours restée avec lui depuis littéralement sa naissance avait accepté de lui rapporter, entre les rites et incantations, sa folie et son enfermement maladif ?

Illidan n'était pas heureux. Il ne l'a plus jamais été depuis l'invasion Precursor. À cette époque, Illidan avait comprit que son handicap le hanterait toute sa vie, et progressivement son ressentiment est devenu une blessure, qui s'est infectée, s'est faite briévement lécher lors de la confiance que Paprika lui a accordée, avant de se gangréner. Aujourd'hui, il ne pouvait plus que sentir sans plus d'émotion que ça son âme se faire grignoter par les multiples démons mineurs qui avaient trouvé refuge dans son antre.

Illidan fuit, comme il l'a toujours fait, il fuit ses responsabilités, ses propres démons, la vie. Il ne sait pas, il ne sait plus, a-t-il jamais su ? Chacun de ses défauts s'est matérialisé dans son esprit fou et possède même un nom. Il ne les retient jamais, il y en a trop.
Il fuit la chaleur du soleil, fuit l'image dépérissante de héros que Safran a de lui. Ou avait. Qui l’aimerait encore dans son état ? Son poil est gras, collé, puant. Il en manque à certains endroits, résultat de son absence d'entretien et de sa vie dans les souterrains de roche de l'île. Ses ailes ne sont plus que des bras dépareillés, ses plumes abîmées s'étant perdues à tous les coins de son réseau sous la cave Raeder. Sa crinière blanche est plus longue que jamais, lâchée, coupée inégalement, restes de sa dernière tentative de les raccourcir. Ses paupières se sont collées à force de déchets larmoyants qu'il a cessé de nettoyer. À quoi bon, de toute façon.

Combien de temps ? Honnêtement, il ne sait plus.
Il en a perdu toute notion depuis qu'il ne sent plus le soleil et la brise matinale à chaque réveil. Peu lui importe. En bas, il est occupé. Depuis son premier contact avec une entité démoniaque, aussi misérable fut-elle, il est occupé. Il prie, trace des dessins majoritairement ratés, en réussissant parfois certains par de mystérieux hasards conciliants. Il sacrifie, parfois les repas que Safran lui apporte, parfois des parties de lui-même. Des plumes, des griffes, il se les coupe avec les crocs. De la fourrure. Récemment il a pensé à s'arracher un oeil, il a du mal à s'y mettre. Mais il n'y a rien d'autre dans les souterrains de Morne-Oeil, les démons ne sont pas très friands de cailloux, et ils veulent plus, toujours plus.
Le reste du temps, quand il est trop faible pour bouger, il phase, dort pendant plusieurs heures, journées, écoutant autour de lui le murmure des horreurs qu'il a profanées.

Illidan ne sait plus vraiment pourquoi il fait tout ça. Pour trouver le moyen de renverser les dieux ? Possible, probable. Ça ressemble à une idée qu'il aurait pu avoir il y a quelques années, après son décret d'attaquer tout porteur de glowstick. Est-ce qu'une seule personne l'a suivi d'ailleurs ? Il n'en sait rien. Il s'en fout. De toute façon il préfère danser avec les démons.

Pourtant, ces derniers temps il dort mal. Enfin, pire que d'habitude. Les écoulements d'eau qui descendent généralement aléatoirement le long des parois se raréfient, et Safran passe moins souvent le nourrir. Il a faim. Il a soif. Commence-t’elle à l'oublier ? Ce serait mérité, il ne comprend même pas pourquoi elle s'entête à continuer de lui ramener de quoi survivre. Après tout il s'est abandonné lui-même depuis longtemps. Peut-être à cause du mot “famille”, ça pourrait affecter sa conscience. Ou peut-être parce qu'il hurle à la mort ses douleurs quand il a l'impression que son estomac se déchire. Peut être.

Souvent il a froid. Très froid. Il a beau serrer ses restes d'ailes contre ses flancs, gonfler sa fourrure éparse, il est gelé. Il demande aux démons de le réchauffer, mais ceux-ci se moquent de lui.

Tu es presque aussi immonde que nous. Va chercher ta bonniche si t'as besoin de quelque chose. Oh ? Pardon, elle t'a oublié. Depuis combien de temps elle n'est pas venue ? Tu vas mourir ici, seul. On va te regarder agoniser. Peut-être même te conserver aux portes de la mort pour te punir de nous avoir amenés ici pour rien. Tes dettes envers nous sont infinies. Tu ne possèdes plus rien qui te rembourserait. À moins que tu nous nous offre ta petite, là nous y réfléchirons…

« ASSEZ ! »

Sa voix est faible, mais dangereuse. Illidan est fou, mais sait encore claquer des crocs.

« Taisez-vous. »

Regrettes-tu de nous voir invoqués ? Regrettes-tu d'avoir gâché ta vie ? Tu n'es plus rien, loup. Donnes-la nous et nous ferons de toi quelqu'un à nouveau.

« Non. »

Illidan se lève avec difficultés, perdant équilibre à deux reprises.

Tu ne te débarrassera pas de nous d'un revers de la patte comme de tes responsabilités. Nous sommes liés, loup. Nous avons mangé tes offrandes. T’avons appris nos secrets. A toi de tenir tes promesses. Tu sais, même dans la mort nous te poursuivrons.

Ses pattes squelettiques tremblent, mais il se découvre une volonté oubliée, tandis que ses crocs jaunis se serrent de douleur. Il s'appuie sur le mur, suivant les parois en glissant dessus. La tête lui tourne, il a la nausée. Ses démons tentent de l’égarer, il hésite à quelques instants mais se rappelle des tunnels par coeur, et lentement, très lentement il émerge dans la cave principale de la meute. Il fait limite encore plus froid. Des odeurs presque oubliées l’agressent, le fumet vivant des Raeders, qu'il ne sentait plus que sur la fourrure de Safran. L’odeur iodée de la mer. La mer. Il a un haut-le-coeur.

D'un coup il se demande ce qu'il fait là, il a peur de ce que pourraient dire les autres en le voyant. Son père, sa mère ? Mylo ? Ils auraient honte. Il doit repartir, vite, avant qu'on ne le voie...à peine retourné vers son tunnel, il entend les chuchotements lointains des démons. Ils lui murmurent des demandes, le rabaissent, lui caressent l’égo. Il secoue la tête, il a froid. Pas tout de suite. Il y retournera plus tard. D'ici, il peut les ignorer un peu. Il n'entend personne, ce doit être la nuit, les Raeders ne sont pas connus pour être discrets dans leurs activités.

Hésitant, incertain, il murmure de sa voix éraillée :

« Safran ?... »
Revenir en haut Aller en bas
 
Illidan ▬ Mists [Safran]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Flashback] Il est où le safran ? [Aoyuki]
» joséphine ▬ « La solitude effraie une âme de vingt ans »
» Objets spéciaux et légendaires
» ♦ Gabrielle de Vendôme ▬ « Une fille pure, si naïve et angélique va voir quelques plumes tomber de ses ailes. »‏‏‏‏
» James Rutherford ▬ Présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Terres Libres
 :: → Île de Morne-Oeil :: → Collines de Crânecoeur
-
Sauter vers: