Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 Dernière prière | Yurai

Aller en bas 
AuteurMessage
Liliandril
». Adorateur
». Adorateur
avatar

Féminin » Nombre de messages : 1355
» Age : 19
» PUF : Hikotsu, Liliandril,
» Date d'inscription : 01/03/2014
» Personnages : ~

Volstein
& Seul
10.5 ans ~ (jan)
Nakhus - Adepte
Glow' Pourpre

Brienna
& amoureuse d'Astaroth
10 ans ~ (jan)
Lazuli - Herboriste
Glow Rose

Astralys
& Couple avec Gloriel ?
8 ans ~ (jan)
Lazuli

HypoxieAngelica
& Ex-Murmure, libre
7 ans ~ (jan)
Raeder

Lucie
& Célibataire
6 ans ~ (jan)
Etelkrus - Guerrière
Glow orange

Maria-Elena
& Célibataire
4 ans ~ (jan)
Nakhu - Louveteau

Lymphalème
& Alone
2 ans ~ (jan)
Lazuli ?


» Feuille de perso'
» Points: 1363

MessageSujet: Dernière prière | Yurai   Jeu 18 Oct 2018, 18:24

Angelica

Elle arriva en courant dans le temple, son souffle faramineux, ses poumons la brûlaient, ses yeux étaient flous, un blanc voile se creusant dans sa cornée. Vue de l’extérieur, elle était en piteux état : ses ailes étaient presque détruites, noires et calcinés, et de temps en temps un bout de plume se détachait pour flotter un instant dans l’air puis s’écraser en cendres sur le sol. Ses cheveux brûlaient aussi, des mèches tombaient, d’autres prenaient des teintes noires avant de se crisper et de tomber par terre, brûlés. Des plaques rouges, noires et roses montaient sur son pelage, ses pattes, sons longues mèches qui faisaient sa queue étaient ou tombés, ou entrain de calciner. Elle arriva dans le temple et leva son regard vers la statue.
Elle n’était pas sure que c’était la statue, mais elle avait cru reconnaitre l’endroit, ainsi que les visages des Nakhus qu’elle avait passé en courant, qui l’avaient vue, brûlant, mourant sur place, qui filait vers le temps de la Corneille.

La pirate ouvrit la gueule, et hurla à la statue d’une voix cassée, qu’on sentait entrain de mourir :
« YURAI ! SAUVE MOI ! SAUVE MOI !!!»

Angelica savait à présent, qu’elle n’était pas sage. Elle n’en avait que faire de ses enfants, elle avait cru les aimer, quand elle les avait eus. Ils étaient mignons, jolis, et elle s’était dit qu’ils étaient le fruit de leur amour, à elle et Murmure, qu’ils seraient sa descendance, qu’elle les adorait. Mais elle n’aimait pas s’en occuper. Elle les haïssait quand ils la réveillaient au milieu de la nuit. Elle s’en serait débarrassée avant lors si elle n’avait pas voulu garder cette douce teinte dans les yeux de Murmure. Elle savait qu’il les aimait plus ils grandissaient, alors que elle, elle les laissait de plus en plus tranquilles, seuls, plus ils devenaient âgés.
Elle avait même laissé sa fille se débrouiller durant la baston contre les pumas. Elle était partie pour sauver sa propre peau en la laissant la bas. Mais au moins, elle avait essayé d’être sage. Elle s’était battue pour la fontaine de Yurai, pour la fontaine de la pote modérée de Yurai, Momo là ou elle savait pas trop. Et la déesse lui devait quelque chose.
Ou au moins, c’était ce qu’on lui avait appris, jeune, lorsqu’elle suivait le code des pirates.

Elle voulait un glowstick, pour pouvoir rester avec Murmure, pour ne plus être maudite. Elle ne voulait plus juste être une pirate, elle voulait être une ancienne pirate qui avait un glowstick. Elle voulait être là pour son chéri. Elle voulait pas crever maintenant. Mais elle savait bien que si elle n’avait pas de Glow, elle devrait repartir chez les pirates, et que si ils savaient que c’était elle, les pirates ne l’accepteraient pas.
Il lui fallait un miracle. Il fallait qu’elle ait un glow. Ou qu’elle change complètement.


Mais dans la panique, et la douleur des brûlures, Angelica ne put dire plus qu’une petite phrase, expirée en un souffle douloureux, alors que son pelage disparaissait partout, et que de ses ailes ils ne restait plus que lambeaux de plumes :
« S’il te plait … »
Revenir en haut Aller en bas
Yurai
».New'


Féminin » Nombre de messages : 38
» Age : 38
» Date d'inscription : 29/11/2015

MessageSujet: Re: Dernière prière | Yurai   Lun 05 Nov 2018, 08:11


Soudain, alors que la statue de la Corneille s'illumina, Angelica fut comme enveloppée dans une aura cotonneuse, réconfortante, et qui fit disparaître la douleur. La malédiction cessa de faire effet, même si rien ne réparerait les dégâts qui avaient été causés par  sa réapparition. La louve avait été en retard, et cela elle en était seule responsable. La déesse apparut, le visage légèrement attristé, face à la louve brune. Comme elle s'en était doutée la première fois que la mortelle avait croisé son chemin, elle n'était pas l'être doux et aimant qu'elle avait décrit pouvoir devenir. Elle n'avait pas au fond du coeur cet amour qu'elle avait promis à sa descendance, celui - étrange - qu'elle portait à son compagnon. Car c'était là la seule chose qui l'avait fait simuler tout ce qu'elle prétendait être.

"Voilà une année que tu m'as parlé, Angelica." Lança doucement la déesse en s'asseyant, flottant dans l'air au-dessus de sa lumineuse fontaine. "Durant cette année, as-tu même essayé de devenir celle dont tu m'avais parlé, ou simplement de le paraître ?"

Les paroles de la Corneille étaient de mauvais augure, mais elle lisait dans l'esprit de la louve que celle-ci en était consciente. La douleur avait éveillé une sorte de rancune en elle, peut-être s'était-elle effacée maintenant qu'elle ne souffrait temporairement plus.


Dernière édition par Yurai le Mar 13 Nov 2018, 08:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Liliandril
». Adorateur
». Adorateur
avatar

Féminin » Nombre de messages : 1355
» Age : 19
» PUF : Hikotsu, Liliandril,
» Date d'inscription : 01/03/2014
» Personnages : ~

Volstein
& Seul
10.5 ans ~ (jan)
Nakhus - Adepte
Glow' Pourpre

Brienna
& amoureuse d'Astaroth
10 ans ~ (jan)
Lazuli - Herboriste
Glow Rose

Astralys
& Couple avec Gloriel ?
8 ans ~ (jan)
Lazuli

HypoxieAngelica
& Ex-Murmure, libre
7 ans ~ (jan)
Raeder

Lucie
& Célibataire
6 ans ~ (jan)
Etelkrus - Guerrière
Glow orange

Maria-Elena
& Célibataire
4 ans ~ (jan)
Nakhu - Louveteau

Lymphalème
& Alone
2 ans ~ (jan)
Lazuli ?


» Feuille de perso'
» Points: 1363

MessageSujet: Re: Dernière prière | Yurai   Sam 10 Nov 2018, 11:50

Angelica

Et tout d’un coup, elle n’avait plus mal. Elle s’était laissé tomber sur le sol, la douleur lui faisant oublier le froid, le souffle de la brise, les bruits alentours… Mais maintenant, elle ouvrait les yeux. Elle gravitait au-dessus du sol, dans un espèce de cocon pourpre, des filaments de lumière (concept qui lui aurait semblé étrange jusque-là) passait sous son museau, autour de ses pattes, pour la retenir en lévitation. D’ailleurs, elle n’avait plus mal.

La louve brune regarda autour d’elle, surprise, puis laissa son regard tomber sur ses pattes brûlées, où ses poils avaient laissé place à des plaques noirâtres et rouges. Son regard améthyste s’immobilisa, puis elle releva la tête, et tomba sur la déesse. C’était prévisible, c’était pour lui parler qu’elle était venue là. Mais elle ne se faisait pas d’illusions, c’était un test qu’elle n’allait pas passer. Certes, elle avait essayé d’être sage au début, de prendre le temps de réfléchir, surtout lorsque ses enfants faisaient des bêtises. Comment réagir, que faire, qu’est ce qui semblait sage … ? Mais au bout d‘un moment, tout cela lui avait semblé si ennuyant. Ses enfants avaient arrêté de faire leurs bêtises, et ils réfléchissaient avant d’agir, ils allait prier Yurai tous seuls… Et soudain Angelica s’était sentie inutile.

Elle était maman pour quoi déjà ? Alors que ses enfants, qu’elle avait toujours vu d’un œil doux de maman qui protège, devenaient adolescents et n’avaient plus besoin d’elle, ou alors plus assez. Pas assez pour lui demander quoi faire, pour venir la voir quand ça n’allait pas. Alors Angelica avait arrêté d’essayer d’être sage pour eux, elle avait commencé à les inciter à faire les bêtises, à les faire elle-même. Et au bout des quelques mois, elle avait commencé à les détester. Ce n’était pas tellement qu’elle n’aimait pas s’en occuper, mais quoi qu’elle fasse, ils restaient sages comme des images, et ils avaient perdu cet esprit de jeune, où ils testaient leurs limites, ils allaient de l’avant, ils étaient plus que des loups sages. Elle voulait les voir vivre avant de se cloitrer dans une vie come ça, comme elle avait fait… Alors elle s’était frustrée, elle avait voulu vivre à travers eux cette liberté folle de pirate, et maintenant qu’ils étaient devenus plus sages encore qu’elle, elle ne pouvait plus vivre cette liberté à travers eux. Alors elle s’était refroidie, elle avait arrêté ses efforts. Elle avait vécu ce qu’elle considérait être une vie qui se valait. Pas une vie où on réfléchissait avant, une vie ou on tentait, et on décidait après de si ça avait été une bonne idée ou pas.

A partir de ce moment, elle avait arrêté d’être désagréable avec ses enfants, elle les laissait tout simplement vivre leur vie, et quand ils avaient besoin de quelque chose, elle les avait redirigés vers le temple de Yurai, ou vers papa… Parce qu’au fond, Angelica savait qu’elle était dans la dernière course de sa vie, et qu’elle n’allait pas s’en sortir en faisant ça. Elle n’allait pas vivre vieille, en ne travaillant plus sa sagesse alors qu’elle avait un temps limité pour le faire… Alors elle avait cherché à les protéger de son avis, et à les laisser sous l’aile divine de la déesse sage. Ses ailes à elle ne cherchaient que à la porter par-dessus cette prison, à la sauver de cette cage qui se refermait sur elle. Ses ailes cherchaient une liberté, un manque d’inquiétude qui ne convenait pas à ses enfants.

Alors elle les avait protégés d’elle, en les évitant, en les laissant seuls parfois. Elle les avait regardé tristement devenir quelque chose qu’elle-même, ne réussissait pas à être, en songeant dans le silence que quelque part, elle avait réussi. Elle les aurait sauvés de sa malédiction, parce qu’ils n’avaient pas du tout envie de devenir pirates. Ils prendraient un glowstick avant que la terrible malédiction qui lui avait pourri la vie ne les frappe.

La louve auparavant brune aux ailes de moineau leva son museau vers la déesse, et une tristesse passa sur son visage. Elle ne dit rien, la déesse savait ce qu’elle pensait, ce qu’il s’était passé. Les oreilles couchées contre son crâne, ses lambeaux d’aile flottant dans la sphère magique que la déesse lui avait faite, comme si elle volait. Elle avait si peu volé dans sa vie, alors qu’elle aimait tant ça…
Elle ferma les yeux, et secoua doucement la tête. Non, elle n’avait pas fait ce qu’elle devait. Elle avait très rapidement arrêté son effort, parce qu’elle se sentait enfermée. Elle avait cru qu’elle réussirait, mais il semblait que quelque chose de l’esprit de pirate perdurait en elle. Heureusement, ses enfants étaient épargnés de ce désir de liberté et d’aventure. Ils auraient une vie de loup Nakhu, protégés par les dieux.

Elle avait eu tort de ne pas croire aux dieux quand elle était petite… Elle s’en était déjà rendue compte la première fois qu’elle avait vu la pourpre déesse, mais maintenant, elle le regrettait encore plus. Illidan n’avait pas raison de mener la guerre aux dieux… Ils ne lui avaient rien fait. Yurai, elle, lui avait donné une chance que personne d’autre n’aurait pu lui donner… Et Angelica n’avait pas réussi à devenir celle que la déesse voulait. Elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle.

La louve brûlée, ses grands placards de peau noire et rouge suintants, leva son regard améthyste vers la déesse, et une larme s’en échappa. Elle regrettait vraiment, plus que tout, que ses enfants allaient la voir morte, cadavre sur les terres Nakhus, et que Murmure réaliserait qu’elle ne l’avait pas assez aimé pour devenir quelqu’un d’autre. Elle avait si mal, à penser à ses enfants, lorsqu’ils la trouveraient décédée sur le sol du temple.
Et dans le silence du temple, ou la déesse pourpre se tenait, accompagnée d’une louve-cadavre qui flottait dans une orbe pourpre luminescente, la voix d’Angelica retentit pas plus que le souffle de la brise sur les feuilles des plantes qui avaient enfin repoussés :

« Je suis désolée… »

Et elle l’était.
Revenir en haut Aller en bas
Yurai
».New'


Féminin » Nombre de messages : 38
» Age : 38
» Date d'inscription : 29/11/2015

MessageSujet: Re: Dernière prière | Yurai   Mar 13 Nov 2018, 08:22

Yurai écouta les pensées qui traversaient l'esprit de la louve, en bataille, avec une tristesse que seule une divinité pouvait éprouver. Elle était une déesse douce et tolérante, mais cette louve-là ne pourrait jamais porter l'emblème de la sagesse, parce qu'elle n'était pas un loup de sagesse. Elle avait bien d'autres qualités que Yurai pouvait voir, mais pas celle-ci. Elle avait malheureusement fait le mauvais choix, et désormais elle n'en avait plus. La Malédiction de Pontos la rappelait à la mer, lui laissant le choix entre la mort et l'exil.
C'était ainsi.

La déesse secoua doucement la tête et dit :

"Il n'y à qu'à toi qu'il faut pardonner ce faux pas, Angelica. Voilà ce qui va se passer. Tu vas voler jusqu'à l'île où tu es désormais une renégate autant qu'ici. Sera ensuite tien le choix de ce que tu désires faire de ton existence. Je ne déciderai pas de ta mort ici aujourd'hui."

L'aura qui enveloppait la louve se réchauffa légèrement, alors que la déesse disparaissait.

"Au revoir, Angelica." Souffla une voix que seule la louve entendit.

Elle vit alors le continent défiler devant elle et, lorsque le cocon de lumière se dissolut, elle se trouvait sur une plage de Morne-Oeil. Ses blessures étaient guéries, mais les cicatrices bien présentes. Et son pelage avait changé, dernière protection que la Corneille pouvait lui offrir.
Et c'en fut terminé de sa vie sur le continent.
Revenir en haut Aller en bas
Dee
».Habitué'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 752
» Age : 22
» Date d'inscription : 02/01/2015

» Feuille de perso'
» Points: 471

MessageSujet: Re: Dernière prière | Yurai   Mar 13 Nov 2018, 16:47

It’s so wrong. I killed her, I killed Angelica. I couldn’t see it, but from before it was too late.

-Angelica, I CAN’T LOOSE YOU TOO, I ALREADY LOST EVEYRONE !!!


Sa gorge se déchira, lui laissant un filament de sang, s’éclatant dans la gorge, mais il ne voulait s’arrêter. Ce qu’il vit éclater, c’était le feu élémentaire, le feu qui, déposer dans un cœur à créer trois naissance et qui, retiré de celui-ci, créa la mort. Et c’était la mort qui l’emportait loin de lui. Et c’était la mort qui la retira de ses trois enfants qui, commençait déjà à vieillir et qui ne semblait pas ressentir ce poids, ce fardeau au fond de son cœur. Quelque chose n’allait pas, quelque chose allait disparaître, il le sentait, c’était plus fort que le reste.

S’embraser, s’éteindre.

Murmure avait l’impression qu’un volcan venait de tomber en éruption dans sa tête, dans son cœur, dans son corps tout entier. Tout lui brûlait, devenait si dur à contrôler mais il continua de courir. Il tenta de travers la moitié de tout le territoire Nahku en un bon, mais même en s’étirant du plus que son corps handicapé lui permettait, même s’il ressentait les muscles de ses pattes atrophiés, plus longue ou plus courtes, il ne s’arrêta pas et continua de se joindre à la poursuite de celle qui lui avait voler son cœur. Il ne souhaitait pas la voir partir, il ne souhaitait pas la laisser disparaître. Et alors que la course ne sembla jamais cesser de s’éterniser, le chants des corbeaux, suivant de près cette énergumène se démener à la poursuite d’une voleuse de cœur, il sembla les entendre ricaner et dire : Regarder ce pauvre fou, qui court après la voleuse de cœur. Elle n’est pas différente des autres qui te regarde, pauvre fou, la bosse au dos. Tu es laid et elle finis par s’en aller, elle retourne vers la mer.

Une rage folle, incommensurable lui brûlait les poumons, l’empêchait de crier. Et pourtant il était évident qu’il perdrait à ce jeu, dès le début, dès les premiers contacts. Il aurait dû fuir et la rage, la honte et l’amertume se transforma en honte. Il avait honte de l’avoir touché, de l’avoir laisser jouer dans sa tête, de l’avoir laisser quitter sa grotte, d’avoir osé donner à la vie, ce qu’elle sembla mettre sur son chemin. À présent, il ne restait plus que la noirceur du monde. Ce côté véritable, dans lequel Murmure avait toujours vécu.

Solitude, amertume.

La fourberie se montra sur sa peau et l’enveloppa d’un châle amer. Cette peau, n’était plus sa peau, elle n’était plus la sienne, puisqu’Angelica l’avait pris toute entière, il n’était plus le même et il l’entendait parler, lui crier qu’elle avait honte, sa peau. Sa peau lui racontait qu’il avait gâcher le bonheur le plus sûr qu’il pouvait avoir : lui-même. Il essaya souvent de l'aborder avec fougue, de la dompter, lui apprendre qu'elle lui appartenait et qu’il pouvait faire d’elle ce dont il avait envie mais, bon sang, quelle chiante ; elle ne lui laissa souvent croire qu’il avait le dessus en faisant sa délicieuse soumise l'enivrant et l'entraînant dans d'exquises rêveries pour lui rappeler, à la fin, qu’elle était le véritable maître du jeu. Elle lui coupa le souffle ! Comme tous ceux qu'on aime véritablement, souvent Murmure la haïssais mais entre la vie et la mort, il n’y avait jamais eu de grande histoire pour Murmure et il l’avait pris comme était la plus grande histoire de sa vie, mais elle avait tout briser et elle l’avait laisser complètement seul.

Chair. Brûlée. Mort.


L’odeur de chair brûlé lui donner un haut le cœur qui le fit trébucher sur plusieurs mètre. Les roches, cachés sous les feuillages d’automnes lui déchirerai les côtes, mais la rage embauma la douleurs, comme si une plume l’avait effleurer. Reprenant ses esprits, Murmure se releva et se remet à courir, courant derrière sa douce. Par un jour clair trop bleu pour être mauvais, le cœur de Murmure baigna dans son propre sang, sa chair lui voulait sa peau, la panique était prêt à lui fendre la peau, les os, la tête. Les souvenirs étaient flous et lorsqu’il pensait à leurs enfants… des larmes vinrent créer des léger sillons sous ses paupières. Elle pouvait bien l’abandonner, c’était ce qu’il avait mérité toute sa vie, mais eux n’avait rien mérité. Un nouveau sentiment de honte le saisissais. Il l’avait ressentit lorsqu’ils étaient nés, qu’il ne se sentait pas à la hauteur et égoïste de mettre au monde des jeunes qui ne l’avaient pas demander et aujourd’hui, il vivrait exactement le même enfer que lui. La course sembla s’arrêter lorsque le portail du temple de Yurai se fit voir au loin. Quel était donc ce monstre qui sembla rire dans la pénombre derrière les arbres ? Il jeta un preux coup d’œil, dérogeant de ce pourquoi sa respiration était haletante et fut empreint d’aller rejoindre ce monstre qui se cachait là, qui l’appelait qui semblait lui dire qu’il serait temps de mourir, de rendre à la vie, son dû.

C’est le panache au sol, l’air las d’une tête étourdie, d’une tête basse et presque blême, qu’il traina encore un peu. Un sentiment de va et vient, qui de temps à autre le torturait, sembla tenter de le frauder au même instant. L’odeur d’Angelica était de plus en plus fort et les pattes de Murmure trempait dans le sang de son propre cœur. Un vomissement le fit trembler. Allonger sur le sol, qui souffre, il entendit là ou ce n’était pas permis pour lui d’écouter, la voix d’Angelica qui criait après la déesse qui le protégeait ou qui disait qu’il le faisait. Pendant une seconde, un sentiment de haine se déversa vers sa déesse qui n’avait pas oser le nommer prophète, lui qui était si proche d’elle, toujours près d’elle, toujours présent, toujours aimant et il se demanda pourquoi elle ne l’avait pas choisis, lui, le tourmanté fou qui clopine

Le tembourinement des tambours de haine le faisait trembler. Étranger, il se sentait, Murmure.

Bruit assourdissant d’un cœur qui se brise.

C'est étrange de penser qu'on peux tomber amoureux et ne plus s'aimer, que l'amour peut se transformer en haine, et que se sont les gens qui vous on le plus aimé qui vous feront le plus de mal…Et puis un sourire fendit son visage torturé, au final, ce sentiment de haine, qui regorgeait sa peau, ses pattes, ses os et sa tête, était le résultat final de ce que sa vie méritait d’être : Pathétique, cruelle et sans merci. Sans repos. C’était son vice, la haine. Déplaire était son plaisir final, il aima qu’on le haïsse, d’u  coup. Ça, c’était une nouvelle réconfortante, puisque celel-ci ne changerais ajamis, on apprends pas à aimer les gens qu’on haïs.

La haine dont je suis entouré est pour moi le plus merveilleux cadeau que l'on m'ait fait - je n'ai à ménager rien ni personne - peu de gens peuvent en dire autant.

Et puis le silence. Et il ne se passa plus rien. La déesse de sn cœur c’était tû, la femme de sa vie aussi. Murmure est triste. Murmure est fou, parce qu’il se meurt d’amour et ou était donc la sagesse, dans son délire ? Il lui sembla entendre un comme un murmure sur ses baûmes : La haine peut servir de moteur pendant un certain temps pas davantage. Elle peut te donner une force un peu illusoire, mais elle reste toujours en premier lieu un parasite qui te dévorera Murmure….

-Yurai….

Et il l’avait reconnu et il se mit à pleurer, alors qu’il montait les marches vers la statue de sa déesse. L’odeur était de plus en plus forte, mais il n’était plus là et il ne restait que le vague nuage de sa présence dans les alentours. Cet amour éphémère, son éphémère était disparu. Un nuage violacé l’enveloppa et dansa autour de sa gorge douloureuse et sembla teinté les filets de sang autour de sa gueule, comme désolée de voir son disciple souffrir autant et de nouveau, il put ouvrir la voix, sans souffrance.

-Yurai, je m’excuse. Je n’ai pas su prendre le temps de réfléchir, et à cause de moi, Angelica est morte et j’ai mis ce poids, cette vie perdue sur vos épaules. Je ne suis pas digne, dans cet état de venir vous parlez.  Il n’est pire haine que la haine de soit…Je serai franc avec vous en vous demandant…vous qui voyez tout…connaissez vous le désespoir ? Car je le connais…moi. C’est un sentiment pire que la mort car il tue le peux qu’il y avait de bon en moi. Il me broie de l’intérieur et ne peux que me laisser de nouveau spectateur devant cette vie qui ne me donne rien d’autre que des gens qui passent, sans rester. Le désespoir, Yurai, C’est pire que l’amour, la haine et toutes ces conneries. Le désespoir que je ressent, me laisse mort, alors que je dois continuer à vivre, parce que j’ai des enfants à tenir le chemin que je n’ai pas réussi à emprunter. J’ai été égoïste de mettre sous votre tutelle des enfants qui ne l’ont pas demander, mais m’aiderez vous à les guider ? À les empêcher de ne pas suivre le chemin qui m’est destiné depuis que je suis né ?

La voix de Murmure se brisant, dans des sanglots.

-I wish i couldn’t feel a thing, now that she’s gone.

Murmure tenta d’enfouir ce sentiment qui ne voulait pas mourir, puis s’arrêta de pleurnicher, d’un coup sec. La haine avait pris le déçu, la vie était de nouveau vide de sens, et il n’existerait de nouveau que pour servir Yurai et tenir ses enfant sur le chemin qu’il ne leur souhaitait pas vivre.

-C’est comme si elle n’était jamais passé
souffla Murmure, d’un ton monotone.

Et au point où il en est, plus rien ne put l'atteindre. La haine l'avait consumé, il n'avait plus rien à craindre…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dernière prière | Yurai   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dernière prière | Yurai
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petite prière
» [TERMINE]J'ai oublié d'te demander quelque chose la dernière fois... [Paige]
» La prière exaucée
» Morgenstern - L'étoile du matin, la dernière étoile
» La prière du nutella

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Accueil
 :: → Archives RP
-
Sauter vers: