Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 Un office pleins de souvenirs | Défi RP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SeoSy
». Timid'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 81
» Age : 21
» Date d'inscription : 28/09/2016
» Personnages :

Sarcan
♂ | 5 ans
Séide | Zélote
Célibataire


Vinara
♀ | 1 an
Solitaire
Célibataire


» Feuille de perso'
» Points: 0
» PP:
» PPNOMPHYMENPO
Perso 1
Perso 2
Perso 3
Perso 4
Perso 5
Perso 6
Perso 7

MessageSujet: Un office pleins de souvenirs | Défi RP   Mer 12 Avr 2017, 19:06

Défi:
 

Une ondée s'abattait de nouveau sur l'immense forêt. Sarcan errait entre les cimes hautes des caduques. Il marchait d'un pas tantôt rapide tantôt long. Il n'appréciait pas le climat de ce lieu mais il devait faire son office. Il rendait de nouveau visite à la belle Yurai, se demandant si depuis son royaume céleste, elle le voyait venir déposer un bouquet à sa fontaine. Elle était nullement l'unique déesse à recevoir les soins du Mortel. Il voyageait chaque matin loin de ses terres pour déposer offrande et prier les dieux à chacune de leur source respective. Sa croyance n'avait jamais décliné au fil des ans. Non loin de là. Il était devenu des plus fidèles à ses rondes religieuses, se maudissant lorsqu'un tumulte l'empêchait de quitter la Jeune Cordillère. Il n'appréciait de devoir manquer à sa fidèle promesse de revenir chaque jour. Si Yurai le voyait, en était-il de même des autres dieux ? Cette question tambourinait dans l'esprit du zélote. Il ne souhaitait aucun présent de leurs parts, il voulait simplement avoir une idée si ses offrandes plaisaient.

Un sourire fleurissait sur les babines du mâle tandis que la pluie se stoppait. Sarcan avait le pelage trempé. Depuis qu'il avait franchi la lisière de la forêt pluviale, il n'avait fait que subir les humeurs pluvieuses du ciel. Il ralentit le pas, marchant avec prudence sur les feuilles mortes au combat qui s'étaient embourbées dans la boue. Elles engendraient un sol de plus en plus glissant et le loup ne tenait pas à se blesser. Il n'avait pas besoin de se briser une patte pendant son office ! Il se mit à pouffer de rire, s'imaginant traîner sa petite carcasse jusqu'à la source de la Déesse. Elle s'esclafferait surement de voir un disciple aussi dévoué qui serait entièrement boueux mais qui déposerait une belle offrande. Cette idée réconfortait le jeune mâle mais il n'accéléra pas. Faire rire Yurai, d'accord, mais se retrouvé prisonnier des guérisseurs, non merci.

Le calme régnait dans l'immense forêt. Aucun oiseau ne chantait comme à leur habitude. Le zélote supposait que quelque chose de bien sombre se préparait ... Il avait eu vent, avant son départ du Creux aux Loups, de la présence d'avertissements. Inquiétant mais ce qui effrayait le plus, étaient les dons dépendants des glowsticks rouges et oranges. Aka et Dairo étaient-ils souffrants au point que cela se répercute sur leurs disciples ? C'était possible, mais Sarcan doutait de cela. Les Dieux auraient prévenu ... Notamment Dairo qui était reconnue pour s'attacher rapidement à ses disciples. Et pourtant, elle semblait se taire dans un mutisme qui pouvait en dire long.
Le zélote secoua la tête, chassant ses pensées. Il devait penser ce qu'il allait ramener à Yurai. Il était parti en trombe ce matin sans penser à prendre le magnifique bouquet de myosotis qu'il avait confectionné la veille pour elle. Il inspecta les environs, s'enfonçant davantage dans le dédale d'arbres. Il ne trouvait que de petites fleurs banales qui n'attireraient sans doute pas l'attention de la belle déesse violette. Le visage de Sarcan laissa échapper tous sentiments. Il ne trouvait rien qui puisse remplacer le bouquet oublié. Il soupira et penaud, il se dirigea avec prudence vers la grotte qui accueillait le lieu divin.

Une chose attira son regard et il tourna la tête. La surprise se peigna sur son visage, écarquillant ses grands yeux noirs et forçant ses oreilles à se dresser bien hautes sur sa tête. Sarcan venait de tomber sur erythronium dens-canis plus couramment appelée Dent-de-Chien. Il s'en approcha avec une lenteur, comme s'il y craignait que le déplacement d'air lié à ses mouvements la fasse partir loin. Avec délicatesse, il coupa la fleur, la séparant de sa longue tige. La plante pourrait reprendre, il ne lui volait juste qu'une de ses nombreuses beautés. Le zélote regarda autour de lui. Il n'y avait pas d'autres fleurs semblables. Elle était seule dans un milieu qui n'était le sien. Une graine avait dû s'envoler depuis les montagnes et tomber ici, où contre toute attente, elle s'était mise à s'épanouir. Un petit sourire se dessina sur ses babines. Comme il comprenait la solitude de la Dent-de-Chien. Il devint nostalgique et il pénétra dans la grotte.


Le silence ne troubla guère le canin qui se glissa avec aisance près de la fontaine. Il la fixait avec amour, comme si une amante non-vue depuis longtemps se trouvait là, assise à l'attendre. Avec délicatesse, il posa son offrande et recula d'un pas. Il détailla l'endroit divin. Il connaissait chacun de ses recoins, chaque senteur humide qui s'en dégageait et les échos du silence.

- Dame Yurai, voici un nouveau présent de ma part ... Il inclina légèrement la tête et reposa son regard sur la fleur. Elle n'a guère votre couleur mais son rose teintée de violet m'a fait penser à vous. Elle fleurissait seule dans votre forêt, à l'abri de bien des regards. Elle me rappela les légendes que nombreux se racontent à votre sujet. S'en doute a-t-elle été emportée par le vent pour s'être dressée contre ses consœurs comme vous autrefois ?

Sarcan fixa la source. Il n'aurait aucune réponse de la déesse et il pencha légèrement la tête. Qu'importe. Il avait foi en elle et reprit d'un ton calme :

- Mais elle s'est battue dans un climat et une terre qui ne lui était favorable. Elle a prouvé sa valeur et sa force. Comme vous lorsque vous fûtes acceptée dans le panthéon divin. Comme si une question venait d'être dite, il lâcha une réponse avec un sourire. De nouvelles fleurs verront le jour depuis la tige haute de la plante.

Sarcan se permit de s'asseoir et il continua de fixer la source. Le clapotis de l'eau lui permit de faire remonter à la surface bien des souvenirs. Il se souvenait de son hésitation quand il était en âge d'avoir un glowstick. Il ne savait en quel dieu demander son pouvoir. Il les respectait et les aimait tous alors pourquoi aurait-il du choisir ? Et, il ne se reconnaissait en aucun dieu bien qu'il priait en eux sans relâche. Les questions qu'il s'était posé dans son jeune âge firent remonter ce rêve. Ce même rêve qui l'avait guidé dans l'alvéole de la grotte. Les ténèbres oniriques avaient été balayées par une lumière violette et plus le mâle y pensait, plus cette lumière avait dans son esprit l'apparence d'une magnifique corneille. Il avait vu comme un signe à l'époque et c'était toujours le cas aujourd'hui. D'un pas résolu, le jeune adulte avait franchi les caduques. Il ne connaissait pas encore la forêt pluviale sur le bout des griffes. Il avait mis du temps pour trouver la source et avait été impressionné d'y trouver le silence. Sarcan s'était alors allongé près de la fontaine, attendant l'apparition de la déesse. Elle ne s'était montré au tout début et il avait dû engager la conversation. Il s'était présenté non sans fierté puis elle était venue à lui. Yurai, entouré d'une magnifique brume violacée. Elle lui avait alors posée la question qu'il connaissait :


- Pourquoi ce glowstick ?

Sarcan émergea de ses pensées en se rappelant de ses mots. Il avait prêché l'égalité par les non-combats. Avait-il réussi à s'engager dans cette voie durant les années qui suivirent l'obtention de ce cadeau divin ? Il posa une patte sur le crâne de verre d'un corbeau qui renfermait le liquide pourpre. Il avait eu une acclamation de joie de sa soeur à son retour de l'épreuve. Son père n'avait pas daigné féliciter son fils. Le zélote en avait été profondément triste et il avait gardé un silence pesant pendant plusieurs jours. Dans ce mutisme, il s'était posé de nombreuses questions ...

Le mâle soupira et fixa la Dent-de-Chien.

Le portrait de sa mère s'imprima dans son esprit. Elle lui ressemblait, enfin, il en était la copie exacte mais dans le sexe opposé. Elle lui racontait de nombreuses histoires, rassurait Ciaran lorsqu'elle était encore une jeune enfant toute peureuse et débordante d'énergie. Elle parlait légende divine et avait retenu l'attention de son unique fils. Il pouvait l'écouter raconter bien des choses, il n'aurait jamais remis sa parole en doute. Mais hélas, elle lui avait été prise par une partie de chasse. L'enfant qu'il était, s'était retrouvé projeté dans le monde des adultes très tôt. Il avait dû faire face aux regards désolés du Clan, il avait dû faire face à l'orphelin qu'il devenait au fur et à mesure que son père l'abandonnait. Il s'était vite retrouvé qu'avec Ciaran. Ils étaient devenus unis mais aujourd'hui, ils étaient adultes et sa soeur s'éloignait à son tour.

Sarcan ferma longtemps les yeux en grimaçant.
Il devenait seul.

Ses pensées divaguèrent et il se voyait des années auparavant. Il revoyait cette famille heureuse qu'était la sienne. Il se recréa un monde, une belle utopie. Sa mère n'était guère décédée dedans, son père restait le géniteur aimant qui instruisait ses enfants. Ciaran riait tandis qu'elle bousculait son frère dans les herbes hautes des Plaines Savanes. Ils étaient partis manger dans cette zone calme comme ils avaient l'habitude de faire. Ils auraient joué de longues heures avant de repartir vers la Jeune Cordillère. Le zélote se voyait grandir sous le regard aimant de ses parents. Sa mère n'aurait cessé de lui apporter de nouvelles connaissances. Sans doute lui aurait-elle même donné le goût à la chasse ? C'était une possibilité mais dans ce rêve, Sarcan demeurait un fidèle zélote. Son père, un archiviste, aurait rabâché à sa soeur d'être calme et d'écouter les autres Séides. Elle n'avait que de l'énergie à revendre et elle aurait épuisé ses parents même lorsqu'elle aurait été adulte. Aurait-il eu des frères et soeurs ? Cette idée l'amusa. Il s'imagina une ribambelle d'enfants qui l'aurait appelé "grand-frère". Il se serait occupé d'eux et leur aurait appris tant de choses ...


Le zélote rouvrit les yeux, chassant ce monde aimant. Il n'avait connu cet amour familial et parental que pendant quelques temps. Il ne pouvait prédire ce qu'il serait devenu ou ce qui serait advenu sans le décès de sa mère. Son regard se riva vers la fleur tournée vers lui. Il serait sans doute devenu zélote mais quel aurait son regard sur le monde ? Son père était un radicalisé. Sarcan ne serait sans doute jamais lancé sur la voie de la quiétude et encore moins sur le chemin de Yurai. Sans nul doute, il n'aurait pas eu un glowstick violet.

Il se releva et s'ébroua. La perte de sa mère l'avait ainsi forgé : croyant, égalitaire, fraternel et sage. Il n'aurait jamais été digne de porter ce présent divin. Il lui décocha un regard tandis que le crâne de verre semblait gigoté, comme pourvu de sa propre volonté. Un rire monta à la gorge de Sarcan. Dans ce monde utopique, il n'aurait pas connu la solitude qui le façonnait.

- Au revoir Dame Yurai ... Je vous dis à demain.

Il se dirigea vers la sortie, un sourire aux babines. Il franchit le pas de la grotte, regagnant l'humidité et une nouvelle averse de la forêt pluviale.

Je n'aurai jamais été seul ...

Son coeur se serra légèrement tandis qu'il arborait toujours ce sourire. Il était comme cette fleur oubliée de toutes, dans une forêt bien trop grande. Sauf que lui, il était seul oublié de tous, dans une meute solidaire.
Revenir en haut Aller en bas
 
Un office pleins de souvenirs | Défi RP
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...
» Les Limbes des souvenirs.
» Entrevue douloureuse et Souvenirs refoulés. {Achevé}
» Quelques souvenirs de fête ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Accueil
 :: → Archives RP
-
Sauter vers: