Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 † Tombe la pluie † [Ezhekiel - Elaine]

Aller en bas 
AuteurMessage
O-Shana
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 442
» Age : 23
» PUF : O-Shana, LittleNouss
» Date d'inscription : 23/01/2017
» Personnages :
E
ZHEKIEL
Ethelkrus [J] - Alpha
10.5 ans (21/07/18)

#ccffff


M
AYURI
Nakhus - Adepte
4 ans (15/02/18)

#cc3366#ffcccc


N
EPHTHYS
Ethelkrus - Garde
4 ans (19/03/18)

#9933cc


E
OGAN
Nakhus - Louveteau
1 ans (18/02/18)

#3399cc


Kat
Solitaire
2,5 ans (18/03/18)


» Feuille de perso'
» Points: 675

MessageSujet: † Tombe la pluie † [Ezhekiel - Elaine]   Dim 05 Aoû 2018, 17:11

Tombe la pluie - Elaine



Je sentais la lassitude et l'épuisement liés à tous les événements qui avaient secoué les terres de Punk Wolf apposer leur poids sur ma carcasse usée. Le poids des années commençait doucement mais surement à s'insinuer dans mes muscles, et je ne pouvais plus prier que Kiro pour que les choses s'apaisent et reviennent à la normale pour ménager mon corps vieillissant. Loin de la chaleur, du manque d'eau et de nourriture. Si la chute du cerf de la Corneille laissait présager une amélioration, nous étions tous trop habitués aux drames pour nous réjouir en avance.
D'autant plus qu'elle avait été blessée. Si je l'avais perdu, que serai-je devenu ? L'ombre de moi-même au mieux, ou dans le cas le plus atroce j'aurai potentiellement pu laisser la folie inscrite dans mes gênes me faire oublier la douleur. Je revoyais mon cœur louper un battement, la terreur et l'horreur serrer ma gorge et anéantir toutes mes forces en l'espace d'un instant lorsqu'elle s'était prise le coup. J'aurai pu tout laisser tomber pour Joli cœur, loin était le temps où nous nous tournions autour comme deux farouches innocents. Nous n'étions plus qu'un, une âme et un souffle, une pensée et un cœur. Et si la vie passait sans nous laisser le temps de souffler, plus un instant ne pouvait se passer dans que nous ne sachions que l'autre était indispensable à la survie de l'autre. Même si elle continuait à être parfaitement insupportable à vouloir contredire ma parole suprême, je savais qu'elle équilibrait parfaitement mon impulsivité et mon caractère d'ours. J'étais apaisé, aussi simple que cela puisse paraître.
Alors la savoir blessée m'avait chamboulé. Je n'avais même pas eu beaucoup d'occasions de rester à ses côtés puisque la meute avait besoin qu'au moins un de leur supérieur parvienne à prendre les décisions qui s'imposaient. Comment appréhender les événements récents ? La cohésion qui avait pu naître de l'ensemble des lupins de ces terres, loin du cadre strict des meutes existantes pour lutter face à l'ennemi commun ? Je doutais d'une possible entente maintenant que le chaos avait en partie disparu. A vrai dire je n'avais moi-même que peu d'envie de voir les choses évoluer en ce sens, et je m'imaginais encore moins me débarrasser de ma méfiance à leurs égards. Je soupirai bruyamment devant la fontaine de l'Anaconda, figure vers laquelle j'avais décidé de me réfugier en cette fin de journée encore chaude. Les rares averses nocturnes, même si elles étaient salvatrices, n'avaient pas encore permis à Mère Nature de reprendre ses droits en certains territoires. Je m'étire une dernière fois avant de me détourner du lieu de prière et prends la direction de la surface.

Les ombres rougeâtres du soleil descendant éclairent la terre encore zébrée du marais où les nombreux princes de ces lieux ont quasiment tous disparus, morts à la suite de la désertification, ou simplement évaporés sans que l'ont ne sache où ils ont bien pu aller trouver refuge. Là encore, mon esprit divague, espérant le retour à l'ancien temps, lorsque les choses étaient tournées vers la reconstruction des nouvelles meutes. Retrouvera-t-on un jour ce que nous avons perdu à la suite de l'assèchement ? La beauté de nos terres s'est effritée, en rythme avec les sillons qui ont creusé la terre desséchée. Il faudra du temps, et bien plus que quelques averses pour permettre à la nature de se régénérer. Qu'allons-nous laisser aux générations futures, si ce n'est des vestiges et des contes sur les grandes étendues verdoyantes ? Une fois de plus, je prie Kiro d'être clément et les dieux de nous apporter une solution. D'ici là, nous travaillerons à notre échelle pour faire resplendir les terres Etelkrus. Je me mets à avancer d'un pas lent, balayant l'horizon du regard, et laissant la poussière voleter énergiquement autour de mes pattes, outrée que je vienne perturber son repos.

C'est à ce moment que je ressens sa présence, que je sais que mon âme va être pansée et ma matière grise apaisée. J'avance, vers cette silhouette que j'apprécie tant, tel un insecte attiré par la plus belle des lumières. Je me fais vieux, je deviens sentimental et l'admettre pique mon ego, mais après tant d'aventures pourquoi m'obstiner à faire celui qui n'est qu'une coquille vide ? J'ai besoin de ma femelle. Alors je la rejoints, et fourre ma truffe dans le pelage dru de son cou. En fermant les yeux, et en m'imprégnant de cette odeur, je pourrai presque omettre tout ce qui nous attends aux prochaines lueurs de l'aube. Presque.
Avec les derniers rayons, je sens également les premières gouttes régénératrices être délivrées par le léger amas de nuages qui trônent haut au-dessus de nos têtes. Le silence est brisé par le bruit des fines gouttes qui commencent à jalonner le sol et à teinter la terre d'une couleur plus marquée. La poussière a cessé de s'alarmer, collée au sol par les larmes de Mère Nature. Et je reste là, attendant que ma douce Elaine daigne me prouver qu'elle va bien, que sa blessure n'était que bénine, et que notre avenir sera bien plus beau et heureux que ces mois passés.


Code © Adrenalean sur Four Seasons
Revenir en haut Aller en bas
Oysteria
» Modo'
» Modo'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 659
» Age : 20
» Date d'inscription : 04/02/2017
» Personnages :
ÉLAINE
5 ans ½ (13/05)
Etelkru | Alpha


ARLESTON
9 ans ½ (27/01)
Lazuli | Combattant


BETH
5 ans (18/12)
Nakhu | Adepte


MADELEINE
6 ans (23/01)
Lazuli | Combattant


MARS
4 ans ½ (18/03)
Solitaire | Chef de gang


» Feuille de perso'
» Points: 115

MessageSujet: Re: † Tombe la pluie † [Ezhekiel - Elaine]   Dim 05 Aoû 2018, 19:49


    Élaine

    Il pleut. Le Château naturel est plongé sous une averse démente, rendant la roche rendue sèche et acérée par la sécheresse brillante et sombre, et une fine couche de mousse apparaît peu à peu. Les longs dédales desservant les grottes individuels sont plongés dans une ambiance lourde, propice à la guérison et au silence blessé. Un clapotis régulier résonne, des gouttes s'écrasent dans une flaque d'eau, autorisées par les pierres protectrices. Dans une des grottes, la plus-si-jeune Élaine panse ses plaies. Elle n'a pas été touché de façon sévère, une griffure par-ci, un hématome par-là, et une atroce sensation de pression sur ses côtes. Sinon, elle s'en tire plutôt bien. Elle rit doucement, lui arrachant une douleur au passage, en se disant qu'à chaque rencontre avec un cerf, fou ou non, ses côtes sont toujours frappées d'une façon ou d'une autre. Elle repense alors à la dernière rencontre avec un des rois de la forêt, enneigée à l'époque, et du combat sanglant qu'avaient mené Ezhekiel et Élaine. Elle sourit d'une façon béate tout en massant d'une patte experte sa cuisse avec des plantes, et mâche en même temps une feuille de camomille pour se détendre. Elle se mordille la babine inférieure en repensant à l'après-combat, quand le cerf gisait sur le sol, son sang colorant la neige d'une teinte carmin divine. Elle et lui s'étaient unis, il l'avait prise, mais pas seulement son corps, il lui avait pris son esprit, ses pensées, son cœur. Elle sent une chaleur se diffuser dans ses joues et dans son bas-ventre. Ezhekiel est devenu si important à ses yeux, alors qu'au début, tout semblait les diviser. Mais à présent, elle est accro à lui, à son odeur et son haleine chaude, ses yeux ténébreux et doux à la fois, son pelage aux reflets de cornaline, ses railleries incessantes et son air taquin. Il est devenu son tout. Elle baisse la tête, triste de ne pas pouvoir présenter son cher et tendre à ses parents. Un messager les avait retrouvé, sur la Grève Gelée, enlacés et pris dans la glace. Leurs corps étaient intacts, et elle avait pu voir de ses propres yeux l'expression sereine de ses deux parents. Entre les longs cheveux blancs de sa mère, Salazar s'était lui-même abandonné à la mort. Une larme perle aux cils d'Élaine, elle renifle pour la chasser et secoue la tête. Elle ne doit pas penser à ça, pas maintenant. Elle se réserve le droit de pleurer ses parents quand il n'y aura plus aucun problème au sein des siens. Ses longs cheveux frisés sont secs et rebelles, et son corps tout entier semble avoir subi les effets de la sécheresse. Svelte de nature, la belle Élaine n'a plus que la fourrure, la peau et les os. Ses articulations, ses tendons et ses os sont saillants. Ses épaulettes d'or, autrefois rutilantes, sont couvertes d'une fine pellicule de poussière, ses bracelets ne tiennent aussi correctement qu'avant et elle doit faire attention de ne pas les perdre. Elle laisse son esprit vagabonder, elle repense aux siens qui se sont battus avec bravoure.Le combat avec le Cerf Fou de Yurai a été rude, long et particulièrement dur à suivre dans un aussi petit espace que le temple de Yurai. Malgré tout, les Etelkrus se sont battus avec force, portant la fierté de leur meneuse au plus haut point dans son cœur. Elle repense à Lucie, si jeune et déjà si courageuse, et elle note mentalement d'aller la féliciter de ses actes guerriers.

    Ses pensées divaguent à nouveau vers Ezhekiel et alors qu'elle finit de s'appliquer la sève d'une écorce miraculeusement épargnée par la sécheresse, elle se décide à aller le trouver. Elle sort de sa grotte avec rapidité, ignorant le ploc-ploc qui résonne toujours dans le couloir. D'une démarche chaloupée et élégante, elle descend vers la cour intérieure pour sortir et rejoindre là où elle sent qu'il est. Au temple de Kiro. Bien qu'Ezhekiel soit un rustre par instant, elle sait qu'il est pieux et respecte son dieu, ce qui fait de lui le parfait alpha, à ses yeux. Elle salue au passage quelques loups, puis prend la direction du Marais. Il ne pleut plus, l'air est lourd et chargé d'électricité. Un orage semble se présenter. Elle lève la truffe vers le ciel gris et les nuages pesants semblent confirmer son pressentiment. La nature reprend peu à peu ses droits, à commencer par le ciel et la pluie. Une odeur nauséabonde lui confirme qu'elle arrive près du temple. Les marais ont été asséchés, quelques carcasses de crocodiles trônent au milieu des lianes devenues cordes sèches. Les insectes volent en nuées, les moustiques barbotent à la recherche de sang frais. Elle se faufile, évitant tous les pièges marécageux puis se trouve devant l'entrée du temple. Elle attend, hume l'air et son cœur s'agite. Il est là, son odeur est ancré dans l'air. Elle s'assoit et attend. Elle ne voudrait pas le déranger en pleine prière, ou en pleine confession.

    Et puis, un ange apparaît. Elle sourit, attendant qu'il la voit et elle se rend compte d'un coup qu'il la sentit. Pas avec sa truffe, mais avec son cœur, avec son âme. Elle sourit encore plus quand il lève la tête et se blottit contre elle, sa tête dans son cou, et elle sent le pendentif en forme de lune qui porte le liquide orange de Dairo briller d'une lueur plus forte. Elle dépose une tendre lèche sur l'oreille de son partenaire, et plonge sa tête dans le cou d'Ezhekiel. Un frisson parcourt son corps maigre, et elle se sent à sa place. Un clapotis familier retentit à nouveau, alors que la pluie commence à tomber doucement, à la manière timide d'une averse estivale. Bientôt, elle labourera la terre d'une violence inouïe mais la pluie elle-même semble savoir que la violence est la dernière chose qu'il faut au couple d'alpha. Doucement, elle se dégage de son étreinte et dépose un baiser sur la truffe de son bien-aimé. Elle sourit d'une manière qui veut dire « tout va bien ». Et ses yeux se bordent de larmes. Dans un élan d'émotion, elle se jette sur lui et se blottit tout contre lui, jusqu'à ce que ses poils beiges et blancs se mêlent aux siens cendrés. Elle le regarde à nouveau et sa voix transperce l'épais marais.« Tu m'as manqué, tu sais. Et je vais bien, ne me regarde pas comme si j'étais une revenante. »Un rire cristallin sort de sa gorge, le premier depuis bien des lunes. Elle sourit, heureuse d'être auprès de celui qu'elle aime. Qui aurait cru que ce rustre misogyne finirait par devenir l'être le plus important à ses yeux ? En tout cas, pas elle.
Revenir en haut Aller en bas
O-Shana
». Débutant
avatar

Féminin » Nombre de messages : 442
» Age : 23
» PUF : O-Shana, LittleNouss
» Date d'inscription : 23/01/2017
» Personnages :
E
ZHEKIEL
Ethelkrus [J] - Alpha
10.5 ans (21/07/18)

#ccffff


M
AYURI
Nakhus - Adepte
4 ans (15/02/18)

#cc3366#ffcccc


N
EPHTHYS
Ethelkrus - Garde
4 ans (19/03/18)

#9933cc


E
OGAN
Nakhus - Louveteau
1 ans (18/02/18)

#3399cc


Kat
Solitaire
2,5 ans (18/03/18)


» Feuille de perso'
» Points: 675

MessageSujet: Re: † Tombe la pluie † [Ezhekiel - Elaine]   Lun 06 Aoû 2018, 22:05

Tombe la pluie - Elaine




Je profite de son contact sans honte ni vergogne. J'aurais aimé que l'instant perdure, que nous ayons la possibilité de rester ainsi sans avoir à s'interroger sur l'avenir. Mais évidemment l'un comme l'autre savons que ce rêve un peu fou ne pourra voir le jour qu'à notre trépas. Alors j'accepte le fait qu'elle s'éloigne, que le contact soit rompu et l'étreinte brisée. Son sourire me fait bien vite oublier cette étincelle de tristesse qui tentait de me saisir. Je ne trouve pas les mots, la laissant me baver sur la truffe affectueusement. Ma gorge est nouée tandis que mon cerveau a du mal à accepter que nous sommes sains et saufs tous les deux. Elle est tellement radieuse ma guerrière de potiche. Je la revois encore en ce jour d'hiver ou seule la couleur de la pureté avait envahi ses traits délicats. Et si même dénuée de toute marque distinctive elle trouvait grâce à mes yeux, la singularité de son tatouage, de la couleur de jais de sa chevelure qui mettait en avant ses yeux de glace et plus généralement tout ce qui faisait que Joli Cœur était Joli Cœur revêtait de la valeur à mon sens.

Je ne sais ce qu'elle parvient à décrypter dans mon attitude, mon regard ou ma posture. Épuisement ? Stress ? Peur ? Peut-être tout cela à la fois. Le fait est que je vois ses yeux si bleus s'embuer avant qu'elle ne se jette à mon cou. Le timbre délicat et plein d'émotion de la belle résonne dans cette terre malmenée, rayon d'espoir dans une plaine asséchée et dans le cœur d'un vieux loup. Je laisse ce son envahir mes oreilles, mon cerveau et mon être avant de répondre d'une voix rauque.

« Es-tu sûre de ne pas être une revenante ? N'est-il point envisageable que ce minois soit celui d'un ange venu me châtier ? » Je lui lance un regard taquin, et esquisse un sourire malicieux, fier de ma pointe d'humour. Ma patte passe par-dessus son cou, l'attirant au plus proche de moi, puis je colle ma truffe sur le sommet de son crâne. « Tu m'as manqué également Joli Cœur, à me demander si nous finirions par profiter d'un temps ensemble bien mérité. Que dirais-tu d'une virée sous la pluie ? Je ne me souviens même plus de l'effet que cela peut produire, la boue autour de nos pattes, le poil lourd et humide... Voyons avec quelle rapidité tu te plaindras ! »

Je ricane, certain qu'elle tentera de se venger de ma petite remarque d'une manière ou d'une autre. Les dés étaient jetés, j'allais devoir surveiller mes arrières si je ne voulais pas finir avec de la gadoue dans les oreilles ! Je la libère d'un œil rieur et commence à m'ébrouer tel le cabot de bas étage que j'étais à l'origine. Nos cœurs au diapason, je sais que la nuit sera bonne et l'esprit ragaillardi par notre petite sortie. Savoir que nous allions passer du temps ensemble, seuls, faisait un bien fou. La dernière fois où nous avions pu nous retrouver de la sorte était lors de notre combat face au roi de la forêt. Et tous savaient ce qu'il s'en était suivi d'ailleurs. Mes babines se retroussèrent sur un sourire fier et machiste.

Je me mets à lui tourner autour en trottinant. Autant pour l'inciter à bouger, que pour laisser nos fourrures se frôler. Mais aussi et surtout, pour l'énerver un peu, parce que c'est quand même rudement sympathique de titiller de la femelle. De sa femelle, la sienne, à soi et à aucun autre.

Allons-y ma douce, dansons. Valsons au rythme de la pluie et du cycle de la vie qui ne cesse de nous faire virevolter. Profitons. Ensemble, encore et encore sans que jamais la mélodie ne s'éteigne.

Code © Adrenalean sur Four Seasons
Revenir en haut Aller en bas
Oysteria
» Modo'
» Modo'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 659
» Age : 20
» Date d'inscription : 04/02/2017
» Personnages :
ÉLAINE
5 ans ½ (13/05)
Etelkru | Alpha


ARLESTON
9 ans ½ (27/01)
Lazuli | Combattant


BETH
5 ans (18/12)
Nakhu | Adepte


MADELEINE
6 ans (23/01)
Lazuli | Combattant


MARS
4 ans ½ (18/03)
Solitaire | Chef de gang


» Feuille de perso'
» Points: 115

MessageSujet: Re: † Tombe la pluie † [Ezhekiel - Elaine]   Dim 12 Aoû 2018, 22:54


    Élaine

    Élaine ne peut pas, ne veut pas, quitter Ezhekiel du regard. Ses prunelles si chaudes, si douces et si brûlantes en même temps. Elle voit en lui tout ce qu'elle n'est pas, une puissance exquise, une maîtrise de soi-même et surtout, une capacité à prendre du recul, à vivre les choses sans se poser de questions, sans se trucider l'esprit. Mais elle aperçoit aussi une faiblesse, une faille adroitement camouflée, et c'est cette petite étincelle qui la rend folle de lui. Si fort, et si doux, si courageux, et pourtant si blessé dans son âme. Elle sourit, bêtement quand il la taquine. Il attrape son cou et la traite comme elle traite les louveteaux. Elle rit, encore, et fait mine de se débattre avec très peu de motivation. Elle aime qu'il la taquine. Elle hoche la tête, acquiesçant ses paroles et quand il lance un défi, elle sent un frisson d'adrénaline lui parcourir l'échine. Elle rit, encore une fois, et son ricanement lui donne envie de le mordre avec une bêtise réservée aux jeunes.

    « On verra si tu tiens le coup, papi. »

    Elle sourit en le voyant s'étirer, puis elle le suit des yeux, tout d'abord presque ignorante, puis peu à peu, un sourire carnassier se dessine sur ses babines, il l'asticote, l'embête et lui tourne autour comme une guêpe envahissante. Elle donne des coups de gueule dans le vide, comme pour le chasser, puis grogne doucement, pour l'énerver, lui aussi. Elle secoue son corps fluet et élancé puis profite qu'il passe derrière elle pour bondir en avant. Elle se met à courir à corps perdu, langue pendue pour réguler sa température. Le Marais n'était pas le meilleur parcours pour ce genre de jeux, mais il rajoutait du piment. Il faut éviter les arbres aux racines apparentes, les flaques de boues, les carcasses de crocodiles, les lianes, l'eau stagnante croupissant et abritant une nuée de moustiques. Elle sourit, et lance un regard derrière elle pour être sûre que son vieux compagnon la suit. Elle tremble un peu, grisée par le plaisir de s'amuser, après toutes ces épreuves qu'ils venaient de traverser. Elle saute au-dessus d'une racine, puis passe en-dessous d'un tronc d'arbre tombé. Elle sent l'acide lactique se répandre dans ses muscles, les engourdissant, elle sent les picotements de l'effort sur son corps trop peu hydraté. Mais elle s'en fiche, dans cette immense terre qui est la leur, celle des Dieux, seuls les deux alphas comptent.

    Seuls les deux louveteaux aux corps d'adultes comptent, à jouer à chat, avec une faim de loup l'un pour l'autre, l'une proie, l'autre prédateur. Pour s'amuser, elle regarde derrière elle et ne voit plus son compagnon. Elle se stoppe, regarde autour d'elle à la recherche de son loup d'ébène mais elle ne voit rien d'autres que des lianes sèches, et des immenses cimes d'arbres, aux multiples branches. La pluie s'abat sur sa peau, une certaine inquiétude s'empare d'elle, et elle sent son chignon glisser à cause de l'eau. Elle va friser quand elle va rentrer au bercail. Elle regarde partout et d'une voix peureuse, elle lance :

    « Chéri ? Ezhek ? EZHEKIEL ? »

    Mais sa voix ne rencontre qu'un écho étouffé. Elle se recule, bute sur un tas d'os qui traîne là. Elle se retourne et voit que c'est la carcasse d'un loup, un des siens. Un frisson terrible lui prend la gorge, et le sentiment d'être en danger l'assaille. Pourtant, elle était sûre de ne pas être allée trop loin, ni trop vite. Non, vraiment. L'alpha se perdrait-elle sur ses propres terres ?

    Mais où est ce loup aux reflets de cornaline, à la fin ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: † Tombe la pluie † [Ezhekiel - Elaine]   

Revenir en haut Aller en bas
 
† Tombe la pluie † [Ezhekiel - Elaine]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Solitude, amie de mes nuit, et tombe, tombe la pluie... [Privé]
» - [ Tombe la pluie ] - ( PV )
» [#11] ? Plic plopc tombe la pluie [TERMINÉ]
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» La pluie tombe [Libre au Clan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Terres Etelkru
 :: → Marais aux lianes
-
Sauter vers: