Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 {Passe Ventue} When the dead that once spoke in your ears, become real. [Aman]

Aller en bas 
AuteurMessage
Dee
».Habitué'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 752
» Age : 22
» Date d'inscription : 02/01/2015

» Feuille de perso'
» Points: 471

MessageSujet: {Passe Ventue} When the dead that once spoke in your ears, become real. [Aman]   Ven 21 Sep 2018, 13:17

«Marianne, of my heart, how it beats for you still. Beyond each suffered heart, yet it beats for you still. At the dawn, wrongs are suffered, inflicted at will. They were written on seams, of a heart that still beams.»



Fatigue dans les muscles, fatigue dans la chair, fatigue dans la peau, les os, la tête. Plus les jours passaient, plus Amon ne ressentait qu’une grande fatigue dans tous ses membres. Ses traits froncis accusait brusquement la fatigue accumulé dans les derniers jours. Quelques heures ne suffisait qu’à peine,  car les cauchemars revenaient sans cesse. Sa voix semblait épuisé lorsque le soir venu, il venait parler aux étoiles. La plupart de ses petites peaux ; paupières, babines, oreille s’effritait doucement dans l’air du vent qui, pour la première fois depuis des mois était finalement frais et doux. Cependant, le vieil Etelkru ne manageait ni son temps, ni sa fatigue. Haletant, crevant de fatigue, presque endormis, le corps d’Amon serpentait aux travers les hautes herbes de […], le ciel pesant sur ses épaules, le guidant comme jamais vers sa fin prochaine, comme une mère dépose sa main sur l’épaule pour guider sa progéniture dans les nuits plus sombres.

Il traversa la prairie plus lentement cette fois, car la fatigue de cette promenade commençait à se faire sentir sur ses vieux muscles. Il s’arrêta un moment, au près d’une rivière et des larmes vint assujettir ses grands yeux turquoises, détruisant le fin reflet de l’eau calme, projetant un deuxième ciel, cette fois sur ses pattes. Amon avait si peur, était tellement perdu qu’il se vit grogner dans l’univers, pour se rappeler à lui-même qu’il était bien seul avec sa douleur et qu’il ne pouvait rien y faire.

Quelque part, un rire retentit, le soupir de ses ancêtres l’appuyait encore sur son destin. Il jeta un dernier regard vers le ciel, fronçant les sourcils en voyant que la constellation du lieutenant était disparu. Malheur et honte vint susurrer dans son oreilles les tambours de leur guerre. Le son retentissait tellement fort qu’Amon finit par voir rouge. Il fut tout près d’appliquer un grand coup de croc sur une branche basse, ; mais il était écrasé par un chaos de sentiments contradictoires : la honte, la fureur, un reste de timidité, de loyalisme envers ses traditions qui ne disait à présent plus rien, car il était seul. Mais il n’oublia pas ses neveux qui n’était que de vague souffle de souvenir. Et il pensa à sa progéniture qui, vigoureusement, cherchait à survivre avec les nourrices de sa nouvelle famille.

Soudain, le chasseur ressentit une honte, un sentiment de danger et releva la tête. Au loin, une forme incertaine se détacha de l’horizon. Ses yeux brillaient comme des étoiles, mais ne ressemblait à aucun ciel qu’Amon connaissait. Qui était-ce donc cette comète qui traversait son univers ? Un grondement sourd retentit, pour repousser l’inconnu. Une flamme de rage passa dans le regard bleuté du disciple de Kiro alors que son glowstick réagis avec intensité au rythme des pas de l’inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Vano
». Timid'
avatar

Masculin » Nombre de messages : 63
» Age : 18
» PUF : William Blackwell
» Date d'inscription : 25/08/2018
» Personnages :
    LIEUTENANT. A
    EREBE

    mâle de 14 ans
    ressuscité
    lazulis disciple
    d'ao


» Feuille de perso'
» Points: 0

MessageSujet: Re: {Passe Ventue} When the dead that once spoke in your ears, become real. [Aman]   Ven 21 Sep 2018, 16:57

E
n une seconde une suite d'actions firent s'envoler une tempête; un simple battement d'aile, une larme dans la rivière. Étranglement dans la gorge, l'air se fait court, c'était ainsi qu'on l'avait accueillit. " tu es revenu ? " la véritable question -plus appropriée- restait " quand es-tu parti ? "
on lui raconte ce qu'il a laissé derrière lui, on lui grogne ses fautes et tourments, mais il reste droit : impassible. On n'atteint pas un mort avec de la simple poussière. Mais une larme venait de tomber dans la rivière. Pas la sienne, oh non, pas la sienne, mais celle de son sang. Carcasse à peine vivante qui accuse les étoiles de sa démence. C'était presque risible, presque questionable, presque honteux, mais là ne vont pas ses sentiments.
Vif éclat bleu, froissement de son écharpe; il s'avance. Amans ne s'arrête pas, il laisse tomber l'arme et l'armure pour cette proie - sa descendance.


— Pourquoi ces larmes, enfant. Maintenant si proche, le presque mort presque vivant posa son unique regard ainsi que son dévolu sur l'être décharné qui se trouvait être son enfant. Tu n'aurais pas du voir le jour, est-ce pour cela que tu pleures ?

Mots qui tombent du ciel, foudre divine teintée de soupçons, vivacité dans le timbre qui se veut dur.  Parce qu'il est comme ça, inatteignable, même dans le ciel ces étoiles n'étaient qu'un écho : lui était sous terre, entre les vers et les blattes, à se faire dévorer, à pourrir, à sentir sa peau quitter son squelette et lui même trembler de froid.
Il n'avait aucune raison, aucune moral, il n'était pas venu pour le relever, il était venu se pencher au dessus du berceau pour mieux disparaître par la suite. Cet animal de malheur.
Pourtant, celui-ci attirait particulièrement sa curiosité, presque malsaine, il veut voir le dénouement. Il veut voir l'enchaînement qui s'en suivra de cette apparition - divine ? - sûrement pas.



— Tu parles trop au ciel, tu en demandes trop, regarde toi.

A quoi bon se battre contre du vent. Si seulement, oui si seulement, Lieutenant avait hérité d'un peu plus d'humanité. De tendresse. A la place, il se contente de scruter, de contempler les angles étranges que prend l'âme. Amon s'il se tient devant toi c'est parce que ton âme hurle en se tordant, en s'enroulant sur elle même pour mieux bouffer sa queue, pour mieux se dévorer de l'intérieur. S'il se tient devant toi, c'est pour mieux sentir ton souffle, celui d'une mort proche, celui d'une folie envahissante, qui n'a pas lieu d'être.

Il ne veut pas te relever, mais il ne veut pas te pousser non plus. Lieutenant s'assit alors, calme, comme la surface d'un lac, immense. " mais une larme est tombé " dans ce lac.  Et ça a perturbé ce silence morbide, ce silence inquiétant. écorchure sur son visage qu'on nomme aussi gueule, elle se tord en un faible sourire, c'est presque mal.
Revenir en haut Aller en bas
Dee
».Habitué'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 752
» Age : 22
» Date d'inscription : 02/01/2015

» Feuille de perso'
» Points: 471

MessageSujet: Re: {Passe Ventue} When the dead that once spoke in your ears, become real. [Aman]   Mar 25 Sep 2018, 20:50

Tout à coup, sans qu’il n’y eu d’avertissement, un nuage de tristesse se répendit sur son aimable physionomie, ses yeux devinrent rapidement rouge de haine, d’angoisse et de questionnement. Qui était-ce donc réellement cet étranger ? La pointe des pommettes du vieil Etelkru rougirent. Sa fureur tomba soudain, comme une corde trop tendue qui casse. Amon fit des efforts terribles, avala sa haine une dernière fois, se raidit. Froid, ses yeux semblèrent se détacher de son corps. Seule la lueur de son glowstick sembla trembler dans son iris fendu. Lorsqu’il croisa enfin le regard de l’étranger, son monde sembla se bousculer.


M’emportera tu dans tes bras ? Me déposera tu dans un immense lit de campagne ou je m’endormirai aussitôt ? Le vent de la colère divine sembla agiter les flots de ses poils grissonnant. La nuit étant très sombre, il distingua à peine, en face de lui, les sillons de ressemblance que partageait leurs atomes. L'orage gronde et tord les arbres. La cervelle brouillée, perdue par l'incompréhension des mots étranges qui sortait de la gueule de l’étranger. Ces mots n’étaient que très peu différent de tout ce qu’il entendait, toute la journée. Si proche à la fois…Puisqu'il ne faisait entendre aucun grondement, c'est que le danger n'était ni prochain, ni proche, ni advenant. Amon ne verrait jamais la fin d’un combat. Car l’étranger portait désormais un nom.

- Cette désillusion si proche de l'écoeurement…Les étoiles et mes ancêtres ne me donneront donc jamais rien de plus que de la mort en chair, n’est-ce pas ?

L'esprit du grand fils d’une crocodile et d’un chien était parcouru des impressions isolées et découvri de proche en proche le sens du tout.

- Ce ton impérieux m'étonne. Je suis perdu dans des rêveries et des lectures sans fin ni fond et voilà que vous arrivez et je commence tout juste à glisser, sans fin entre mes crocs, vers la fin de ma vie.

 Et la vie continue. Et la vie recommence. Et la vie entraîne tout. Amon voudrait savoir qui il était. Il se demanda, alors qu’il regardait la mort elle-même marcher, si on plaçais la vie en cercueil, était-ce la mort ? Le brun posa un regard vide de sens sur les iris bleu ciel de son géniteur.

- Comment distinguerait-on théoriquement votre narcissisme de votre égoïsme dans cette situation ? Or, à mon avis si vous la voulez, le vôtre est plutôt facile à distinguer. Or, je pleures puisque le ciel s’est de nouveau remplis de ma chair, mais je ne peux que la guetter. Elle m’eu été impossible de la retenir, elle vieillit et puis elle meurt. Vous en savez bien quelque chose, n’est-ce pas ?

Sa voix était fraîche et pénétrante. Légèrement voilé par la fatigue et la vieillesse et la honte et la colère. Et comme la majorité de sa vie, il l’avait forcé pour arriver au bout de sa tirade et il ne put que garder un aspect distant sur sa copie. Cette copie n’était-elle pas qu’un pauvre rêve guidé dans sa tête par ses ancêtres comme il en avait vu tant d’autre ?
Revenir en haut Aller en bas
Vano
». Timid'
avatar

Masculin » Nombre de messages : 63
» Age : 18
» PUF : William Blackwell
» Date d'inscription : 25/08/2018
» Personnages :
    LIEUTENANT. A
    EREBE

    mâle de 14 ans
    ressuscité
    lazulis disciple
    d'ao


» Feuille de perso'
» Points: 0

MessageSujet: Re: {Passe Ventue} When the dead that once spoke in your ears, become real. [Aman]   Mer 17 Oct 2018, 15:42

L
ieutenant plante son regard froid dans la peau de son héritage, il déchire la chair et le cartilage pour s'incruster dans le fond de son âme. Il soupire car il comprend bien vite son erreur; il n'aurait jamais dû avoir de progénitures, avec une femelle qu'il ne désirait pas, avec un coeur qu'il ne supportait plus. Mais maintenant il devait faire face, face à l'étrangeté de cette situation et surtout à cet esprit en peine qui trouve le confort dans les étoiles et les murmures. Le borgne esquissa un demi sourire, tranchant sur son visage, impureté laide et odieuse.



— Ta folie te tue mon fils. Un pas en avant, il posa son museau contre le flanc de l'animal perdu en face de lui et se recula dans le même souffle. Cela n'avait duré qu'un bref instant, juste pour prouver au mensonge que la mort n'avait plus d'impacte sur lui.

Lieutenant prit une longue pause avant de reprendre, comme si c'était nécessaire. Comme s'il avait gardé la tête sous l'eau trop longtemps et que la pression le faisait trembler; cependant il n'en était rien. C'était juste pour user les nerfs, pour jouer avec la patience de son enfant.

— Je suis navré mais cette réalité est palpable, je ne suis ni narcissique ni égoïste, je suis las de voir les humains se briser pour un rien, tu es faible et tu n'es pas le seul. Mais dans le cas présent, je dois m'en charger, car si les inconnu me navre, toi tu me fais honte, car tu portes mon sang et je ne laisserai pas mon sang tâcher ainsi mon nom.


Lieutenant s'assit, redressant au passage le pan de son foulard, il détourna le regard. Cela allait bien vite l'agacer si Amon continuait de vomir cette poésie de trop et ce pathos qui n'avait pas lieu d'être. De plus, il voulait retourner s'enfouir sous ses lectures et oublier le temps qui passe, car l'ennuie était devenu plus fort que la survie.
Revenir en haut Aller en bas
Dee
».Habitué'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 752
» Age : 22
» Date d'inscription : 02/01/2015

» Feuille de perso'
» Points: 471

MessageSujet: Re: {Passe Ventue} When the dead that once spoke in your ears, become real. [Aman]   Mar 13 Nov 2018, 02:27

Quand les années auront passées, vous trouverai sous terre, mon squelette enlacé avec la terre de mes ancêtres, et vous verrez combien Amon, fils de Lieutenant et de Maât, sang chaud de Toutankamon avait tenu en vie.

Les cloches ne sonnaient plus dans la tête d’Amon, son cœur c’était tue alors que les paroles de son paternel lui glissa dans les oreilles. ‘’Ta folie te tue, mon fils.’’. Et d’où venait donc cette propre folie ? Et une honte incommensurable recouvrit la chair, dansa dans son sang alors que le museau, presque chaud du paternel venait se déposer sur sa chair comme se pose un oiseau sur un arbre, pour se reposer de son grand voyage. Quel était donc cet angoisse qui l’empêchait de respirer ? Qui le faisait tenir en haleine dans le silence de son géniteur ? Un grondement trembla dans sa gorge lorsqu’il posa un nouveau regard sur celui-ci, sa flèche brillant de plus en plus fort dans l’air autour d’eux. Ils n’étaient plus seuls, Amon ressentait le regard des perdus se mélanger dans ses yeux, souffler dans les paroles de son géniteur. Qui était-ce donc réellement ce canidé, qui possédait un souffle puérile qui le laissant haletant, patentant d’une maladie incertaine et d’un envie hors du commun de toucher la mort qui l’avait arracher à son monde il y a plus de dix ans. Avait-il rencontrer ses ancêtres ? Et Maât ? Comment l’avait-elle toucher avant d’aller mourir comme un paria qui avait fait un dernier adieu à la vie, lui balançant une progéniture hors du commun, une progéniture qui n’était même pas doté d’amour ?

-Et puis vous, comment osez vous ne pas avoir honte de vous ? Mettre au monde des larves que vous avez laissez regarder leur mère cocon mourir dans d’atroce souffrance ? Je ne cacherai pas, dans ces yeux qui sont les vôtre, que j’ai honte d’exister. Mais à quoi bon s’acharner toute une vie, si cette vie ne vous laisse pas mourir ?

Amon jeta un regard haineux dans les yeux de son paternel, qui, au fond n’avait rien à dire puisqu’il ne l’ai avait pas élever.

-Mon père est mort il y a 6 ans, mon géniteur n’a jamais vraiment exister. Vous êtes son vestige, certes et je respecte avec certitude les vestiges des anciens qui sont passé avant moi.

Amon marqua une pose avant de se secouer, les sillons de ses larmes séchant par le fait même.

-Soyons donc une honte mutuellement, car le destin en est ainsi. Je suis honteux d’avoir un géniteur que je n’ai jamais connu et vous avez honte d’avoir un fils qui pleures ceux qui partis. Quelle drôle de vie.

Amon leva doucement les yeux vers les étoiles puis tourna de nouveau le regard vers son père, l’air déçu.

-Comment c’était, la vie d’avant ? Vous rappelez vous de quoique ce soit, de l’ailleurs ?

Revenir en haut Aller en bas
Dee
».Habitué'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 752
» Age : 22
» Date d'inscription : 02/01/2015

» Feuille de perso'
» Points: 471

MessageSujet: Re: {Passe Ventue} When the dead that once spoke in your ears, become real. [Aman]   Ven 30 Nov 2018, 15:24

[up] ? :)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: {Passe Ventue} When the dead that once spoke in your ears, become real. [Aman]   

Revenir en haut Aller en bas
 
{Passe Ventue} When the dead that once spoke in your ears, become real. [Aman]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qu'est-ce qui se passe en Haiti ?
» QU'EST-CE QUI SE PASSE EN GUADELOUPE?
» Ben qu'est ce qui se passe?
» Version N°15 : Bang bang you're dead !
» Une Ombre passe... [LIBRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Univers Alt.
 :: → La Zone des Rêves
-
Sauter vers: