Un monde peuplé de loups extravagants aux pouvoirs surnaturels !
 

Partagez | 
 

 Jugement - ft. Ao

Aller en bas 
AuteurMessage
Aishi
».Habitué'
avatar

Féminin » Nombre de messages : 530
» Age : 21
» Date d'inscription : 14/05/2017
» Personnages :
    Morrow
Relation compliquée avec Noroi | Lesbienne | Alpha Lazuli | 9.5 ans (née le 27/01/17)
    Korra
Avec Geb ♥ | Hétéro | Nourrice Etelkru | 6 ans (née le 20/07/17)
    Thalion
Célibataire | Garde Etelkru | 4.5 ans (né le 30/10/17)
    L'ombre
Brute solitaire | Adulte | Sans relation fixe
    Anianka
Lazuli | Prêtresse de Moiro | Libre & bisexuelle | 2 ans (née le 10/03/18)

» Feuille de perso'
» Points: 364

MessageSujet: Jugement - ft. Ao   Dim 16 Sep 2018, 20:57


« Jugement »
Ft. Ao

La terre était humide sous ses pattes, la pluie avait inondé toute une partie de la montagne. Morrow avait dû emprunter des chemins tortueux pour rejoindre celui qui menait au temple de la déesse bleue. La nuit était tombée depuis un petit moment déjà, car l'ancienne solitaire avait eu besoin de temps pour réfléchir. Toutes ces accusations et ce jugement envers Noroi et ses filles la tourmentaient. S'était-elle mépris sur les valeurs de leur meute ? Se pouvait-il qu'Ao, Mido et Moiro avaient échoué en choisissant une solitaire pour commander et protéger une meute ? Morrow avait toujours été d'une grande largesse d'esprit, elle voyait grand et loin, elle était idéaliste et diplomatique. Peut-être était-elle trop naïve ? Ou peut-être qu'elle rêvait de choses tout simplement impossibles. Comment changer la mentalité de personnes ayant vécu la séparation de leur famille ? Et si tout cela n'était en réalité rien d'autre qu'une colère refoulée envers eux parce qu'ils étaient dans un autre camp ?

Elle s'arrêta et ferma les paupières un instant, soufflant lentement par les narines. Des crampes lui tiraient les muscles, la vieillesse ne lui rendait pas la tâche facile.

Et ses filles.. de quoi pouvaient-elles être jugées ? Elles n'ont fait que de choisir le chemin qu'elles voulaient emprunter. Les paroles de la Prêtresse et du Chevalier résonnèrent dans sa tête et son visage se crispa. Des fugitives ? Quelle absurdité ! Quitter une meute n'est pas une trahison, c'est un choix, c'est ce qu'on appelle le libre arbitre. Il est normal qu'elles aient grandis auprès de Noroi chez les Etelkrus étant enfants, elles étaient trop jeunes pour prendre une telle décision. Que pouvait-on leur reprocher ? Un long soupir s'échappa de ses naseaux et elle rouvrit les paupières, reprenant sa marche d'un pas las.

Elle espérait ne pas se tromper. Elle accepterait le jugement des dieux car seuls eux pouvaient réellement délibérer, même si cela lui briserait le coeur. Elle avait construit quelque chose ici, elle en était fière. Tout cela s'était déroulé trop vite, et dans son dos. Depuis l'accident avec Noroi elle ne l'avait plus revu, car elle était consciente que cela menait à rien et qu'il ne s'agissait que d'un dérapage. Même si il pouvait y avoir des sentiments enfouis, elle avait décidé de les enterrer pour privilégier sa meute. La seule seule fois où elle avait recroisé la disciple de Kiro, c'était parce qu'elle avait franchit les frontières pour venir jusqu'au Gouffre lui annoncer la nouvelle de ses filles un an plus tard. Pour Morrow, les accueillir était la moindre des choses sachant qu'elle n'avait pas pu les voir grandir.. Elle avait des filles, et elle ne connaissait rien d'elles. Elle voulait se rattraper, se comporter comme une mère l'aurait fait.

Elle releva les yeux lorsque l'entrée se dessina devant elle. Elle était arrivée.

Elle pénétra dans la grotte et se dirigea vers la fontaine d'Ao, toujours aussi resplendissante que dans ses souvenirs. Elle fut soulagée de constater qu'aucun intrus n'avait violé les lieux comme chez Moiro. Les accusations de Neit concernant le silence des dieux revinrent à son esprit et elle inspira un grand coup pour balayer ces affreuses paroles. Elle ? L'origine de tous les derniers phénomènes qui ont frappé les terres ? La colère de la Prêtresse était allé trop loin et Morrow attendait une explication rationnelle de tout cela.

Elle s'inclina avec le plus grand des respects devant l'imposante statue de la Dragonne et se présenta d'une voix calme et douce :

Bonsoir, déesse Ao.

Je me présente à vous ce soir pour faire face à mon jugement.


Elle ne rajouta aucun détail, car elle était consciente que les dieux savaient tout, ils voyaient tout. Plus question de se justifier ou d'argumenter, Ao avait parfaitement connaissance du comportement de la Chef, de ses tourments et de sa vision idéaliste des choses. Si trahison il y avait réellement, Ao aurait réagit bien plus tôt que la Prêtresse qui n'a fait qu'écouter les potins d'un Etelkru, Morrow en était persuadée. Mais même si la rouge trouvait tout cela absurde, plutôt que de s'imposer en refusant un procès et créer un conflit au sein de la meute elle choisissait d'accepter la demande de Neit. Que serait-elle si elle refusait d'écouter les tourments de ses membres ? Une chose était sûre : elle avait toujours fait passé la prospérité de sa meute avant ses propres intérêts, et bien que rien ne voyait derrière son mur de glace, un lourd fardeau pesait sur ses épaules.
Revenir en haut Aller en bas
Ao
». Timid'


Féminin » Nombre de messages : 64
» Age : 52
» PUF : La dragonne
» Date d'inscription : 25/02/2012

MessageSujet: Re: Jugement - ft. Ao   Ven 28 Sep 2018, 08:33

La Dragonne s’attendait bien-sûr à la venue de Morrow. Outre la véhémence qu’elle avait ressenti chez sa Prêtresse, elle avait vu les tourments qui agitaient l’âme de la rouge. Le fait que la déesse n’en fasse presque jamais une affaire chez ses sujets, alimentant de fait sa réputation d’extrême sévérité, cela ne signifiait pas qu’elle ne le voyait pas. Bien au contraire. Elle apercevait également bien d’autres choses, des choses qui présageaient un changement, même s’il n’aurait pas le visage que la louve carmin lui attendait.

Dans une lumière douce et bleutée, différente de l’éclat dont elle usait pour éblouir les premiers venus dans une majestueux lueur, la déesse apparut devant la mortelle. Son incarnation flottait au-dessus de sa fontaine, comme le jour où Morrow était venue pour la première fois lui demander un glowstick,et faire face à son destin. S’il y avait une chose dont Ao, Mido et Moiro ne doutaient pas, c’est d’avoir fait le bon choix en la nommant elle et Anastasia pour mener la jeune meute des Lazulis à la prospérité. Il suffisait de regarder comme la vie s’y déroulait toute seule maintenant pour en être convaincu.

“Bonsoir Morrow.” Répondit la déesse. “J’attendais ta venue.”

Elle s’assit à quelques centimètres de la surface lumineuse, et son regard azur se braqua sur la mortelle.

“Je lis les troubles dans ton esprit, et des doutes laissés par cette aventure que tu as eue avec la Prêtresse Noroi.” Commença-t-elle, tout de go, avec la franchise qui était la sienne. “Et tu me vois satisfaite que tu sois venue me voir à la demande de Néît. Tu as fait ainsi montre de la sagesse que nous attendons d’un chef.”

Elle préféra commencer de la sorte, et termina cette entrée en la matière en ajoutant :

“Tu n’es plus une solitaire, Morrow. Nous ne t’avons pas fait l’honneur de ce rang pour que tu doutes de notre choix. Tu es depuis longtemps déjà une Lazuli, et pas des moindre.”

Ce qu’elle avait vu dans les pensées de la Cheffe avait presque eu le mérite de l’amuser par sa criante vérité : effectivement si la volonté des dieux était de punir les mortels pour les frasques qu’ils faisaient avec d’autres membres, ils seraient intervenus plus tôt. Et il y aurait depuis longtemps une population bien plus restreinte sur le continent, tant les lupins ne pouvaient retenir leurs sentiments et leurs instincts. Mais la question n’était aujourd’hui pas là.

“Tu es venue me voir pour que je juge de tes actes comme si tu me les avais cachés, comme si l’on t’en avait accusé devant moi. Comme tu le sais, rien ne nous échappe. Si mon jugement devait avoir lieu, il l’aurait eu depuis bien plus longtemps et pas de cette manière…. mortelle.”

C’était bien quelque-chose typique des lupins, de venir ainsi faire face aux dieux pour recevoir leur punition, en s’imaginant que ces derniers avaient sagement attendu qu’ils trouvent le courage pour la leur infliger.

“Tu as caché tes filles à ta meute comme si tu en avais honte, et de ce fait comme s’il s’agissait de quelque-chose de mal. Retiens pour les années à venir la leçon de cette maladresse. C’est tout ce qu’il y a à tirer de cette histoire.”

La déesse se redressa et descendit de son piédestal de lumière. Elle était bien plus grande que la mortelle, et auréolée d’une lumière bleutée.

“Mais je n’en ai pas fini avec toi. Le destin t’a menée à moi emplie de doutes et de lassitude. Tu n’es pas seule à éprouver de tels sentiments.”

Elle laissa un instant s’écouler, très bref, son regard sévère posé dans celui de la rouge.

“Le temps est venu pour Anastasia et toi de laisser votre flambeau. Votre coeur a été meurtri, vous avez durement travaillé pour la meute, et de ce fait vous avez pleinement rempli votre office. Profitez de vos dernières années pour renouer avec vos famille et réparer les peines causées.”

La déesse inclina doucement la tête, et une onde de gratitude se diffusa dans le corps et l’esprit de la mortelle. Ce n’était pas une gratitude ordinaire, non. C’était celle d’une entité divine au coeur de glace. Tout comme Néît, Morrow avait de troublantes ressemblances avec le dieu qu’elle servait. Ao la remercia muettement au nom de son frère et de sa soeur pour ce qu’elle avait fait pour la meute. Mais elle ne désirait pas qu’elle perdre ce qu’elle était ni qu’elle ne meure à la tâche. L’heure était venue de céder aux jeunes générations un flambeau qui avait été magnifiquement sculpté.
Dans la gratitude se lisait une pointe de fierté.

“Parle avec Anastasia. Elle souffre au plus profond d’elle-même. Dans quatre lunes, rassemblez les Lazulis à la Vasque de la Lune au crépuscule. Et une ère se terminera pour notre meute.”

La déesse hocha de nouveau la tête, puis dans un mouvement de volte-face s’effaça dans une brume azurée. Les dieux sauraient lire dans les esprits des deux cheffes quels loups étaient capables d’honorer leur place. Ils prendraient leurs pensées en considération, comme un dernier acte en remerciement de leur fidélité.
Revenir en haut Aller en bas
 
Jugement - ft. Ao
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jugement Brignol Lindor: condamnation a perpetuite de 2 ...
» Liban : un petit jugement citoyen
» Jugement rendu : un papon désavoué!
» Purifiez votre âme avant le jugement dernier
» La douleur d'un jugement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Punk Wolf :: 
Terres Lazulis
 :: → Fleuve Chantant :: → Cascade Sacrée
-
Sauter vers: