Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 Au nom du père, de la mère, et de tous les autres [Pv. Hicham]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jolitemps
». Timid'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 110
» Age : 23
» Date d'inscription : 09/09/2017

» Feuille de perso'
» Points: 400

MessageSujet: Au nom du père, de la mère, et de tous les autres [Pv. Hicham]   Mer 04 Juil 2018, 15:02

Au nom du père, de la mère, et de tous les autres

Fiche

ft.Hicham
Été 2018.
4ans


Es-ce que tu aimais vraiment ta famille, Teddy ?
Ton museau se relèves vers ce ciel au soleil de plomb, alors que ta gueule et ouverte pour mieux te laisser haleter. Tu crèves de chaud, et pourtant cette question te glace, elle fait frissonner l'encolure épaisse de ton corps. C'était difficile, de répondre à ça maintenant. Ton cœur et les relents nostalgiques de ton esprit t'aurais dit que oui.
Il te suffisait de fermer les yeux pour te souvenir de la douceur de ta mère, de l'autorité chaleureuse de ton père, des conflits amusants de ta fratrie. Mais en les rouvrant, tu te retrouvais incapable de savoir si tes parents étaient toujours en vie, si ton frère et tes sœurs allaient bien, si tes ainés n'étaient pas eux-même devenus parents. Tu n'avais pas revu la plupart depuis bien longtemps, car tu étais parti à deux reprises et pour longtemps. Et tes chemins d'explorateurs n'avaient trouvés passage près du repère familial.
Encore maintenant, tu étais loin d'eux, tiens.

Tes épaules s'abaissèrent, alors que tu continuais à avancer sur cette terre marquée par une désertification inquiétante. Tu avais profité durant ces nombreux moins passés de territoires différents, de ces contrées plus vertes, plus abondantes, où la faim ne guettait jamais. Ça avait été ton périple, ta rédemption envers toi-même. Oh, t'avais pas été seul : t'avais voyagé en compagnie de cette louve verte, qui ne t'avais jamais dit son prénom. T'avais bien tenté de parler, au début. Mais finalement, tout n'avait été que silence. Tu racles ta gorge. Ta voix doit être enroué, rendu rauque à force de ne pas laisser vibrer tes cordes vocales.
Mais ça t'avait fait du bien, ouais. Après avoir manqué de te faire tuer par un couguar, après que même l'une de tes sœurs ait abandonné le fait de te porter secours, t'avais senti ton piédestal s'écrouler sous tes pattes, émiettant ton égo et ta fierté dont tu n'avais pourtant pas voulu perdre la moindre miette, à les garder coller avec du gros scotch. Tu t'étais dis que tu n'étais pas bien important, finalement, qu'on pouvait vivre bien facilement sans toi. C'était pas faux, ça. C'pas comme si t'avais un de rôles bien importants, ici, c'pas comme si t'avais tissé le moindre lien sortant du cadre familial. Putain de vie à laquelle tu n'aurais jamais voulu prétendre, dans ta jeunesse !
Mais t'étais un adulte, maintenant. Quatre ans, que tu trainais, que tu te focalisais sur ton propre sort.
T'avais fini par digérer ta défaite, dans ton pèlerinage sans moindre mots. T'avais un peu bossé sur toi-même. T'avais finis par cesser de vouloir t'éloigner de ta famille, par leur en vouloir inutilement alors que tu n'avais jamais rien fait pour eux. Il était temps de se montrer un peu plus, de faire des efforts, de se la jouer fin.
C'était la première chose que tu voulais faire, pour eux.
Tu voulais qu'on leur accorde cette rédemption, tout comme tu avais pu trouver la tienne avec toi-même. Mais eux, ça n'serait pas suffisant. Il leur en faudrait bien plus.
L'aide d'un dieu, qu'on considérait juste.
C'pour ça que tu marchais vers le temple de Yurai, par cette envie de lui parler. Et ensuite, si elle accordait importance aux premiers mots que tu prononcerais depuis ton vœu forcé de silence, tu reviendrais victorieux vers les tiens. Encore une part d'égo, derrière tout ça ?
C'était toujours plus fort que toi, fallait-il croire.

A proximité du temple, la tête gardée droite et la queue relevée, tu sentais d'avance ton nom se redorer, ton acte devenir censé ! Et pourtant, il avait fallu que tu te stoppes, tout d'un coup.
Une odeur. Cette odeur.
L'odeur d'un frère, là-bas, sur qui tu poses tes iris violentes, alors que tes oreilles se couchent en arrière. Tu hésites un instant, mais pas bien longtemps, car déjà tu te reprends et accélère ton pas pour mieux venir le retrouver.
Au diable tes premiers mots pour une déesse, tu les réserverais à ton frère, ce cher frère !

« Hicham ! »

Voix rauque, enraillée, mais forte et porteuse d'une affection et d'une joie de le retrouver que tu n'aurais pas pensé avoir à ce point. Te voilà perdu dans la sentimentalité de retrouvailles, alors que lui-même n'en éprouve peut-être pas plus que ça pour toi, ce frère qui semblait partir sans jamais plus se soucier des autres.
T'y penses d'ailleurs, et ça te fait se stopper à sa proximité, sans venir le toucher. De tes souvenirs, il avait toujours été le plus contenu de vous tous. Tu passes d'une patte à l'autre, tu sens une honte que tu méprises te gagner un peu. Et ça te fait parler, beaucoup, alors que tu n'as plus l'habitude de ta propre voix à tes oreilles, te satisfaisant quand même de cette clarté regagné au fur et à mesure des phrases.

« J'suis...content de te voir, mon frère. Ça fait longtemps, ouais, j'ai merdé à partir comme ça, à jamais prévenir, à me barrer pour des raisons de merde, où il m'aura fallu du temps pour me rendre compte de leur puérilité, de ma puérilité. Mais j'partirais plus, j'vais rester, je veux trouver ma place ici. Ça n'excuse en rien c'que j'ai fais, ou plutôt c'que j'ai rien fait, mais j'veux me rattraper, tu sais. C'est pour ça que j'suis ici, tu vois. »

Tu racles à nouveau ta gorge, alors que tes oreilles se dressent en avant.

« Toi aussi, t'es ici pour eux ? »

Eux, la famille.
Votre famille.


Dernière édition par Jolitemps le Mar 10 Juil 2018, 12:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hiwell
». Affirmé
». Affirmé
avatar

Féminin » Nombre de messages : 3331
» Age : 21
» PUF : Messy ; Hiwell
» Date d'inscription : 24/07/2010
» Personnages :
AURÉLION - Nakhu
15 ans (22/06)

DESCADA - Nakhu
4 ans (14/06)

HICHAM - Raeder
4 ans [26/07]

» Feuille de perso'
» Points: 65

MessageSujet: Re: Au nom du père, de la mère, et de tous les autres [Pv. Hicham]   Mar 10 Juil 2018, 11:46

    C’était d’une étrange humeur qu’Hicham se retrouvait à fouler ce sol de ses pattes. Il s’amusait d’écouter la mélodie de la nature, rythmée par le très très discret et maigre clapotis de l’eau qui restait des glaciers.

    Enfin, des flaques.

    C’était en étant déterminé et pas trop sûr de lui en même temps que le jeune loup encore un peu pirate se rendait nonchalamment sur les terres sèches des Nakhus, là où l’odeur persistante de meute envahissait les naseaux du mâle brun. Les raisons pour lui étaient claires. Il cherchait cette fameuse église dont il avait entendu parlé, église censée abriter l’âme éternelle d'une déesse pourpre, la seule et unique corneille qui veillait sur les petits Nakhus. Il se demandait où était les dieux, avec les évènements qui s’étaient écrasés sur les habitants de Punk Wolf.

    D’abord, la malédiction qui avait emporté sa famille dans les profondeurs, le privant ainsi, lui et sa fratrie, de voir ses ainés et d’apprendre encore et encore. Et surtout, une chose dont le jeune Hicham ne se remettrait jamais : la privation de voir sa mère, qu’il adorait plus que tout au monde. À ces sombres pensées, Hicham, sensible, du alors stopper quelques instants sa marche pour serrer la mâchoire et tendre les muscles. Le loup d’habitude si fantasque, si ailleurs… devenait triste. Il avait l’impression d’ailleurs, qu’au bout d’un moment de leur vie, tous les loups devenaient tristes et ou déprimés. Quel joli sens à l’existence sur ces bonnes paroles ! À cela, nous ne rajouterons pas le fait que d’autres manques pesaient sur la conscience d’Hicham. Toute sa fratrie lui manquait, il avait l’impression de les voir en coup de vent, sans même prendre la peine de dire bonjour. Il ne voyait plus personne et sentait isolé. Teddy semblait avoir décédé tout seul dans son coin sans prévenir sans qu’on puisse retrouver son corps. Ses sœurs, cela faisait des années qu’il n’avait plus aucune nouvelle.

    Ensuite, les dieux ne semblaient absolument pas s’inquiéter de l’état de santé de toute la population cette fois, des terres de Punk Wolf. Cela faisait un moment que la sécheresse envahissait le territoire, mettant au plus mal les habitants. Un regard aux petites flaques d’eau qui se trouvaient à la place d’une paisible rivière autrefois ruisselante des glaciers fondus, et cela amenait un drôle de goût dans la gorge du jeune mâle.

    C’était donc pour toutes ces raisons et pour mettre un terme à sa tristesse qu’il avait décidé de se mettre en action, afin d’avoir au moins l’impression de faire quelque chose pour apaiser sa conscience et sa peine. Il se battrait ainsi jusque mort s’en suive mais il ne pouvait pas continuer comme ça, à errer dans la solitude et à se lamenter sur son sort. Il n’en avait pas le droit. Comme beaucoup de loups, Hicham était maigre à en faire peur, déshydrater et il ne s’était jamais senti aussi moche qu’en ces jours, et aussi faible, aussi. Le moral en prenait un nouveau coup.

    C’est alors qu’il se remettait enfin en marche, qu’il du se stopper aussitôt.

    Des bruits de pas galopant en sa direction, il n’eut même pas eu le temps de détecter cette odeur familière qu’il reconnut alors seulement à ce qu’il cru d’abord comme une apparition. On disait que lors de grandes sécheresses et d’une déshydratation intense, des mirages et des illusions pouvaient se faire ressentir. Mais alors ce mirage débitait des paroles qu’il eut un peu de mal à assimiler au début.

    Son prénom prononcé par la voix de Teddy le cloua un peu sur place, puis il l’écoutait, pleins de remords dans la voix et dans son habitude hésitante. Hicham resta stoïque en l’écoutant et en posant un regard vide dans le violacé de son frère perdu.

    Une fois qu’il eu terminé ses excuses et ses explications, Hicham, qui, d’habitude prenait vraiment sur lui dans ses situations, ne put empêcher ses larmes perler à ses iris.

    C’est alors qu’il se jeta sur lui dans un grognement pour le faire rouler dans la poussière. Puis, il enfouit tout simplement son front dans le pelage de son frangin.

    « T’étais où putain, dans des moments pareils, espèce de vaurien et de lâche, comment t’as pu tous nous laisser espèce de petit con, je te déteste mais tu m’as manqué bordel !! »

    Puis, alors il se ressaisit enfin, et se releva doucement, lâchant sa prise sur son frère. Il chassa ses larmes et regretta presque sa réaction. Mais il était fatigué et affamé, déshydraté, et manquait cruellement de force.

    « Désolé. »

    Il inspira un grand coup et hocha la tête pour répondre à sa question.

    « Je ne peux plus rester assis à rien faire, Teddy. Je veux pas les laisser devenir fous et mourir tour à tour. Je veux pas assister à ça sans essayer quelque chose. »

Revenir en haut Aller en bas
Jolitemps
». Timid'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 110
» Age : 23
» Date d'inscription : 09/09/2017

» Feuille de perso'
» Points: 400

MessageSujet: Re: Au nom du père, de la mère, et de tous les autres [Pv. Hicham]   Mar 10 Juil 2018, 18:46

Au nom du père, de la mère, et de tous les autres

Fiche

ft.Hicham
Été 2018.
4ans


Tout était en suspens, maintenant que ton frère te regardais droit dans les yeux. Ses yeux clairs, si vides, dans les tiens, ayant perdu l'espace d'un instant toute lumière. Tu pouvais pas afficher de regard brillant de fierté, dans une telle situation. En quoi tu aurais pu l'être, après tout.
Toi, grand mâle musclé qui n'avait pas manqué de nourriture durant ces derniers mois, qui n'avait eu à affronter cette chaleur étouffante et ce froid glaçant qui t'avait surpris en revenant errer sur ces terres. Tu avais bien connu le froid, à te perdre dans des chaines montagneuses. Mais jamais cette chaleur écrasante, qui rendait moité tes pattes et te faisait haleter au possible. Ton frère, et tous les autres, enduraient ça depuis si longtemps, à survivre tant bien que mal, à manquer de nourriture.
Il n'y avait qu'à voir sa maigreur, ses poils ternes dû au manque de nourriture et à quelques carences, sans doute. Alors nan, t'avais pas de quoi être fier, toi, tu te devais de ranger ton orgueil face à ce frère qui avait endurer les épreuves climatiques sans chercher à fuir, sans abandonner les siens.
Y avait de quoi t'en vouloir finalement.
Y avait de quoi avoir envie de te baffer, putain.
Toi, c'que t'aurais sans doute fait, ouais. Mais ton frère n'était pas comme ça, non ? Finalement, tu ne pouvais en avoir la certitude, au vu de votre relation tenue à distance durant toutes ces années. Tu le savais au moins assez respectueux pour ne pas te couper la parole, pour t'écouter parler jusqu'au bout. Et quand tu te tais, quand tu lui laisses l'occasion de s'exprimer...
Il pleura.
Ses larmes qui coulèrent serrèrent instantanément ton cœur et te firent entrouvrirent la gueule. C'était la première fois que tu le voyais pleurer, Hicham. Et de savoir que tu en étais responsable, ça t'fit t'sentir bien penaud, te faisant perdre la moindre trace d'assurance. Tu n'eus cependant le temps de les lui sécher, car il se jeta sur toi, d'une façon si imprévisible que tu t'écroulas sous son maigre poids, couvrant le brun de ton poil de cette honteuse poussière. Et alors que tu le soupçonnas de vouloir te planter ses crocs dans la gorge, il n'en fit rien. Son museau trouva bien ton pelage, pour mieux y sécher ses larmes. En guise de blessure, seulement quelques mots bien mérités.
Putain, oui, c'que tu avais été lâche ! Putain, oui c'que tu avais été con ! Tu poses ta tête sur la sienne, tu bouges ses cheveux de ton museau, alors qu'il perd sa tête contre toi.

« J'sais, j'sais putain, j'ai pas assuré. Y a des choses qui m'ont gavées, j'me suis laissé bouffé par une fierté de merde, et j'me suis barré, à deux reprises, toujours pour c'te même raison... J'mérite qu'tu m'traites de tous les noms, au moins pour c'te fois-ci. Et t'm'as manqué aussi, vraiment, 'frère. »

Un p'tit sourire vint étirer ses babines, en une expression désolé. Ouais, c'était sa façon de s'excuser auprès de lui, ça, de lui dire à quel point il pouvait s'en vouloir, d'avoir été si égoïste, si borné dans son égo, dans ses choix de vie merdique.
Alors, tu secoues un peu la tête, quand il s'excuse.

« Nan, t'as pas à t'excuser. C'moi, qui l'suis. Mais j'partirais plus maint'nant, j'resterais ici. Jusqu'à c'que tu sois un peu plus remplumé, au moins, hein. »

Ta queue bouge, t'essaye d'te montrer un peu taquin, alors que tu donnes de ton museau un petit coup sur son épaule. On avait bien le droit de détendre un peu l'atmosphère, nan ? Fallait pas rester si sérieux, ça donnait des rides avant l'âge.
Ce n'était cependant pas le moment de trop se laisser aller. Ils étaient là dans un but commun. Deux chemins empruntés pour un même objectif. Tu hochas la tête aux paroles de ton cadet.
Bien sûr, qu'il ne pouvait plus rester assis. Lui plus que toi, qui avait vu leur descente, qui avait assisté à leur mutation, quand toi tu avais préféré t'en aller. Savoir que maman, papa, vos frères et sœurs, finiraient par perdre la tête, par laisser l'eau de mer entrer dans leurs oreilles pour mieux noyer leur cerveau dans une saumure toxique. Par mourir.
Tu frémis, alors que tes iris violettes glissent sur le sol pour mieux regarder ailleurs.

« Personne mérite d'vivre ça. Et quand ça touche à la famille, c'est pire encore... Allez, viens. Allons la voir, c'te déesse. Si elle prétend aux valeurs de justice, elle sera la plus à même d'écouter cette requête. »

Tu te relèves, tu cesses de trainer dans la poussière, entrainant avec toi le mâle clair. Allez, debout ! Marchez vers cette église, foulez-la de vos pattes, frayez vous un chemin là où seuls ces loups de clans devraient se trouver.
Tu lèves la tête vers la statue qui s'impose au centre de la pièce, et où la source violette éclaire les environs. C'est joli, tu dois bien l'admettre.

« T'sais comment on s'adresse à une déesse, toi ? Peut-être qu'on aurait dû ram'ner un cadeau. Ou p't'être que notre seule volonté sera suffisante. »

T'as jamais trop étudié les dieux, alors t'sais pas. T'espère que votre cœur serait suffisant. T'étais prêt à lui offrir ton respect, à laisser ta fierté de côté, à lancer des fleurs à une autre personne que toi. Tu lui aurais cédé ton âme, si ça avait permis d'faire quelque chose pour c'te famille que tu désirais tant regagner...
Revenir en haut Aller en bas
Hiwell
». Affirmé
». Affirmé
avatar

Féminin » Nombre de messages : 3331
» Age : 21
» PUF : Messy ; Hiwell
» Date d'inscription : 24/07/2010
» Personnages :
AURÉLION - Nakhu
15 ans (22/06)

DESCADA - Nakhu
4 ans (14/06)

HICHAM - Raeder
4 ans [26/07]

» Feuille de perso'
» Points: 65

MessageSujet: Re: Au nom du père, de la mère, et de tous les autres [Pv. Hicham]   Ven 10 Aoû 2018, 17:15

    Le mâle aux yeux dorés regardait son frère intensément, rassuré d’entendre son frère promettre de ne plus jamais réitérer de départ. Ses mots concernant sa maigreur l’affecta quelque peu. Il ne s’aimait pas comme cela, même si il ne s’en était pas plus rendu compte que ça. Les proies étaient si maigres. L’espoir était de même. Mais, au fond de lui, une minuscule petite lumière s’était rallumée à la vue de son frère disparu. Il fut bien vite tiré de ses pensées, le jeune Hicham brisé, par un coup de museau taquin de son frère qu’il aimait tant, comme pour rappeler les moments passés à ses côtés et ceux à venir. Dédramatiser était une bonne idée pour le jeune mâle damné. Ce salopiaud de Teddy était d’accord avec lui cependant. Ils décidèrent donc de partir ensemble à la conquête des dieux.

    Ainsi ils se retrouvèrent à marcher vers cette église ou se cachait la corneille. Allaient-ils la trouver ? Ce mystère serait peut-être bientôt résolu. Ils essaieraient à nouveau, si elle répondait occupée aujourd’hui. Sans relâche, pensait-il. Lorsque leurs pattes foulèrent le sol presque frais de la bâtisse, Hicham fut pris d’une certaine émotion inexplicable. Comme un sentiment de grandeur. Son coeur accéléra sans qu’il comprenne vraiment pourquoi, certainement à cause du stress. La fontaine violette illuminait les yeux avec une élégante harmonie. C’était très beau, et Hicham fut quelques secondes presque envieux de ces petits loups de clan aux bijoux illuminés raffinés. Il jeta un oeil à son frère. Qu’allaient-ils dire ? Ou qu’allaient-ils faire ? Là était la grande question.

    « Une offrande, oui tu as raison. Nous aurions peut-être dû. Mais je pense que la déesse Yurai est assez sage pour comprendre les circonstances, expliqua t-il. Elle nous pardonnera, j’en suis sûr. »


    Leur volonté à sauver les leurs, la déesse devait certainement la sentir. Ils étaient peut-être étrangers au clan des Nakhus, mais leurs coeurs n’en étaient pas moins grands, ni moins sages en cette douloureuse situation dans laquelle ils se trouvaient tous les deux, réunis enfin.
    Il s’approcha de la statue, l’observa. Il s’assit, et invita son frère à faire de même.

    « Déesse Yurai… Nous sommes d’abord navrés d’avoir eu à nous introduire sur le territoire des vôtres. Mais nous sommes désespérés. S’il vous plaît, venez à nous, mesurez notre cœur… »

    À ces mots, il eut une idée. Il avait encore avec lui des jolies pierres semi précieuses de la même couleur que celle de la corneille. Ainsi, il déposa les trois pierres devant la statue en guise d’offrande.

    Il regarda son frère avec espoir.

    Yurai allait-elle les entendre ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au nom du père, de la mère, et de tous les autres [Pv. Hicham]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au nom du père, de la mère, et de tous les autres [Pv. Hicham]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Madeleine Barbara Force || Feat: Zendaya Coleman [Achevé]
» Anne ou Ernestine Boisvert n 1892 (Lewis Noe Boisvert Père Mathilde Ducharme Mère)
» Mon père a mis ma mère en cloque. Problème, mon père est un tyran. [Terminée]
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» Tommy Yugurei serpentard de père en fils [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: Terres Nakhu :: → Vallée des murmures-
Sauter vers: