Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 L'orage gronde et on s'en foudre ❀ Pv. Yersine

Aller en bas 
AuteurMessage
Jolitemps
». Timid'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 191
» Age : 23
» PUF : Auberjin
» Date d'inscription : 09/09/2017
» Personnages :
Jolitemps
Solitaire.
Possède sans promesse une ruine d'oiseau.
6ans et demi (14.09.17)

Teddy
Solitaire.
Seul et célibataire.
5ans et demi (26.11.17)

Pepper
Etelkru, louveteau.
Célibataire.
Bébé (02.11.18)


» Feuille de perso'
» Points: 400

MessageSujet: L'orage gronde et on s'en foudre ❀ Pv. Yersine   Sam 10 Nov 2018, 18:19

L'orage gronde et on s'en foudre

ft. Yersine

Automne 2018.
6 ans et demi.


Au loin, les noirs nuages dessinaient des enclumes dans le ciel.
Des lumineux sillons des hauts-ciels où tu te trouvais, épargnais par le chaos prenant de l'atmosphère, toi ma Joli, tu regardais ce spectacle. Tu captais les griffes piquantes des éclairs qui éclatent, tu écoutais le rugissement lointain des grondements du féroce orage. Il était animal en chasse du beau temps, prédateur céleste s'en prenant aux terrestres de ces anguleuses arabesques lumineuses.
Toi, tu riais, toi...
Assise, là, sur ta colline, attendant d'être foudroyé par les sentiments du sauvage. Mais, oh, il restait loin, si loin de toi !
...Toi, tu continuais à ricaner.

Tu te relèves dans un mouvement gracile, ton corps se mouve avec la souplesse de la louve qui n'a jamais eu peur. Tu te détournes des frasques nuageuses pour t'enfoncer au travers d'un petit bois. Tu le traverses, laisses tes pattes écraser les brindilles et les fines pousses, interdisant à cette vie de prendre à ton passage. Les petites peaux de tes épaules (là où deux fils étaient venus rejoindre deux frères) s'agitaient sous tes pas, caressant ton pelage de leur fin plumage. Tu décidais de toute vie, prenait l'habitude de montrer les dents pour prévenir de la Mort. Tu ne menaçais pas, jamais : tout était action et non intimidation, tu cherchais à arracher la peau plutôt que les poils. Démente, dangereuse, t'aurais t-on sans doute trouvé au fur et à mesure que passées tes années : ils auraient eu raison.
Tu n'étais plus seulement bizarre, louve étrange ici perdu pour ses Perdus. Tu devenais folie meurtrière, soif de sang et de corps à dévorer. Tu marchais sur ces territoires de clans, auraient pu te cacher dans un buisson avec ce premier louveteau passé pour l'y laisser-là à vie, répandu sur les feuilles.
Pourquoi ?
Pour continuer à rire sans raison, te repaitre des autres, danser sous les étoiles et hurler à la vie d'enfants morts-nés.
Pour tuer l'ennui et les obsessions, ou n'était-ce que l'obsessionnel ennui.

Avant la faim vint toutefois cette soif. Prenante, enivrante. Tu glisses entre les ronces pour aller jusqu'à la rivière, y trempe le museau pour engloutir l'insipide liquide qui glisse à longueur de temps. C'est en glissant tes yeux d'un bleus transcendants que tu volas la silhouette de l'être là-bas. Celui trop petit pour être de ton âge, trop seul pour que tu n'ailles vers lui.
Ta tête se penche, entrainant avec elle tous tes longs cheveux qui cascadent sur ta nuque.
Tu te dois de l'aborder, il est de politesse maternelle de le faire. Tes oreilles filent vers l'arrière alors que se plissent tes froids yeux.
Pitié, remords, rancœurs sont laissé au placard (jamais sorti de là, eux si peu prêt à faire leur coming-out dans ta vie, ma chérie).
Sera-t-il à toi pour ce soir ? Nous ne sommes qu'en fin d'après-midi, là où chiens et loups dansent ensemble, valse à laquelle tu inviteras ce petit, tout petit garçon.
Ceux que tu aimes le moins.
Du petit être, tu te glisses comme le sinueux serpent à la peau chaude, le même qui un jour croqua une rouge pomme avec une blanche louve. Ta langue se délient contre tes crocs, ta bouche vient murmurer à la juvénile oreiille. Ton corps l'encercle, arc autour du minuscule. Tu refermes la cage de ton corps autour de lui, ne lui laisse qu'une sortie qui te mènerais à le jeter à l'eau dans un accident qui te ferais verserais quelques larmes venues éclairer ton visage.

« Sais-tu ce qui arrive, au petit garçon surpris dans le noir ? »

Lui qui était tant à croquer.
Revenir en haut Aller en bas
Pestilence
». Inébranlable
». Inébranlable
avatar

Féminin » Nombre de messages : 7264
» Age : 24
» PUF : Pestilence
» Date d'inscription : 21/06/2010
» Personnages :
Yersine -
Louveteau (0 ans)
Solitaire

» Feuille de perso'
» Points: 3450

MessageSujet: Re: L'orage gronde et on s'en foudre ❀ Pv. Yersine   Sam 10 Nov 2018, 18:53

Bon Yersouille, là, faut que je te dise que c'est quand même la merde. Mais pas genre celle dans la quelle tu marches, hein, non non, là c'est genre, toi le dimanche matin, quand t'as la gastro, que t'as niqué tout ton PQ, que les magasins sont fermés et que tu as pété la porcelaine. T'es déjà bien dedans et tu en remets régulièrement une couche tu vois.

Il avait trouvé ces derniers jours, au creux d'un arbre, un trou, minuscule, comme lui. Il avait réussi à si glisser et, déterminé à y demeurer, avait passé la journée à récupérer des hautes herbes, des feuilles mortes et autres débris naturels pour en faire un matelas plus ou moins douillet. En tout cas, plus que le sol froid d'automne lui-même. Par ci par là, il avait la chance de trouver quelques larves, qu'il avait gobé, non sans manquer de les revomir aussitôt. Si c'est une chance gamin, t'as pas de parents, tu coures comme moi avec des talons pour choper le tram, donc quand tu trouves des larves, c'est une chance car tu vas pas crever maintenant de faim. Quoiqu'il en soit, si l'orage grondait au loin, lui, serait à l'abri.

A l'abri.
Quelle ironie.
La bouche encore pleine d'herbes hautes, il venait de se faire accoster par une femelle. Une adulte. Et qui- putain de merde c'est de la peau et du sang sur ses épaules ??? Il chercha a reculer, en vain. Se lovant contre lui, l'empêchant toute fuite, si ce n'est vers une douche glacée, elle l'avait encerclé telle une vipère affamée.

« Sais-tu ce qui arrive, au petit garçon surpris dans le noir ? »

Putainputainputainputain. Ces quelques mots étaient menaçants. Oh, pas vraiment dans le ton, mais plutôt dans l'attitude de la donzelle. Qui s'approchait ainsi des gosses, se collant à eux et leur posant ce genre de question ? Les pédophiles oui, c'est bien Yersine. Mais aussi les psychopathes. Et bordel, crois moi, t'es, mais alors, dans une merde.... Commençant a trembler, les oreilles plaquées contre son crâne, il recula du visage de la femelle, quitte à se coller à une autre partie de son corps.

-Je euh bah, commença t'il, lâchant ses herbes en un petit tas compact et mâchonné ; il trouve la lumière dans ton regard madame ?

MAIS LA DRAGUE MÊME PAS ELLE EST DEGUEU PUTAIN.
FUIS. FUIS POUR TON CUL !





Revenir en haut Aller en bas
Jolitemps
». Timid'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 191
» Age : 23
» PUF : Auberjin
» Date d'inscription : 09/09/2017
» Personnages :
Jolitemps
Solitaire.
Possède sans promesse une ruine d'oiseau.
6ans et demi (14.09.17)

Teddy
Solitaire.
Seul et célibataire.
5ans et demi (26.11.17)

Pepper
Etelkru, louveteau.
Célibataire.
Bébé (02.11.18)


» Feuille de perso'
» Points: 400

MessageSujet: Re: L'orage gronde et on s'en foudre ❀ Pv. Yersine   Sam 10 Nov 2018, 21:13

L'orage gronde et on s'en foudre

ft. Yersine

Automne 2018.
6 ans et demi.


Tu pouvais sentir sa peur monter, emplir tes naseaux, passer entre tes crocs entrouverts. Oh, oui, tu la sentais : elle venait t'emplir, te délecter. Elle était petit amuse-gueule qu'on voulait passer en repas complet, à en reprendre encore, encore, encore ! Ta langue passa sur tes babines, juste avant de laisser à son passage ton sourire s'étendre davantage.
Collé à lui, tu le laissas s'effrayer de toi, tes yeux pointés vers son petit minois. Si mignon, si minuscule. Tu voulais le garder pour toi, oui, rien que pour toi !
Ce soir, il serait ta poupée, il serait ton jouet. Et peut-être (oui, peut-être) t'en satisferais-tu sagement ce soir, ou le garderais-tu quelques jours s'il méritait un peu plus d'attention. Ou, dans une dernière possibilité, tu t'en débarrasserais définitivement, toi qui n'aimais les jouets cassés.
Tu tends ton cou lorsqu'il s'éloigne de ta tête, le regarde buter contre ta cuisse.

« Pourquoi t'éloigner de mes yeux, si on peut y trouver lumière ? Tu pourrais même y trouver bien d'autres choses, tu sais. Du lyrisme dans l'iris, des pupilles qui ne captent qu'un Oiseau. »

Alors qu'il s'approche, allez, allez, qu'il vienne à l'endroit quitté, qu'il retrouve ton visage si proche du sien ! Si proche, que tes crocs auraient pu venir côtoyer le poil de ses joues : c'est ça, que tu voulais.
Tu le vois trembler. Il te fais penser à une petite feuille, la dernière d'une branche cassée. Celle qui fait semblant de tenir face à la furie des éléments, qui s'offusque du vent et tord sa tige pour ne pas succomber. Un petit rire secoue ton torse.

« C'est parce que tu te fais automne, que tu ne peux rester trop près du printemps et préfère te rendre au frigide hiver ? »

La cuisse contre qui il avait battu réclame sa justice : voilà qu'elle passe par dessus sa fragile personne, juste avant que ne cèdes tes pattes arrières et que ton corps ne s'affaisse sur lui. Voilà que tu lui imposais fonction de coussin, en plus de celui d'occupation. Peut-être tremblerait-il moins ainsi ? Ou ferait-il vibrer tout ton corps, tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
Pestilence
». Inébranlable
». Inébranlable
avatar

Féminin » Nombre de messages : 7264
» Age : 24
» PUF : Pestilence
» Date d'inscription : 21/06/2010
» Personnages :
Yersine -
Louveteau (0 ans)
Solitaire

» Feuille de perso'
» Points: 3450

MessageSujet: Re: L'orage gronde et on s'en foudre ❀ Pv. Yersine   Sam 10 Nov 2018, 22:12

Sa gueule dévoilant des crocs dans un sourire carnassier, elle s'approcha du petit corps tremblant de l'enfant, lui parlant comme le loup parle au chaperon rouge. Oh, oui, la peur montait. En fait, elle avait atteint un paroxysme où tout son petit corps tremblait, ses muscles tendus et paralysés, tel le lapin face aux phares d'un camion. Et sans même comprendre réellement ses mots, sans même en capter la moindre affirmation, il fut abattu sur le sol, une masse lui coupant le souffle et toute retraite possible.

Elle venait de s'asseoir sur lui. Pas comme ces jeux d'adultes où l'on taquine l'autre. Non. De tout son poids, écrasant la cage thoracique du louveteau. Il chercha son air, ouvrit la bouche, peina à l'attraper, respira, expirant aussitôt dans un couinement lamentable.

Il avait mal. Ses poumons le brulaient. Ses os se fendaient. Les larmes montaient, mais il était incapable de pleurer, incapable de cet effort. Incapable de gonfler assez son corps pour relâcher toute sa peine.
Paralysé. Son corps et son esprit étaient paralysés.

- Pi-

Sa voix, déjà ténue, s’essouffla aussitôt, simple brise dans la tempête. Il chercha à gesticuler, mouvant l'une de ses pattes sous le poil fessier de la femelle, en vain. Au mieux, il la décala de quelques centimètres, sans le moindre soulagement. Il voulu alors tourner la tête, la mordre de ses jeunes crocs effilés. Mais sa joue buta contre la cuisse, incapable de saisir quoique ce soit. Bloqué. Condamné à être son petit jouet.

- Non

Son seul espoir était un peu de clémence de la part de la louve. Ou plutôt de la part de la joueuse, qui risque de dormir dehors en décembre. Ou de voir quelques bactéries dans son diner, parce que, franchement, c'est pas une super bonne idée de chercher une microbiologiste qui rédige actuellement une méthodologie sur les salmonelles. C'est pas comme si j'avais accès aux différentes sérologies de souches. Ni même à la banque pasteur. Jveux dire, hein, franchement, si je fais une nouvelle méthode c'est parce que c'est chiant à détecter actuellement. Plusieurs jours et tout. Avec beaucoup de faux négatifs/positifs. Du coup ça serait bien con que tu chopes ça hein. Franchement. T'es pas d'accord ?
En tout cas, Yersine, lui, l'était.



Revenir en haut Aller en bas
Jolitemps
». Timid'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 191
» Age : 23
» PUF : Auberjin
» Date d'inscription : 09/09/2017
» Personnages :
Jolitemps
Solitaire.
Possède sans promesse une ruine d'oiseau.
6ans et demi (14.09.17)

Teddy
Solitaire.
Seul et célibataire.
5ans et demi (26.11.17)

Pepper
Etelkru, louveteau.
Célibataire.
Bébé (02.11.18)


» Feuille de perso'
» Points: 400

MessageSujet: Re: L'orage gronde et on s'en foudre ❀ Pv. Yersine   Dim 11 Nov 2018, 01:54

L'orage gronde et on s'en foudre

ft. Yersine

Automne 2018.
6 ans et demi.


Misérable créature qui croupissait sous ton fessier, petit coussin pas même confortable. Tu baillas, Jolitemps, secouant ton encolure pour en débarrasser la poussière s'y trouvant. A t’assoir dessus, tu allais sans doute le casser bien trop vite, tu sais ? Cette suggestion venait de la petite araignée, celle qui avait étendue ses pattes au-dessus de ton tympan pour te murmurer cette idée. Si tu ne voulais pas t'ennuyer, il te faudrait économiser ce petit-être, ne pas l'abimer trop vite.
Même si d'abîmé, sans doute était-il déjà, non ? Tu allais le traumatiser, à agir ainsi avec cet orphelin perdu. Au lieu de ça, tu te dis que tu ferais mieux d'hurler le nom de la mère des orphelins, celle qui ferait d'eux ce qu'il ne seront plus, celle qui ferait ce qu'ils sont.
Drôle d'idée qui tire un sourire tordu de tes babines.

Ce n'est ni son lamentable gémissement, ni les gestes qu'il tentait de faire sous ta personne (tu l'avais bien senti, sa patte !) qui te firent bouger de là, mais bien les conseils d'une avisée araignée. Ta générosité lui rendit son souffle, en même temps que le plein usage de sa cage thoracique. Et sa liberté de mouvement ? Mmh. Tu ne voulais pas qu'il parte : ça ne comprenait pas, les enfants, qu'on devait parfois mieux rester entre les griffes du loup plutôt que de chercher à les fuir. Mieux valait les avoir sur soi qu'en son dedans, non ?

« Respire, mignon malheureux. J'ai décidé de ne pas te casser aujourd'hui. Remercie l'araignée, ton sort est au bout de son fils. »

Insecte piégé sur la toile de ses volontés.
Et point à cause de ces menaces de derrière un quatrième mur, oh, car toujours était-il possible de tailler la route sans jamais s'arrêter, poursuivre en loupant volontairement l'arrêt promis. On n'aurait personne, avec ça, surtout pas lorsqu'il était joué le joli temps. A qui la faute, lorsqu'on choisissait le mauvais tempo, alors que résonnait non loin les délires égocentrés d'un grand cornu ainsi que les piques d'une petite peste en meilleur devenir.
On avait préféré l'étrange folle, fallait-il désormais en assumer les quelques conséquences. Une nouvelle fois, ta langue vint passer sur tes babines, alors que ta patte trouvait les cheveux du jeune garçon. Tu lui caressais les cheveux, le coinçait cette fois-ci entre tes pattes avant, s'il voulait bien s'y tenir un peu.
Tu ne le laisserais, de toute façon, pas filer, quitter à le rattraper d'un coup de dents.
Mais là, là... On aurait un peu dit une mère et un enfant dont elle aurait préféré avorté, non ? A le caresser sans amour dans les yeux, à avoir les envies carnassières sur le bout des crocs.

« Allons, allons je ne te ferais de mal...que si tu contines une enfantine chansonnette, ou que tu souffles une petite poésie tout aussi juvénile. Là est l'art des enfants, fait-le. »

Ordre tranchant, qu'il aurait été dangereux de manqué. Tes oreilles cherchaient apaisement, Joli', elles n'avaient pas que besoin des couinements de petits que l'on presse trop fort (même si elles auraient voulu prendre l'habitude de ce son, ces coquines jumelles !). Une chansonnette émise par une voix d'enfant, petite poésie macabre à l'heure où les ombres se dessinaient plus nettement, te semblait être tout aussi efficace pour satisfaire quelques morbides envies.
Revenir en haut Aller en bas
Pestilence
». Inébranlable
». Inébranlable
avatar

Féminin » Nombre de messages : 7264
» Age : 24
» PUF : Pestilence
» Date d'inscription : 21/06/2010
» Personnages :
Yersine -
Louveteau (0 ans)
Solitaire

» Feuille de perso'
» Points: 3450

MessageSujet: Re: L'orage gronde et on s'en foudre ❀ Pv. Yersine   Dim 11 Nov 2018, 11:53

Bon Yersine, faut que j't'avoue un truc. Ouais elle m'avait proposé les autres pinpins pour jouer avec toi mais, 'fin, tu vas apprendre a me connaître, j'aime bien la violence et surtout quand elle est mentale. Jolitemps va te briser, intérieurement plus qu’extérieurement (parce que j'ai la flemme de te redessiner avec des cicatrices ou je ne sais quel membre en moins) et moi j'aime bien. Du coup jrage quand même mais au fond ça me fait bien rire ta détresse. Déso pas déso, chuis pas la meilleure des joueuses avec mes persos ; et tu m'as pas vu dans les sims.

L'air revint quand le poids s'échappa, le laissant japper en inhalant. Les larmes vinrent, incapable de retenir ses sanglots, respirant, haletant, comme un proche noyé. Noyé. Oui. Par son désespoir, par la peur. Par la douleur. Une patte passa dans ses cheveux, et il frémit. Elle joua un temps avec ses bouclettes, comme un chat avec une souris, puis, quand enfin elle prit la parole, ce ne fut que des mots glacés, prompt à la menace.

« Respire, mignon malheureux. J'ai décidé de ne pas te casser aujourd'hui. Remercie l'araignée, ton sort est au bout de son fils. »

Ça allait recommencer. Aujourd'hui. Cela signifiait qu'elle allait le retrouver. Peut-être demain. Peut-être dans plusieurs semaines. Elle allait jouer avec jusqu’à le casser. Lui déjà fragile. Déjà minuscule. Pas même sevré convenablement. Elle allait le briser. Le répandre sur le sol. Le dévorer.
Il chercha a se recroqueviller sur lui-même, incapable de bouger plus, les griffes menaçantes rasant son pelage tremblant.

« Allons, allons je ne te ferais de mal...que si tu contines une enfantine chansonnette, ou que tu souffles une petite poésie tout aussi juvénile. Là est l'art des enfants, fait-le. »

Une chanson ? Mais tu t'es cru a Broadway Jolitemps ? On n'est pas dans un Disney là. Yersine leva des yeux embués vers la femelle, ne comprenant pas vraiment sa requête. Pourquoi devait-il faire ça ? Pour l'humilier ? Pour essayer de le calmer, rendre sa chair plus tendre ? Allez savoir. Mais l'enfant ne connaissait aucune chanson, aucune poésie, trop jeune pour lire, trop esseulé pour apprendre des parents. Allez gamin, une chanson c'est juste des rimes en rythme, tu peux le faire. Je crois en toi. Enfin je crois en toi surtout pour prendre une bonne branlée. Alors il prit une inspiration, toujours secoué de sanglots, la voix vibrante, hésitante, presque éteinte.

- ... Bali balo dans son berceau-

OUAIS ALORS NON PAS CELLE LA !
Revenir en haut Aller en bas
Jolitemps
». Timid'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 191
» Age : 23
» PUF : Auberjin
» Date d'inscription : 09/09/2017
» Personnages :
Jolitemps
Solitaire.
Possède sans promesse une ruine d'oiseau.
6ans et demi (14.09.17)

Teddy
Solitaire.
Seul et célibataire.
5ans et demi (26.11.17)

Pepper
Etelkru, louveteau.
Célibataire.
Bébé (02.11.18)


» Feuille de perso'
» Points: 400

MessageSujet: Re: L'orage gronde et on s'en foudre ❀ Pv. Yersine   Dim 11 Nov 2018, 22:35

L'orage gronde et on s'en foudre

ft. Yersine

Automne 2018.
6 ans et demi.


Doux étaient ses cheveux, ses petites boucles qui tournoyaient entre tes doigts. Tu y approchas ton museau, renifla la jeune odeur qu'il dégageait. Une odeur qui n'était qu'à lui, et des restes du passage au sein d'une mère qui n'était plus. Elle l'avait extirpé de ses entrailles, proprement, soigneusement, sans en laisser des morceaux dans ses poils. Puis elle n'avait sans doute eu assez faim, ou ne l'avait-elle pas suffisamment aimé, pour omettre de caresser son cou de ses crocs.
Disparue avant de pouvoir le mettre à mort, peut-être.
Ou était-ce une façon de la laisser venir à rebours ? Tu plissas tes yeux, déplia entre tes griffes une bouclette que tu détendis jusqu'à rendre raide cette mèche, t'amusant à la relâcher pour la voir regagner sa position primaire.
Amusant petit jeu, rare étaient les têtes frisées sur ces terres. Il était une exception, un original : le laisserais-tu vivre rien que pour voir pousser ses cheveux ?
Pour cette seule raison, tu aurais pu l'épargner. Parce que tu n'avais besoin de valables raisons pour réaliser ces idées de passage en ton esprit, une seule déraison te suffisait.

Du malheureux porteur des petites boucles, tu attends donc ta chanson. Qu'avait-il pu entendre, narrer par ceux qui avaient dû bien le maintenir en vie, un peu ? Qu'est-ce que son enfantine imagination pouvait bien mener en son esprit ? Tu te hâtes d'entendre sa délicieuse voix caresser son palais, ses petits mots d'enfants faire résonner une douce chanson. Glauque est la chanson de l'enfant qui résonne dans le noir, là où la lumière oublie de se rendre. Tu fermas les yeux, écoutas ses premiers mots venus étirer ce long, long sourire qui montrait tant de dents.

« Continues, continues mon petit malheureux. Soulage ta voix, chante plus fort, reprends ! Bali Balo, dans son berceau... »

La suite ne t'était connue, tu voulais la savoir. Alors qu'il continue : tu l'en savais capable ! Tes doigts s'écartent, tes griffes marquent la naissance de ses cheveux.

« Dépêche-toi, où dans ce berceau viendront mordre les deux serpents. »

Ceux venus l'attraper par les pattes arrières pour l'engloutir, petit à petit..! Un petit rire secoua tes épaules, vint frotter tes petites peaux contre celle (encore) vivante du petit malchanceux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'orage gronde et on s'en foudre ❀ Pv. Yersine   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'orage gronde et on s'en foudre ❀ Pv. Yersine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'orage gronde au loin, la porte s'ouvre... Gully07 entre...
» Scénario n°4 : Quand l'orage gronde
» L'orage gronde au loin [Pv : Eole]
» Orage sur Le Havre
» Plante et foudre...bonne entente? [PV Rigu]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Terres Lazulis
 :: → Fleuve Chantant
-
Sauter vers: